Trois dessins retrouvés documentant le cycle de tableaux des « héros des Médicis » commandés par Marie de Médicis pour le Louvre.

Nous avons assez peu d’informations sur la commande de dix tableaux de sujets portant sur l’histoire de la famille Médicis, alternant avec dix scènes de la Jérusalem délivrée du Tasse, que Marie de Médicis a passée pour décorer le Grand Cabinet du nouvel appartement qu’elle s’est fait aménager au rez-de-chaussée de l’aile Sud du Louvre vers 1613-1614. Aussi est-il intéressant de signaler brièvement trois dessins des collections du département des estampes et de la photographie qui sont en lien direct avec ce cycle des « héros des Médicis », conservés dans la série thématique consacrée aux évènements festifs, entrées ou pompes funèbres, dans le volume coté PD-203 (1)-FOL (ancienne cote réserve B-3-fol, école italienne).

Anthony Blunt en 1970 avait repéré trois tableaux de cette suite des héros des Médicis, Le roi Henri IV et le cardinal Alexandre de Médicis (Pau, musée national du château, inv. D P-532-49 https://chateau-pau.fr/sites/pau/files/dp_reconciliations.pdf), Marie de Médicis en compagnie du grand-duc Ferdinand Ier de Toscane (Cherbourg, musée Thomas-Henri, inv. 835-74 https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/06770000475?mainSearch=%22bollery%20marie%20m%C3%A9dicis%20cherbourg%22&last_view=%22list%22&idQuery=%223c5f746-edd1-0544-611f-3688f87445c%22), et Le mariage de François de Médicis et Jeanne d’Autriche (Dijon, musée des Beaux-Arts, inv. C.A.550 http://mba-collections.dijon.fr/ow4/mba/voir.xsp?id=00101-5235&qid=sdx_q0&n=11&e=). Les avis divergent s’il s’agit d’œuvres de la même main ou non, et sur le nom du ou des peintre(s), les spécialistes avançant dernièrement les noms de François Quesnel, Nicolas Bollery, Jacob Bunel ou Louis Beaubrun.

Jean Adhémar déjà en 1948, alors qu’il se trompait sur le sujet représenté dans le tableau de Dijon, où il voyait le mariage de Marie Stuart, avait remarqué que le département des estampes possédait un dessin qu’il jugeait exécuté d’après la peinture, mais qui semble plutôt préparatoire au tableau, à la plume et encre noire, pierre noire, lavis brun, avec de nombreuses variantes par rapport au tableau (36,7 x 49 cm). Le dessin est placé dans la série sur l’histoire de France QB-4, avec une mauvaise identification ancienne au mariage du roi François Ier. Nous attendons encore que l’on fasse une attribution pour ce dessin de la seconde école de Fontainebleau. Sans doute faut-il chercher du côté des artistes qui ont œuvré pour le Grand Cabinet de Marie de Médicis au Louvre : Guillaume Dumée, Gabriel Honnet, ou peut-être Jacob Bunel ou Ambroise Dubois ?

Anonyme, Mariage de François de Médicis et Jeanne d'Autriche, BNF, Estampes et photographie, QB-4 (généralités-1660).
Anonyme, Mariage de François de Médicis et Jeanne d’Autriche, BNF, Estampes et photographie, QB-4 (généralités-1660).

Trois autres dessins d’une tout autre main peuvent maintenant se rattacher à ce cycle dont ils semblent procéder. Dans le recueil factice PD-203 (1)-FOL, ces trois dessins ont été identifiés par une note manuscrite relativement récente comme étant possiblement liés à la vie de Charles Quint, par Volterrano, sans doute à cause des colliers de la toison d’or qu’arborent les personnages masculins, mais ces dessins se rattachent sans aucun doute possible à l’histoire des « héros des Médicis ».

Le premier (microfilm M29623) reprend très fidèlement (sauf un personnage rajouté en bas à gauche qui nous regarde), dans le même sens, la composition du tableau de Cherbourg, Marie de Médicis en compagnie du grand-duc Ferdinand Ier de Toscane.

Anonyme, Marie de Médicis en compagnie du grand-duc Ferdinand Ier de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL
Anonyme, Marie de Médicis en compagnie du grand-duc Ferdinand Ier de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL

Les deux autres dessins (microfilms 29624 et 29625) ont des compositions très proches l’une de l’autre, peut-être variations sur le même sujet ou mettant en scène deux ducs de Toscane différents, et présentent chacun une intronisation d’un Médicis duc de Toscane par le pape trônant qui remet une palme au Médicis agenouillé devant lui. Aucun tableau correspondant ne semble aujourd’hui connu mais le sujet figure bien dans l’inventaire des tableaux du roi que dresse Nicolas Bailly en 1709-1710, à côté des trois tableaux déjà reconnus, au n° 168, fautivement identifié comme “un tableau représentant le roi Henri III à genoux devant le pape, recevant de sa Sainteté une palme”.

Anonyme, Intronisation d'un duc de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL
Anonyme, Intronisation d’un duc de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL
Anonyme, Intronisation d'un duc de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL
Anonyme, Intronisation d’un duc de Toscane, BNF, Estampes et photographie, PD-203 (1)-FOL

Tous trois de mêmes dimensions (environ 43 x 31 cm), très légèrement mis au carreau, en très bon état, ces dessins proviennent de la bibliothèque Sainte-Geneviève, lors des transferts d’une partie de leur collection de dessins vers la bibliothèque impériale au milieu du XIXe siècle. Ils affichent d’intenses lavis rouge rosé ou jaune, sur un dessin de pierre noire, qui évoque la technique des dessinateurs de petits patrons de tapisserie à Paris vers 1600, comme le souligne Dominique Cordellier dans le catalogue de l’exposition des dessins français du XVIIe siècle du département des estampes en 2014, à propos d’un autre dessin caractéristique au lavis rouge de nos collections, une Prédication, décollation et miracle de saint Denis devant Paris, également en provenance de Sainte-Geneviève (Réserve B-6 (e)-boîte fol). Il propose pour ce dessin anonyme une hypothétique attribution à Laurent Guyot, peintre qui, aux côtés de Guillaume Dumée, est choisi en 1610 pour remplacer le défunt Henri Lerambert dans la tâche de dessiner des tapisseries pour le roi. Si l’attribution reste à confirmer, il nous paraît assez évident que ce dessin est de la même main que nos trois dessins de l’histoire des Médicis. Un projet de tapisseries aurait-il été un moment ébauché sur ce thème, sans réalisation ultérieure ? L’enquête reste à mener.

Anonyme (Laurent Guyot ?), Prédication, décollation et miracle de saint Denis devant Paris, BNF, Estampes et photographie, Réserve B-6 (e)-boîte fol

Bibliographie succincte

– Fernand Engerand, Inventaire des tableaux du Roy, rédigé en 1709 et 1710 par Nicolas Bailly, Paris, 1899.

– Jean Adhémar, “A Representation of the Marriage of Mary Stuart”, The Burlington Magazine, vol. 90, n° 542, mai 1948, p. 144-146.

– Anthony Blunt, « Three Paintings for the ‘Appartement’ of Marie de Médicis in the Louvre”, The Burlington Magazine, vol. 112, n° 804, mars 1970, p. 166-169.

– Paola Bassani Pacht, « Marie de Médicis et ses artistes », dans Le « Siècle » de Marie de Médicis, actes du séminaire de la chaire rhétorique et société en Europe (XVIe– XVIIe siècle), sous la dir. de Marc Fumaroli, de l’Académie Française, collège de France, 20 – 23 janvier 2000 (études réunies par Françoise Graziani et Francesco Solinas), dans Franco-Italica, numéro spécial, n°21-22, Alessandria, edizioni dell’Orso, 2002, pp.81-93.

– Nicolas Sainte-Fare Garnot, « Il mecenatismo artistico di Maria regina e reggente (1600-1630) », dans Caterina Caneva, Francesco Solinas, Maria de’ Medici (1573-1642), una principessa fiorentina sul trono di Francia, cat. exp. Florence, Palais Pitti, Museo degli Argenti, 19 mars – 4 septembre 2005, Livourne, Sillabe, 2005, p.229-235.

– Barbara Brejon de Lavergnée (dir.), Dessins français du XVIIe siècle, collections du département des Estampes et de la Photographie, cat. exp. Paris, Bibliothèque nationale de France, 18 mars – 15 juin 2014, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2014.

– Vladimir Nestorov. Nicolas Baullery (vers 1560 – 1630), enquête sur un peintre parisien à l’aube du Grand Siècle . Mémoire de recherche (2de année de 2e cycle) en histoire de l’art appliquée aux collections présenté sous la dir. de M. Olivier Bonfait, 2014.

– Voir aussi le dernier point de Sylvain Kerspern (novembre 2021) sur les décors du Grand Cabinet du Louvre d’après la Jérusalem délivrée : http://www.dhistoire-et-dart.com/approche/GrandCabinet_Louvre_Dumee_Bunel_Honnet.html

Trésor du mois exposé à Tolbiac : un cuivre gravé par Thomas de Leu (1611)

Thomas de Leu

Portrait de Pierre Jeannin

Cuivre gravé au burin, 1611. 230 x152 mm

réserve du département des estampes et de la photographie, musée, planche 391.

Cette toute récente acquisition est exposée dans l’espace “Découverte” du site Tolbiac – François Mitterrand, hall Est, du dimanche 16 septembre (Journées du Patrimoine) au dimanche 21 octobre 2012.

Matrice de cuivre gravée par Thomas de Leu, BnF, département des estampes et de la photographie, pl. 391.

L’estampe imprimée à partir de la matrice, BnF, département des estampes et de la photographie, réserve Ed-11(c)-folio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde de l’estampe parisienne change de visage vers 1600. Dominé par la gravure sur bois pendant la majeure partie du XVIe siècle, il se convertit en quelques décennies à la gravure sur cuivre ou gravure « en taille-douce », dont la technique, qui permet des finesses inégalées, est apportée par des graveurs flamands. Thomas de Leu (vers 1558-1612) en est l’un des plus prolifiques représentants, gravant d’un burin aux tailles serrées et précises plusieurs centaines de gravures de dévotion, petits portraits et illustrations de livres pour les imprimeurs parisiens.

La destination de cette plaque de cuivre de forme curieusement pentagonale, datée de 1611, reste un peu énigmatique. Si l’on en croit la dédicace, elle est apparemment commanditée par Vincent de la Faye, avocat au parlement de Bourgogne, sur lequel on possède peu d’informations. Elle est dédiée à Pierre Jeannin (1540-1623), dont on voit le portrait à la partie supérieure, agrémenté d’anagrammes en français, latin et grec, offerts en hommage par l’avocat. Pierre Jeannin, premier président du parlement de Bourgogne, fut un serviteur fidèle et apprécié d’Henri IV, auquel il se rallia malgré son passé ligueur. Ambassadeur de France en Hollande, conseiller du roi, il est en 1611 en charge du contrôle des finances dans le conseil de la régente Marie de Médicis qui lui garde toute la faveur octroyée par le défunt roi. Le portrait très finement gravé par Thomas de Leu semble avoir pour modèle un dessin attribué au portraitiste François Quesnel conservé au département des estampes et de la photographie (Rés Na-22 (14) – boîte écu).

Portrait de Pierre Jeannin dessiné par François Quesnel, BnF, département des estampes et de la photographie, Réserve Na 22 (14) boîte écu

Il est étrange de constater que les anagrammes célébrant le nom de Jeannin se déploient assez maladroitement, nous semble-t-il, dans un médaillon central qui paraît peu commode pour accueillir tout ce texte. Ce médaillon est entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, et surmonté d’une couronne royale, comme on en voit normalement entourer les armes royales, ici remplacées par un angelot portant des cornes d’abondance et entouré des fleurs de lys royales, alors que paradoxalement Jeannin, de très humble extraction, n’était pas chevalier des ordres du roi. Peut-être Vincent de La Faye s’est-il servi pour faire hommage à ce confrère influent, d’une plaque conçue à l’origine pour une autre destination, commandée soit par un autre client de Thomas de Leu, soit par Vincent de La Faye lui-même, mais qu’il aurait fait réaliser d’abord pour un autre usage ?

Cet avocat paraît avoir eu l’intention de publier lui-même des ouvrages, puisqu’en 1605 il obtient de la ville de Dijon, qui ne possédait alors qu’un seul imprimeur, l’usage d’une partie des bâtiments inoccupés du vieux collège, pour 6 ans, afin d’y installer une seconde imprimerie. Il ne semble pas pourtant qu’il y ait imprimé aucun ouvrage. En 1611 cependant, il fait paraître à Paris chez Pierre Le Mur le seul livre imprimé connu sous son nom : un opuscule pédagogique, Brevis ratio syntaxeos in favorem tornodorae juventutis edita, bref manuel de 16 pages destiné à l’apprentissage du latin et du français pour les élèves du collège de sa ville de Tonnerre dans l’Yonne. Il semble peu probable que Vincent de La Faye ait commandé une belle plaque gravée à Thomas de Leu comme frontispice d’un si humble ouvrage (l’exemplaire numérisé de la bibliothèque de Tours n’en comporte d’ailleurs pas).

Mais en 1611 également il offre à la régente un recueil de poèmes didactiques sur le bon gouvernement, dédié au tout nouveau roi Louis XIII, « Sonnets, sizains, quatrains, contenant les préceptes d’Isocrate touchant le bon gouvernement d’un royaume… » (BnF, département des manuscrits, NAF 1772). Peut-être avait-il espéré faire imprimer cet ouvrage dédié au jeune roi, et l’on pourrait imaginer que cette plaque à la symbolique royale affirmée (avec peut-être en projet le portrait du jeune souverain à la place de celui du président Jeannin ?) aurait pu avoir été conçue dans son premier état comme le frontispice de cette œuvre restée à l’état manuscrit…