Prints and drawings from the School of Fontainebleau. Production, dissemination, audience 9-10 June 2022

Antonio Fantuzzi after Rosso, l’unité de l’Etat, etching, circa 1543, BnF, Estampes, Eb-14(d)-fol, detail.

The Department of Prints and Photographs of the Bibliothèque nationale de France houses an outstanding collection of prints and drawings from the School of Fontainebleau. It holds over a thousand impressions of the approximately four hundred prints executed at the château of Fontainebleau between 1542 and 1547, and numerous drawings both by artists active at the court and by contemporaries who were profoundly influenced by the innovative Fontainebleau style. Thanks to the support of the Getty Foundation through its Paper Project initiative, the BnF has launched a two-year research and cataloguing project centred on this rich collection.

To mark the end of the project in 2022, the BnF and the Ecole nationale des chartes are organising a two-day colloquium that will bring to the fore new research on the Fontainebleau School and possible avenues of future investigation. The proceedings will be published in the online journal the Nouvelles de l’Estampe.

            Francis I’s ambitious campaign to modernise and expand the palace of Fontainebleau marked a turning point in the history of French Renaissance art. During the 1530s and 1540s, artists and craftsmen from Italy, France and northern Europe converged at the site to produce a radically innovative style characterised by a highly-wrought ornamental language, which was quickly disseminated throughout the continent. The prints and drawings produced at Fontainebleau played a crucial role in the propagation of this new style. The Fontainebleau printmakers were particularly inventive and experimental in their approach, making extensive use of the technique of etching and displaying a freedom of invention hitherto unseen in the medium.

The prints and drawings from the Fontainebleau School found their place in collections early on. From the eighteenth century, they became the object of study by print historians. Pierre-Jean Mariette (1694-1774) was the first to focus on defining the school and identifying the individual printmakers. In 1818, Adam von Bartsch took the decisive step of devoting the last chapter of the sixteenth volume of his Peintre-Graveur to the 143 “prints produced by anonymous artists after the paintings of Fontainebleau”, and in doing so, coined the term “École de Fontainebleau”. Over the course of the nineteenth century and the first half of the twentieth, Alexandre-Pierre-François Robert-Dumesnil, Félix Herbet, Jules Lieure, Jean Adhémar, André Linzeler, Leon de Laborde and Ernest Coyecque assigned further prints to the school and published archival documents that shed light on the life and work of the artists. The restoration of the Galerie François Ier in the early 1960s prompted a renewed interest in and publications on the subject, which included Henri Zerner’s ground-breaking book L’Ecole de Fontainebleau. Gravures (1969). Since then, a number of exhibitions have contributed further to our understanding and knowledge of the Fontainebleau School: L’École de Fontainebleau at the Grand Palais (1972); Gravure française de la Renaissance at the Bibliothèque nationale de France (1994-1995); Primatice, maître de Fontainebleau at the Musée du Louvre (2004-2005); Luca Penni, Un disciple de Raphaël à Fontainebleau also at the Louvre (2012-2013); and Le roi et l’artiste. François Ier et Rosso Fiorentino at the Château of Fontainebleau (2013). More recently, Catherine Jenkins’s in-depth study Prints at the Court of Fontainebleau, c. 1542-1547 (2017) made significant progress towards identifying the prints, their makers and the methods of print production used at the court. Over the last few years, the exhibitions The Renaissance of Etching (Metropolitan Museum of Art, 2019-2020) and Gravure en clair-obscur (Musée du Louvre, 2018-2019) shed further light on specific aspects of print production at Fontainebleau.

The study days will revolve around three broad themes:

    1. The “first” School of Fontainebleau: prints and drawings

This session will consider the prints and drawings executed at Fontainebleau in the 1530s and 1540s. Papers may focus on the circumstances and methods of print production at the court, the individual printmakers and draftsmen, the influences on their work and questions of iconography. Comparisons with other sixteenth-century printmaking centres are encouraged, as well as proposals that address the materiality of the objects and the technical analysis of their inks, paper, and states.

  1.  Reception in France and Europe

Produced during a time of expanding trade networks, the Fontainebleau School prints and drawings were quickly disseminated and widely copied by artists and craftsmen across Europe. We welcome contributions on the circulation of the works and on the dispersal of the printing plates, some of which reached Italy and perhaps the north. Within the broad themes of function and reception, discussions may address workshop practices that reflect the Fontainebleau model; the prints’ role as a conduit for artistic exchange in France and abroad; the ways in which sixteenth-century artists adapted and assimilated Fontainebleau designs and motifs in their work; and the enduring influence of the ornament style on the decorative arts.

3. Collectors and collections of Fontainebleau School prints and drawings

The third session will examine collecting practices, the taste for prints and drawings from the Fontainebleau School and how this evolved over time. Papers should therefore consider the historiography of the works and the manner in which they were appreciated, interpreted, discussed and collected from the sixteenth century onwards. In this context, we encourage proposals on the constitution and reconstruction of historic collections that form the core of French and European institutions today.

Organising committee :

  • Anna Baydova, Getty Paper Project Fellow, Department of Prints and Photographs, Bibliothèque nationale de France, and researcher, SAPRAT research group (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, in charge of drawings, Department of Prints and Photographs, Bibliothèque nationale de France
  • Catherine Jenkins, independent art historian
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, deputy director of the department of prints and photographs, Bibliothèque nationale de France 
  • Marc Smith, professor of palaeography, École nationale des chartes 
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation, Bibliothèque nationale de France 
  • Caroline Vrand, conservatrice du patrimoine in charge of fifteenth- and sixteenth-century prints and drawings, Department of Prints and Photographs, Bibliothèque nationale de France

Practical information:

Proposals should be a maximum of 300 words. They should include a title and be accompanied by a short biography of the author.  Submissions should be emailed to reserve-estampes-photographie@bnf.fr before the 4th of December 2021.

Candidates will be notified by the 14th of January 2022.  

The study days will take place at the École nationale des chartes in Paris on the 9th and 10th of June 2022.

The conference proceedings will be published in the online journal the Nouvelles de l’estampe in the autumn of 2022.

Accommodation and travel expenses will be covered by the organisers, with the support of the Getty Foundation through its Paper Project initiative

Estampes et dessins de l’école de Fontainebleau. Production, diffusion, collection. 9-10 juin 2022.

Antonio Fantuzzi d’après Rosso, L’unité de l’État , eau-forte, vers 1543.
BnF, Estampes, EB-14 (D)-FOL. Détail

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France conserve un exceptionnel ensemble d’estampes et de dessins de l’école de Fontainebleau. Son fonds de gravures bellifontaines est le plus riche au monde, rassemblant un millier d’épreuves des près de quatre cents estampes produites à Fontainebleau entre 1542 et 1547. S’y ajoute une collection de dessins de premier plan, comprenant à la fois des œuvres des artistes actifs sur le chantier de Fontainebleau et des maîtres du XVIe siècle qui ont été durablement influencés par ce foyer. De novembre 2020 à novembre 2022, la Bibliothèque nationale de France s’est engagée dans un vaste chantier de recherche et de valorisation de ce fonds de référence, grâce au mécénat de la fondation Getty (Paper Project).

Pour marquer l’aboutissement de ce programme, la BnF et l’École nationale des chartes s’associent dans l’organisation de deux journées d’études appelées à réunir les chercheurs ainsi que les professionnels des musées et des bibliothèques. Elles seront l’occasion de faire le point sur l’avancée des travaux menés ces dernières années sur les estampes et les dessins de l’école de Fontainebleau et aussi d’identifier les perspectives de recherche à poursuivre. Les actes de ces journées seront publiés dans la revue en ligne Nouvelles de l’estampe.

L’ambitieux chantier de rénovation que François Ier entreprend au château de Fontainebleau constitue un moment décisif pour l’histoire de l’art du XVIe siècle et un jalon déterminant pour l’épanouissement de la Renaissance en France. Dans les années 1530-1540 sont ainsi réunis à Fontainebleau des artistes de tous horizons, italiens, français et nordiques, qui forment un groupe habituellement désigné sous l’appellation d’« école de Fontainebleau ». Au sein de cette école, les arts graphiques tiennent une place inédite. Les artistes employaient le dessin et l’estampe pour la diffusion du nouveau style bellifontain et c’est sur le chantier de Fontainebleau que la gravure à l’eau-forte fit sa première apparition en France en devenant un véritable champ d’expérimentation artistique et technique.

Objets de collection dès le XVIe siècle, les estampes et les dessins de Fontainebleau s’imposèrent aussi peu à peu comme un objet d’étude à part entière. Au XVIIIe siècle, Pierre-Jean Mariette est l’un des premiers à esquisser les contours de la production gravée bellifontaine et à s’intéresser aux graveurs, et non plus seulement aux motifs représentés ou aux peintres des modèles. En 1818, Adam von Bartsch franchit un pas décisif en consacrant le dernier chapitre de son 16ème volume du Peintre graveur dédié aux « peintres ou dessinateurs italiens » à 143 « estampes gravées par différents peintres anonymes d’après les peintures de Fontainebleau », corpus que l’auteur rassemble alors pour la première fois sous la dénomination d’« école de Fontainebleau ». Au cours du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, les travaux de Alexandre-Pierre-François Robert-Dumesnil, Félix Herbet, Jules Lieure, Jean Adhémar, André Linzeler, Léon de Laborde et Ernest Coyecque permirent de compléter le corpus des pièces bellifontaines et de repérer les documents d’archives portant sur la vie et les œuvres des maîtres de cette école. Au début des années 1960, les travaux de restauration de la galerie François Ier ont suscité un renouveau de l’intérêt des chercheurs et la publication d’Henri Zerner, L’École de Fontainebleau. Gravures (1969), marque une étape décisive dans l’étude de cet ensemble. Depuis, plusieurs expositions ont permis de faire avancer la recherche : L’École de Fontainebleau en 1972 au Grand Palais, Gravure française de la Renaissance à la Bibliothèque nationale de France en 1994-1995, Primatice, maître de Fontainebleau au musée du Louvre en 2004-2005, Luca Penni, Un disciple de Raphaël à Fontainebleau au musée du Louvre, 2012-2013, Le roi et l’artiste. François Ier et Rosso Fiorentino au château de Fontainebleau en 2013. Enfin, très récemment, l’étude approfondie de Catherine Jenkins (Prints at the court of Fontainebleau, c. 1542-1547, 2017) a permis des avancées majeures de la connaissance des estampes produites à Fontainebleau, tandis que des expositions (The Renaissance of Etching, Metropolitan Museum of Art, 2019-2020 ; Gravure en clair-obscur, Musée du Louvre, 2018-2019) ont pu se focaliser sur des aspects précis de la production gravée bellifontaine.

Dans la lignée de ces travaux, les journées d’études proposent de se concentrer sur trois axes principaux.

1. La production graphique de la première école de Fontainebleau

 Le premier axe se concentre sur la production d’estampes et de dessins à Fontainebleau dans les années 1530-1540 : aspects et circonstances de cette production, figures de dessinateurs et de graveurs, influences stylistiques dont se nourrissent les artistes, iconographie et interprétation des œuvres. Les propositions pourront relever d’approches indifféremment monographiques ou collectives. Pour aborder ces problématiques, des mises en perspective pourront être faites avec des foyers de production peu ou prou contemporains.

Des contributions sur les aspects techniques de cette production sont vivement encouragées, de même que des études portant sur la matérialité des feuilles : étude des encres, des filigranes et des papiers, analyse des états et des tirages des gravures, étude des impressions en couleur et des clairs-obscurs, etc

2. La réception de l’art bellifontain en France et en Europe

Moyens de diffusion des modèles et supports de travail et de formation dans des ateliers d’artistes, les dessins et les estampes réalisés à Fontainebleau ont fait l’objet d’une circulation rapide et aussi de multiples copies. Des contributions sont attendues sur l’analyse des réseaux de transmission de ces dessins, estampes et planches gravées. Seront aussi encouragées des études sur la fonction des œuvres graphiques et des pratiques artistiques développées dans leur sillage (modalités d’apprentissage, copies, rapport entre les dessins et les gravures).La question des échanges artistiques pourra aussi être abordée à travers la réception des modèles, motifs et ornements bellifontains en France et à l’étranger au XVIe siècle ainsi que leurs réminiscences dans l’art de l’époque moderne et contemporaine. L’influence de l’école de Fontainebleau sur les arts décoratifs présentera également un aspect important de cet axe de recherche.

3. Collectionneurs et collections de dessins et d’estampes de l’école de Fontainebleau 

Le troisième axe portera sur les pratiques de collection des arts graphiques de l’école de Fontainebleau. Leur étude permet de retracer l’histoire du goût et de mieux comprendre la perception de ces œuvres par le public et les amateurs. Dans ce cadre, des études historiographiques et des contributions portant sur les collectionneurs d’estampes ou de dessins bellifontains depuis le XVIe siècle sont souhaitées, tout comme des propositions sur l’histoire de la constitution des fonds aujourd’hui conservés dans les institutions françaises ou étrangères.

Comité d’organisation :

  • Anna Baydova, pensionnaire conservateur du Getty Paper Project au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, chercheuse associée de l’équipe SAPRAT (EPHE, EA-4116)
  • Pauline Chougnet, conservatrice des bibliothèques, chargée des collections de dessins au Département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Catherine Jenkins, docteur en histoire de l’art, historienne de l’art indépendante
  • Corinne Le Bitouzé, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe à la directrice du département des Estampes et de la photographie de la BnF
  • Marc Smith, professeur de paléographie, École nationale des chartes 
  • Gennaro Toscano, Conseiller scientifique pour le Musée, la recherche et la valorisation à la BnF
  • Caroline Vrand, conservatrice de patrimoine, chargée des estampes des XVe et XVIe siècles au département des Estampes et de la Photographie de la BnF

Informations pratiques :

Les propositions de communication se feront sous forme de résumés de 300 mots maximum, accompagnées d’un titre et d’une brève présentation bio-bibliographique de l’auteur ; elles sont à envoyer par courrier électronique à reserve-estampes-photographie@bnf.fr avant le 4 décembre 2021.

Langues acceptées : français et anglais

Les candidats retenus seront notifiés le 14 janvier 2022

Les journées d’étude auront lieu à Paris, à l’École nationale des chartes, le 9 et le 10 juin 2022

Les actes seront publiés dans les Nouvelles de l’estampe (revue en ligne) à l’automne 2022

Les frais d’hébergement et de déplacement seront pris en charge par les organisateurs, avec le mécénat de la fondation Getty (Paper Project)

Cet événement est rendu possible grâce au soutien de la fondation Getty (Paper Project)

Le Getty Paper Project au département des Estampes et de la Photographie de la BnF

Depuis 2018, la fondation Getty a mis en place un programme de mécénat intitulé Paper Project, dont l’un des volets consiste en l’attribution de bourses aux cabinets d’art graphique du monde entier afin de favoriser la formation des futurs conservateurs spécialisés dans le domaine des arts graphiques.

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France a la chance de pouvoir bénéficier de ce mécénat exceptionnel. Dans ce cadre, une conservatrice-pensionnaire, Anna Baydova, a rejoint le service de l’estampe ancienne et de la Réserve pour une durée de deux ans, de novembre 2020 à novembre 2022. Pleinement associée à l’ensemble des activités du service, elle travaille aussi plus spécifiquement sur le fonds des estampes et des dessins de l’École de Fontainebleau, en collaboration avec Caroline Vrand et Pauline Chougnet conservatrices respectivement des estampes des XVe et XVIe siècles et des dessins.

Ces dernières interrogent Anna Baydova sur son parcours, son quotidien au département des Estampes et ses projets.

Peux-tu tout d’abord nous présenter ton parcours ?

D’origine russe, j’ai appris le français à l’université d’État de Moscou Lomonossov, où j’ai effectué mes études d’histoire de l’art de 2006 à 2011. J’ai été très vite prise de passion pour la gravure et, parallèlement à mes études de master, j’ai pu compléter mes connaissances en travaillant à mi-temps comme conservatrice au département des Arts graphiques du Centre de restauration scientifique Igor Grabar. La chance de côtoyer les restaurateurs de très haut niveau a ajouté la matérialité des œuvres à la liste de mes intérêts. Et aujourd’hui encore le travail avec les ateliers de restauration de la BnF fait partie de mes missions préférées.

Pour mon mémoire de M2, j’ai choisi de travailler sur l’apport du Livre de perspective de Jean Cousin père (Paris, Jean Le Royer, 1560) à l’art français de la deuxième moitié du XVIe siècle et j’ai obtenu le droit de passer un semestre à l’Université Paris-IV. C’est à ce moment que j’ai fait ma première rencontre avec la Bibliothèque nationale de France, que je n’ai cessé de fréquenter depuis.

La richesse des collections françaises et l’accessibilité des archives de la Renaissance m’ont donné envie de poursuivre mes études en doctorat en France et j’ai eu la chance et l’honneur d’obtenir un contrat doctoral à l’École pratique des hautes études pour travailler sous la direction de Guy-Michel Leproux sur le rôle des peintres dans l’illustration des livres imprimés à Paris entre 1530 et 1580. Après avoir soutenu ma thèse en 2017, pendant trois ans j’ai enseigné l’histoire de l’art, en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’EPHE, puis en tant que chargée de cours au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, à l’université Rennes 2 et à l’Institut catholique de Paris.

Anna Baydova consulte un recueil de l’Ecole de Fontainebleau dans le magasin de la réserve du département des Estampes de la BnF

Pourquoi as-tu postulé au Paper Project ? Qu’est-ce qui a particulièrement attiré ton intérêt dans l’offre du Paper Project ?

Le département des Estampes et de la photographie de la BnF a proposé un projet ambitieux autour de l’étude et de la valorisation des estampes et des dessins de l’École de Fontainebleau conservés dans ses fonds. Tout d’abord, certains artistes de cette école étaient déjà l’objet de mes recherches scientifiques. Par ailleurs, la possibilité de travailler au département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est un rêve commun à tous les spécialistes des arts graphiques. Enfin, la liste des missions proposées dans le cadre de ce projet ne m’a laissé aucune hésitation : il fallait que je tente ma chance.

Peux-tu nous présenter en quoi consiste ton séjour au Département ? Quelles sont tes missions en tant que pensionnaire-conservateur ?

Mon poste est rattaché au service de l’estampe ancienne et de la réserve où je m’occupe du signalement, du catalogage, de l’étude et de la valorisation des dessins et des estampes bellifontains qui comptent environ 1000 pièces. Ce chantier prévoit également quelques missions de recherche dans les plus grands cabinets d’estampes européens et se terminera par l’organisation de deux journées d’études consacrées à la genèse et à la postérité des dessins et des estampes de la première école de Fontainebleau. Ces journées d’étude feront objet d’une publication dans les Nouvelles de l’estampe à l’automne 2022.

Par ailleurs, à côté des autres agents, je participe aux tâches quotidiennes du Département : l’accueil et le renseignement des lecteurs, les recherches dans les fonds, le récolement des collections, la préparation des campagnes de restauration et de numérisation des œuvres, la préparation des formations professionnelles et des visites au Département, le convoiement des œuvres et la préparation des constats d’état. Je suis également associée aux travaux autour du nouveau musée de la Bibliothèque nationale qui ouvrira ses portes en 2022 après l’achèvement des travaux de rénovation du site Richelieu. Dans le cadre de ce projet, je participe aux discussions autour des expositions, je contribue à la sélection des œuvres et à la rédaction des cartels.

Antonio Fantuzzi, Scène de sacrifice, vers 1545. BnF, Estampe et Photographie, RESERVE B-5 (A, 3)-BOITE FOL (ESTNUM 2021-1677). https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb46766010h

Raconte-nous ta journée type au département des Estampes.

Mes missions sont tellement variées qu’elles ne laissent aucune place à la routine ! Je peux passer une journée entière dans les fonds à photographier, mesurer et décrire les gravures, mais parfois le service public est suivi par une réunion avec mes collègues, puis il faut écrire de nombreux mails, effectuer des recherches pour les lecteurs, déposer des œuvres à l’atelier de restauration, cataloguer les pièces des fonds et préparer leur numérisation… Quand on dit que le travail en bibliothèque est calme, ce n’est pas du tout exact : les journées des conservateurs sont très intenses.

Tu connaissais la BnF et le département des Estampes et de la Photographie en tant que lectrice. Ta perception de l’institution et de ses collections a-t-elle changé depuis que tu y travailles ?

Bien sûr, quand on voit l’institution de l’intérieur, on comprend mieux son fonctionnement. Maintenant, je connais mieux l’histoire et la structure des collections et je sais chercher les pièces plus efficacement. Même le conditionnement des œuvres commence à me parler.

Ce que les lecteurs n’arrivent sans doute pas à réaliser c’est que même les conservateurs ne savent pas toujours quels trésors peuvent receler les albums de leur fonds : c’est la conséquence de l’ancienneté et de la richesse des collections de la BnF.

Par ailleurs, l’accès direct aux fonds modifie complétement leur perception : en effectuant des recherches pour les lecteurs, je découvre des nouveaux aspects de l’histoire de l’estampe que je n’aurais jamais appris autrement. Comme dans la recherche scientifique, dans le métier du conservateur l’effet cumulatif de l’expérience est très important.

Y a-t-il un aspect du métier de conservateur d’art graphique que tu as découvert depuis ton intégration au Département, ou appréhendé sous un jour nouveau ?

Je n’avais jamais fait de catalogage avant et j’ai dû me former en arrivant au Département. C’est le plaisir du signalement immédiat des collections que j’ai découvert en préparant mes premières notices pour le catalogue général. Je suis heureuse de savoir qu’elles peuvent être utiles aux lecteurs et qu’elles peuvent les aider à mieux se repérer dans les vastes collections de la BnF.

Léon Davent d’après Le Primatice, Jason tuant le dragon, XVIe s. BnF, Estampe et Photographie, RESERVE ED-8 (B, 1A)-FOL (MFILM R-144499). https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb467192411

Quels aspects du métier de conservateur te séduisent le plus ?

J’ai toujours trouvé le métier de conservateur très important. La dualité de ses missions supposant à la fois la préservation et la diffusion du patrimoine permet aujourd’hui à n’importe quel lecteur de la Bibliothèque nationale d’admirer les chefs-d’œuvre du passé. Chaque nouveau conservateur contribue à cette transmission et à l’enrichissement des collections. C’est cette mise au service des générations futures qui m’attire le plus dans ce métier.

Par ailleurs, la complexité de l’histoire des fonds patrimoniaux fait dialoguer les conservateurs d’aujourd’hui avec ceux du passé. Mes collègues connaissent les écritures et les pratiques de leurs prédécesseurs en les mettant ainsi presque au rang de nos contemporains et en créant un lien palpable entre différentes époques. Je trouve ça absolument fascinant.

Que penses-tu que cette expérience pourra t’apporter pour ta carrière future ?

Cette expérience est pour moi très importante tant du point de vue scientifique que du point de vue professionnel. J’espère surtout que ces deux ans d’apprentissage pratique du métier de conservateur et du travail avec un fonds si riche et si diversifié vont me faciliter la préparation des concours de la fonction publique.

Plus d’information sur le Paper Project est disponible sur le site de la fondation Getty:

https://www.getty.edu/foundation/initiatives/current/paperproject/paperprojectindex.html