Une note de Hugues-Adrien Joly au sujet de la préface de la première édition des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand

Du 9 au 11 avril 2015 a lieu un colloque intitulé Les Médailles de Louis XIV et leur livre, organisé par Yves-Marie Bercé (AIBL), Yvan Louskoutoff (univ. du Havre) et Inès Villela-Petit (BnF, Monnaies et Médailles). Le département des Estampes a prêté à cette occasion, pour exposition au musée des Monnaies et Médailles, un exemplaire exceptionnel de ce très célèbre ouvrage, central pour la diffusion de l’image louis-quatorzienne et de sa légende. Il s’agit des épreuves de l’édition alors en préparation, corrigée et enrichie, de 1723 (BnF, Estampes, Pb-25 (b)-fol.). Une des médailles représentée, en or, est exposée à ses côtés – ainsi qu’une planche d’estampes de Sébastien Leclerc, issue du fonds Jombert du département des Estampes, représentant des médailles (avec des états rarissimes), et comprenant également des dessins préparatoires. Le colloque est également l’occasion pour nous de publier un document inédit, relié dans un des exemplaires que conserve le département des Estampes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand.

Page de titre de la première édition
Page de titre de la première édition

Hugues-Adrien Joly (1718-1800) travaille au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale depuis 1737 et en devient le garde en 17501. Il reste en poste pendant près d’un demi-siècle et joue un rôle proéminent dans l’organisation de ce département. Il recueille de nombreuses collections particulières qu’il intègre à celles du roi (Fevret de Fontette, Lallemand de Betz, Bégon…) et fréquente les plus importants artistes et amateurs d’estampes du temps, comme le comte de Caylus, Charles-Nicolas Cochin le jeune, François-Bernard Lépicié, Jean-Michel Papillon2, etc.

Joly met en œuvre le plan de classement des estampes encore utilisé de nos jours et y intègre les pièces issues des collections qui ont fait le département. Deux volumes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand ayant appartenus au grand collectionneur Beringhen sont ainsi classés comme Pb-25-fol et Pb-25 (a)-fol.

Ces deux volumes appartiennent en réalité à deux éditions différentes de ce monument de l’histoire de Louis XIV, toutes deux datées de 1702 et comprenant les médailles jusqu’en 1700. Les textes ont été entièrement recomposés pour la seconde édition – mais curieusement sans corriger les erreurs et coquilles signalées à la fin de l’ouvrage (et même en en ajoutant de nouvelles3)

Or, la première édition comprenait une préface – devenue très rare : seule une quarantaine d’exemplaires sont conservés – supprimée dans la seconde. Son texte appuie en effet beaucoup sur l’organisation du travail et les mérites des divers intervenants, ce qui aurait déplu au roi.

Deux pages de la préface
Deux pages de la préface

Hugues-Adrien Joly, comme cela lui arrive parfois, a laissé une note soulignant la rareté de cette préface. Il en profite pour souligner les règles qui ont présidé à la réalisation de ce monument de la propagande royale que sont les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, et préciser en particulier les différences avec l’entreprise semblable du P. Ménestrier, ici égratigné pour son manque d’ « urbanité ».

Préface de Joly
Préface de Joly

Texte  de Joly

Cette préface est presque introuvable. Louis XIV la fit supprimer parce qu’il trouva que la louange que cette préface lui donnoit étoit trop forte et en outre qu’elle avoit manqué en ne faisant point mention de tous les membres de l’Académie qui avoient concourus à cette histoire métallique et dont cette préface, quoique très savante d’ailleurs, ne rapportoit la gloire qu’à un très petit nombre d’académiciens. Le roi faisant donc supprimer cette préface satisfaisoit à la fois à sa modestie et à l’amour qu’il portoit à chaque membre de son Académie des inscriptions et belles-lettres.

Peu d’exemplaires sont donc avec cette préface ; on distingue encore cette première édition en ce qu’elle se borne à l’année 1700, c’est à dire à l’avènement du duc d’Anjou à la couronne d’Espagne : elle a été republiée en 1702.

La seconde édition comprend 31 médailles de plus que la première, elle parcourt jusqu’à l’année 1715, époque fatale de la mort de Louis XIV, elle a été publiée en 1723.

C’est dans cette seconde édition que l’Académie changea, augmenta et supprima quelques médailles de la première édition, soit parce qu’elles n’avoient point un rapport direct à la personne du roi, soit que l’Académie suivit en cela cet esprit d’urbanité françoise que le père Menestrier a jugé de franchir dans un ouvrage de même genre qu’il fit paroistre. Voici entr’autres deux médailles dont cette académie a supprimé l’une et rectifié l’autre.

1°. Médaille frappée en Suède en 1679. Le père Menestrier rapporte que la Suède voulant exprimer sa reconnoissance envers le roi pour les places que cette couronne du Nord avoit perdues pendant la guerre et que le roi de France fit rendre, frappa une médaille où l’on voit le cocq perché sur un globe où, sur un cercle, on lit Suecia et ailleurs ces mots pour âme « Gallus protector », à l’exergue Sub umbra alarum. L’Académie considérant cette médaille comme une vérité échappée dans le tems de la bouche du ministre suédois a cru entrer dans la modestie du prince en la supprimant de son livre et a laissé le soin à ce religieux d’en conserver la figure4.

Médaille suédoise sur la protection du roi de France
Médaille suédoise sur la protection du roi de France

2°. La Paix de l’Eglise 1669. Dans la médaille du père Ménestrier on lit à l’exergue Ob restitutam ecclesiae concordiam5. L’Académie corrigea et mit Restituta Ecclesiae Gallicanae concordia.

Médaille sur la Paix de l'Eglise
Médaille sur la Paix de l’Eglise
  1. Laure Beaumont-Maillet, Les Gardes et directeurs du département des Estampes, de 1720 à 2006, Paris, BnF, 2010, p. 5 []
  2. Rémi Mathis, « Pratiques quotidiennes de travail au Cabinet des estampes dans les décennies 1750 et 1760 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 47, automne 2014, p. 52-57 []
  3. La médaille 151 sur les Invalides est ainsi mentionnée de manière erronée comme de 1675 dans la seconde édition alors qu’elle est bien indiquée comme de 1676 dans la première []
  4. La médaille figure en effet dans Histoire du roy Louis le Grand par les medailles, emblêmes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, et autres monumens publics. Recueillis, et expliquéz par le pere Claude Francois Menestrier de la compagnie de Jesus, Paris, J.-B. Nolin, 1689, p. 28 (médaille du bas) – page qui comprend trois médailles frappées à l’étranger (Rome, Hollande, Suède) à la louange de Louis XIV. On y lit : « La Suede, obligée au roy de la restitution des places qu’elle avoit perdues dans les dernieres guerres, voulut rendre publique sa reconnoissance par cette medaille, où le coq perché sur le globe du monde represente le roy qui le tient SOUS L’OMBRE DE SES AISLES, comme il en est appelé LE PROTECTEUR dans le revers, où la gerbe est le symbole de la Suede ; le sceptre, la couronne et l’espée de l’authorité royale » []
  5. La médaille figure en effet dans ibid, p. 13 (médaille du milieu). Mais elle porte en réalité « OB RESTIT ECCLESIAE CONCORDIAM ») : l’ouvrage porte l’explication suivante : « Le clergé de France ayant esté longtemps divisé sur les matieres de la Grace et des cinq propositions condamnées par les papes Innocent X et Alexandre VII, le roy imposa silence aux deux partis ET RENDIT LA PAIX À L’EGLISE en faisant signer un formulaire dressé par l’assemblée du clergé. L’authorité de l’Eglise est représentée par des clefs, la royale par le sceptre et la main de justice, la Doctrine par le livre, l’Eglise par l’autel, et les mots disent que LA GRACE ET LA PAIX VIENNENT DE DIEU» []

L’animal, au centre de l’estampe

Chaque année, le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est invité à présenter une sélection de ses fonds au salon international de l’estampe du Grand Palais, sur un thème déterminé par les organisateurs.

En 2013, la thème était « Les animaux », en lien avec la bibliothèque invitée, celle du Muséum national d’histoire naturelle. Ce blog s’en est largement fait l’écho, en publiant certaines notices rédigées pour l’occasion. L’ensemble des conservateurs chargés de collection avait sélectionné une trentaine de pièces qui avaient ébloui les visiteurs par leur intérêt à la fois artistique et historique.

À tel point que nous avons désiré en faire un livre, qui approfondisse le sujet en analysant une centaine de pièces du département des Estampes, représentatives du regard sur les animaux des origines à nos jours.

Couverture de l’ouvrage

 

Une brillante préface de Michel Pastoureau ouvre le volume : le célèbre historien de l’animal vient remettre l’ouvrage dans le contexte d’une historiographie très récente. Il rappelle combien il semblait saugrenu de travailler sur le sujet quand il était étudiant… avant qu’il ne montre lui-même au fil de ses ouvrages toute la puissance symbolique de l’animal dans la civilisation occidentale.

Les directeurs d’ouvrages introduisent ensuite le sujet avec un texte qui revient sur la gravure, les techniques employées et leur importance pour la diffusion des images d’une part, et sur le département des Estampes, son histoire de la fondation en 1667 à nos jours,  et ses collections, d’autre part.

Ils traitent ensuite de neuf thèmes, qui permettent de problématiser la question de la représentation de l’animal dans le contexte de la production des images : les bêtes sauvages et exotiques, les animaux domestiques, l’anthropomorphisme, les allégories et symboles, les chiens et chats, les monstres et chimères, les animaux dans l’ornement, l’approche scientifique de la représentation, et les scènes de chasse. Ces thèmes sont bien sûr pour partie liés aux époques de production : la symbolique joue un très grand rôle dans les estampes de la Renaissance alors que ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’on assiste à une approche plus scientifique et naturaliste.

Le corps de l’ouvrage est constitué des cent une notices, classées par ordre chronologique, rédigées par les agents du département. Ces estampes ont été choisis selon plusieurs critères. Artistiques, puisque l’estampe est un art majeur représenté par les créations des plus grands, de Dürer et Rembrandt à Matisse et Picasso en passant par Goya ou Grandville. Représentatives d’une époque : on ne peut se passer de montrer les estampes qui accompagnent les travaux de Buffon, la célèbre Girafe qui mit la France en émoi en 1827 ou la bête du Gévaudan. Liées à des anecdotes, qui révèlent quelque chose de la société d’alors : les chats et les rats qui symbolisent Français et Espagnols en guerre pour la Flandre au XVIIe siècle, des hiboux qui permettent de se moquer sans prendre de risque d’un gouverneur honnis, les animaux de la Ménagerie du tout neuf château de Versailles… Et au-delà, tout simplement prendre acte de l’émerveillement des Européens devant ces nouvelles espèces découvertes dans les pays lointains, du besoin de se raconter des histoires sur des animaux fabuleux, de décorer leur environnement avec des compagnons de papier, de leur soif de savoir et de diffuser cette connaissance par l’image : cinq siècles d’aventure humaine auprès des animaux avec tout le sérieux, l’art, la curiosité, la fantaisie, l’humour dont les hommes sont capables.

Double page du livre
Double page du livre

 

 

  • Références :
    • Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel (dir.), Animal, Paris : éditions de la Bibliothèque nationale de France, 192 pages, 38 euros. ISBN 978-2717726152. Préf. de Michel Pastoureau.

     

  • Contributeurs :
    • Céline Chicha-Castex, conservateur chargé des collections du XXe siècle
    • Lise Fauchereau, gestionnaire des collections modernes et contemporaines
    • Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur à la bibliothèque de l’université Pierre-et-Marie-Curie
    • Corinne Le Bitouzé, archiviste paléographe, directrice adjointe du département, conservateur chargé des collections du XVIIIe siècle
    • Séverine Lepape, archiviste paléographe, ancien conservateur chargé des collections des XVe et XVIe siècles, désormais conservateur au musée du Louvre
    • Rémi Mathis, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Monique Moulène, bibliothécaire, gestionnaire des collections du XIXe siècle
    • Michel Pastoureau, archiviste paléographe, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études
    • Cécile Pocheau-Lesteven, conservateur chargé des collections contemporaines
    • Vanessa Selbach, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Valérie Sueur-Hermel, conservateur chargé des collections du XIXe siècle
    • Jude Talbot, bibliothécaire, chargé de la numérisation

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution de l’inventaire des dessins du département des Estampes

Mêlé aux gravures dès la fondation du département des Estampes, enrichi régulièrement d’acquisitions et de dons, renforcé au XIXe siècle par un versement important de feuilles provenant de la bibliothèque Sainte-Geneviève et de la bibliothèque de l’Arsenal, le fonds de dessins du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France constitue une des collections publiques les plus riches en ce domaine.

Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco- espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,  Réserve B 11 a boîte format 4
Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco-
espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,
Réserve B 11 a boîte format 4

 

L’inventaire recense cinq cent soixante feuilles de l’école française du XVIIe siècle conservées à la Réserve du département. Formant le cœur de la collection de dessins de maîtres pour cette période, l’ensemble, d’une profonde originalité, renferme, à côté de feuilles de maîtres connus, de nombreux dessins en rapport avec des estampes. Couvrant les vastes champs de création de la gravure, il révèle des artistes oubliés ou trop souvent assimilés par l’histoire de l’art à un seul genre.

Fruit de recherches approfondies qui ont permis de proposer ou de renforcer des attributions et de préciser l’appareil bibliographique de chaque pièce, ce travail s’inscrit dans un cadre chronologique qui va de la génération des artistes nés vers 1590 (celle de Simon Vouet, Jacques Callot ou Pierre Brebiette) jusqu’à celle, née vers 1650, de Robert Nanteuil , portraitiste de Louis XIV, et des Bonnart, grands diffuseurs des gravures de mode.

 

Références

Barbara Brejon de Lavergnée (vec la collaboration de Damien Chantrenne, Pascale Cugy et Maxime Préaud), Dessins français du XVIIe siècle. Inventaire de la collection de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie (cotes B 6, B 7, B 11, B 14), Paris, BnF éditions, 2014, 21 X 29,7 cm, 320 pages (560 dessins reproduits et un cahier couleurs de 16 planches)

ISBN POD : 978-2-7177-2618-3
ISBN PDF : 978-2-7177-2619-0
ISBN HTML :978-2-7177-2550-6
Diffusion numérique : OpenEdition Books
Diffusion POD : BnF
Prix :
POD : 180 euros (disponible)
PDF : 88,99 euros
Versions PDF et HTLM : disponibles en octobre 2014

 

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage

Les auteurs

  • Barbara Brejon de Lavergnée, bibliothécaire chargée des collections de dessins anciens au département des Estampes et de la Photographie
  • Damien Chantrenne, docteur en histoire de l’art, attaché de conservation au musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône
  • Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art, chargée de mission à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, Paris
  • Maxime Préaud, conservateur général honoraire des bibliothèques

La fête de l’estampe à la BnF

Le lundi 26 mai a lieu la seconde édition de la Fête de l’estampe. Celle-ci a été créée en 2013 à l’initiative de Manifestampe, association visant à fédérer les structures du monde de l’estampe et à promouvoir ce medium. La date du 26 mai a été choisie en souvenir de l’édit de Saint-Jean-de-Luz qui proclame en 1660 la liberté du métier de graveur.

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, héritier du cabinet des Estampes des rois de France, s’associe à cet événement de plusieurs manières.

Sébastien Leclerc, Représentation des machines qui ont servi à eslever les deux grandes pierres qui couvrent le fronton de la principale entrée du Louvre. BnF, Estampes, Hennin 4940.

Le matin à 10h, le service de l’estampe ancienne recevra en chambre de Mazarin un groupe de quatorze personnes. Une présentation d’oeuvres sera assurée par Rémi Mathis, conservateur des estampes du XVIIe siècle, et Barbara Brejon de Lavergnée, en charge des dessins du XVIIe siècle, sur le thème « Estampes du XVIIe siècle, acquisitions remarquables de Sébatien Leclerc ».

Sera notamment mise à l’honneur une acquisition récente exceptionnelle du département des Estampes : l’oeuvre gravé d’une des meilleurs artistes du Grand Siècle, Sébastien Leclerc, tel que recueilli par l’auteur de son premier catalogue raisonné, Charles-Antoine Jombert. Nous aborderons plus largement à cette occasion l’oeuvre de Leclerc – dont le catalogue raisonné faisant aujourd’hui référence a été publié en 1980 par la BnF dans l’Inventaire du fonds français du département des Estampes, et dont nous fêtons cette année le trois centième anniversaire de la mort – l’estampe française du Grand Siècle, et les collections du département des Estampes.

Réservation au 01 53 79 49 49 ou sur visites@bnf.fr. Après inscription (obligatoire), rendez-vous à l’entrée du site Richelieu (5, rue Vivienne 75002 Paris) le lundi 26 mai à 10h.

L’après-midi, une des commissaires de l’exposition De Picasso à Jasper Johns. L’Atelier d’Aldo Crommelynck, Céline Chicha-Castex, conservateur des estampes du XXe siècle au département des Estampes, proposera deux visites (14h30 et 16h30, vingt personnes maximum par visite).

Exposition des dessins français du XVIIe siècle conservés au département des Estampes et de la Photographie

Dessins français du XVIIe siècle

Collections du département des Estampes et de la photographie

Bibliothèque nationale de France, Galerie Mansart, 18 mars –  15 juin 2014

Commissariat : Barbara Brejon de Lavergnée

 

François Chauveau. Projet d'écran avec des scènes illustrant l'histoire de Renaud et Armide sanguine diam. 29,2 cm BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e  boîte in-fol.
François Chauveau. Projet d’écran avec des scènes illustrant l’histoire de Renaud et Armide
sanguine
diam. 29,2 cm
BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e boîte in-fol.

L’exposition, qui présente cent dessins français du XVIIe siècle du département des Estampes et de la Photographie, ainsi qu’une cinquantaine d’estampes qui s’y rapportent, évoque l’œuvre de nombreux artistes qui couvrent tout le siècle, du règne d’Henri IV jusqu’à la mort de Louis XIV : de Martin Fréminet à Simon Vouet, de Michel Ier Corneille à Charles Le Brun, Jean Jouvenet ou Charles de La Fosse, de Jacques Bellange, Jacques Callot à  Pierre Brebiette, Israël Silvestre, Jean Lepautre, Sébastien Leclerc et Robert Nanteuil.

 

 

 

Mêlé aux estampes dès l’acquisition pour le Roi en 1667 de la collection de Michel de Marolles – acte fondateur du département des Estampes- enrichi encore de nos jours d’acquisitions et de dons, le fonds de dessins a été renforcé au XIXe siècle par un versement très important de feuilles provenant de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque de l’Arsenal, en application  d’un décret ministériel de novembre 1860 visant à réorganiser les fonds patrimoniaux des bibliothèques parisiennes.

L’ensemble se signale par une profonde originalité car, à côté d’études de peintres connus et bien représentés dans les collections publiques françaises, il renferme de nombreux dessins préparatoires pour des estampes, qu’il s’agisse de projets conçus par les graveurs eux-mêmes ou de compositions confiées par les artistes à des praticiens expérimentés pour être traduites en taille-douce.

Il offre l’occasion de découvrir des artistes qui sont sortis de l’oubli récemment comme Louis Richer, Marin Desmarestz, ou dont l’oeuvre dessiné est extrêmement restreint comme Daniel Rabel, Louis Testelin, Jean Dubois, Foucher, Claude Spierre ou Jacques Rousseau.  Organisée selon un  parcours chronologique, l’exposition permet de confronter les dessins aux estampes et d’évoquer les domaines les plus divers qui, pour certains d’entre eux, font l’objet d’une section thématique : compositions funéraires, projets architecturaux, entrées triomphales, illustration d’almanachs, images satiriques ou encore ces figures de « mode » qui remportèrent tant de succès sous le règne de Louis XIV avec Nicolas Ier Larmessin et la famille des Bonnart.

C’est aussi l’occasion de montrer que les artistes ne s’enferment pas dans un seul répertoire et qu’un peintre d’histoire peut fournir un dessin destiné à la gravure sans rapport avec sa peinture. Couvrant des champs de création multiples dans le cadre de la vie quotidienne, l’estampe constitue une source de revenus non négligeables pour un artiste, tout en permettant la diffusion de son œuvre : les débuts du jeune Charles Le Brun se placent ainsi sous le sceau de la gravure ; illustrés par plusieurs dessins dans l’exposition, ils révèlent de manière étonnante le cheminement artistique du futur premier peintre du Roi.

Souvent inédites et pour la plupart jamais exposées, les œuvres ont  bénéficié de nouvelles attributions et donnent une image renouvelée de la richesse de la scène artistique à Paris au cours du Grand Siècle et du foisonnement constant de son expression.

 

Catalogue d’exposition édité par la Bibliothèque nationale de France (200 pages, 150 reproductions, 39 euros), sous la direction de Barbara Brejon de Lavergnée. Préface par Pierre Rosenberg, de l’Académie française. Essai par Bénédicte Gady. Notices par Audray Adamczak, Ronan Bouttier, Barbara Brejon de Lavergnée, Damien Chantrenne, Dominique Cordellier, Pascale Cugy, Alexandre Gady, Jérôme de La Gorce, Maxime Préaud et Vanessa Selbach

Cette exposition fait partie des événements organisés dans le cadre de la semaine du salon du dessin 2014.

Pour quelques cosses de pois de plus…

L’auteur remercie Peter Fuhring, pour les précieuses informations qu’il a pu lui fournir.

Le classement des séries du département des Estampes est complexe mais correspond à la logique de travail d’hommes des XVIIIe et XIXe siècles qui se sont trouvés devant une masse de plusieurs millions d’images à organiser sans avoir les possibilités matérielles de les décrire une à une. Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs échouent parfois à localiser l’ensemble des pièces qui les intéressent, en oubliant certains recoins… ou tout simplement parce que les bibliothécaires d’antan ont commis une erreur de classement.

La petite (re-)découverte dont nous parlons ici a trait à l’estampe en style « cosse-de-pois » dont il a déjà été question ici. Ce style ornemental – largement parisien – des premières décennies du XVIIe siècle est d’une grande originalité. Les planches réalisées dans ce style proposent des modèles ornementaux destinés aux orfèvres du temps : elles sont souvent très rares, et permettent de comprendre la diffusion d’un goût et de modèles décoratifs dans la France d’Henri IV et de Louis XIII. Peter Fuhring et Michèle Bimbenet ont donné une étude monumentale sur le sujet, répertoriant l’ensemble des planches connues dans les collections publiques du monde entier (Peter Fuhring et Michèle Bimbenet-Privat, « Le style “cosses de pois”. L’orfévrerie et la gravure à Paris sous Louis XIII », Gazette des beaux-arts, janvier 2002, p. 1-224).

Suite de Gédéon Légaré, planche 5
Suite de Gédéon Légaré, planche 5

Gédéon Légaré fait partie de ces graveurs d’estampes en style « cosse-de-pois ». Il figure dans l’inventaire du fonds français (Maxime Préaud, Inventaire du fonds français de la Bibliothèque nationale, Leclercq-Lenfant (t. 10), Paris, BN, 1989, p. 50-51.) du département des Estampes de la BnF. N’y sont toutefois mentionnées que les planches qui se trouvent dans le volume Réserve Le-40-Fol, c’est-à-dire les planches 1, et 3 à 7. Ces informations sont reprises par Fuhring et Bimbenet (ibid., p. 112-113).

Il faut en réalité ajouter à cet inventaire des nouvelles épreuves des planches 2 et 5, qui se trouvaient de manière inattendue dans la « matière », c’est-à-dire le supplément, non relié et mis en boîte, d’une série documentaire – en l’occurrence, celle sur la typographie et les livres (Kb-Mat-4a (2)). Ces planches n’étaient pas dans un excellent état, il y avait des manques dans les deux coins supérieurs (surtout le droit) de la planche 2 et au coin supérieur gauche de la planche 5. Elles ont été restaurées par l’atelier du département en décembre 2013/janvier 2014.

Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625
Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625

Des planches appartenant à une autre suite en cosse-de-pois ont été retrouvées au même endroit : les n° 12, 14, 16 et 17 du catalogue Fuhring-Bimbenet (anonymes, vers 1620-1625, p. 53-54) auparavant connus en seulement deux exemplaires (Amsterdam, coll. Gans ; et Paris, INHA).

Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un autre style que la cosse-de-pois, nous avons également retrouvé plusieurs planches ornementales en noir, qui servaient également de modèle d’orfèvrerie. Ces quatre planches (3 de modèles et la page de titre) sont dues au Monogrammiste AD (signées ADF pour « A.D. fecit ») et datées de 1608. Leur tirage demande une maîtrise technique parfaite, et elles sont elles aussi rarissimes : il n’existe apparemment qu’une seule suite complète à Berlin (Kunstbibliothek OS 774(1), voir Katalog der Ornamentstichsammlung der Staatlichen Kunstbibliothek Berlin, Berlin et Leipzig, 1939, n° 744(1)), et quelques planches isolées à la bibliothèque de l’INHA (coll. Doucet (Foulc 1914, n° 479(19))). Nagler dans ses Monogrammistes (I, n° 402) classe ce maître, sans doute un apprenti orfèvre ou un orfèvre, parmi les Allemands, mais Guilmard (Les maîtres ornemanistes, Paris, Plon, 1880, p. 38), et ensuite la Kunstbibliothek de Berlin, parmi les Français.

Toutes ces planches ont été extraites de la « matière », ont été restaurées puis ont rejoint la suite Vollant (acquise en 2011) dans le recueil Réserve Lz-709-PET-FOL consacré à l’orfèvrerie.

Le Bois Protat se prépare au public

Le Bois Protat, matrice considérée comme la plus ancienne en Occident, sera mis à l’honneur à l’occasion de l’exposition Les Origines de l’Estampe, que le département des Estampes organise au Louvre et sur laquelle nous aurons l’occasion de revenir très vite.

Jamais encore montrée au grand public, cette pièce unique a dû être ré-inspectée afin de s’assurer que son transport et son installation au Louvre ne poseraient pas de problèmes.

Depuis 2007, le bois est conservé dans une boîte climatique équipée dans sa monture en ramin de cavités pour y abriter des cristaux de sels. Il avait alors été restauré. Mais depuis son installation dans ce milieu hygrométrique constant, le bois, qui n’a jamais voyagé depuis son acquisition en 2001 par la BnF, était devenu moins stable, ayant perdu en humidité et donc en épaisseur.

Il était devenu nécessaire de le refixer à l’intérieur de la climabox. Ce fut également l’occasion de changer les cristaux et nettoyer les vitres car il sera présenté dans cet écrin à l’exposition.

Les deux restaurateurs qui sont intervenus sont ceux qui avaient réalisé en 2007 le montage et la fixation de la planche en bois à l’intérieur, Daniel Jaunard et Benoît Coignard. Nous publions ces photos avec leur aimable autorisation.

Voici donc un aperçu du conditionnement du Bois Protat et un détail d’une des chevilles le maintenant fixé à l’intérieur de ce caisson climatique.

Le Bois Protat dans sa boîte climatiqueP1070812

 

 

 

 

 

 

 

L’opération a consisté à sortir la matrice de la boîte.

P1070822

 

P1070814

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Bois Protat est ainsi visible sans sa vitre, à la plus grande joie des quelques privilégiés qui purent assister à ce moment. Voici quelques photos que nous partageons avec vous.

P1070823

P1070824

Côté Crucifixion

Détail du côté de l'Annonciation

Détail du côté de la Crucifixion

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les restaurateurs ont refixé le bois en fabricant pour toutes les chevilles un petit coussin de silicone séparé du bois par un papier japonais.

Refixation du Bois dans ses chevilles

Détail du côté de la Crucifixion avec le coussinet de silicone et le papier japon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les nouveaux coussins de silicone ont séché toute la nuit. Les restaurateurs inspectent le travail le lendemain…
P1070843

 

 

 

 

 

 

L’opération a été concluante. Le Bois retourne dans sa climabox dotée de nouveaux cristaux de sel et est maintenant prêt au transport et à l’exposition.

Le Bois Protat est ré-installé dans sa boîte

 

 

 

 

 

 

Le Bois Protat reconditionné
Le Bois Protat reconditionné

Pour ceux qui voudront en apprendre davantage sur le Bois Protat, et avoir l’occasion de le voir, rendez-vous le 17 octobre au Musée du Louvre!

Journées du Patrimoine : Jeux de carte du département des Estampes et de la photographie

Le Département des Estampes et de la photographie de la BnF conserve plus de 2 000 jeux de cartes et ensembles de cartes à jouer. Réunion unique de pièces issues de dons (Gaignières en 1716, Hennin en 1863) , cette collection s’est trouvée grandement augmentée de ceux de Georges Marteau en 1916 et de Paul Marteau en 1966, respectivement neveu et petit-neveu du célèbre cartier du XIXe siècle Baptiste-Paul Grimaud, ainsi que du don d’Henry d’Allemagne en 1946. Associés, ces ensembles composent un panorama exceptionnel de l’histoire de la carte à jouer et de l’estampe, depuis le XVe jusqu’au XXe siècle : s’y croisent tarots allemands et Âs Nas persans, jeux de coucou italiens et jeux révolutionnaires français, Ganjifa mogholes et jeux divinatoires, évocations familières autant qu’exotiques. S’y distinguent en particulier les 17 cartes du Tarot dit « de Charles VI », richement décorées et enluminées ; le tarot de Mantegna ; les 55 cartes du jeu du Maître des cartes à jouer ; ou encore ce très rare Minchiate par François de Poilly.

  Tarot dits de CharlesVI                     

Tarot de Charles VI : le Fou, la Mort (lame XIII) et la Lune (lame XVII). – Peinture a tempera à l’œuf, feuille d’or et d’argent, dessin à l’encre noire sur papier ; 18 x 9,5 cm. Collection Gaignières (donnée en 1716). Cote : RESERVE KH-24-BOITE ECU

Afin de mettre à la disposition de chercheurs et du public cet ensemble exceptionnel, une opération de catalogage dans le catalogue général de la Bibliothèque nationale de France est en cours depuis le début de l’année 2013, préparant la numérisation puis la mise en ligne dans Gallica de ces quelques 60 000 cartes dès 2014-2015.

 

Jeu RévolutionaireNouvelles cartes de la République française, jeu révolutionnaire conçu par Jaume et Dugourc, 1793 : cartes de tête et d’as. Gravure sur bois coloriée au pochoir, 40,5 x 23 cm (tr. c.) Collection Hennin (léguée en 1863). Cote : RESERVE QB-201 (134)-FOL

 

 

 

À l’occasion des Journées du Patrimoine, les 14 & 15 septembre 2013 prochains, seront exposés plusieurs jeux remarquables, ainsi qu’une matrice, un moule et une enveloppe de jeu restituant le processus de fabrication des cartes à jouer.

 

Jude Talbot, département des Estampes et de la photographie

Salon de l’estampe : la bête du Gévaudan

Ces oeuvres ont été présentées sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe du Grand-Palais, en avril 2013. Nous en publierons les notices une à une durant l’été.

Notice de Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur stagiaire des bibliothèques, stagiaire au département des Estampes et de la Photographie de la BnF (avril 2013)

À partir du printemps 1764 et jusqu’en 1767,  le Gévaudan est le théâtre d’attaques animales inexpliquées : des dizaines de femmes et d’enfants sont massacrés par ce que l’on croit d’abord être des loups, puis une « Bête » unique, monstrueuse et toujours affamée de chair humaine. Les gazettes s’emparent de l’affaire, et la « Bête du Gévaudan » acquiert rapidement une renommée nationale et européenne.

Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan en 1764
Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan en 1764

L’image imprimée, dans ce contexte, est tout à la fois le vecteur et l’illustration du phénomène. L’enjeu est de dresser « le vrai portrait » (fig. 1) de l’animal, témoignages à l’appui, et dans cet effort de véracité l’image emprunte parfois sa forme à la planche d’un recueil d’histoire naturelle (fig. 2). La diversité des représentations atteste en tout cas des oscillations de l’opinion autour de l’identité de la « Bête ».

Hyenne
Hyenne

Le bois gravé (fig. 3) se prête à la figuration, archaïque et presque médiévale, d’un animal fantastique effrayant. Qu’elle ait été assimilée à une hyène (fig. 2) ou à un monstre hybride (fig. 1), la Bête du Gévaudan a alimenté la production d’estampes naïves, souvent sommaires, qui témoignent du rôle joué par l’image dans la naissance de mythes populaires.

Figure de la bête farouche
Figure de la bête farouche

Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan
Burin
16,5 x 23 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Hennin, 9189

Hyenne
Burin
23,5 x 44,5 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Hennin, 9190

Figure de la bête farouche
Aux Associés, chez F.-G. Deschamps
Gravure sur bois et typographie
17,8 x 34,3 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Qb1 (1764)