Exposition de Joël-Peter Witkin à la BnF : photographies et estampes

L’univers de Joel-Peter Witkin, photographe américain fort célèbre ne laisse pas indifférent. Ses photographies composées de nombreux montages d’images révèlent un monde étrange où le corps mutilé, torturé, hors-norme, les êtres hermaphrodites ou simplement monstrueux sont rois. Œuvres de l’écart, elles s’enracinent aussi dans un large champ artistique, puisant aux sources des grands maîtres.

L’exposition ainsi présentée à la Bibliothèque nationale de France réunit plus de 80 photographies provenant de la collection de Witkin, de son galeriste Baudoin Lebon et de différentes institutions françaises en les faisant dialoguer avec une quarantaine d’estampes du fonds de la BnF. C’est la une confrontation originale, inédite, d’où jaillissent d’heureuses et inattendues rencontres.

Les estampes choisies selon une chronologie étendue (XV-XXe siècles), sonnent comme des échos ou s’offrent comme des reflets, jamais comme des modèles entendus stricto sensu. Elles confrontent les thèmes de prédilection de l’artiste, les vanités, le corps dénudé, le squelette, la crucifixion avec les styles d’artistes aussi divers que Dürer, Goltzius, Rembrandt, Goya, Rops ou Picasso.

Le corps est un véritable jalon, fil conducteur de toute l’exposition. Il sert d’invitation à la réflexion que le spectateur d’une telle exposition se fera en regardant dialoguer les muscles vibrants des compagnons de Cadmus dévorés par le dragon de Goltzius, l’allongement maniérée du corps de Cléopâtre se donnant la mort de Jean Mignon d’après Luca Penni ou le corps simple et sans apprêts de la Femme à la flèche de Rembrandt avec par exemple, le Portrait de Nan, Courbet in Rejlander’s Pool ou Paris Triad : the Reader.

Rembrandt. Femme à la flèche. Eau-forte, burin et pointe sèche. Ca-13a (22)-Boîte écu
Rembrandt (1606-1669). Femme à la flèche. Eau-forte, burin et pointe sèche. Ca-13a (22)-Boîte écu
Joel-Peter Witkin. The Paris Triad: the Reader, 2011. Paris, BNF, département des Estampes Copyright Witkin
Joel-Peter Witkin. The Paris Triad: the Reader, 2011. Tirage aux sels d’argent, colorié. Paris, BNF, département des Estampes et de la Photographie. Copyright Witkin. Cliché Bertrand Huet
Jean Mignon d'après Luca Penni. Mort de Cléopâtre. Eau-forte. BA-11-Fol

La violence des photographies sublimée par les tirages très travaillés de Witkin fait écho à celles d’œuvres passées désormais dans le répertoire classique de l’histoire de l’art, telle Judith et Holopherne gravées d’après Rubens par Cornelis Galle Ier ou La Chimère de Jean-Louis Desprez .Ces dernières permettent au visiteur de prendre du champ par rapport à l’intensité de certaines photographies, de saisir l’audace de certaines œuvres d’art ancien et de s’interroger, peut-être, sur ce qui suscite l’émotion, voire le dégoût chez les unes et l’intérêt distancé chez les autres.

Cornelis Galle I (1576-1650). Judith et Holopherne d'après Rubens. vers 1630. Eau-forte et burin. CC-27 (1)-Fol
Cornelis Galle I (1576-1650). Judith et Holopherne d'après Rubens. vers 1630. Eau-forte et burin. CC-27 (1)-Fol

 

Joel-Peter Witkin. Portrait of Nan, 1984. Tirage aux sels d’argent. Paris, BNF, département des Estampes. Copyright Witkin
Joel-Peter Witkin. Portrait of Nan, 1984. Tirage aux sels d’argent. Paris, BNF, département des Estampes et de la Photographie. Copyright Witkin. Cliché Michel Urtado
Jean-Louis Desprez. (1742-1804) La Chimère de Mr Desprez. Eau-forte. Ha-52-Fol
Jean-Louis Desprez. (1742-1804) La Chimère de Mr Desprez. Eau-forte. Ha-52-Fol

Witkin travaille le tirage de ses œuvres lui-même, grattant, collant, retouchant, découpant. La mise en scène et la prise de vue ne sont qu’un début, le véritable travail se faisant en chambre obscure. Un peu à la manière du graveur qui sait que pour avoir un bon tirage, encrage et impression sont essentielles à la naissance de l’estampe.

 

Exposition Joel-Peter Witkin: Enfer ou Ciel

Commissariat: Anne Biroleau-Lemagny

27 mars-1er juillet 2012

Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu,

Entrée 5 rue Vivienne, Galerie Mansart

Pour en savoir plus :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.jp_witkin.html

 

 

Jean-Jacques Rousseau (1712-1788) : expositions

Parmi les célébrations de l’année 2012 est à souligner le tricentenaire de la naissance de Rousseau à Genève, le 28 juin 1712. Colloques, journées d’étude, conférences marquent cet évènement en Europe, Amérique, Russie… Ainsi que plusieurs expositions en Suisse (Genève, Vevey) et en France ( Fontainebleau, Montmorency, Ermenonville, Chambéry, Vizille et Paris).

Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par A. de Saint-Aubin (BnF, N2 (Rousseau)
Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par Augustin de Saint-Aubin (BnF Estampes, N2 Rousseau, tome 3

La capitale a tenu à honorer l’écrivain en deux lieux chargés d’histoire, l’Assemblée nationale et le Panthéon. La Bnf participe à ces deux manifestations par des prêts de certains de ses départements, dont le département des Estampes (très souvent sollicité en la matière en France et à l’étranger).

Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d'après Moreau le jeune. BnF, Hennin, 9686
Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d'après Jean-Michel Moreau le jeune. BnF Estampes, Hennin 9686

L’exposition de l’Assemblée nationale “Rousseau et la Révolution”, précédée d’un colloque, a eu lieu du 10 février au 6 avril 2012. Parmi les philosophes du XVIIIème siècle, Jean-Jacques fut celui dont la Révolution s’inspira le plus directement par son Contrat social publié en 1762, les partis politiques du temps reprenant chacun à son compte ses idées. Un “fonds Rousseau” important de manuscrits du genevois entra dès 1794 à l’Assemblée. Concernant le département des Estampes, une quinzaine de gravures -choisies par le commissaire de l’exposition- y furent présentées parmi les oeuvres d’autres collections : histoire, caricatures, portraits et allégories du philosophe, carte de membre de la section du Contrat social… Un important catalogue pérennise l’évènement.

Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. D. Martin d'après A. Ramsay (tableau de la collection de Hume), manière noire. BnF, De Vinck 6334
Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. Gravure en manière-noire de David Martin d'après Allan Ramsay (tableau de la collection de Hume). BnF Estampes N2 Rousseau, tome 1

Une seconde exposition, organisée par le Louvre, est prévue au Panthéon du 1er juillet au 30 septembre 2012, sur le thème “Jean-Jacques Rousseau et les arts”. Elle fait appel à différents  prêteurs : musées, collectionneurs, organismes divers, bibliothèques dont la BnF. Une trentaine d’estampes du département y figureront – choisies par Guilhem Scherf, conservateur en chef du département des Sculptures-  en majorité du XVIIIème siècle, parfois du début du XIXème. On y verra une sélection de  portraits de Rousseau (le département en possède des centaines …), quelques uns inspirés du fameux pastel de La Tour exposé au Salon de 1753 ; des portraits de certains de ses contemporains (Hume, Voltaire), des illustrations d’un petit nombre de ses oeuvres (La Nouvelle Héloïse, l’Emile) ;  des personnages de l’Antiquité et des artistes  cités dans ses écrits (Lycurgue, Poussin, Greuze). Ainsi que plusieurs lieux où vécut ce perpétuel errant : les Charmettes en Savoie, Montmorency, Ermenonville où il se plaisait à herboriser et où il mourut le 2 juillet 1778 dans la propriété du marquis de Girardin qui l’avait accueilli en mai. Inhumé en ce lieu dans l’île des Peupliers, un véritable culte s’établit dès sa mort autour de son tombeau, où se pressèrent grands de ce monde (Marie-Antoinette, son frère Joseph II d’Autriche, Gustave III de Suède,  Benjamin Franklin…) et modestes admirateurs. Le 14 avril 1794 la Convention vota l’entrée de Rousseau au “Panthéon des Grands Hommes”, la  cérémonie du transfert se déroulant avec faste et panache le 11 octobre 1794.

Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault
Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault. (BnF Estampes Qb1 11 octobre 1794)

Pour aller plus loin :

Rousseau et la Révolution, catalogue d’exposition,  Assemblée Nationale, du 10 février au 6 avril 2012, Paris : Gallimard, 2012.

Exposition Jean-Jacques Rousseau et les Arts, sous la dir. de Guilhem Scherf, Paris, Panthéon, du 29 juin au 30 septembre 2012. http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/1073/jean-jacques-rousseau-et-les-arts/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search