Jean-Jacques Rousseau (1712-1788) : expositions

Parmi les célébrations de l’année 2012 est à souligner le tricentenaire de la naissance de Rousseau à Genève, le 28 juin 1712. Colloques, journées d’étude, conférences marquent cet évènement en Europe, Amérique, Russie… Ainsi que plusieurs expositions en Suisse (Genève, Vevey) et en France ( Fontainebleau, Montmorency, Ermenonville, Chambéry, Vizille et Paris).

Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par A. de Saint-Aubin (BnF, N2 (Rousseau)
Section du contrat social : le gouvernement républicain est le seul légitime. Par Augustin de Saint-Aubin (BnF Estampes, N2 Rousseau, tome 3

La capitale a tenu à honorer l’écrivain en deux lieux chargés d’histoire, l’Assemblée nationale et le Panthéon. La Bnf participe à ces deux manifestations par des prêts de certains de ses départements, dont le département des Estampes (très souvent sollicité en la matière en France et à l’étranger).

Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d'après Moreau le jeune. BnF, Hennin, 9686
Arrivée de J.-J. Rousseau aux Champs Elisées. CFA Macret d'après Jean-Michel Moreau le jeune. BnF Estampes, Hennin 9686

L’exposition de l’Assemblée nationale “Rousseau et la Révolution”, précédée d’un colloque, a eu lieu du 10 février au 6 avril 2012. Parmi les philosophes du XVIIIème siècle, Jean-Jacques fut celui dont la Révolution s’inspira le plus directement par son Contrat social publié en 1762, les partis politiques du temps reprenant chacun à son compte ses idées. Un “fonds Rousseau” important de manuscrits du genevois entra dès 1794 à l’Assemblée. Concernant le département des Estampes, une quinzaine de gravures -choisies par le commissaire de l’exposition- y furent présentées parmi les oeuvres d’autres collections : histoire, caricatures, portraits et allégories du philosophe, carte de membre de la section du Contrat social… Un important catalogue pérennise l’évènement.

Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. D. Martin d'après A. Ramsay (tableau de la collection de Hume), manière noire. BnF, De Vinck 6334
Jean-Jacques Rousseau. Vitam impendere vero. Gravure en manière-noire de David Martin d'après Allan Ramsay (tableau de la collection de Hume). BnF Estampes N2 Rousseau, tome 1

Une seconde exposition, organisée par le Louvre, est prévue au Panthéon du 1er juillet au 30 septembre 2012, sur le thème “Jean-Jacques Rousseau et les arts”. Elle fait appel à différents  prêteurs : musées, collectionneurs, organismes divers, bibliothèques dont la BnF. Une trentaine d’estampes du département y figureront – choisies par Guilhem Scherf, conservateur en chef du département des Sculptures-  en majorité du XVIIIème siècle, parfois du début du XIXème. On y verra une sélection de  portraits de Rousseau (le département en possède des centaines …), quelques uns inspirés du fameux pastel de La Tour exposé au Salon de 1753 ; des portraits de certains de ses contemporains (Hume, Voltaire), des illustrations d’un petit nombre de ses oeuvres (La Nouvelle Héloïse, l’Emile) ;  des personnages de l’Antiquité et des artistes  cités dans ses écrits (Lycurgue, Poussin, Greuze). Ainsi que plusieurs lieux où vécut ce perpétuel errant : les Charmettes en Savoie, Montmorency, Ermenonville où il se plaisait à herboriser et où il mourut le 2 juillet 1778 dans la propriété du marquis de Girardin qui l’avait accueilli en mai. Inhumé en ce lieu dans l’île des Peupliers, un véritable culte s’établit dès sa mort autour de son tombeau, où se pressèrent grands de ce monde (Marie-Antoinette, son frère Joseph II d’Autriche, Gustave III de Suède,  Benjamin Franklin…) et modestes admirateurs. Le 14 avril 1794 la Convention vota l’entrée de Rousseau au “Panthéon des Grands Hommes”, la  cérémonie du transfert se déroulant avec faste et panache le 11 octobre 1794.

Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault
Apothéose de J.-J. Rousseau ; sa translation au Panthéon. Dessiné et eau-forte par Girardet, repris au burin par Berthault. (BnF Estampes Qb1 11 octobre 1794)

Pour aller plus loin :

Rousseau et la Révolution, catalogue d’exposition,  Assemblée Nationale, du 10 février au 6 avril 2012, Paris : Gallimard, 2012.

Exposition Jean-Jacques Rousseau et les Arts, sous la dir. de Guilhem Scherf, Paris, Panthéon, du 29 juin au 30 septembre 2012. http://www.monuments-nationaux.fr/fr/actualites/a-la-une/bdd/actu/1073/jean-jacques-rousseau-et-les-arts/

La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari à l’exposition Cima da Conegliano

Le département des Estampes et de la Photographie a consenti un prêt exceptionnel d’une œuvre à la virtuosité technique et aux dimensions extraordinaires, La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari pour l’exposition Cima da Conegliano (1459/1460-1517/1518) au Musée du Luxembourg.

Artiste d’origine vénitienne, Jacopo de’ Barbari (ca 1470- ca1516) est un peintre, dessinateur et graveur, maniant avec une belle aisance le burin. Il est aussi à l’origine de cette ambitieuse composition gravée en six planches de bois, représentant en vue cavalière la ville de Venise en 1500. L’entreprise très coûteuse prit trois ans pour être menée à bien. La gravure fut financée et imprimée par Anton Kolb, éditeur originaire de Nuremberg et installé à Venise, qui obtint le privilège auprès de la Sérénissime de la commercialiser au prix relativement élevé de trois florins. Barbari fournit les dessins et dut très vraisemblablement veiller de très près à sa traduction dans le bois par des graveurs professionnels.

Cette vue de Venise existe en deux états, le premier daté de 1500, montre le campanile de la Piazza San Marco avec son toit plat temporaire après qu’un feu l’eut détruit en 1489. Dans le 2e état, le bois a été corrigé pour prendre en compte la restauration faite du toit en 1511-1514 et la date  (MD) a été ôtée. C’est le premier état qui est ici montré. Les détails observables sont d’une grande précision. Jacopo de’ Barbari a su rendre grâce aux lois de la perspective qu’il a étudié avec soin, l’agencement d’un quartier, d’un complexe de palais et de leurs façades pour former cette immense vue aérienne de Venise et de ses proches îles.

Assemblées, les six planches gravées forment un ensemble de plus d’un mètre de haut sur près de trois mètres de long. Une petite dizaine d’exemplaires est aujourd’hui conservée. Celui du département des Estampes est sans doute l’un des plus beaux et la trace du foulage du bois au verso est d’une incroyable fraîcheur. Les matrices en bois ont été, chose rarissime, conservées et actuellement exposées au Musée Correr à Venise.

Visible au tout début de l’exposition, la vue consiste en  une ouverture magistrale de ce que pouvait être la Sérénissime du temps de Cima da Conegliano, qui y passe une grande partie de sa carrière et y exécute nombre de tableaux d’autels aujourd’hui rassemblés pour la première fois à l’occasion de cette exposition. Cima da Conegliano et Jacopo de’ Barbari se sont sans doute connus et ont assurément fréquenté les mêmes cercles d’humanistes, avant que Jacopo ne quitte définitivement Venise pour s’installer d’abord à la cour de Maximilien Ier, puis à Wittenberg et enfin à Malines, où il est pensionné comme peintre de Marguerite d’Autriche.

La vue  de Venise est astucieusement servie par une scénographie qui montre sur le mur opposé, sous la forme de détails reproduits, les différents lieux de commande des tableaux de Cima, ainsi que sa maison. Elle forme un pendant fort intelligent avec la dernière œuvre présentée lors de l’exposition, un grand tableau personnifiant la ville de Venise sous les traits du lion de saint Marc, gigantesque, entre saint Jean-Baptiste, saint Jean-l’évangéliste, sainte Marie-Madeleine et saint Jérôme (1506-1508), réalisé pour la Messetaria du Palazzo  dei Camerlenghi.

Exposition Cima da Conegliano, Musée du Sénat, 5 avril-15 juillet 2012, commissaire Giovanni C. F. Villa.

 

 

 

 

 

“A Table!” Estampes anciennes de la BnF exposées au Salon international de l’estampe de Paris

Le Salon International de l’Estampe est devenu pour le département des Estampes de la BnF un rendez-vous incontournable et attendu. C’est aussi une occasion unique de pouvoir exposer et mettre en valeur en une trentaine de pièces la diversité des collections autour d’un thème qui réunit l’expertise des différents conservateurs responsables des fonds. Le temps du salon, le public amateur et éclairé peut ainsi avoir accès à des œuvres souvent peu exposées. Il peut également s’informer sur le département qui accueille toute l’année dans ses salles de lecture étudiants et chercheurs travaillant sur le médium. Associé au Salon du livre ancien, le Salon International de l’Estampe bénéficie de la fréquentation des amateurs de livres rares et des bibliophiles.

Le département des Estampes est invité par la Chambre syndicale de l’estampe à exposer sur 36 m2 une sélection d’œuvres qui, cette année, porte sur les Arts de la table. Si l’ensemble des estampes et dessins ne porteront pas seulement sur l’époque ancienne, quelques pièces de choix datant des XVI-XVIIIe siècles seront exposées.

Abraham Bosse, Festin de l'ordre du Saint-Esprit, 1633

L’iconographie du festin est ainsi abordée à la fois dans un contexte religieux et profane. Par l’intermédiaire d’œuvres rares comme une estampe monumentale de Pierre Lepautre pour un Almanach royal de l’année 1688, le caractère officiel du banquet de cour est mis en avant, en écho avec la gravure d’Abraham Bosse représentant Le Festin donné aux Chevaliers de l’Ordre-du-Saint-Esprit, datée de 1633, où l’artiste souligne comment le repas honorifique constitue un élément de rituel et de cohésion de ce groupe.

Nicolas de Launay, Cuillère, fourchette, Couteau avec les armes de France, pour le service en or de Louis XV, 1726-1727

Dans ce domaine également, l’estampe revêt aujourd’hui un rôle documentaire inestimable pour qui souhaiterait mieux comprendre l’art de la table aux périodes anciennes. La Parabole de Lazare et du Mauvais Riche gravée par Jacob Matham en 1606 donne à voir dans un décor de commedia dell’arte la vaisselle et les serviteurs s’affairant autour d’une grande tablée. La gravure et le dessin peuvent également intervenir comme premiers projets pour la réalisation d’ustensiles et de service de table. Cet aspect se trouve évoqué par différentes œuvres, comme le Projet de sculpture en argent d’un grand surtout de table et les deux terrines gravé par Huquier d’après Meissonnier, un Projet dessiné de couverts pour un service en or destiné à Louis XV vers 1726-1727, attribué à Nicolas de Launay, orfèvre du roi, ou plus ancien encore, des  projets de tables gravés à l’eau-forte par Jacques Androuet du Cerceau.

Frans van den Wyngaerde (1614-1679), d’après Rubens. Le Satyre enivré ou le rêve de Silène . Ca 1670

La représentation de la table est rarement anodine : nombreux niveaux de lecture s’y entremêlent. A la célébration évidente d’un moment agréable peut parfois s’ajouter une dimension allégorique ou une dénonciation féroce des us et abus du repas comme dans le curieux Banquet des Moines et des Jésuites daté de 1688, portant une fausse signature pour protéger le graveur de son audacieuse critique de l’Église.  Elle peut aussi être l’occasion d’un tour de force technique, avec une très rare estampe d’après Rubens par Frans van den Wyngaerde, élève de Paul Pontius, Le Satyre enivré ou le rêve de Silène. Ce burin est l’un des premiers essais de taille-douce en couleurs, avec un encrage à la poupée pour chaque couleur, requérant beaucoup de dextérité.

Nous vous donnons donc rendez-vous sous la Nef du Grand Palais, du vendredi 27 avril au dimanche 29 avril.

Informations pratiques

Salon international de l’estampe et du livre ancien

Nef du Grand Palais

27 au 29 avril, 11h-20h

Vernissage sur invitation le 26 avril, 17h-22h

Stand de la BnF : I01

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search