Le Getty Paper Project au département des Estampes et de la Photographie de la BnF

Depuis 2018, la fondation Getty a mis en place un programme de mécénat intitulé Paper Project, dont l’un des volets consiste en l’attribution de bourses aux cabinets d’art graphique du monde entier afin de favoriser la formation des futurs conservateurs spécialisés dans le domaine des arts graphiques.

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France a la chance de pouvoir bénéficier de ce mécénat exceptionnel. Dans ce cadre, une conservatrice-pensionnaire, Anna Baydova, a rejoint le service de l’estampe ancienne et de la Réserve pour une durée de deux ans, de novembre 2020 à novembre 2022. Pleinement associée à l’ensemble des activités du service, elle travaille aussi plus spécifiquement sur le fonds des estampes et des dessins de l’École de Fontainebleau, en collaboration avec Caroline Vrand et Pauline Chougnet conservatrices respectivement des estampes des XVe et XVIe siècles et des dessins.

Ces dernières interrogent Anna Baydova sur son parcours, son quotidien au département des Estampes et ses projets.

Peux-tu tout d’abord nous présenter ton parcours ?

D’origine russe, j’ai appris le français à l’université d’État de Moscou Lomonossov, où j’ai effectué mes études d’histoire de l’art de 2006 à 2011. J’ai été très vite prise de passion pour la gravure et, parallèlement à mes études de master, j’ai pu compléter mes connaissances en travaillant à mi-temps comme conservatrice au département des Arts graphiques du Centre de restauration scientifique Igor Grabar. La chance de côtoyer les restaurateurs de très haut niveau a ajouté la matérialité des œuvres à la liste de mes intérêts. Et aujourd’hui encore le travail avec les ateliers de restauration de la BnF fait partie de mes missions préférées.

Pour mon mémoire de M2, j’ai choisi de travailler sur l’apport du Livre de perspective de Jean Cousin père (Paris, Jean Le Royer, 1560) à l’art français de la deuxième moitié du XVIe siècle et j’ai obtenu le droit de passer un semestre à l’Université Paris-IV. C’est à ce moment que j’ai fait ma première rencontre avec la Bibliothèque nationale de France, que je n’ai cessé de fréquenter depuis.

La richesse des collections françaises et l’accessibilité des archives de la Renaissance m’ont donné envie de poursuivre mes études en doctorat en France et j’ai eu la chance et l’honneur d’obtenir un contrat doctoral à l’École pratique des hautes études pour travailler sous la direction de Guy-Michel Leproux sur le rôle des peintres dans l’illustration des livres imprimés à Paris entre 1530 et 1580. Après avoir soutenu ma thèse en 2017, pendant trois ans j’ai enseigné l’histoire de l’art, en tant qu’attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’EPHE, puis en tant que chargée de cours au Centre d’études supérieures de la Renaissance à Tours, à l’université Rennes 2 et à l’Institut catholique de Paris.

Anna Baydova consulte un recueil de l’Ecole de Fontainebleau dans le magasin de la réserve du département des Estampes de la BnF

Pourquoi as-tu postulé au Paper Project ? Qu’est-ce qui a particulièrement attiré ton intérêt dans l’offre du Paper Project ?

Le département des Estampes et de la photographie de la BnF a proposé un projet ambitieux autour de l’étude et de la valorisation des estampes et des dessins de l’École de Fontainebleau conservés dans ses fonds. Tout d’abord, certains artistes de cette école étaient déjà l’objet de mes recherches scientifiques. Par ailleurs, la possibilité de travailler au département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est un rêve commun à tous les spécialistes des arts graphiques. Enfin, la liste des missions proposées dans le cadre de ce projet ne m’a laissé aucune hésitation : il fallait que je tente ma chance.

Peux-tu nous présenter en quoi consiste ton séjour au Département ? Quelles sont tes missions en tant que pensionnaire-conservateur ?

Mon poste est rattaché au service de l’estampe ancienne et de la réserve où je m’occupe du signalement, du catalogage, de l’étude et de la valorisation des dessins et des estampes bellifontains qui comptent environ 1000 pièces. Ce chantier prévoit également quelques missions de recherche dans les plus grands cabinets d’estampes européens et se terminera par l’organisation de deux journées d’études consacrées à la genèse et à la postérité des dessins et des estampes de la première école de Fontainebleau. Ces journées d’étude feront objet d’une publication dans les Nouvelles de l’estampe à l’automne 2022.

Par ailleurs, à côté des autres agents, je participe aux tâches quotidiennes du Département : l’accueil et le renseignement des lecteurs, les recherches dans les fonds, le récolement des collections, la préparation des campagnes de restauration et de numérisation des œuvres, la préparation des formations professionnelles et des visites au Département, le convoiement des œuvres et la préparation des constats d’état. Je suis également associée aux travaux autour du nouveau musée de la Bibliothèque nationale qui ouvrira ses portes en 2022 après l’achèvement des travaux de rénovation du site Richelieu. Dans le cadre de ce projet, je participe aux discussions autour des expositions, je contribue à la sélection des œuvres et à la rédaction des cartels.

Antonio Fantuzzi, Scène de sacrifice, vers 1545. BnF, Estampe et Photographie, RESERVE B-5 (A, 3)-BOITE FOL (ESTNUM 2021-1677). https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb46766010h

Raconte-nous ta journée type au département des Estampes.

Mes missions sont tellement variées qu’elles ne laissent aucune place à la routine ! Je peux passer une journée entière dans les fonds à photographier, mesurer et décrire les gravures, mais parfois le service public est suivi par une réunion avec mes collègues, puis il faut écrire de nombreux mails, effectuer des recherches pour les lecteurs, déposer des œuvres à l’atelier de restauration, cataloguer les pièces des fonds et préparer leur numérisation… Quand on dit que le travail en bibliothèque est calme, ce n’est pas du tout exact : les journées des conservateurs sont très intenses.

Tu connaissais la BnF et le département des Estampes et de la Photographie en tant que lectrice. Ta perception de l’institution et de ses collections a-t-elle changé depuis que tu y travailles ?

Bien sûr, quand on voit l’institution de l’intérieur, on comprend mieux son fonctionnement. Maintenant, je connais mieux l’histoire et la structure des collections et je sais chercher les pièces plus efficacement. Même le conditionnement des œuvres commence à me parler.

Ce que les lecteurs n’arrivent sans doute pas à réaliser c’est que même les conservateurs ne savent pas toujours quels trésors peuvent receler les albums de leur fonds : c’est la conséquence de l’ancienneté et de la richesse des collections de la BnF.

Par ailleurs, l’accès direct aux fonds modifie complétement leur perception : en effectuant des recherches pour les lecteurs, je découvre des nouveaux aspects de l’histoire de l’estampe que je n’aurais jamais appris autrement. Comme dans la recherche scientifique, dans le métier du conservateur l’effet cumulatif de l’expérience est très important.

Y a-t-il un aspect du métier de conservateur d’art graphique que tu as découvert depuis ton intégration au Département, ou appréhendé sous un jour nouveau ?

Je n’avais jamais fait de catalogage avant et j’ai dû me former en arrivant au Département. C’est le plaisir du signalement immédiat des collections que j’ai découvert en préparant mes premières notices pour le catalogue général. Je suis heureuse de savoir qu’elles peuvent être utiles aux lecteurs et qu’elles peuvent les aider à mieux se repérer dans les vastes collections de la BnF.

Léon Davent d’après Le Primatice, Jason tuant le dragon, XVIe s. BnF, Estampe et Photographie, RESERVE ED-8 (B, 1A)-FOL (MFILM R-144499). https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb467192411

Quels aspects du métier de conservateur te séduisent le plus ?

J’ai toujours trouvé le métier de conservateur très important. La dualité de ses missions supposant à la fois la préservation et la diffusion du patrimoine permet aujourd’hui à n’importe quel lecteur de la Bibliothèque nationale d’admirer les chefs-d’œuvre du passé. Chaque nouveau conservateur contribue à cette transmission et à l’enrichissement des collections. C’est cette mise au service des générations futures qui m’attire le plus dans ce métier.

Par ailleurs, la complexité de l’histoire des fonds patrimoniaux fait dialoguer les conservateurs d’aujourd’hui avec ceux du passé. Mes collègues connaissent les écritures et les pratiques de leurs prédécesseurs en les mettant ainsi presque au rang de nos contemporains et en créant un lien palpable entre différentes époques. Je trouve ça absolument fascinant.

Que penses-tu que cette expérience pourra t’apporter pour ta carrière future ?

Cette expérience est pour moi très importante tant du point de vue scientifique que du point de vue professionnel. J’espère surtout que ces deux ans d’apprentissage pratique du métier de conservateur et du travail avec un fonds si riche et si diversifié vont me faciliter la préparation des concours de la fonction publique.

Plus d’information sur le Paper Project est disponible sur le site de la fondation Getty:

https://www.getty.edu/foundation/initiatives/current/paperproject/paperprojectindex.html

Salon de l’Estampe : Homo bulla

L’iconographie de ces deux estampes, accompagnées de l’inscription « Quis evadet ? » – qui en réchappe ? –, renvoie à la phrase latine, longuement commentée par Erasme dans ses Adages, « Homo bulla », qui rappelle que la vie est brève, telle une bulle de savon.

Hendrick Goltzius (1558-1617), Quis evadet ?, vers 1590, gravure sur cuivre au burin. BnF, Département des Estampes et de la photographie, Ec-37c-Fol
Hendrick Goltzius (1558-1617), Quis evadet ?, vers 1590, gravure sur cuivre au burin. BnF, Département des Estampes et de la photographie, Ec-37c-Fol

Ces deux compositions sont très proches. Accoudé ou assis sur un crâne, un jeune enfant, à lui seul symbole du caractère éphémère de la jeunesse, s’amuse à souffler des bulles de savon, tandis qu’à ses côtés, de la fumée s’échappe d’un vase. Sont donc rassemblés ici les principaux symboles de la fugacité du temps en usage à la fin du XVIe siècle, avant que les vanités ne triomphent, au XVIIe siècle, par le biais du genre de la nature morte.

Atelier de Hendrick Goltzius, Quis evadet ?, 1594, gravure sur cuivre au burin. BnF, Département des Estampes et de la photographie, Ec-37c-Fol
Atelier de Hendrick Goltzius, Quis evadet ?, 1594, gravure sur cuivre au burin. BnF, Département des Estampes et de la photographie, Ec-37c-Fol

Si l’attribution de l’estampe de gauche fut un temps sujette à questions, elle est aujourd’hui considérée comme étant de la main même d’Hendrick Goltzius, artiste hollandais accompli, à la fois peintre, dessinateur et excellent buriniste. L’estampe de droite est, quant à elle, plus probablement de la main d’un membre de l’atelier de Goltzius et serait, selon Adam von Bartsch, une copie d’une estampe de l’artiste italien Augustin Carrache.

Parution : catalogue des estampes de la rue Montorgueil par S. Lepape (papier et en ligne)

À partir des années 1550, des familles d’éditeurs d’estampes s’installèrent à Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Ils produisirent des gravures sur bois de fil, principalement à thématique religieuse, accompagnées de texte, parfois colorées au pochoir, souvent de même taille (environ 40 x 50 cm).

 

S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016
S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016

Pour cet ouvrage de référence, Séverine Lepape va au-delà des habitudes de l’Inventaire du fonds français du département des Estampes de la BnF : elle propose un véritable catalogue raisonné qui prend en compte l’ensemble des collections de la BnF – département des Estampes, mais aussi département des Cartes et Plans, bibliothèque de l’Arsenal et Réserve des livres rares – ainsi que plusieurs collections françaises (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, musée Carnavalet, MUCEM) et étrangères (British Museum, Rijksmuseum et Metropolitan Museum notamment) et quelques collections privées. Un important travail de recherche en archives, joint à un dépouillement des outils existants, a permis de proposer pour chaque imagier une notice biographique fournie et de mettre en exergue les liens matrimoniaux entre les différentes familles. Chaque notice d’œuvre présente une description iconographique soignée, qui assure une meilleure approche et compréhension de l’image.

L’auteure s’intéresse également à la question de l’usage de ces images et souligne combien l’émancipation de l’estampe par rapport au texte est ici perceptible. Sans doute ces images colorées de la rue de Montorgeuil étaient-elles utilisées comme de « petites tapisseries », accrochées au mur.

L’ouvrage présente également la très grande qualité de replacer cette production d’estampes dans le contexte plus large de la création artistique contemporaine. À chaque fois que cela est possible, l’auteure remonte la trace du modèle dessiné à partir duquel les graveurs ont travaillé, souvent par l’intermédiaire d’un second dessin, de même dimension que la matrice de bois. L’ouvrage permet ainsi de bien mettre en évidence les liens entre l’activité des imagiers de la rue Montorgueil et Baptiste Pellerin, artiste parisien de la Renaissance redécouvert récemment et qui a ainsi bénéficié de plusieurs attributions nouvelles, entraînant pour d’autres, au premier rang desquels le graveur Étienne Deleaune, plusieurs désattributions. Les grands noms de la peinture du XVIe siècle comme Antoine Caron et Jean Cousin sont eux aussi liés à ces estampes.

Séverine Lepape, conservateur chargé des collections des 15e et 16e siècles au département des Estampes jusqu’en 2014 (désormais conservateur de la collection d’estampes Edmond de Rothschild au musée du Louvre).

L’ouvrage est publié sur papier et en ligne (avec différentes options premium) sur OpenEditionsBooks.

Un compte rendu de cet ouvrage est paru dans le n° 254 des Nouvelles de l’estampe, rédigé par Caroline Vrand.