Salon de l’estampe : des souris attachées par la queue

La curiosité des hommes d’alors ne se porte pas seulement sur les animaux rares, de grande taille ou que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir. Les monstres peuvent se trouver au coin de la maison de votre voisin, et des estampes sont d’autant plus facilement réalisées à cette occasion que l’événement se passe plus près des centres de production d’images. Des estampes sont ainsi produites à l’occasion d’événements qui relèvent à la fois du fait divers et de l’étude des phénomènes qui peuvent toucher un corps animal.

Souris par la queue

Ici, l’estampe revient sur une trouvaille surprenante : celle de six rats attachés par la queue dans une cave de Strasbourg en juillet 1683, peu après la conquête française de la ville. Il est rare que ce type de placard lié à l’actualité comprenne une image d’une aussi belle qualité et si originale (aussi bien dans le choix de la composition que dans la réalisation). La feuille est proposée par un imprimeur de Nuremberg, Johann Jonathan Felsecker, qui publie également une planche où ce sont cinq chats qui sont attachés par la queue !

Wunder-würdiger und seltzamer Scheusal eines entsetzlich und ominösen Ratten-Ungeziefers
se trouve chez J. J. Felsecker
Manière noire et typographie
41,5 x 25 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Qb1 (1683) Fol.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *