Nouvelle acquisition: un dessin d’Antoine Dieu pour un frontispice

Antoine DIEU
Paris, vers 1662 – Paris, 1727
Projet de frontispice : Histoire de Gênes
Sanguine, plume et encre grise, plume et encre brune, lavis gris
Passé à la pointe
Trait d’encadrement à l’encre grise
H. 12,5 x L. 8 cm
Annotation à l’encre brune sur le drapé : HISTOIRE / DE /GENES.
Annotation ancienne à l’encre grise sur le pilier : Ant. Dieu inv. et en bas du dessin : Ant. Dieu inv
Historique : collection de Monsieur S. (marque à sec sur le montage), sa vente, Paris, Hôtel Drouot, chez Maître Millon, 30 novembre, n° 144 reproduit au catalogue ; acquis par la BnF, Réserve B 6 a boîte écu

Le dessin est un projet abouti, resté inédit, pour le frontispice de l’Histoire de Gênes, gravé en sens inverse par Jean Audran (1667-1756) (Inventaire du Fonds français. Graveurs du XVIIe s., n°100); l’ouvrage a été publié en 1696 à Paris chez Denis Du Puis. Jean Audran a gravé plusieurs compositions d’Antoine Dieu qui a été un dessinateur fécond. La gravure présente un format un peu plus petit que celui du dessin et si la figure féminine, appuyée sur un gouvernail et portant la coiffe des doges de Gênes, a été traduite avec fidélité, l’évocation du port à l’arrière-plan n’est plus la même, le fameux phare « la Lanterna » remplace les bastions et les bateaux ont été modifiés. De légers traits à la sanguine laissent apercevoir le travail de préparation de la composition que l’artiste met ensuite au point avec précision en utilisant l’encre, un des ses matériaux de prédilection.
Pierre- Jean Mariette, qui avait connu l’artiste chez son père, a précisé que ce dernier s’était « souvent servi de lui ». Tout en lui reconnaissant du talent, il lui reproche sa facilité. Antoine Dieu, reçu à l’Académie en 1722 avec une Bataille du lac Trasimène (Paris, musée du Louvre), y devint professeur en 1724.
Le département des Estampes conserve un autre dessin de l’artiste, une Assomption de la Vierge, exécutée à la sanguine et au lavis gris, provenant de la collection de Michel Bégon, intendant de La Rochelle, acquise par le roi en 1770. Le dessin, publié par Pierre Rosenberg (« Dieu as a Draughstman », Master Drawings, vol. XVII, été 1979, p. 168) n’a pu être rapproché ni d’une gravure ni d’un tableau connu de l’artiste.

Nouvelle acquisition: Simpol pour Mariette

Claude Simpol
Clamecy, 1666 – Paris, 1716
Décembre : La Veillée
Pierre noire, plume et encre brune, plume et encre noire, rehauts de gouache blanche
Repassé à la pointe
H. 22,5 x L. 30,5 cm
Historique : fonds Mariette. Acquis sur le marché de l’art en 2011 ; Réserve B 6 a boîte écu
Bibliographie : Pierre Rosenberg en collaboration avec Laure Barthélémy- Labeeuw, Les dessins de la collection Mariette, Ecole française, t. II, Milan, 2011, p. 1367, F 4650 repr.

Le dessin a été gravé pour une suite consacrée aux mois de l’année, éditée chez Jean Mariette (1660-1742), père du fameux amateur de dessins (BnF, Est., Ed-82 in-fol.). Cet ensemble est complété par une autre série, également éditée chez Jean Mariette d’après des dessins de Simpol, illustrant les quatre Saisons. Plusieurs dessins préparatoires pour des compositions de ces deux suites ont longtemps porté une attribution à Jacques Stella, auteur d’une suite fameuse de Pastorales qui a entraîné des confusions avec celles inventées par Simpol. Si l’inspiration en est parfois proche – les distractions des paysans, les scènes d’intérieur où se mêlent réalisme et pittoresque, le goût pour les contrastes lumineux – le style en est bien différent. C’est Jamie Mulherron (« Claude Simpol’s Divertissemens for Jean Mariette », Print Quarterly, march 2008, vol. XXV, n° 1, p. 23-36) qui a rendu aux gravures des Mois et des Saisons leur juste paternité, en s’appuyant sur les Notes manuscrites de Pierre-Jean Mariette conservées à la Réserve du département des Estampes. Elles sont tout à fait explicites et établissent que Jean Mariette, éditeur des planches, a participé directement à la gravure de l’ensemble: « Les Divertissemens & les occupations de la Campagne pendant les quatre Saisons & les douze mois de l’année représentés en une Suite de seize pièces gravées au burin sous la direction de Jean Mariette qui y a travaillé dans plusieurs endroits & surtous dans les testes, d’après des dessins de Simpol ».