Salon de l’estampe : un cachalot annonciateur de malheurs

Les animaux rares, de grande taille ou que l’on a rarement l’occasion de contempler peuvent devenir de véritables spectacles. C’est le cas des cétacés – importants dans la culture des Néerlandais, qui vont les chasser dans les mers arctiques – quand ils viennent à s’échouer sur les plages.
Le 19 décembre 1601, un cachalot mâle s’échoue sur la plage de Beverwijk, non loin d’Amsterdam et de Harleem, ville où travaille le graveur Jan Saenredam. Cet événement attire des foules de curieux de toutes les classes sociales : l’estampe montre la visite d’Ernst-Casimir, comte de Nassau-Dietz, cousin germain du prince d’Orange. Le jeune homme de 29 ans porte un mouchoir à son nez en raison de la puanteur de l’animal. L’artiste s’est lui-même représenté en train de dessiner le cachalot afin de montrer qu’il a été présent sur les lieux et que sa représentation est donc exacte, ce qui est de nouveau rappelé dans le cartouche, où sont données les mesures de ce « monstre ».

RP-P-OB-4635

On ne saurait toutefois réduire une image de cette époque à une représentation naturaliste. Le cachalot s’échoue alors que fait rage depuis déjà vingt ans la guerre entre les provinces qui ont signé l’union d’Utrecht (futures Provinces-Unies puis Pays-Bas) et l’Espagne. Or, le 24 décembre 1601, c’est-à-dire une semaine plus tard, une éclipse de Soleil touche le Nord de l’Europe. Ces mauvais présages (éclipses de Soleil et de Lune, tremblement de terre…) sont rappelés dans l’encadrement, où figure également une allégorie du Temps et une citation de Cicéron qui rappelle la nécessité de regarder vers le passé. Dans un état plus tardif, la Mort tire directement des flèches sur la figure d’Amsterdam. L’image a une portée à la fois morale et politique.

Cette estampe rappelle donc qu’au XVIIe siècle encore, les animaux ne sont pas regardés de l’œil froid du scientifique, mais sont parfois appréhendés en fonction d’un contexte et d’une symbolique, qui peut être fort ancienne. À l’inverse, le graveur Jacob Matham, qui avait déjà gravé le cachalot échoué en 1598, donne une représentation de la même scène et en fait une simple scène de genre jouant du contraste entre le « phénomène » et les foules populaires qui l’entourent.

 

Jan Saenredam (1565-1607)
Cachalot échoué près de Beverwijk en 1601
1602
Burin
40,7 x 59,6 cm
Bartsch 11, Hollstein 121
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Ec-37e-Fol


Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in L'estampe à l'extérieur, Zoom sur une œuvre and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">