Acquisition 2012 : Recueil factice de planches religieuses éditées par Thomas de Leu et Jean Leclerc

Recueil factice de planches religieuses éditées par Thomas de Leu et Jean Leclerc. Vers 1600. In-8° oblong. 179 pl. gravées au burin.

 Réserve ED-138-4

 

Trophaeum Vitae Solitariae, Thomas de Leu excudit, d 'après Martin de Vos
Trophaeum Vitae Solitariae, Thomas de Leu excudit, d’après Martin de Vos
série des saisons éditée par Thomas de Leu, copie Adrien Collaert d'après Martin de Vos
série des saisons éditée par Thomas de Leu, copie Adrien Collaert d’après Martin de Vos

Le département a acquis en vente publique en mai dernier un album d’estampes à sujets religieux et allégoriques datant de la fin du XVIe siècle et du tout début du XVIIe, éditées à Paris par Thomas de Leu (vers 1555-vers 1612) et Jean IV Leclerc (1560-1622) (voir la notice dans le catalogue général, la numérisation du volume est en cours). Sur le modèle des éditeurs flamands de la seconde moitié du XVIe siècle, de Leu et Leclerc publient des estampes  semi populaires en série de trois, quatre, six, huit ou douze planches, sur des sujets bibliques (histoire d’Abraham, Esaü et Jacob, Moïse, Tobie, Suzanne, Job, Vierges sages et folles), religieux (fêtes chrétiennes, le credo), allégoriques (cinq sens, éléments, continents, parties du jour, mois de l’année, saisons). Ces estampes gravées par Edme Charpy, Nicolas et Isaac Briot, Charles van Boeckel, Thomas de Leu et Jean V Leclerc, copient des estampes flamandes de Raphaël et Gilles Sadeler, Jan Saenredam, d’après P. Stevens et très souvent d’après Martin de Vos. D’après ce dernier artiste Thomas de Leu édite de grandes séries d’une trentaine de planches chacune sur les vies de religieux et religieuses ermites (Trophaeum vitae solitariae, Solitudo sive vitae patrum eremicolarum, Solitudo sive vitae foeminarum anachoritarum, 1606).

Justus Sadeler, Histoire du fils ingrat, édité par Jean Leclerc
Justus Sadeler, Histoire du fils ingrat, éditée par Jean Leclerc
fils ingrat 5
Justus Sadeler, Histoire du fils ingrat, éditée par Jean Leclerc : le crapaud sur le visage du fils

Une des suites d’estampes de cet album, gravée par Justus Sadeler et éditée par Jean Leclerc (Hollstein Flemish, XXI, Justus Sadeler n° 3-8) présente une iconographie relativement rare dans l’estampe, nous semble-t-il, celle de l’histoire du fils ingrat, à ne pas confondre avec l’histoire biblique, plus courante, du fils prodigue. Ces six planches, qui offrent chacune deux scènes encadrées par des colonnes, la première scène étant tantôt, logiquement, celle de gauche, tantôt celle de droite (la faute sans doute à la copie inversée d’une première série?), racontent l’histoire d’un fils qui, après avoir vu ses parents lui sacrifier tous leurs biens pour lui permettre d’épouser une femme de haute naissance, refuse de les entretenir, les fait chasser et les force à mendier pour survivre. Les parents réclament vengeance à Dieu, qui les exauce sans tarder : lors d’un repas, un énorme crapaud jaillit d’un plat et se colle au visage du fils ingrat sans que rien ne puisse l’en déloger. Il s’en va chercher de l’aide auprès de son curé, qui l’envoie à l’évêque, qui le renvoie au pape. Celui-ci lui promet la délivrance à condition qu’il se repente et demande pardon à ses parents, ce que le fils s’empresse de faire et aussitôt le crapaud lâche prise.

Ce thème moral appartient au répertoire traditionnel des contes et se retrouve dès le Moyen-Age dans les recueils d’ « exemples » à l’usage des prédicateurs. Les frères Grimm le recueilleront encore en Allemagne en plein XIXe siècle. Au XVe siècle le théâtre des mystères s’en empare et trois éditions de cette « moralité » voient le jour au XVIe siècle (une anonyme avant 1529, illustrée, une à Paris chez Denis Janot en 1535, une à Lyon chez Benoît Rigaud en 1589).

Le fils ingrat d'après David Vinckboons, Td-24-fol.
Le fils ingrat d’après David Vinckboons, Td-24-fol.

Dans l’estampe volante en France cette iconographie semble plus rare. Dans nos collections nous avons pu repérer deux gravures flamandes du début du XVIIe siècle et une copie allemande sur ce sujet, qui toutes ont choisi de présenter l’épisode où les pauvres parents se présentent au logis de leur riche fils entouré de sa famille, qui les renie. L’une est une estampe anonyme d’après David Vinckboons (1576-1633) (Hollstein Dutch and Flemish, XXXVII, D. Vinckboons n°8, II/III), un peu étrangement classée dans nos collections dans le volume sur les âges de la vie (Td-24-fol). Devant la non compréhension du sujet de la gravure, on s’attacha au regroupement du couple des parents âgés, de celui du fils adulte et de sa jeune épouse, et de plusieurs enfants qui les entourent, ce qui évoque effectivement les différents âges de la vie.

Claes Jansz. Visscher, Le fils ingrat, 1609. coll. Hennin n° 1351.
Claes Jansz. Visscher, Le fils ingrat, 1609. coll. Hennin n° 1351.
Matthieu Mérian, Le fils ingrat, Réserve Tf-2-fol.
Matthieu Mérian, Le fils ingrat, Réserve Tf-2-fol.

Sensiblement contemporaine, une autre estampe de composition assez proche, est gravée par Claes Jansz Visscher (1586-1652), datée de 1609 (coll. Hennin n° 1351, Hollstein Dutch and Flemish, XXXVIII, C. J. Visscher n° 13, I/II), que Matthieu Mérian (1593-1650) copie en ajoutant un titre en français explicitant bien la destination de la gravure : « Moralité de la vie de l’enfant ingrat pour servir d’exemple aux pères de famille » (Réserve Tf-2-folio, Hollstein German, XXV, Merian n° 28). L’estampe de Visscher était en effet conçue comme un pendant à une autre gravure représentant une famille unie à table récitant le bénédicité (Hollstein Dutch and Flemish, XXXVIII, C. J. Visscher n° 14), deux sujets moraux destinés à amender la vie domestique et familiale, très en vogue dans la gravure flamande et hollandaise autour de 1600.

 

Acquisition 2012 : Dessin de François Quesnel pour le sacre de Louis XIII (1610)

Dessin attribué à François Quesnel (1543-1619)

Sacre de Louis XIII à Reims le 17 octobre 1610

Dessin, plume et encre noire, lavis gris et brun. 1610

BnF, Département des Estampes et de la Photographie, Réserve B-6e-boîte in-folio

 

Cet intéressant dessin, de belle qualité, représente un événement majeur de l’histoire de France : le sacre du tout jeune roi Louis XIII à Reims le 17 octobre 1610, après l’assassinat de son père Henri IV. Cette cérémonie a donné lieu à l’éclosion d’une production originale de placards illustrés de grand format, aujourd’hui fort rares ; le département des estampes et de la photographie en possède cinq différents, plus ou moins complets. Trois des estampes les illustrant, de graveurs différents, sont indiquées être d’après l’invention du peintre François Quesnel, selon la lettre des gravures. Elles sont de compositions assez proches, retraçant en fait des moments successifs de la cérémonie (coll. Hennin n° 1610 par Thomas de Leu, Hennin n° 1608 par Pierre Firens et Hennin n° 1612 par Jan van Halbeeck).

Pierre Firens d’après François Quesnel, Le sacre de Louis XIII, burin, 1610, Hennin n° 1608

Notre dessin récemment acquis est directement préparatoire à l’une de ces trois estampes, celle du graveur flamand installé à Paris Pierre Firens (Hennin n° 1608), qui représente le moment du couronnement du jeune souverain. La composition et les dimensions du dessin et de la gravure correspondent, la lettre L sur le dos des gardes au premier plan est bien dessinée à l’envers pour paraître dans le bon sens dans l’estampe, de même que le connétable tient l’épée royale de la main gauche ; les contours du dessin sont d’ailleurs repassés au stylet pour report des lignes sur le cuivre.

Stylistiquement il est proche des quelques rares dessins de scènes narratives de Quesnel connus dans d’autres institutions (Louvre, British Museum, Ecole des Beaux-Arts de Paris, Albertina à Vienne), notamment avec ce lavis gris bleuté qui est caractéristique de sa manière. La marque du collectionneur Thomas Dimsdale (1758-1823) (Lugt 2426) permet de remonter dans l’historique de la provenance de ce dessin : il l’acquit auprès de Samuel Woodburn, qui l’avait acheté au vicomte Charles-Gilbert Morel de Vindé (1759-1842), qui le tenait de son grand-père, Gilbert Paignon-Dijonval (1708-1792), ce dernier l’ayant acquis de la collection du marquis Charles François de Calvière (1693-1777). Le dessin figure dans les catalogues de vente des collections de Calvière (1779, lot 511) et de Paignon-Dijonval (1810, n°2468) avec déjà l’attribution à François Quesnel.

François Quesnel est un peintre parisien majeur des dernières décennies du XVIe siècle et des deux premières du XVIIe. Il est aujourd’hui trop peu connu car la plupart de ses tableaux ont disparu ou ne sont pas aujourd’hui identifiés. Il s’était spécialisé avec succès dans les portraits dessinés au crayon, qui, eux, sont fort nombreux et en grande partie conservés à la BNF (voir par exemple le billet du 06/09/2012 à propos du portrait du conseiller Jeannin), mais il donna aussi des projets de tapisseries, des modèles pour des fêtes royales sous Henri Charles IX, et conçut un plan de Paris dédié à Henri IV (1609). Malheureusement ses peintures d’histoire et ses dessins pour des gravures d’actualité et de propagande royale sous les règnes d’Henri IV et de Louis XIII, comme Henri IV sur son lit de mort (gravé par Isaac Briot, Hennin n° 1576), La régente Marie de Médicis et Louis XIII (gravé par Isaac Briot, Hennin n° 1621) ne sont pas parvenues jusqu’à nous, et ce dessin est donc un rarissime témoignage de cette production. Il vient utilement compléter cet aspect de son œuvre et enrichir nos collections.

Trésor du mois exposé à Tolbiac : un cuivre gravé par Thomas de Leu (1611)

Thomas de Leu

Portrait de Pierre Jeannin

Cuivre gravé au burin, 1611. 230 x152 mm

réserve du département des estampes et de la photographie, musée, planche 391.

Cette toute récente acquisition est exposée dans l’espace « Découverte » du site Tolbiac – François Mitterrand, hall Est, du dimanche 16 septembre (Journées du Patrimoine) au dimanche 21 octobre 2012.

Matrice de cuivre gravée par Thomas de Leu, BnF, département des estampes et de la photographie, pl. 391.
L’estampe imprimée à partir de la matrice, BnF, département des estampes et de la photographie, réserve Ed-11(c)-folio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde de l’estampe parisienne change de visage vers 1600. Dominé par la gravure sur bois pendant la majeure partie du XVIe siècle, il se convertit en quelques décennies à la gravure sur cuivre ou gravure « en taille-douce », dont la technique, qui permet des finesses inégalées, est apportée par des graveurs flamands. Thomas de Leu (vers 1558-1612) en est l’un des plus prolifiques représentants, gravant d’un burin aux tailles serrées et précises plusieurs centaines de gravures de dévotion, petits portraits et illustrations de livres pour les imprimeurs parisiens.

La destination de cette plaque de cuivre de forme curieusement pentagonale, datée de 1611, reste un peu énigmatique. Si l’on en croit la dédicace, elle est apparemment commanditée par Vincent de la Faye, avocat au parlement de Bourgogne, sur lequel on possède peu d’informations. Elle est dédiée à Pierre Jeannin (1540-1623), dont on voit le portrait à la partie supérieure, agrémenté d’anagrammes en français, latin et grec, offerts en hommage par l’avocat. Pierre Jeannin, premier président du parlement de Bourgogne, fut un serviteur fidèle et apprécié d’Henri IV, auquel il se rallia malgré son passé ligueur. Ambassadeur de France en Hollande, conseiller du roi, il est en 1611 en charge du contrôle des finances dans le conseil de la régente Marie de Médicis qui lui garde toute la faveur octroyée par le défunt roi. Le portrait très finement gravé par Thomas de Leu semble avoir pour modèle un dessin attribué au portraitiste François Quesnel conservé au département des estampes et de la photographie (Rés Na-22 (14) – boîte écu).

Portrait de Pierre Jeannin dessiné par François Quesnel, BnF, département des estampes et de la photographie, Réserve Na 22 (14) boîte écu

Il est étrange de constater que les anagrammes célébrant le nom de Jeannin se déploient assez maladroitement, nous semble-t-il, dans un médaillon central qui paraît peu commode pour accueillir tout ce texte. Ce médaillon est entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, et surmonté d’une couronne royale, comme on en voit normalement entourer les armes royales, ici remplacées par un angelot portant des cornes d’abondance et entouré des fleurs de lys royales, alors que paradoxalement Jeannin, de très humble extraction, n’était pas chevalier des ordres du roi. Peut-être Vincent de La Faye s’est-il servi pour faire hommage à ce confrère influent, d’une plaque conçue à l’origine pour une autre destination, commandée soit par un autre client de Thomas de Leu, soit par Vincent de La Faye lui-même, mais qu’il aurait fait réaliser d’abord pour un autre usage ?

Cet avocat paraît avoir eu l’intention de publier lui-même des ouvrages, puisqu’en 1605 il obtient de la ville de Dijon, qui ne possédait alors qu’un seul imprimeur, l’usage d’une partie des bâtiments inoccupés du vieux collège, pour 6 ans, afin d’y installer une seconde imprimerie. Il ne semble pas pourtant qu’il y ait imprimé aucun ouvrage. En 1611 cependant, il fait paraître à Paris chez Pierre Le Mur le seul livre imprimé connu sous son nom : un opuscule pédagogique, Brevis ratio syntaxeos in favorem tornodorae juventutis edita, bref manuel de 16 pages destiné à l’apprentissage du latin et du français pour les élèves du collège de sa ville de Tonnerre dans l’Yonne. Il semble peu probable que Vincent de La Faye ait commandé une belle plaque gravée à Thomas de Leu comme frontispice d’un si humble ouvrage (l’exemplaire numérisé de la bibliothèque de Tours n’en comporte d’ailleurs pas).

Mais en 1611 également il offre à la régente un recueil de poèmes didactiques sur le bon gouvernement, dédié au tout nouveau roi Louis XIII, « Sonnets, sizains, quatrains, contenant les préceptes d’Isocrate touchant le bon gouvernement d’un royaume… » (BnF, département des manuscrits, NAF 1772). Peut-être avait-il espéré faire imprimer cet ouvrage dédié au jeune roi, et l’on pourrait imaginer que cette plaque à la symbolique royale affirmée (avec peut-être en projet le portrait du jeune souverain à la place de celui du président Jeannin ?) aurait pu avoir été conçue dans son premier état comme le frontispice de cette œuvre restée à l’état manuscrit…

 

Le jeune homme et la Mort, gravé par Thomas de Leu. Circulation des modèles dans l’Europe de 1600

L’Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIIe siècle, vaste entreprise scientifique et éditoriale commencée dans les années 1930, qui vise à répertorier pièce à pièce, graveur par graveur en suivant l’ordre alphabétique, les estampes française du XVIIe siècle de la BNF, poursuit son avancée. Le tome 14 est en voie d’achèvement, avant-dernier volume consacré aux graveurs dont le nom commence par L, il contiendra les œuvres des graveurs français allant de Thomas de Leu à la famille de graveurs sur bois d’origine rouennaise les Le Sueur.

 

Thomas de Leu, graveur au burin et éditeur d’estampes originaire d’Audenarde, formé à Anvers dans le style des Wierix, travailla à Paris après 1575 à jusqu’en 1612, année de sa mort. Gendre du célèbre peintre Antoine Caron il était ainsi le beau-frère des graveurs Jaspar Isaac et Léonard Gaultier. Il est avec ce dernier le plus prolifique portraitiste parisien des années 1600, à côté des nombreuses gravures de dévotion et des illustrations qu’il donna aux imprimeurs et libraires parisiens de son temps. Nous vous présentons ici une allégorie sur la mort, éditée en 1600 par Thomas de Leu (cote : Réserve Ed-11a-folio), estampe acquise par le département en 2009, qui appartint au collectionneur du XVIIIe siècle Charles Lenormand du Coudray (Lugt 1706).

voir la notice sur ce collectionneur dans la base en ligne des marques de collection de dessins et d’estampes de Frits Lugt sur la site de la Fondation Custodia :

http://www.marquesdecollections.fr/detail.cfm/marque/8180/total/1

 

 

L'homme et la mort, gravure au burin par Thomas de Leu
L'homme et la mort, gravure au burin par Thomas de Leu

 

Verso de L'Homme et la mort, gravure au burin de Thomas de Leu, avec la marque du collectionneur
Verso de L'Homme et la mort, gravure au burin de Thomas de Leu, avec la marque du collectionneur

Dans la veine des estampes flamandes moralisatrices qui inondaient alors le marché européen Thomas de Leu nous offre une représentation de la vanité de l’homme qui ne craint pas de se dresser contre la fatalité et croit pouvoir échapper à son inévitable destin mortel : un jeune gentilhomme élégamment vêtu s’apprête en effet à dégainer son épée et défie par la parole la Mort squelettique qui vient lui rappeler, sablier en main, que son heure a sonné, et déjà l’attire vers elle en le tirant par son manteau. Le dialogue entre les deux protagonistes qui s’écrit en vers français dans la marge inférieure, insiste avec dérision sur la folie de ce geste orgueilleux et dérisoire, et invite le spectateur à accepter avec sagesse et résignation son sort mortel.

 

Le thème de la Mort qui, sous forme d’un squelette, vient saisir un à un et tirer sans ménagement de leurs activités quotidiennes des hommes et femmes de tout âge et de toutes conditions sociales dans une sordide procession, fut très en vogue dans l’Europe de la fin du Moyen-âge dévastée par la peste et les guerres, où ces « danses macabres » s’étalaient volontiers sur les murs des églises et des cimetières. La gravure au XVIe siècle a repris et amplifié ce type de représentation, dans des suites d’estampes dont la plus célèbre et fondatrice fut la série de gravures sur bois conçue par Hans Holbein, imprimée pour la première fois à Lyon en 1538 chez les frères Trechsel dans Les simulachres et historiées faces de la Mort. Cet ensemble fut souvent imité et copié, par Aldegrever par exemple, ou au XVIIe siècle par le jeune aquafortiste Stefano della Bella, qui concevra ensuite sur ce thème d’autres compositions encore plus fantastiques. L’influence d’Holbein se fait également sentir sur Thomas de Leu qui, dans une autre estampe (même cote), copie directement une planche des Simulachres, où l’on voit deux squelettes sautillants entraîner un vieillard voûté dans la tombe.

Thomas de Leu, Vieillard et la mort, gravure au burin
Thomas de Leu, Vieillard et la mort, gravure au burin

Planches de Holbein :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8609551c/f42.image

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8609551c/f33.image

 

L’estampe de Thomas de Leu dont il est principalement question  ici ne suit pas le modèle du soldat combattant la mort de Holbein, mais reprend une composition éditée par Charles Collaert (Hollstein n° 1144) avec la même lettre en français, qui semble avoir eu un certain succès à la fin du XVIe siècle, puisqu’elle est copiée avec de légères variantes par Crispin I de Passe avec une lettre en latin – modèle iconographique suivi directement ici par Thomas de Leu – et par Théodor de Bry dans ses Emblemata secularia (Francfort, 1596), ainsi que par l’éditeur anversois Joannes van Sande un peu plus tardivement, avec les mêmes vers en français (Hollstein n°17). Nous avons trouvé aussi les mentions d’une estampe anonyme représentant un jeune soldat que la mort terrasse et dépouille de son chapeau, iconographie un peu différente, mais avec la même lettre en vers français.

voir l’estampe de Crispin de Passe sur le site du British museum : http://www.britishmuseum.org/research/search_the_collection_database/search_object_image.aspx?currentpage=1&toadbc=ad&objectid=1543716&asset_id=127765&orig=%2fresearch%2fsearch_the_collection_database.aspx&partid=1&searchtext=passe+death&fromadbc=ad&numpages=10

 

Cette allégorie de la Mort de Collaert est en fait constituée de deux estampes en pendant : A côté de la Mort qui n’est pas impressionnée par le courage et la force de l’homme, vient une version féminine, avec la Mort qui n’est pas impressionnée par la richesse et la beauté (Hollstein n° 1143), où, devant un jardin soigneusement entretenu, se tient debout une jeune femme richement habillée, vantant dans les vers en français sa richesse, ses honneurs et sa beauté, mais déjà pressée par la Mort qui surgit derrière elle, brandissant dard et sablier. Nous en avons une copie anonyme légèrement modifiée, avec une lettre en latin dans nos collections (Tf-4-pet.fol.). A notre connaissance Thomas de Leu n’a pas édité de gravure de la version féminine de l’allégorie de Collaert, mais nous en avons trouvé une gravée par Léonard Gaultier et éditée par Jean Leclerc en 1601 (absente de l’Inventaire du fonds français, insérée dans un manuscrit théologique de la bibliothèque Sainte-Geneviève, Ms 1412, f°324).

La multiplication de ces copies montre combien les modèles iconographiques voyageaient dans l’Europe des années 1600, copiés d’un pays à l’autre, et combien les estampes elles-mêmes circulaient, produites souvent intentionnellement dans un pays pour un marché étranger (la copie d’Holbein par Thomas de Leu comporte une lettre en italien, preuve que cette gravure était dès sa conception destinée à l’exportation vers l’Italie, tandis qu’une lettre en latin permettait une diffusion plus large pour un public savant).

Se constituait ainsi un répertoire visuel commun d’un bout à l’autre de l’Europe, comme en témoigne l’étonnante compilation que réalisa dans son livre de raison un humble brodeur anglais, Thomas Trevilian, en 1608, qui écrivit et illustra un manuscrit de près de 600 pages pour l’édification, l’éducation, et l’amusement de ses proches, en puisant dans la masse d’estampes religieuses, historiques, zoologiques, d’ornements, d’almanachs et chroniques, qui circulaient alors en Angleterre en provenance de toute l’Europe (manuscrit conservé aujourd’hui à la Folger Shakespeare Library à Washington). Nous ne sommes pas surpris d’y retrouver comme modèle de deux de ses dessins nos deux estampes de la Mort s’emparant de l’homme et de la femme, dont il s’approprie le thème pour développer avec une verve toute personnelle les dialogues.

Homme : http://luna.folger.edu/luna/servlet/detail/FOLGERCM1~6~6~15783~100928:Commonplace-book?sort=Call_Number%2CAuthor%2CCD_Title%2CImprint&qvq=w4s:/when/1608;q:trevilian;sort:Call_Number%2CAuthor%2CCD_Title%2CImprint;lc:FOLGERCM1~6~6&mi=495&trs=596

Femme :

http://luna.folger.edu/luna/servlet/detail/FOLGERCM1~6~6~15805~100930:Commonplace-book?sort=Call_Number%2CAuthor%2CCD_Title%2CImprint&qvq=w4s:/when/1608;q:trevilian;sort:Call_Number%2CAuthor%2CCD_Title%2CImprint;lc:FOLGERCM1~6~6&mi=33&trs=596

 

Pour une meilleure visibilité de cette incroyable compilation visuelle plongez-vous dans le superbe facsimile The Trevelyon Miscellany of 1608: A facsimile of Folger Shakespeare Library Ms V.b.232, éd. par Heather Wolfe, Washington, Folger Shakespeare Library, 2007, consultable au département des Estampes et de la Photographie sous la cote Tz-623-folio.

Vanessa Selbach