Exposition des dessins français du XVIIe siècle conservés au département des Estampes et de la Photographie

Dessins français du XVIIe siècle

Collections du département des Estampes et de la photographie

Bibliothèque nationale de France, Galerie Mansart, 18 mars –  15 juin 2014

Commissariat : Barbara Brejon de Lavergnée

 

François Chauveau. Projet d'écran avec des scènes illustrant l'histoire de Renaud et Armide sanguine diam. 29,2 cm BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e  boîte in-fol.
François Chauveau. Projet d’écran avec des scènes illustrant l’histoire de Renaud et Armide
sanguine
diam. 29,2 cm
BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e boîte in-fol.

L’exposition, qui présente cent dessins français du XVIIe siècle du département des Estampes et de la Photographie, ainsi qu’une cinquantaine d’estampes qui s’y rapportent, évoque l’œuvre de nombreux artistes qui couvrent tout le siècle, du règne d’Henri IV jusqu’à la mort de Louis XIV : de Martin Fréminet à Simon Vouet, de Michel Ier Corneille à Charles Le Brun, Jean Jouvenet ou Charles de La Fosse, de Jacques Bellange, Jacques Callot à  Pierre Brebiette, Israël Silvestre, Jean Lepautre, Sébastien Leclerc et Robert Nanteuil.

 

 

 

Mêlé aux estampes dès l’acquisition pour le Roi en 1667 de la collection de Michel de Marolles – acte fondateur du département des Estampes- enrichi encore de nos jours d’acquisitions et de dons, le fonds de dessins a été renforcé au XIXe siècle par un versement très important de feuilles provenant de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque de l’Arsenal, en application  d’un décret ministériel de novembre 1860 visant à réorganiser les fonds patrimoniaux des bibliothèques parisiennes.

L’ensemble se signale par une profonde originalité car, à côté d’études de peintres connus et bien représentés dans les collections publiques françaises, il renferme de nombreux dessins préparatoires pour des estampes, qu’il s’agisse de projets conçus par les graveurs eux-mêmes ou de compositions confiées par les artistes à des praticiens expérimentés pour être traduites en taille-douce.

Il offre l’occasion de découvrir des artistes qui sont sortis de l’oubli récemment comme Louis Richer, Marin Desmarestz, ou dont l’oeuvre dessiné est extrêmement restreint comme Daniel Rabel, Louis Testelin, Jean Dubois, Foucher, Claude Spierre ou Jacques Rousseau.  Organisée selon un  parcours chronologique, l’exposition permet de confronter les dessins aux estampes et d’évoquer les domaines les plus divers qui, pour certains d’entre eux, font l’objet d’une section thématique : compositions funéraires, projets architecturaux, entrées triomphales, illustration d’almanachs, images satiriques ou encore ces figures de « mode » qui remportèrent tant de succès sous le règne de Louis XIV avec Nicolas Ier Larmessin et la famille des Bonnart.

C’est aussi l’occasion de montrer que les artistes ne s’enferment pas dans un seul répertoire et qu’un peintre d’histoire peut fournir un dessin destiné à la gravure sans rapport avec sa peinture. Couvrant des champs de création multiples dans le cadre de la vie quotidienne, l’estampe constitue une source de revenus non négligeables pour un artiste, tout en permettant la diffusion de son œuvre : les débuts du jeune Charles Le Brun se placent ainsi sous le sceau de la gravure ; illustrés par plusieurs dessins dans l’exposition, ils révèlent de manière étonnante le cheminement artistique du futur premier peintre du Roi.

Souvent inédites et pour la plupart jamais exposées, les œuvres ont  bénéficié de nouvelles attributions et donnent une image renouvelée de la richesse de la scène artistique à Paris au cours du Grand Siècle et du foisonnement constant de son expression.

 

Catalogue d’exposition édité par la Bibliothèque nationale de France (200 pages, 150 reproductions, 39 euros), sous la direction de Barbara Brejon de Lavergnée. Préface par Pierre Rosenberg, de l’Académie française. Essai par Bénédicte Gady. Notices par Audray Adamczak, Ronan Bouttier, Barbara Brejon de Lavergnée, Damien Chantrenne, Dominique Cordellier, Pascale Cugy, Alexandre Gady, Jérôme de La Gorce, Maxime Préaud et Vanessa Selbach

Cette exposition fait partie des événements organisés dans le cadre de la semaine du salon du dessin 2014.

L’Épiphanie en estampes

En ce début d’année, il semble d’actualité de lier calendrier et histoire de l’art, dont l’estampe ancienne. À tout Seigneur tout honneur : janvier étant illustré, dans le domaine religieux, par l’Épiphanie, c’est donc ce thème de l’Adoration des mages qui sera développé.

Il s’insère dans une importante série du département des Estampes concernant, après l’Ancien, le Nouveau Testament : en tout trente volumes folio allant de la Nativité à la Pentecôte, chacun contenant plus ou moins une centaine d’estampes, anciennes pour la plupart.

L’étymologie grecque de l’ « Épiphanie » signifie « apparition », « manifestation » du Fils de Dieu parmi les hommes. L’adoration des trois Rois mages à la crèche de Bethléem signifie donc sa présence aux hommes de tous les pays et de tous les temps.

Un recueil entier du département des Estampes sur ce thème (coté Rc36 f folio) contient environ 130 estampes du XVIe au XIXe s. et quelques reproductions. La majorité des planches (de tous formats) est cependant des XVIe et XVIIe siècles, surtout d’artistes flamands, italiens et français.

Le cadre le plus courant présente la Sainte Famille à l’intérieur ou à l’entrée de l’étable rustique, la fameuse crèche. Cependant, certaines estampes tranchent sur cet environnement classique ou sur les scènes habituelles, apportant ainsi une touche originale ; nous en développerons quelques exemples.

Pour le XVIIe siècle, une suite (en deux exemplaires) de quatre eaux-fortes en largeur, très lumineuses, constitue une frise pleine d’originalité. Gravée en 1638 par Michel Dorigny (1617-1665), elle reproduit les peintures de son futur beau-père Simon Vouet (1590-1649) pour la chapelle de l’hôtel parisien de Pierre Séguier (1588-1672).

La carrière (et la fortune) de ce dernier connurent une ascension décisive : il fut conseiller au Parlement, garde des Sceaux, intendant d’Auvergne, d’Aunis et Saintonge, et chancelier de France en 1635. Il posséda en la paroisse Saint-Eustache l’hôtel particulier (aujourd’hui disparu) dont l’emplacement serait compris entre les actuelles rues Jean-Jacques Rousseau et du Bouloi. Séguier fit appel à Vouet pour la décoration des deux galeries superposées, la bibliothèque et la salle de réunion de la jeune Académie française – dont il fut le protecteur après la mort de son fondateur, Richelieu – et le plafond de la chapelle, ayant pour thème l’adoration des Mages.

Adoration des Mages de Michel Dorigny d'après Simon Vouet
Adoration des Mages de Michel Dorigny d'après Simon Vouet

Sur deux planches figurent les armes et des devises latines de Séguier portées dans les airs sur des draperies par des putti. Chaque estampe montre au premier plan une balustrade en enfilade derrière laquelle se déroule la procession des Rois et de leur suite exotique : soldats, serviteurs, musiciens, petits pages, sans oublier chiens, chameaux et chevaux. L’originalité des quatre gravures, immortalisant les peintures disparues inspirées par l’expérience italienne de Vouet, réside dans la disposition des personnages en cortège, semblant être debout sur la corniche située à la base de la voûte, en une sorte de trompe-l’œil. Cette balustrade décorative, surmontée parfois de vases et torchères, est à dessein supprimée en un point précis pour mettre en valeur l’essentiel : la Sainte Famille aux pieds de laquelle les Rois apportent leurs présents d’or, d’encens et de myrrhe. À l’arrière-plan, deux temples antiques, l’un ruiné, l’autre majestueux, donnent de la profondeur à la scène et pourraient symboliser le passage de l’Ancien au Nouveau Testament par cette naissance du Christ.

Pour le XVIIIe siècle, une précieuse suite de quinze estampes interprète les peintures de Charles Natoire (1700-1777) pour la chapelle de l’hôpital des Enfants-Trouvés de Paris. L’œuvre du même nom fut créée par saint Vincent de Paul entre 1638-1640 pour recueillir les enfants abandonnés pour diverses raisons dont la misère, le chômage, la naissance illégitime, la mort, le départ aux armées ou l’emprisonnement d’un conjoint…Ces bâtiments, rebâtis par Boffrand en 1747 au fond du parvis Notre-Dame sur l’emplacement de l’église Sainte-Geneviève des Ardents, disparurent malheureusement lors de la reconstruction de l’Hôtel-Dieu au XIXe siècle. Des aquarelles préparatoires aux peintures sont conservées au musée de l’Assistance publique de Paris.

Pour cette suite d’estampes, le graveur parisien Étienne Fessard (1714-1777) fit paraître une souscription dans le Mercure de janvier 1751. On lit ainsi, parmi le long texte d’introduction

« Projet de souscription pour la chapelle des Enfants Trouvés exécutée, quant à l’histoire, par M. Natoire Peintre Ordinaire du Roi, et par Mrs Brunetti, père et fils, quant à l’architecture. Cette chapelle représente l’Adoration des Rois… L’ouvrage composé de treize tableaux,la Gloire étant partagée en deux, avec les deux chapelles de Sainte Geneviève et de Saint Vincent de Paule, formera quinze Planches d’environ dix-neuf pouces de haut sur onze de large, imprimées sur le plus beau papier du Nom de Jésus. Pour ne rien laisser à désirer, on en donnera une seizième qui les comprendra toutes, afin de faire voir d’un coup d’œil l’effet de ces Tableaux en place, leur union et le mérite de l’Ouvrage en entier ».

Cette dernière planche est, elle, gravée par Augustin de Saint-Aubin (1736-1807), qui fut le maître de Fessard.

Ces estampes furent exécutées entre 1752 et 1759. Quatre planches sont consacrées à l’adoration des bergers et cinq à l’adoration des Mages et de leur suite. Sur celles-ci, quatre figurent dans le recueil propre à l’Épiphanie Rc 36 f (la suite royale et Balthasar apportant l’encens). La cinquième (la Sainte Famille entourée d’anges, de Melchior et de Gaspard) est conservée dans l’œuvre de Natoire (Db 26, folio), avec l’intégralité des planches de la chapelle des Enfants Trouvés, témoignage des peintures disparues.

Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard

 

 

 

 

 

 

 

 

Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard

 

 

 

Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard
Adoration des Mages gravée par Etienne Fessard

Ce qui constitue l’originalité de ces cinq gravures, c’est l’accent mis principalement sur la suite royale (trois planches) au détriment des Rois eux-mêmes (deux planches). Dans le Tableau d’autel (IFF Fessard 320), Melchior agenouillé et Gaspard à ses côtés (ce dernier dans l’ombre de la nuée angélique) ne sont pas vraiment mis au premier plan, la lumière divine tombant du ciel mettant à l’honneur Jésus et Marie. Le noir Balthazar enturbanné, dans le Tableau du côté droit de l’autel (IFF Fessard 322) est, lui, plus visible, fièrement campé sur deux marches ; mais cinq de ses serviteurs l’entourent cependant. Quant aux trois autres gravures, elles font la part belle, à travers une arcade cintrée, à la suite royale composée de soldats, serviteurs chargés de présents, chameliers, cavaliers (dont l’un ouvre la marche en soufflant de la trompette, annonçant l’arrivée des Mages)… Originalité également, révélatrice du goût du temps pour l’exotisme de la nature et l’architecture antique : palmier et pyramide figurent en bonne place et se détachent nettement sur les fonds cintrés. (IFF Fessard 327, 328, 329).

 

Vue de l'intérieur de la chapelle des Enfants-Trouvés par Fessard d'après Natoire
Vue de l'intérieur de la chapelle des Enfants-Trouvés par Fessard d'après Natoire

 

Pour aller plus loin:

– Pour Michel Dorigny : Roger-Armand Weigert, Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIe siècle, vol. III, Paris, Bibliothèque nationale, 1954, p. 474-490 ; notices des gravures d’après Vouet n° 53-113, dont l’Adoration des Rois n° 56.
– Jacques Thuiller, en coll. avec Jean-Pierre Cuzin, Barbara Brejon de Lavergnée, Denis Lavalle, Vouet, exposition aux Galeries nationales du Grand Palais, Paris, 6 novembre 1990-11 février 1991, Paris, RMN, 1990
– Piganiol de La Force, Description de Paris, de Versailles, de Marly, vol. III, Paris, Charles-Nicolas Poirion, 1742.

– Pour Étienne Fessard : Edmond Pognon et Yves Bruand, Inventaire du fonds français, graveurs du XVIIIe siècle, vol. IX, Paris, Bibliothèque nationale, 1962, p. 22-112 ; notice des peintures des Enfants-Trouvés n° 320-334.
– Charles-Joseph Natoire (1700-1777). Peintures, dessins, estampes et tapisseries des collections publiques françaises…, Troyes, Nîmes, Rome…, mars-juin 1977.