Acquisition d’un portrait de Nanteuil (mars 2017)

Le département des Estampes et de la Photographie a fait la préemption, à la vente Ader-Nordmann du vendredi 24 mars 2017, d’un portrait réalisé par Robert Nanteuil (lot 24).

Réserve B-6 (A)-BOITE ECU

Ce dessin, de très petites dimensions (9,4 x 7,2 cm) était destiné à illustrer le Vray théâtre d’honneur et de chevalerie (1648), important traité sur la noblesse, dont l’auteur, Marc Vulson de La Colombière, est le sujet du dessin.

Exécuté très finement à la pointe d’argent, il permet de documenter la pratique d’un des quatre grands graveurs mentionnés par Charles Perrault dans ses Hommes Illustres en 1700 : Robert Nanteuil (vers 1623-1678). Nanteuil représente la quintessence de la gravure au burin sous Louis XIV. Son œuvre de dessinateur – car il grave essentiellement d’après ses propres compositions – a récemment été mise en valeur dans un ouvrage d’Audrey Adamczak1 et réévalué comme celui d’un des pastellistes majeurs.

Ce dessin est très original dans l’œuvre de Nanteuil, car il est l’un des très rares dessins du maître à faire usage d’une autre technique que le pastel : il est tracé à la pointe d’argent. Il permet de documenter les débuts de la carrière de Nanteuil, encore jeune artiste – ce n’est d’ailleurs pas lui qui gravera l’estampe d’après ce dessin, mais son beau-frère Nicolas Regnesson. François Chauveau en ayant dessiné la composition d’ensemble.

Il s’agit aussi d’un des rares témoignages du travail de Nanteuil pour le monde du livre – il grave sinon essentiellement pour des estampes en feuille, et surtout des portraits destinés à des thèses. Au-delà de l’histoire de l’estampe et du dessin, le portrait documente la production d’un livre majeur pour l’histoire culturelle et des élites du XVIIe siècle.

Le département des Estampes et de la Photographie possède l’ensemble de l’œuvre gravé du maître, ainsi qu’un très beau portrait au pastel de Louis XIV, également préparatoire à la gravure.

Réserve B-11 (A)-boîte Ft-4

  1. Robert Nanteuil, ca. 1623-1678, Paris, Arthena, 2011 []

Parution : Poèmes et Maximes de Nanteuil

Le Comité national de l’estampe, qui fait notamment paraître la revue de référence sur l’estampe ancienne, moderne et contemporaine – les Nouvelles de l’estampe – a lancé une nouvelle collection de petits livres qui permettent un accès aisé et agréable à des textes anciens sur la gravure.

R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l'estampe, 2016
R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016

Vient de paraître dans cette collection « après la lettre » les poèmes et maximes de Robert Nanteuil (v. 1623-1678). L’un des plus célèbres portraitistes de son temps, Nanteuil est un homme affable et un bel esprit, qui n’a cessé toute sa vie d’écrire pour le plaisir et de composer des vers. Certains ont été imprimés car ils ont servi à faire la cour aux hauts personnages (le roi, Anne d’Autriche, Marie-Thérèse…) qui posaient – insigne privilège – pour Nanteuil. D’autres sont restés manuscrits et ont été recopiés par les proches de Nanteuil. Il en est de même de ses maximes : suite de courtes pensées qui dessinent tout un art poétique original et une pensée sur l’art et la gravure sous Louis XIV. Ces textes recueillis par Tempesti, élève de Nanteuil, se trouvent dans un manuscrit conservé à Venise, que nous avons pu consulter.

Les textes ne sont pas inconnus : ils ont été périodiquement édités en annexe de tel ou tel catalogue ou dans des revues savantes à partir de la moitié du XIXe siècle. C’est toutefois la première fois qu’ils paraissent pour eux-mêmes. S’il ne s’agit pas d’édition scientifique (l’apparat critique est réduit au minimum afin d’être accessible à tous et de donner toute sa place au texte lui-même), un retour aux documents originaux est toujours intéressants puisque j’ai pu corriger de nombreuses fautes de lectures commises par les éditeurs antérieurs. Ces poèmes et maximes se lisent donc pour la première fois dans la pureté de l’écriture de Nanteuil.

L’ouvrage est tiré à 500 exemplaires numérotés. Il se vend 8 euros et peut se trouver aux bureaux des Nouvelles de l’estampe (département des Estampes de la BnF).

Référence : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p., illustrations en couleurs. ISBN : 979-10-96279-01-2.