Parution : catalogue des estampes de la rue Montorgueil par S. Lepape (papier et en ligne)

À partir des années 1550, des familles d’éditeurs d’estampes s’installèrent à Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Ils produisirent des gravures sur bois de fil, principalement à thématique religieuse, accompagnées de texte, parfois colorées au pochoir, souvent de même taille (environ 40 x 50 cm).

 

S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016
S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016

Pour cet ouvrage de référence, Séverine Lepape va au-delà des habitudes de l’Inventaire du fonds français du département des Estampes de la BnF : elle propose un véritable catalogue raisonné qui prend en compte l’ensemble des collections de la BnF – département des Estampes, mais aussi département des Cartes et Plans, bibliothèque de l’Arsenal et Réserve des livres rares – ainsi que plusieurs collections françaises (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, musée Carnavalet, MUCEM) et étrangères (British Museum, Rijksmuseum et Metropolitan Museum notamment) et quelques collections privées. Un important travail de recherche en archives, joint à un dépouillement des outils existants, a permis de proposer pour chaque imagier une notice biographique fournie et de mettre en exergue les liens matrimoniaux entre les différentes familles. Chaque notice d’œuvre présente une description iconographique soignée, qui assure une meilleure approche et compréhension de l’image.

L’auteure s’intéresse également à la question de l’usage de ces images et souligne combien l’émancipation de l’estampe par rapport au texte est ici perceptible. Sans doute ces images colorées de la rue de Montorgeuil étaient-elles utilisées comme de « petites tapisseries », accrochées au mur.

L’ouvrage présente également la très grande qualité de replacer cette production d’estampes dans le contexte plus large de la création artistique contemporaine. À chaque fois que cela est possible, l’auteure remonte la trace du modèle dessiné à partir duquel les graveurs ont travaillé, souvent par l’intermédiaire d’un second dessin, de même dimension que la matrice de bois. L’ouvrage permet ainsi de bien mettre en évidence les liens entre l’activité des imagiers de la rue Montorgueil et Baptiste Pellerin, artiste parisien de la Renaissance redécouvert récemment et qui a ainsi bénéficié de plusieurs attributions nouvelles, entraînant pour d’autres, au premier rang desquels le graveur Étienne Deleaune, plusieurs désattributions. Les grands noms de la peinture du XVIe siècle comme Antoine Caron et Jean Cousin sont eux aussi liés à ces estampes.

Séverine Lepape, conservateur chargé des collections des 15e et 16e siècles au département des Estampes jusqu’en 2014 (désormais conservateur de la collection d’estampes Edmond de Rothschild au musée du Louvre).

L’ouvrage est publié sur papier et en ligne (avec différentes options premium) sur OpenEditionsBooks.

Un compte rendu de cet ouvrage est paru dans le n° 254 des Nouvelles de l’estampe, rédigé par Caroline Vrand.

Parution : Florilège. Jardin Extraordinaire

Le florilège de Nassau est l’un des chefs d’œuvre conservés au département des Estampes de la BnF. Sa genèse nous ramène au temps de la guerre de Trente-Ans (1618-1648), qui ravage l’Europe. Jean de Nassau reçoit de son père la terre et le château d’Idstein, dans la Hesse actuelle. La guerre et les affaires politiques l’obligent toutefois à l’abandonner et à trouver refuge en France puis à Strasbourg, où il se passionne pour les arts et les sciences, et acquiert le goût de la collection.

Revenu dans son château, il y développe – fait peu étonnant en plein période baroque – un véritable cabinet de curiosité, comprenant à la fois des toiles de maîtres et des curiosités naturelles. En particulier, il crée un des plus beaux jardins du temps, en achetant et échangeant les plantes les plus rares, les fleurs les plus belles. Mais les fleurs se fanent et les plantes meurent, alors que Jean de Nassau veut conserver le souvenir de son extraordinaire jardin.

Aussi fait-il travailler un peintre strasbourgeois, Johann Walter (1604-1676), qui, de 1651 à 1663 puis en 1672 fait huit séjours à Idstein afin de peindre le jardin et son contenu.

514uitg8v8l-_sx355_bo1204203200_

Ce sont ces œuvres qui sont présentées ici. Le département des Estampes possède 54 planches (dont 52 sont signées) du Florilège (au sens propre, son « choix » de « fleurs ») de Jean de Nassau – d’autres étant conservées à Londres – dont les plus belles sont reproduites avec soin dans ce livret. Une introduction permet de remettre la création en contexte et de faire entrer le lecteur dans l’incroyable fascination qu’inspiraient alors fleurs et fruits rares, dans la trace de ce rêve que constitue encore aujourd’hui ce recueil de dessins.

Référence : Florilège. Jardin extraordinaire, préface et choix de Rémi Mathis, Paris, éditions de la BnF (coll. L’œil curieux), 2016, 48 p., illustrations en couleurs. ISBN : 978-2-7177-2707-4.

Cet ouvrage est dédié à la mémoire de Laure Beaumont-Maillet (1947-2016), ancienne directrice du cabinet des Estampes, qui a publié les recherches de référence sur le Florilège de Nassau.

L’animal, au centre de l’estampe

Chaque année, le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est invité à présenter une sélection de ses fonds au salon international de l’estampe du Grand Palais, sur un thème déterminé par les organisateurs.

En 2013, la thème était « Les animaux », en lien avec la bibliothèque invitée, celle du Muséum national d’histoire naturelle. Ce blog s’en est largement fait l’écho, en publiant certaines notices rédigées pour l’occasion. L’ensemble des conservateurs chargés de collection avait sélectionné une trentaine de pièces qui avaient ébloui les visiteurs par leur intérêt à la fois artistique et historique.

À tel point que nous avons désiré en faire un livre, qui approfondisse le sujet en analysant une centaine de pièces du département des Estampes, représentatives du regard sur les animaux des origines à nos jours.

Couverture de l’ouvrage

 

Une brillante préface de Michel Pastoureau ouvre le volume : le célèbre historien de l’animal vient remettre l’ouvrage dans le contexte d’une historiographie très récente. Il rappelle combien il semblait saugrenu de travailler sur le sujet quand il était étudiant… avant qu’il ne montre lui-même au fil de ses ouvrages toute la puissance symbolique de l’animal dans la civilisation occidentale.

Les directeurs d’ouvrages introduisent ensuite le sujet avec un texte qui revient sur la gravure, les techniques employées et leur importance pour la diffusion des images d’une part, et sur le département des Estampes, son histoire de la fondation en 1667 à nos jours,  et ses collections, d’autre part.

Ils traitent ensuite de neuf thèmes, qui permettent de problématiser la question de la représentation de l’animal dans le contexte de la production des images : les bêtes sauvages et exotiques, les animaux domestiques, l’anthropomorphisme, les allégories et symboles, les chiens et chats, les monstres et chimères, les animaux dans l’ornement, l’approche scientifique de la représentation, et les scènes de chasse. Ces thèmes sont bien sûr pour partie liés aux époques de production : la symbolique joue un très grand rôle dans les estampes de la Renaissance alors que ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’on assiste à une approche plus scientifique et naturaliste.

Le corps de l’ouvrage est constitué des cent une notices, classées par ordre chronologique, rédigées par les agents du département. Ces estampes ont été choisis selon plusieurs critères. Artistiques, puisque l’estampe est un art majeur représenté par les créations des plus grands, de Dürer et Rembrandt à Matisse et Picasso en passant par Goya ou Grandville. Représentatives d’une époque : on ne peut se passer de montrer les estampes qui accompagnent les travaux de Buffon, la célèbre Girafe qui mit la France en émoi en 1827 ou la bête du Gévaudan. Liées à des anecdotes, qui révèlent quelque chose de la société d’alors : les chats et les rats qui symbolisent Français et Espagnols en guerre pour la Flandre au XVIIe siècle, des hiboux qui permettent de se moquer sans prendre de risque d’un gouverneur honnis, les animaux de la Ménagerie du tout neuf château de Versailles… Et au-delà, tout simplement prendre acte de l’émerveillement des Européens devant ces nouvelles espèces découvertes dans les pays lointains, du besoin de se raconter des histoires sur des animaux fabuleux, de décorer leur environnement avec des compagnons de papier, de leur soif de savoir et de diffuser cette connaissance par l’image : cinq siècles d’aventure humaine auprès des animaux avec tout le sérieux, l’art, la curiosité, la fantaisie, l’humour dont les hommes sont capables.

Double page du livre
Double page du livre

 

 

  • Références :
    • Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel (dir.), Animal, Paris : éditions de la Bibliothèque nationale de France, 192 pages, 38 euros. ISBN 978-2717726152. Préf. de Michel Pastoureau.

     

  • Contributeurs :
    • Céline Chicha-Castex, conservateur chargé des collections du XXe siècle
    • Lise Fauchereau, gestionnaire des collections modernes et contemporaines
    • Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur à la bibliothèque de l’université Pierre-et-Marie-Curie
    • Corinne Le Bitouzé, archiviste paléographe, directrice adjointe du département, conservateur chargé des collections du XVIIIe siècle
    • Séverine Lepape, archiviste paléographe, ancien conservateur chargé des collections des XVe et XVIe siècles, désormais conservateur au musée du Louvre
    • Rémi Mathis, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Monique Moulène, bibliothécaire, gestionnaire des collections du XIXe siècle
    • Michel Pastoureau, archiviste paléographe, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études
    • Cécile Pocheau-Lesteven, conservateur chargé des collections contemporaines
    • Vanessa Selbach, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Valérie Sueur-Hermel, conservateur chargé des collections du XIXe siècle
    • Jude Talbot, bibliothécaire, chargé de la numérisation