Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 261 (hiver 2017-2018)

Il est question d’estampe ancienne dans le numéro d’hiver des Nouvelles de l’estampe. Voici les résumés des articles.

Ce numéro constitue la dernière parution sur papier de la revue, qui passe en parution en ligne intégrale dès cette année.

  • Études

Henriette Pommier (CNRS), « Charles et Claude Audran à Lyon entre 1619 et 1627 » (p. 6-15)

Les archives lyonnaises ont fourni des renseignements inédits concernant Charles et Claude Audran entre 1619 et 1627. Pour l’aîné, Charles, un apprentissage commencé à Paris, chez Jaspard Isaac, écourté pour venir travailler à Lyon et former Grégoire Huret à la taille-douce. Claude s’installe à Lyon, où il travaille et se marie. Tous deux œuvrent et vivent dans le milieu des libraires. Un contrat permet de cerner concrètement la réalisation d’un livre in-folio illustré d’un frontispice gravé par Charles.

Rémi Mathis (BnF), « In angulo cum libro, ou l’inattendu succès de la lettre d’une estampe, de Hieronymus Wierix à Umberto Eco » (p. 16-24)

Une phrase latine « In omnibus requiem quaesivi et nusquam inveni nisi in angulo cum libro – J’ai cherché le repos partout et ne l’ai trouvé que dans un coin avec un livre » parsème la littérature européenne, généralement attribuée à Thomas a Kempis (v. 1380-1471), dans son best seller, L’Imitation de Jésus Christ. En réalité, cette phrase ne s’y trouve pas : elle semble plutôt une sorte de devise personnelle, qui est arrivée jusqu’à nous par la lettre des estampes, sans cesse copiées et adaptées, représentant le portrait du religieux écrivain.

Pascale Cugy (Centre allemand d’histoire de l’art), « Les épouses de la dynastie Bonnart, miniaturistes, éditrices ou marchandes d’estampes à Paris sous les règnes de Louis XIV et Louis XV » (p. 26-42)

Encore souvent ignoré, le rôle des femmes dans le commerce de l’estampe était particulièrement important sous l’Ancien Régime. À partir de documents d’archives et d’images, cet article revient sur celui que jouèrent les différentes épouses des membres de la dynastie Bonnart, active rue Saint-Jacques à Paris entre 1642 et 1762 et particulièrement réputée pour ses gravures de mode. N’appartenant pas à lignée des « graveuses » et provenant généralement d’un milieu extérieur à celui de l’estampe, ces dernières eurent avant tout un rôle économique et commercial, dont la visibilité dépendit de leur accession au statut de « veuve ».
S’il n’est guère question de généraliser, il s’agit ici de fournir des exemples biographiques précis au sein d’un monde encore relativement méconnu, en particulier à travers les figures de Marie Fontaine et Catherine-Thérèse Landry, confrontées à des difficultés liées à la fois à un contexte économique, à un climat familial et, sans doute, à leur condition de femme.

Véronique Meyer (université de Poitiers), « Florent Le Comte et la gravure » (p. 44-62)

Après avoir retracé la biographie de Florent le Comte et mis en évidence son activité de sculpteur pour les statues des évangélistes de la façade de l’église de Richelieu,
Véronique Meyer étudie la place de l’estampe dans son ouvrage, le Cabinet de singularitez d’architecture, peinture, sculpture et gravure (3 vol. 1699-1700).
En s’attachant plus particulièrement à l’élaboration des catalogues et à l’importante liste de monogrammes, elle analyse l’organisation, la conception et la réception de ce livre qui reste encore de référence.

Rémi Mathis (BnF), « Au blason des graveurs. Quelques réflexions sur le statut social des graveurs sous l’Ancien Régime à partir de leurs armoiries » (p. 64-69)

L’armorial général, dit d’Hozier, a été réalisé à partir de 1696 à la demande de Louis XIV avec la volonté de répertorier toutes les armes portées en France… et bientôt de faire payer un enregistrement administratif à toute personne capable de verser vingt livres, qu’elle porte des armes ou pas. Ce document permet donc indirectement de tracer une ligne au sein de la société délimitant cette élite du reste de la population. On constate que très peu de graveurs y figurent, ce qui montre combien ils occupent alors une place subalterne dans la société (loin des charges juridiques, mais même sous les libraires ou les peintres), sauf à obtenir d’autres charges plus prestigieuses, parfois liées à leur métier.

Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 260 (automne 2017)

Il est question d’estampe ancienne dans le numéro d’automne des Nouvelles de l’estampe.
Voici le résumé de l’article et de courts extraits des autres textes :

  • Études

Henriette Pommier (CNRS), « Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen graveurs de l’Histoire généalogique de la maison de Savoie » (p. 4-27)

Un document d’archives inédit nous renseigne sur la commande et la réalisation des illustrations destinées à l’Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie, de Samuel Guichenon, publiée à Lyon, chez Guillaume Barbier, en 1660 – dont il est par ailleurs question dans la correspondance conservée entre Guichenon et la cour de Savoie (marquis de Pianezze et surtout Philippe d’Agliè). Le 28 septembre 1657, les graveurs en taille-douce Antoine de Pienne et Hans Jacob Thurneysen, résidant à Bourg, s’engagent devant notaire à réaliser pour Guillaume Barbier, maître imprimeur du roi, « deux cent soixante‑dix planches gravées tant en armoiries qu’en monnaies, et seize tombeaux ou monuments, d’après les dessins qui leur seraient remis ». Ils devaient rendre leur ouvrage à Barbier ou à Guichenon à Bourg, dans un délai de neuf mois. Ils recevraient en paiement cinq cents livres tournois, le cuivre étant fourni poli et prêt à graver par le commanditaire. L’Histoire généalogique de la royale Maison de Savoie […] fut voulue par « Madame Royale », Christine de France, veuve du duc Victor Amédée Ier, quelques années après une guerre civile ayant opposé les partisans de Christine de France à ceux de ses deux beaux-frères appuyés par l’Espagne, qui lui contestaient sa régence. Elle désirait alors hisser le duché au rang des grandes puissances européennes. Un vaste programme culturel et une propagande politique largement diffusée par le livre et par l’image furent encouragés et soutenus par la Régente. La commande de l’Histoire généalogique, qui devait notamment souligner l’autonomie du duché par rapport aux autres puissances, et affirmer les droits de la Savoie sur le royaume de Chypre, s’inscrit dans ce cadre.

 

  • Comptes rendus

Rémi Mathis (BnF, Estampes), « Thèses d’Etat et mémoire universitaire », [compte rendu de : Véronique Meyer, Pour la plus grande gloire du roi. louis XIV en thèses, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 370 pages. ISBN 9782753554641] (p. 64-67).

[…] Dans ce cadre, des estampes de grande taille sont souvent commandées – parfois auprès d’excellents graveurs – qui donnent les « positions » (un résumé des propositions soutenues) de la thèse, avec une iconographie, soit symbolique, soit relevant du genre du portrait. En effet, ces thèses étaient généralement dédiées à un patron, dont on attendait ensuite protection et emploi. Les thèses constituent donc des œuvres à part entières – parfois parmi les plus belles estampes du temps (les portraits de Robert de Nanteuil ont largement été réalisés pour cet usage) – et des documents de premier ordre pour l’histoire de l’université et, plus largement, une histoire sociale des XVIIe et XVIIIe siècles, à Paris et en province. Placardées à la porte des collèges et dans la salle de soutenance, les thèses sont également distribuées au public et aux personnalités que l’on souhaite honorer. Le phénomène connaît son acmé à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle : les dédicaces se font alors extrêmement spectaculaires, et concernent les plus hauts personnages du royaume… jusqu’au roi lui-même ! […]

Philippe Cornuaille (Paris IV Sorbonne), « L’estampe à la mode », [compte rendu de : Pascale Cugy, La dynastie Bonnart, peintres, graveurs et marchands de modes à Paris sous l’ancien régime, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Art & Société », 2017, 400 pages. Préface de Marianne Grivel. ISBN 9782753552326.] (p. 68-73).

[…] Cette dynastie de graveurs, éditeurs, peintres, dessinateurs et marchands a su développer un concept dont l’influence fut immense. Si leur formule fut souvent considérée comme opportuniste, voire épidictique, elle était sans conteste dynamique et visionnaire. Leurs ventes semblent avoir été considérables comme en témoigne la présence de leurs estampes dans les fonds d’un grand nombre de bibliothèques ou de musées. […] Pourtant, nous étions face à une véritable bizarrerie. D’un côté, généreusement utilisés comme moyen de documentation, les bonnarts ont fait le bonheur de toute une lignée de chercheurs. Mais, paradoxalement, les iconographes, les historiens des mœurs, de la mode et du vêtement ne s’étaient guère préoccupés de leurs créateurs, prenant pour argent comptant une source censée leur fournir un témoignage fiable de la plastic du XVIIe siècle. Ce domaine de l’estampe est donc resté un champ de suppositions qui n’avait encore abouti à aucune véritable étude approfondie. De fait, la dynastie des Bonnart a produit près de deux mille planches à partager entre plusieurs générations […] Aussi, l’intérêt d’une telle réussite sociale et artistique ne pouvait être appréhendé sans un véritable travail de recherche, tel celui fourni par Pascale Cugy. Celui-ci passe par l’analyse des estampes pour en distinguer les particularités au sein même de la production européenne, mais aussi, afin d’éviter toute lecture hasardeuse, par la reconstitution généalogique de la dynastie. […] [Ce livre] révèle l’esprit entrepreneurial de toute une famille, ses stratégies, le dynamisme commercial de ses boutiques au sein même de la rue Saint-Jacques, sa proximité avec les milieux artistiques et les marchands de nouveauté. Bien que consacré à une dynastie de graveurs, éditeurs et marchands, ce livre dépasse de loin le domaine de la gravure. Il enrichit notre réflexion sur le pouvoir de l’image. Il ouvre un large champ pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire du textile, de la mode, de l’effigie. Sa lecture fait jaillir ces estampes qui peuvent paraître d’une grande simplicité mais qui dévoilent tout un réseau d’influences complexe qui les rendent attachantes et pertinentes

  • Chroniques

Rémi Mathis, « Un marché d’Alexandre Le Roux pour une estampe de confrérie  (Archives nationales, MC, XXIV, 587, 24 avril 1718) » (p. 81)

Alexandre Le Roux, « graveur en taille-douce », habitant rue Galande, remet ce jour, 24 avril 1718, à la confrérie des scieurs de long en bois (chapelle du Saint-Esprit, place de Grève), un dessin représentant Saint-Cyr et Sainte-Julitte, leurs martyres respectifs, et un cartouche. Il doit le graver à la même échelle, sur cuivre rouge, pour le 1er juin 1718. Il reçoit pour cela 78 livres – 30 immédiatement et 48 à la livraison. Il paye 12 livres 10 sols à François Dosseran, planeur de cuivre, présent chez le notaire, pour acheter la plaque. Aucune épreuve de cette estampe n’a pour l’instant été retrouvée.

Une édition de texte est donnée. Cette publication prend place dans le cadre des recherches aboutissant à la publication du prochain volume de l’Inventaire du fonds français (XVIIe siècle) du département des Estampes de la BnF.

 

 

Parution : Poèmes et Maximes de Nanteuil

Le Comité national de l’estampe, qui fait notamment paraître la revue de référence sur l’estampe ancienne, moderne et contemporaine – les Nouvelles de l’estampe – a lancé une nouvelle collection de petits livres qui permettent un accès aisé et agréable à des textes anciens sur la gravure.

R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l'estampe, 2016
R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016

Vient de paraître dans cette collection « après la lettre » les poèmes et maximes de Robert Nanteuil (v. 1623-1678). L’un des plus célèbres portraitistes de son temps, Nanteuil est un homme affable et un bel esprit, qui n’a cessé toute sa vie d’écrire pour le plaisir et de composer des vers. Certains ont été imprimés car ils ont servi à faire la cour aux hauts personnages (le roi, Anne d’Autriche, Marie-Thérèse…) qui posaient – insigne privilège – pour Nanteuil. D’autres sont restés manuscrits et ont été recopiés par les proches de Nanteuil. Il en est de même de ses maximes : suite de courtes pensées qui dessinent tout un art poétique original et une pensée sur l’art et la gravure sous Louis XIV. Ces textes recueillis par Tempesti, élève de Nanteuil, se trouvent dans un manuscrit conservé à Venise, que nous avons pu consulter.

Les textes ne sont pas inconnus : ils ont été périodiquement édités en annexe de tel ou tel catalogue ou dans des revues savantes à partir de la moitié du XIXe siècle. C’est toutefois la première fois qu’ils paraissent pour eux-mêmes. S’il ne s’agit pas d’édition scientifique (l’apparat critique est réduit au minimum afin d’être accessible à tous et de donner toute sa place au texte lui-même), un retour aux documents originaux est toujours intéressants puisque j’ai pu corriger de nombreuses fautes de lectures commises par les éditeurs antérieurs. Ces poèmes et maximes se lisent donc pour la première fois dans la pureté de l’écriture de Nanteuil.

L’ouvrage est tiré à 500 exemplaires numérotés. Il se vend 8 euros et peut se trouver aux bureaux des Nouvelles de l’estampe (département des Estampes de la BnF).

Référence : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p., illustrations en couleurs. ISBN : 979-10-96279-01-2.