Réimpression d’un bois gravé d’Utamaro à la BNF

matrice en cerisier, BnF, estampes et photographie
matrice en cerisier d’Utamaro, BnF, estampes et photographie

En juillet 2015 le département des estampes et de la photographie a participé à un projet exceptionnel de réimpression d’une matrice en bois de Kitagawa Utamaro (vers 1753-1806) par le graveur et imprimeur japonais Kenji Takenaka (atelier Takezasa, fondé en 1891) selon des techniques respectueuses du bois. La Ritsumeikan University de Kyoto a souhaité, dans le cadre d’un de ses programmes de recherche, travailler sur les méthodes anciennes d’impression sur bois en couleurs (techniques de gravure de la matrice, d’impression, pigments utilisés, etc.) pour retrouver les méthodes ancestrales de l’ukiyo-e.

Impression par Prosper-Alphonse Isaac en 1909
Impression par Prosper-Alphonse Isaac en 1909

La BnF possède le bois de trait d’un portrait de jeune femme (essence de cerisier : 39 x 25,7 cm). Les planches de bois correspondant aux couleurs de l’estampe ont été perdues. Ce bois de trait a été offert par la décoratrice et graveur Germaine de Coster (1895-1992) en 1984, il avait déjà été réimprimé en 1909 par le graveur sur bois Prosper-Alphonse Isaac (1858-1924) qui fut l’un des premiers à pratiquer la gravure sur bois en couleurs à la manière japonaise. La matrice a été au préalable expertisée par une spécialiste du bois, Mechtild Mertz, accompagnée de Catherine Lavier (ingénieur de recherche au cnrs, dendrochronologue) et de Benoît Jenn (restaurateur responsable de l’atelier de restauration mobilier du musée des arts décoratifs), qui l’ont jugée en parfait état. La BnF a alors donné son accord pour la réimpression de la matrice vieille de plus de 200 ans.

Kenji Takenaka dans la galerie Mansart
Kenji Takenaka dans la galerie Mansart

Après avoir procédé à des exercices d’étirements, Kenji Takenaka, sous la caméra de la télévision japonaise Kansai TV, a installé son matériel dans la galerie Mansart sur le site Richelieu, et commencé l’impression du bois d’Utamaro.

Encrage à la brosse
Encrage à la brosse

Il s’agit d’abord de mouiller la matrice, puis de lui appliquer délicatement avec une brosse en crin de cheval l’encre sumi traditionnelle diluée dans de l’eau (à base de suie, additionnée d’un peu de nikawa, gélatine extraite de la peau et des os d’animaux).

Encre diluée et colle
Encre diluée et colle
Encre, huile de camélia et baren au premier plan
Encre, huile de camélia et baren au premier plan

Il pose ensuite une feuille de papier washi (issu de fibres végétales) sur la planche,

Feuille de papier washi calée sur la matrice
Feuille de papier washi calée sur la matrice

puis il frotte doucement le dos de la feuille avec un baren, disque plat recouvert de plusieurs couches de papier et de feuilles de bambou, frotté d’huile de camélia.

Frottement du baren sur la feuille
impression au baren
La figure apparaît peu à peu au recto
La figure apparaît peu à peu au recto

Entre chaque impression la matrice est réencrée. Il faut quelques épreuves d’essai pour savoir comment et où doser la pression du baren, selon les zones de gravure à faire plus ou moins ressortir.

Appréciation du travail
Appréciation du travail

Une trentaine de tirages ont été réalisés en une heure de temps, la BnF en gardera un certain nombre comme témoins.

bois d'Utamaro, verso
bois d’Utamaro, verso

La matrice comporte une autre gravure non identifiée au verso, sans rapport avec la composition d’Utamaro. Kenji Takenaka a également procédé à sa réimpression, ce qui permettra de mieux l’étudier ultérieurement.

bois d'Utamaro, verso nouvellement imprimé
bois d’Utamaro, verso nouvellement imprimé

Kansai TV a aussi filmé certaines pièces japonaises de la réserve, et interviewé notre collègue Valérie-Sueur, sur le phénomène du japonisme en Europe à la fin du XIXe siècle.

Kenji Takenaka a emporté pour analyse quelques copeaux de la vieile pellicule d’encre qui recouvrait la matrice, datant sans doute du temps de Prosper-Alphonse Isaac et de sa dernière réimpression il y a un siècle. Il espère aussi dans un second temps créer un fac-simile du bois de trait et pouvoir recréer les matrices des couleurs qui manquent, pour réaliser un jour une nouvelle impression moderne de l’estampe en couleurs d’Utamaro.

bois d'Utamaro encré
bois d’Utamaro encré

Trésor du mois exposé à Tolbiac : un cuivre gravé par Thomas de Leu (1611)

Thomas de Leu

Portrait de Pierre Jeannin

Cuivre gravé au burin, 1611. 230 x152 mm

réserve du département des estampes et de la photographie, musée, planche 391.

Cette toute récente acquisition est exposée dans l’espace « Découverte » du site Tolbiac – François Mitterrand, hall Est, du dimanche 16 septembre (Journées du Patrimoine) au dimanche 21 octobre 2012.

Matrice de cuivre gravée par Thomas de Leu, BnF, département des estampes et de la photographie, pl. 391.
L’estampe imprimée à partir de la matrice, BnF, département des estampes et de la photographie, réserve Ed-11(c)-folio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde de l’estampe parisienne change de visage vers 1600. Dominé par la gravure sur bois pendant la majeure partie du XVIe siècle, il se convertit en quelques décennies à la gravure sur cuivre ou gravure « en taille-douce », dont la technique, qui permet des finesses inégalées, est apportée par des graveurs flamands. Thomas de Leu (vers 1558-1612) en est l’un des plus prolifiques représentants, gravant d’un burin aux tailles serrées et précises plusieurs centaines de gravures de dévotion, petits portraits et illustrations de livres pour les imprimeurs parisiens.

La destination de cette plaque de cuivre de forme curieusement pentagonale, datée de 1611, reste un peu énigmatique. Si l’on en croit la dédicace, elle est apparemment commanditée par Vincent de la Faye, avocat au parlement de Bourgogne, sur lequel on possède peu d’informations. Elle est dédiée à Pierre Jeannin (1540-1623), dont on voit le portrait à la partie supérieure, agrémenté d’anagrammes en français, latin et grec, offerts en hommage par l’avocat. Pierre Jeannin, premier président du parlement de Bourgogne, fut un serviteur fidèle et apprécié d’Henri IV, auquel il se rallia malgré son passé ligueur. Ambassadeur de France en Hollande, conseiller du roi, il est en 1611 en charge du contrôle des finances dans le conseil de la régente Marie de Médicis qui lui garde toute la faveur octroyée par le défunt roi. Le portrait très finement gravé par Thomas de Leu semble avoir pour modèle un dessin attribué au portraitiste François Quesnel conservé au département des estampes et de la photographie (Rés Na-22 (14) – boîte écu).

Portrait de Pierre Jeannin dessiné par François Quesnel, BnF, département des estampes et de la photographie, Réserve Na 22 (14) boîte écu

Il est étrange de constater que les anagrammes célébrant le nom de Jeannin se déploient assez maladroitement, nous semble-t-il, dans un médaillon central qui paraît peu commode pour accueillir tout ce texte. Ce médaillon est entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, et surmonté d’une couronne royale, comme on en voit normalement entourer les armes royales, ici remplacées par un angelot portant des cornes d’abondance et entouré des fleurs de lys royales, alors que paradoxalement Jeannin, de très humble extraction, n’était pas chevalier des ordres du roi. Peut-être Vincent de La Faye s’est-il servi pour faire hommage à ce confrère influent, d’une plaque conçue à l’origine pour une autre destination, commandée soit par un autre client de Thomas de Leu, soit par Vincent de La Faye lui-même, mais qu’il aurait fait réaliser d’abord pour un autre usage ?

Cet avocat paraît avoir eu l’intention de publier lui-même des ouvrages, puisqu’en 1605 il obtient de la ville de Dijon, qui ne possédait alors qu’un seul imprimeur, l’usage d’une partie des bâtiments inoccupés du vieux collège, pour 6 ans, afin d’y installer une seconde imprimerie. Il ne semble pas pourtant qu’il y ait imprimé aucun ouvrage. En 1611 cependant, il fait paraître à Paris chez Pierre Le Mur le seul livre imprimé connu sous son nom : un opuscule pédagogique, Brevis ratio syntaxeos in favorem tornodorae juventutis edita, bref manuel de 16 pages destiné à l’apprentissage du latin et du français pour les élèves du collège de sa ville de Tonnerre dans l’Yonne. Il semble peu probable que Vincent de La Faye ait commandé une belle plaque gravée à Thomas de Leu comme frontispice d’un si humble ouvrage (l’exemplaire numérisé de la bibliothèque de Tours n’en comporte d’ailleurs pas).

Mais en 1611 également il offre à la régente un recueil de poèmes didactiques sur le bon gouvernement, dédié au tout nouveau roi Louis XIII, « Sonnets, sizains, quatrains, contenant les préceptes d’Isocrate touchant le bon gouvernement d’un royaume… » (BnF, département des manuscrits, NAF 1772). Peut-être avait-il espéré faire imprimer cet ouvrage dédié au jeune roi, et l’on pourrait imaginer que cette plaque à la symbolique royale affirmée (avec peut-être en projet le portrait du jeune souverain à la place de celui du président Jeannin ?) aurait pu avoir été conçue dans son premier état comme le frontispice de cette œuvre restée à l’état manuscrit…