Le Roi-Soleil se fait incendier par des gravures séditieuses

Ce billet a été rédigé dans le cadre de la mise en valeur de l’exposition A Kingdom of Images. French Prints in the Age of Louis XIV, 1660-1715 qui se tient actuellement au Getty (Los Angeles), et dont Rémi Mathis et Vanessa Selbach, conservateurs au département des Estampes de la BnF, sont co-commissaires avec Peter Fuhring et Louis Marchesano. Il a d’abord été publié en anglais sur Iris, magazine en ligne du Getty, sous le titre « Roasting the Sun King« .

La même exposition, dans un encore plus ample dispositif, ouvrira le 3 novembre à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand), sous le titre Images du Grand Siècle.

Louis XIV, bien conseillé par ses ministres, a très tôt compris l’importance de l’estampe pour mettre en valeur ses actions, sa Cour, son règne. Il créée en 1667 le Cabinet au roi qui, au sein de la Bibliothèque royale, où se développe une véritable collection, imprime et distribue à de grands personnages les estampes commandées par le pouvoir royal aux meilleurs graveurs du temps. Parallèlement, de nombreux éditeurs privés, se font les hérauts de la gloire de leur roi – de manière consciente et volontaire ou non.

Ses opposants et ses ennemis ne sont toutefois pas en reste, et l’on voit au cours du règne les estampes se répondre, et reprendre – parfois en les tordant plaisamment – les mêmes thèmes et les mêmes symboles.

Anonyme, The Admiral of France / De France Admiraal, 1702, eau-forte, 29.6 × 19.3 cm. Rijksmuseum, RP-P-OB-83.095
Anonyme, The Admiral of France / De France Admiraal, 1702, eau-forte, 29.6 × 19.3 cm. Rijksmuseum, RP-P-OB-83.095

Le plus célèbre est celui du Soleil, que le Louis XIV n’invente pas mais utilise de manière extensive. Les adversaires du Roi-Soleil ne se privent donc pas de choisir dans les textes anciens des épisodes qui permettent de retourner la comparaison : sont mis à contribution Josué, Icare, ou Phaéton, ce fils du Soleil tué par Zeus alors qu’il manquait d’embraser le monde aux rênes du char de son père. La contre-propagande solaire peut se montrer pleine d’esprit et établir des parallèles très riches, comme cette estampe de 1692, qui moque la destruction par les Anglo-Hollandais du navire Soleil-Royal – qu’il fallait donc détruire avant qu’il ne mette le monde à feu et à sang, et montrant du doigt « ce tyran furieux dont l’insolence extrême / s’est bien osé choisir le soleil pour emblème ».

Ces images anti-françaises ne visent pas uniquement à réagir à la propagande de Louis XIV : des initiatives éditoriales cherchent plus généralement à moquer la Cour française et dénoncer la politique qu’elle mène. C’est par exemple le cas d’un célèbre ouvrage paru en 1691 à Amsterdam – Les Héros de la Ligue – qui montre seize caricatures des acteurs de la répression contre les protestants en France. On y reconnaît le roi, son ministre de la Guerre Louvois, l’archevêque de Paris ou l’évêque de Meaux, célèbre comme homme de lettres, Bossuet. Tous sont représentés comme des ivrognes et des débauchés qui n’agissent que pour des motifs de basse politique qui n’ont rien à voir avec la religion. Ces images en manière noire sont anonymes mais elles sont attribués à certains des meilleurs graveurs du temps : Cornelis Dusart, Jacob Gole… Leur succès leur a valu d’être copiées au burin, comme en témoigne ce très rare tirage conservé au GRI.

Page de Les Héros de la Ligue, copie au burin de la publication originelle, tirée des Monumens de l’histoire de France, par Soulavie, vol 68. The Getty Research Institute, 900247
Page de Les Héros de la Ligue, copie au burin de la publication originelle, tirée des Monumens de l’histoire de France, par Soulavie, vol 68. The Getty Research Institute, 900247

 

Cornelis Dusart (?) ou Jacob Gole (?), L'Archevêque de Paris (Fr. Harlay de Champvallon), manière noire, 1691, dans Les Héros de la Ligue…, Paris (i.e. Amsterdam). Bibliothèque nationale de France, Qe-41-4
Cornelis Dusart (?) ou Jacob Gole (?), L’Archevêque de Paris (Fr. Harlay de Champvallon), manière noire, 1691, dans Les Héros de la Ligue…, Paris (i.e. Amsterdam). Bibliothèque nationale de France, Estampes, Qe-41-4

Les professionnels ne sont enfin pas les seuls à produire de telles pièces, et il ne faut pas imaginer une propagande bien organisée, dotée d’une stratégie univoque : de nombreux acteurs interviennent, jusqu’aux plus humbles. Ainsi, quand Louis XIV interdit la religion protestante en 1685 et fait détruire le temple fréquenté par les Parisiens, des paroissiens produisent une estampe identifiant le Roi Soleil au diable, dans une tentative désespérée de faire connaître leur situation et de rallier le monde à leur cause.

Anonyme, Les Supost de Satan [destruction du temple de Charenton], burin, 19.5 x 14.8 cm, BnF, Estampes, Qb-1 (1685) [cat. 70]
Anonyme, Les Supost de Satan [destruction du temple de Charenton], burin, 19.5 x 14.8 cm, BnF, Estampes, Qb-1 (1685) [cat. 70]
Cette image plus qu’imparfaite et naïve, nous fait toucher au plus près la force des sentiments de simples particuliers en but à ce qu’ils vivaient comme une injustice.

Quelle que soit la qualité de cette production touchant à la religion et la politique, elle montre la force d’images à la symbolique plus ou moins complexe, capables de toucher un large public. Si la notion d’opinion publique est à peine naissante, on dispose déjà des outils capables de la faire rire, de l’émouvoir, de la toucher… et peut-être de la convaincre.

 

Une note de Hugues-Adrien Joly au sujet de la préface de la première édition des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand

Du 9 au 11 avril 2015 a lieu un colloque intitulé Les Médailles de Louis XIV et leur livre, organisé par Yves-Marie Bercé (AIBL), Yvan Louskoutoff (univ. du Havre) et Inès Villela-Petit (BnF, Monnaies et Médailles). Le département des Estampes a prêté à cette occasion, pour exposition au musée des Monnaies et Médailles, un exemplaire exceptionnel de ce très célèbre ouvrage, central pour la diffusion de l’image louis-quatorzienne et de sa légende. Il s’agit des épreuves de l’édition alors en préparation, corrigée et enrichie, de 1723 (BnF, Estampes, Pb-25 (b)-fol.). Une des médailles représentée, en or, est exposée à ses côtés – ainsi qu’une planche d’estampes de Sébastien Leclerc, issue du fonds Jombert du département des Estampes, représentant des médailles (avec des états rarissimes), et comprenant également des dessins préparatoires. Le colloque est également l’occasion pour nous de publier un document inédit, relié dans un des exemplaires que conserve le département des Estampes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand.

Page de titre de la première édition
Page de titre de la première édition

Hugues-Adrien Joly (1718-1800) travaille au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale depuis 1737 et en devient le garde en 17501. Il reste en poste pendant près d’un demi-siècle et joue un rôle proéminent dans l’organisation de ce département. Il recueille de nombreuses collections particulières qu’il intègre à celles du roi (Fevret de Fontette, Lallemand de Betz, Bégon…) et fréquente les plus importants artistes et amateurs d’estampes du temps, comme le comte de Caylus, Charles-Nicolas Cochin le jeune, François-Bernard Lépicié, Jean-Michel Papillon2, etc.

Joly met en œuvre le plan de classement des estampes encore utilisé de nos jours et y intègre les pièces issues des collections qui ont fait le département. Deux volumes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand ayant appartenus au grand collectionneur Beringhen sont ainsi classés comme Pb-25-fol et Pb-25 (a)-fol.

Ces deux volumes appartiennent en réalité à deux éditions différentes de ce monument de l’histoire de Louis XIV, toutes deux datées de 1702 et comprenant les médailles jusqu’en 1700. Les textes ont été entièrement recomposés pour la seconde édition – mais curieusement sans corriger les erreurs et coquilles signalées à la fin de l’ouvrage (et même en en ajoutant de nouvelles3)

Or, la première édition comprenait une préface – devenue très rare : seule une quarantaine d’exemplaires sont conservés – supprimée dans la seconde. Son texte appuie en effet beaucoup sur l’organisation du travail et les mérites des divers intervenants, ce qui aurait déplu au roi.

Deux pages de la préface
Deux pages de la préface

Hugues-Adrien Joly, comme cela lui arrive parfois, a laissé une note soulignant la rareté de cette préface. Il en profite pour souligner les règles qui ont présidé à la réalisation de ce monument de la propagande royale que sont les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, et préciser en particulier les différences avec l’entreprise semblable du P. Ménestrier, ici égratigné pour son manque d’ « urbanité ».

Préface de Joly
Préface de Joly

Texte  de Joly

Cette préface est presque introuvable. Louis XIV la fit supprimer parce qu’il trouva que la louange que cette préface lui donnoit étoit trop forte et en outre qu’elle avoit manqué en ne faisant point mention de tous les membres de l’Académie qui avoient concourus à cette histoire métallique et dont cette préface, quoique très savante d’ailleurs, ne rapportoit la gloire qu’à un très petit nombre d’académiciens. Le roi faisant donc supprimer cette préface satisfaisoit à la fois à sa modestie et à l’amour qu’il portoit à chaque membre de son Académie des inscriptions et belles-lettres.

Peu d’exemplaires sont donc avec cette préface ; on distingue encore cette première édition en ce qu’elle se borne à l’année 1700, c’est à dire à l’avènement du duc d’Anjou à la couronne d’Espagne : elle a été republiée en 1702.

La seconde édition comprend 31 médailles de plus que la première, elle parcourt jusqu’à l’année 1715, époque fatale de la mort de Louis XIV, elle a été publiée en 1723.

C’est dans cette seconde édition que l’Académie changea, augmenta et supprima quelques médailles de la première édition, soit parce qu’elles n’avoient point un rapport direct à la personne du roi, soit que l’Académie suivit en cela cet esprit d’urbanité françoise que le père Menestrier a jugé de franchir dans un ouvrage de même genre qu’il fit paroistre. Voici entr’autres deux médailles dont cette académie a supprimé l’une et rectifié l’autre.

1°. Médaille frappée en Suède en 1679. Le père Menestrier rapporte que la Suède voulant exprimer sa reconnoissance envers le roi pour les places que cette couronne du Nord avoit perdues pendant la guerre et que le roi de France fit rendre, frappa une médaille où l’on voit le cocq perché sur un globe où, sur un cercle, on lit Suecia et ailleurs ces mots pour âme « Gallus protector », à l’exergue Sub umbra alarum. L’Académie considérant cette médaille comme une vérité échappée dans le tems de la bouche du ministre suédois a cru entrer dans la modestie du prince en la supprimant de son livre et a laissé le soin à ce religieux d’en conserver la figure4.

Médaille suédoise sur la protection du roi de France
Médaille suédoise sur la protection du roi de France

2°. La Paix de l’Eglise 1669. Dans la médaille du père Ménestrier on lit à l’exergue Ob restitutam ecclesiae concordiam5. L’Académie corrigea et mit Restituta Ecclesiae Gallicanae concordia.

Médaille sur la Paix de l'Eglise
Médaille sur la Paix de l’Eglise
  1. Laure Beaumont-Maillet, Les Gardes et directeurs du département des Estampes, de 1720 à 2006, Paris, BnF, 2010, p. 5 []
  2. Rémi Mathis, « Pratiques quotidiennes de travail au Cabinet des estampes dans les décennies 1750 et 1760 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 47, automne 2014, p. 52-57 []
  3. La médaille 151 sur les Invalides est ainsi mentionnée de manière erronée comme de 1675 dans la seconde édition alors qu’elle est bien indiquée comme de 1676 dans la première []
  4. La médaille figure en effet dans Histoire du roy Louis le Grand par les medailles, emblêmes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, et autres monumens publics. Recueillis, et expliquéz par le pere Claude Francois Menestrier de la compagnie de Jesus, Paris, J.-B. Nolin, 1689, p. 28 (médaille du bas) – page qui comprend trois médailles frappées à l’étranger (Rome, Hollande, Suède) à la louange de Louis XIV. On y lit : « La Suede, obligée au roy de la restitution des places qu’elle avoit perdues dans les dernieres guerres, voulut rendre publique sa reconnoissance par cette medaille, où le coq perché sur le globe du monde represente le roy qui le tient SOUS L’OMBRE DE SES AISLES, comme il en est appelé LE PROTECTEUR dans le revers, où la gerbe est le symbole de la Suede ; le sceptre, la couronne et l’espée de l’authorité royale » []
  5. La médaille figure en effet dans ibid, p. 13 (médaille du milieu). Mais elle porte en réalité « OB RESTIT ECCLESIAE CONCORDIAM ») : l’ouvrage porte l’explication suivante : « Le clergé de France ayant esté longtemps divisé sur les matieres de la Grace et des cinq propositions condamnées par les papes Innocent X et Alexandre VII, le roy imposa silence aux deux partis ET RENDIT LA PAIX À L’EGLISE en faisant signer un formulaire dressé par l’assemblée du clergé. L’authorité de l’Eglise est représentée par des clefs, la royale par le sceptre et la main de justice, la Doctrine par le livre, l’Eglise par l’autel, et les mots disent que LA GRACE ET LA PAIX VIENNENT DE DIEU» []