Salon de l’estampe : le grand cheval de Dürer

Le cheval est un thème récurrent dans l’œuvre de  Dürer. Ce Grand Cheval, pendant d’un autre burin gravé la même année et appelé Le Petit Cheval en est un excellent exemple. Dürer choisit ici de le représenter selon un angle très particulier. L’animal est figuré de trois-quarts, croupe tournée vers le spectateur, légèrement surélevée. Le graveur a insisté sur la musculature de la bête grâce à son art consommé du burin fait de tailles courbes qu’il croise pour donner plus de volume. Une impression de force inquiétante se dégage de cet animal puissant, renforcée par l’espace fermé de la composition que le cheval barre de tout son corps, au point de ne plus laisser voir son gardien, un hallebardier vêtu selon la mode du temps.

Cheval Durer

L’estampe a été interprétée diversement. Selon un mode allégorique, lecture toujours possible dans l’œuvre de Dürer, Le Grand Cheval représenterait la sensualité bridée par le soldat symbolisant par le dauphin sur son heaume l’intellect. En raison de la colonne à gauche portant une statue, peut-être une idole antique, certains historiens ont interprété le soldat comme Hercule venant voler les chevaux de Diomède.  L’estampe connut un grand succès comme l’indiquent les copies d’Antonio da Brescia, de Benedetto Montagne ou de Jan Wierix et influença Caravage qui reprit près d’un siècle plus tard la position singulière du cheval dans la Conversion de saint Paul, tableau qu’il peignit pour Santa Maria de Popolo de Rome en 1601.

Albrecht Dürer (1471-1528)
Le Grand Cheval
1505
Burin
16,5 x 12  cm
Bartsch 97 / Schoch, Mende, Scherbaum, I, n°43
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Réserve Ca-4 (+; 5)-Boite écu

Salon de l’estampe : le rhinocéros de Dürer, en couleur

Le 20 mai 1515, un rhinocéros débarqua d’un navire portugais à Lisbonne, où il avait été envoyé comme cadeau diplomatique au roi Manuel Ier par le sultan de Cambay Muzaffar II. L’animal n’avait pas été observé en Europe depuis l’Antiquité et fit sensation. La nouvelle se répandit vite hors du Portugal et parvint en Allemagne, sans doute grâce à Valentin Ferdinand, un imprimeur qui s’était installé à Lisbonne. Ce dernier fit parvenir une lettre à la guilde des marchands de Nuremberg où il décrivait la bête et ses caractéristiques anatomiques, en se fondant sur les écrits de Pline l’Ancien et de Strabon. Dürer ne vit pas l’animal mais s’inspira largement du récit de Ferdinand pour en faire une composition, d’abord dessinée, puis gravée. Il accompagna l’estampe d’une lettre typographiée, reprenant en grande partie la lettre de Ferdinand mais en faisant une erreur sur l’année, puisqu’il indiqua 1513 au lieu de 1515. Il y est précisé que le rhinocéros est l’ennemi traditionnel de l’éléphant, qu’il aiguise sa corne contre une pierre et qu’il s’en sert dans les combats pour éventrer les autres animaux. La bête connut une fin tragique, car envoyée comme cadeau au pape Léon X, elle mourut noyée dans le naufrage du navire, enchaînée en cale. Cet épisode acheva de faire du rhinocéros une bête héroïque.

Rhinocéros de Dürer
Rhinocéros de Dürer

Bien que largement irréaliste, le rhinocéros ainsi dessiné par Dürer est d’une grande force. Par un jeu habile et complexe de hachures, l’artiste a su rendre la nature à la fois squameuse et solide de la bête. Au moins neuf éditions différentes de cette gravure sur bois existent. Dans le premier quart du XVIIe siècle, la matrice se retrouva en Hollande et c’est à ce moment que Willem Janssen, un éditeur amstellodamois, décida de faire graver un bois de teinte pour donner plus de force à l’animal représenté. L’œuvre était encore utilisée jusqu’au milieu du XVIIIe siècle comme planche de référence dans les ouvrages de zoologie.

Albrecht Dürer (1471-1528)
Le Rhinocéros
1515
Gravure sur bois. Planche de couleurs ajoutée après 1620
21,2 x 30 cm
Bartsch 136 / Schoch, Mende, Scherbaum, II, n°241
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Réserve Ca-4b-Fol