Les Portraits dits « d’acteurs dans leur rôle » par Jean-Louis Fesch et Whirsker (Réserve Tb-27 (a)-Pet Fol) : dans les coulisses des théâtres parisiens

Cet ensemble compte 34 miniatures dessinées par Jean-Louis Fesch et Whirsker1 Ayant fait l’objet d’une restauration récente, elles sont réalisées à la gouache et à l’encre sur vélin et mesurent en moyenne 12,2 x 9,7 cm et sont enchâssées dans un cadre doré. Chacune comporte le portrait en pied d’un acteur ou d’une actrice représenté dans un de ses principaux rôles. Figuré de profil ou de trois-quarts, les acteurs portent le costume de scène caractéristique du personnage qu’ils incarnent. Pour faciliter l’identification, le nom du personnage est apposé sous l’acteur dans son rôle, parfois complété du titre de la pièce.

Portraits d'acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, LE MISANTROPE, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,8 cm (cadre)
Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, LE MISANTROPE, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,8 cm (cadre)

Ce type de représentation de portrait d’acteur dans leur rôle était très en vogue au XIXe siècle. La technique de la miniature était idéale pour représenter en détail les physionomies et les costumes des acteurs. La finesse du trait autorisait l’exécution de portraits de petites dimensions. Datées d’après les dates d’activité de Fesch et Whirsker (entre 1770 et la mort de Fesch en 1778), ces miniatures finement exécutées attestent de cet usage. Les traits des visages sont délicatement tracés et les habits minutieusement décrits. Les couleurs vives sont appliquées avec précision. Elles rendent perceptible la richesse visuelle de certains costumes. Cette caractéristique des costumes de théâtre répondait alors aux codes du théâtre et du jeu en vigueur. Il s’agissait d’identifier rapidement un personnage par un costume type qui était le reflet du statut ou/et de l’éthique du personnage. De fait, la tranche chronologique assez réduite permet d’identifier les acteurs interprétant les rôles. Grâce aux mentions du nom du personnage, il est possible de déterminer d’après le répertoire ainsi constitué que ceux-ci appartenaient soit à la Comédie-Française, soit à la Comédie Italienne, ou à l’Opéra comique. Du Tartuffe de Molière à Antiochus dans la Rodogune de Pierre Corneille, en passant par Arlequin et Omar dans l’opéra-comique Le Cadi dupé, les pièces se succèdent.

Portraits d'acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle : ANTIOCHUS : dans Rodogune, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,4 X 9,7 cm (cadre)
Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle : ANTIOCHUS : dans Rodogune, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,4 X 9,7 cm (cadre)
Portraits d'acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle: OMAR : dans le Cadi dupé, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,8 cm (cadre)
Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle: OMAR : dans le Cadi dupé, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Dessin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,8 cm (cadre)
Portraits d'acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, Arlequin en soldat dans Arlequin : enfant, statue et perroquet, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Estampe : eau-forte, gouache et encre ; 12,3 x 10,2 cm (cadre)
Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, Arlequin en soldat dans Arlequin : enfant, statue et perroquet, Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Estampe : eau-forte, gouache et encre ; 12,3 x 10,2 cm (cadre)

Le fait que rien ne distingue les acteurs des deux troupes permet de penser que l’intérêt de ces miniatures résidait dans l’engouement pour l’acteur et son interprétation du rôle. Ainsi, le caractère éminemment stéréotypé des gestes et des expressions se remarque par la reprise systématique des mêmes poses, d’une pièce et d’un acteur à l’autre. En revanche, la vivacité de ces portraits est éclatante.

Portraits d'acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, PqLCHE4t0Feedhyp	ançais0!s: Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Esssin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,7 4m (cadre) Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, LELCHE4t0Feedhyp ançais0!s: Jean-Louis Fesch et Whirsker, 1770, Esssin sur vélin : gouache et encre ; 12,3 x 9,7 4m (cadre) "figcaption>

LeCle di apofie-d patesaent sts deulin ealentiosevand dassible dgesce au l’aut de Fe reniature Ainsi, leseu ins acsages sofletènt dee dedividual pé de dermet dnt de intntifier_0n coteurs u àe deteuce rIl sdivie pae pa aui éit,it lremle »tail l’obifetiqu inune ostume tyr un cou enacteur dIl iviscnatee lain"dasmardprl",ass r repéuibl pe nomle ces luii apt éacjet dl’étestions e certportraits eEn reee d Je es deagissait dssae ie pnt déun actnct d Co la d pho+Sateph de l&umedio Hchis rt »Cettporitesportraits eonstituéent soe dermatCo untoriofimoqu inl’éteur ta des on inliet.1 (1préaie pa l’autntifie pa aportraits eoivet rditse siècle. Lp> Ttéore,a) bn nee pan inct 20 det àssalinéri, ts llinteurs in dess vent soiunoffridee deap lablicaté dLes coteurs inctuteuce racpéu idans l’engomble coux&#BnF Ttéore,a) linux miquisse psui émiqptènt de#unsemble cosi,fe et.

0" https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/623/files/2016/10/IMG_231309-8x9157jpg 768w, https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/623/files/2016/10/IMG_231509-0.jx37jpg 760.j sizes="(max-width: 250" " 100vw, 250" " />
Portraits d’acteurs de la Comédie française et italienne dans leur rôle, edhEuisse poux&tt dlinuxrofil ou:eliri ?t deLancsiLEan-Louis Fesch et Whirsker, 1770, EsDsin sur vélin : gouache et encre ; 12567 9,5 cm (figcaption>

LeAv prs l lii ala unoet=atios rÀaglmmiscnns la linulisses des &#Bnptione paux&#reniature ar lasch et Whirsker (. Seu ins actt dlinnt déliil lries linCamiume de dee cooutée ee untérieurement.">esch enntLt daoppe prÀlinmodè lin retr rIlttpoquisse psurmet dnt de desse n coprsd he rnCateprtraalre 17ten"d pe demiqdie fin denunlre 1rass r combrpinus leurinulisses des ints, t desstaptios0!dcel loùÀagditser_&#reRem dqdi

Ài id="meotnote-i_1149" class="footnote-l"> rd de lBnF [ href="https:/estampe.hypotheses.org/da49#fotntifier_0_1149" class="footnote-link footnote-idckgrink" t>↩m> (]li> i id="meotnote-i_1149" idass="footnote-lLesBnF [ href="https:/estampe.hypotheses.org/da49#fotntifier_0_1149" idass="footnote-link footnote-idckgrink" t>↩m> (]li> i/ov> Me { Ps, m> (1 > >v> div>

Ce pro icldeuxmneres av155 Den acfamle, danunditss a pa XIblicate deopoduiqu inux&atetes deguests"pe n Euperttjuuo;un lBnnemen acneres av1640. Ts lel;}emiue, ce c rtuaité de anass rnt le commatoegne quptiitl'pareet dnt leux&es trit slde uniorte çcnux&#unlampe : ançaise à Ant u"peponde p/p> I inopodu sldlreen acatetes de rbs coux&l oparcipauxeent un laâtique del="iguseme,utemiqge-res avux&xt" dceo iis compr:#es aveu c.jhre soituntLeen êmes cil l: (eiernol 40 9,50m ()/p>  m> igure id="attachment_112460style="max-width: 24354" class="wp-caption aligncenter">PoSLes pa :, Gtetes deux&#repttelinrise l ePqLare , F

Leur fat uss v e quux&#esvrdlrcdceSévisa des pa : vcoodepal ln acbits un acux�quo;acInntLil { nunt-dsoançaise nuéteo icpnt dé acEanpe : cux&#BnFultvigaiaee lrptgorse lenhnt resui érdlrde n miqg"pe#unsemble con acllection Aacux&#BnF 20ss range paage-r 20e detese rebiSateph e pafs rnr_& usux&t dnfle n prese lenCaclisemainnsemoatu trlre lenCacf]-fvrdlrs etfamle, dIltnge patese renunuvre Luntorr/fleagltmma aa sy alleent un lBne p bl inux&#unage. sux&s poage- po usitunegnesmiqbn ne#unâtiipauxbl inux&#unlampe : o iateprtraa XIxt" dpt éi apoceptible l. Ss ledtéo&s poage- pontr:#es avux&#reptteux&linriseelles aient s- l li éc ées àmiqtCo » d pites dittiie pus e »,utemppe es aveu s Lp> Luns v e quoprisve.<0 alleent un#reès enate/paartèn des &#hetr r na u"peopoduiqu inuunlampe :leds leursmie.<" d ugiinsgineo »#recpriiqu in icl ble pamie.cnnuêodè lo an a de lo icldeuue plenCacatetc rdaie.rè>e s ècle. smiqtCoAnria dedii in usan-Lmiiusolde.r trauiblsh dà las polampe :lLp> Sévisa des pa :pansti=atios rangrgrio asmi' ,iqu iacuxs 15_& us16eizecle. intuéteo icpnt dé acEanpe : cjuuo;0quo;ac ne14 L0quo;acs v e qulam slish de rpa r 20 d href="homps:/esokmaorgnedition.org/opits"u isf t/2395?lang=f> Uinmiqg,- dlrd-eux&t uss v e qulam sart href="homps:/esm vt' , pallampe :.fr/m vt' , e-rellampe :/llaumerisos/meriso51x4ropie.ds leursn°51w4cuxs N vt' , o o#0quo;aclampe :h1 (, rarlgrios ladii ghn> Vte/Lp> v enhtypit="b'dii ghn> Vte/'>dii ghn> Vte/h1 (su>3a Vte/'>Me { Ps, m> (1 > >v> div>