Salon de l’estampe 2015 : A. Bosse, L’Atelier du peintre

Abraham Bosse (Tours v. 1604 – Paris, 1676)
L’Atelier du peintre (ou Le Noble peintre)
v. 1642
Eau-forte
Paris, BNF, Estampes, Ed-30a-fol. (vol. 4),
G. D. 1385 ; Blum 1076 ; Welsh Reed 7 ; Join-Lambert et Préaud 200

 

Abraham Bosse. L'Atelier du peintre
Abraham Bosse. L’Atelier du peintre

 

L’estampe apparaît comme une mise en abyme : un encadrement de fleur de lys entoure la scène représentée, commentée par un texte qui semble peint sur une pièce de tissu punaisée à la toile. L’ensemble est dominé par les armoiries de l’académie de Saint-Luc, confrérie liée à la communauté des maîtres peintres de Paris (d’azur à trois écus d’argent et à la fleur de lys d’or posée en cœur). Un véritable tableau – pourtant gravé et non peint – prend pour sujet la peinture.

Le peintre représenté respire l’opulence et le succès. Il vient de peindre un portrait du roi Louis XIII – sujet que la lettre, toujours respectueuse du pouvoir royal, déclare le plus haut des sujets donnant forcément lieu à « un chef d’œuvre sans prix ». Un page vient l’interrompre pour lui montrer une estampe (sans doute celle de Nicolas Viennot) d’après un tableau du hollandais Andries Both intitulé Le Peintre raté : sans doute un confrère malheureux vient-il lui demander audience, conseil, voire secours. La proximité des noms (A. Bosse / A. Both) et les figures contradictoires des deux peintres semble créer un couple antinomique qui met en tension la situation du graveur lui-même.

Le personnage debout est en effet en train de parler et la scène tout entière se place sous la digne de la discussion mondaine, voire de cour – bien loin de l’estampe de la même série qui porte sur les graveurs, et montre des artisans affairés. La capacité d’invention du peintre, provenant des livres (à gauche), des autres arts (sculpture à droite) et de la Nature (fenêtre à droite) le place au-dessus du simple artisan, dans la lignée d’Apelle et de Michel-Ange, comme l’indique la lettre, et digne de représenter les dieux, Anne d’Autriche et Richelieu (tableaux présents dans le fond). À travers cet éloge de la peinture, Bosse – artiste « intellectuel » auteur de nombreux écrits, inventeur de ses compositions, et mettant en œuvre dans cette estampe ce qu’il loue chez le peintre – semble paradoxalement revendiquer pour lui-même un statut qui le place au-dessus du graveur ordinaire.

Nota :  Ce billet constitue le cartel de l’oeuvre présentée sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe de Paris (Grand Palais) en avril 2015. L’image représente l’épreuve conservée dans la collection Hennin du département des Estampes (Hennin, 3212), et non celle exposée au Salon (Ed-30a-fol. (vol. 4)).

 

“A Table!” Estampes anciennes de la BnF exposées au Salon international de l’estampe de Paris

Le Salon International de l’Estampe est devenu pour le département des Estampes de la BnF un rendez-vous incontournable et attendu. C’est aussi une occasion unique de pouvoir exposer et mettre en valeur en une trentaine de pièces la diversité des collections autour d’un thème qui réunit l’expertise des différents conservateurs responsables des fonds. Le temps du salon, le public amateur et éclairé peut ainsi avoir accès à des œuvres souvent peu exposées. Il peut également s’informer sur le département qui accueille toute l’année dans ses salles de lecture étudiants et chercheurs travaillant sur le médium. Associé au Salon du livre ancien, le Salon International de l’Estampe bénéficie de la fréquentation des amateurs de livres rares et des bibliophiles.

Le département des Estampes est invité par la Chambre syndicale de l’estampe à exposer sur 36 m2 une sélection d’œuvres qui, cette année, porte sur les Arts de la table. Si l’ensemble des estampes et dessins ne porteront pas seulement sur l’époque ancienne, quelques pièces de choix datant des XVI-XVIIIe siècles seront exposées.

Abraham Bosse, Festin de l'ordre du Saint-Esprit, 1633

L’iconographie du festin est ainsi abordée à la fois dans un contexte religieux et profane. Par l’intermédiaire d’œuvres rares comme une estampe monumentale de Pierre Lepautre pour un Almanach royal de l’année 1688, le caractère officiel du banquet de cour est mis en avant, en écho avec la gravure d’Abraham Bosse représentant Le Festin donné aux Chevaliers de l’Ordre-du-Saint-Esprit, datée de 1633, où l’artiste souligne comment le repas honorifique constitue un élément de rituel et de cohésion de ce groupe.

Nicolas de Launay, Cuillère, fourchette, Couteau avec les armes de France, pour le service en or de Louis XV, 1726-1727

Dans ce domaine également, l’estampe revêt aujourd’hui un rôle documentaire inestimable pour qui souhaiterait mieux comprendre l’art de la table aux périodes anciennes. La Parabole de Lazare et du Mauvais Riche gravée par Jacob Matham en 1606 donne à voir dans un décor de commedia dell’arte la vaisselle et les serviteurs s’affairant autour d’une grande tablée. La gravure et le dessin peuvent également intervenir comme premiers projets pour la réalisation d’ustensiles et de service de table. Cet aspect se trouve évoqué par différentes œuvres, comme le Projet de sculpture en argent d’un grand surtout de table et les deux terrines gravé par Huquier d’après Meissonnier, un Projet dessiné de couverts pour un service en or destiné à Louis XV vers 1726-1727, attribué à Nicolas de Launay, orfèvre du roi, ou plus ancien encore, des  projets de tables gravés à l’eau-forte par Jacques Androuet du Cerceau.

Frans van den Wyngaerde (1614-1679), d’après Rubens. Le Satyre enivré ou le rêve de Silène . Ca 1670

La représentation de la table est rarement anodine : nombreux niveaux de lecture s’y entremêlent. A la célébration évidente d’un moment agréable peut parfois s’ajouter une dimension allégorique ou une dénonciation féroce des us et abus du repas comme dans le curieux Banquet des Moines et des Jésuites daté de 1688, portant une fausse signature pour protéger le graveur de son audacieuse critique de l’Église.  Elle peut aussi être l’occasion d’un tour de force technique, avec une très rare estampe d’après Rubens par Frans van den Wyngaerde, élève de Paul Pontius, Le Satyre enivré ou le rêve de Silène. Ce burin est l’un des premiers essais de taille-douce en couleurs, avec un encrage à la poupée pour chaque couleur, requérant beaucoup de dextérité.

Nous vous donnons donc rendez-vous sous la Nef du Grand Palais, du vendredi 27 avril au dimanche 29 avril.

Informations pratiques

Salon international de l’estampe et du livre ancien

Nef du Grand Palais

27 au 29 avril, 11h-20h

Vernissage sur invitation le 26 avril, 17h-22h

Stand de la BnF : I01