Les auteurs

  • Pauline Chougnet, archiviste paléographe, est conservateur chargé des fonds de dessins.
  • Corinne Le Bitouzé, archiviste paléographe, conservateur général, est directrice adjointe du département des Estampes et de la Photographie, et chargée des collections du XVIIIe siècle
  • Rémi Mathis, archiviste paléographe, est conservateur des estampes du XVIIe au département des Estampes et de la Photographie. Il est chargé de cours à l’Ecole des chartes et à l’Ecole du Louvre et, depuis septembre 2010, rédacteur en chef des Nouvelles de l’estampe.

Thèmes de recherche : histoire du livre et de l’estampe au XVIIe s. (usages, appropriations…) ; histoire de l’État (diplomatie) ; histoire du jansénisme et de ses représentations. Voir sa bibliographie complète.

  • Noémie Retailleau est gestionnaire des collections d’estampe ancienne et de la réserve au département des Estampes et de la Photographie.
  • Philippe Rouillard est magasinier au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France. Il est attaché à la Réserve dudit département. Historien de l’art, ancien diplômé de l’université de Paris-IV-Sorbonne, il prétend être un connaisseur de l’art comme de l’histoire de l’estampe des XVe, XVIe et XVIIe siècles en Europe – histoire qu’il a enseignée pendant une dizaine d’années à l’école du Louvre et à l’université. Son domaine de prédilection reste cependant la gravure produite en Italie : il s’amuse à en étudier la diffusion et l’empreinte dans toutes les activités artistiques, observant parallèlement les relations permanentes qu’entretiennent les différents centres de production d’images en Europe et les échanges fructueux qui en résultent.

Thèmes de recherche : estampe en Italie

  • Vanessa Selbach, archiviste paléographe, est responsable de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie, et conservateur des estampes du XVIIe siècle. Elle a consacré sa thèse de l’École des chartes (1996) à l’iconographie des Bibles catholiques françaises illustrées. Les éditions de Paris et Lyon 1592-1700).  Elle a été auparavant conservateur au service du dépôt légal des livres dela BnF en 1997-98 puis enseignant-chercheur à l’Enssib (Villeurbanne) en histoire du livre et de l’estampe (1999-2007).

Thèmes de recherche : l’usage des estampes religieuses (XVIe-XVIIe s.), histoire du collectionnisme d’estampes (XVIe-XVIIIe s.), histoire de la gravure sur bois à Lyon au XVIe s.

  • Caroline Vrand, archiviste paléographe, conservatrice du patrimoine, est chargée des estampes des XVe et XVIe siècles. Elle est également docteur en histoire de l’art de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur d’une thèse sur les collections d’art d’Anne de Bretagne.

 

*Contributeurs occasionnels

  • Julia Maillard, doctorante  à l’EHESS, laboratoire CRAL – CEHTA, a été stagiaire au département des Estampes de février à juin 2016.

*Anciens contributeurs

  • Barbara Brejon de Lavergnée, est a été bibliothécaire au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France de 2004 à 2015 après avoir été chargée du cabinet des dessins du Palais des Beaux-Arts de Lille pendant quinze ans, où elle a conduit l’inventaire des dessins italiens (1997) et, avec Michèle Moyne, l’inventaire des dessins français du XIXe siècle (2004). Elle est docteur en histoire de l’art, auteur d’une thèse de 3e cycle,  Catalogue raisonné des dessins de Simon Vouet (1590-1649), sous la direction du Professeur Antoine Schnapper, Université de Paris-IV-Sorbonne (1986). Elle est chargée des dessins anciens au département des Estampes.

Thèmes de recherche : dessin ancien du XVIIe siècle, Simon Vouet.

  • Madeleine de Terris, licenciée en anglais, était bibliothécaire au département des Estampes et de la Photographie. Elle était principalement chargée du pré-inventaires des estampes des XVIIe et XVIIIe siècles concernant les graveurs français, ainsi que de recherches iconographiques portant sur les œuvres conservées au département. Elle participait également fréquemment à diverses publications et à de nombreuses expositions, pour la BnF et l’extérieur. Elle est partie en retraite en 2012.

Thèmes de recherche : estampes populaires (XVIIe-XIXe s.), estampes religieuses (XVIIe-XVIIIe s.), iconographie de la Provence

  • Séverine Lepape, archiviste paléographe, a été chef du service de l’estampe ancienne et de la Réserve au département des Estampes et de la Photographie (2010-2014) et conservateur des estampes des XVe et XVIe siècle. Elle est également docteur en histoire médiévale, auteur d’une thèse sur l’iconographie de l’Arbre de Jessé en France et en Angleterre du XIIIe au XVIIe siècle. Elle est désormais conservateur de la collection Rothschild au département des Arts graphiques du musée du Louvre.

Thèmes de recherche : L’estampe des origines, la gravure en bois et ses usages (XV-XVIe siècles), la gravure des écoles du Nord, la dévotion médiévale, l’iconographie de la Vierge

2 réflexions au sujet de « Les auteurs »

  1. Bonjour Monsieur,

    Je viens de lire votre billet sur le Recueil Jabach que je connais assez bien pour avoir essayé de le commenter et d’en comprendre la « substance » pendant plusieurs années. Votre billet est très bien, à une petite exception : Evrard Jabach n’était pas originaire de Francfort mais de Cologne et une grande partie de sa fortune résidait en des biens restés dans la ville de Cologne, et où ses beaux frères continuaient le travail de comptoir commercial de la famille Jabach.

    Dans mes recherches d’archives concernant Jabach, je n’ai d’ailleurs que très rarement eu la mention de la ville de Francfort alors que Jabach faisait commerce dans toutes les parties de l’Europe. La proximité des deux villes, laisse à penser que le commerce de banque ou le négoce entre les deux villes étaient assurés par les membres allemands résidant encore à Cologne où le fils aîné de Jabach prénommé également Evrard part dès les années 1680 afin de reprendre les affaires familiales.

    Merci de ce joli billet
    Cordialement
    Christine Raimbault

    1. Bonjour,

      Merci de votre commentaire et de votre correction : j’ai directement rectifié dans le billet (et on mettra cette confusion sur le compte d’une inattention).

      Bien cordialement,

      RM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *