Guide de recherche au département des Estampes

Le département des Estampes et de la Photographie de la BnF conserve aujourd’hui près de dix millions d’estampes. Il est donc relativement facile de perdre vite pied dans une collection aussi immense.

Pour aider les recherches, nous proposons ce texte qui souhaite expliciter la logique et le cadre de classement selon lequel les estampes ont été réparties dans les collections, ainsi qu’une bibliographie des principaux inventaires des estampes conservées à la BnF, limitée volontairement à l’estampe ancienne.

Principes de classement

L’établissement d’un cadre de classement pour organiser les collections d’estampes ne s’est fait que progressivement. Mais dès l’achat de la collection Michel de Marolles, l’idée forte selon laquelle la gravure devait être répartie soit par l’école qui la produite, soit par le sujet qu’elle contient, est présente.  Un cadre de classement sera progressivement établi au cours du XVIIIe siècle par Hugues-Adrien Joly et sa structure fixée en 1800 par Jean Duchesne.

Cette double entrée est une nécessité pour les estampes, multiples par essence qui en raison de l’histoire des collections versées au Département, se sont souvent retrouvées en plusieurs exemplaires dans les fonds. Les bibliothécaires d’alors avaient pour principe d’alimenter en priorité les séries artistiques, puis les séries thématiques, avec toutefois des exceptions notables, telle la série des portraits (N) où ont été mises des gravures en priorité au nom du modèle représenté plutôt qu’au nom du graveur auteur de l’estampe.

Des recueils dits factices ont été ainsi constitués pour réaliser un œuvre complet d’un artiste ou un volume thématique sur un sujet.

Collectionneurs et marques

La logique de collection et de préservation des fonds a donc été longtemps étrangère au département des Estampes pour lequel seul le corpus d’un graveur ou d’un sujet prévalait. Ainsi, trouve-t-on par exemple dans le volume des gravures de Dürer des estampes provenant de la collection Marolles, de la coll. Beringhen, des Emigrés de Cologne etc.

Voir Laure Beaumont-Maillet, « Les Collectionneurs au Cabinet des Estampes » dans Nouvelles de l’estampe, décembre 1993, n°132, p. 5-27.

Une marque sur l’estampe permet la plupart du temps d’identifier la provenance. L’estampille apposée sur l’œuvre a évolué avec les siècles est également une indication de la date d’entrée du document dans les collections.

 Voir Jacqueline Melet-Sanson, « Les estampilles de propriété du Département des estampes » dans Nouvelles de l’estampe, mai 1985, n° 80.

Enfin, plus récemment, les pièces ont été compostées avec un cachet signifiant (DL pour Dépôt Légal, D pour Don, A pour Acquisition) suivi d’un numéro séquentiel se rapportant aux listes des différents registres d’entrées des œuvres, toujours conservés au département et consultables sur microfilms.

Cadre de classement

Le cadre de classement actuel, sur lequel le département des Estampes et de la Photographie s’appuie encore aujourd’hui s’articule autour des lettres de l’alphabet, toutes signifiantes (V pour la topographie, Q pour l’Histoire, D pour la Peinture de l’École Française), précisées par une deuxième lettre, elle aussi signifiante, qui permet d’affiner la série principale (Va pour topographie française, Vb pour topographie de l’Italie, Espagne et Portugal, Da pour Peintres français des XV-XVIIe siècles, Db pour Peintres Français du XVIIIe siècle)

Le cadre de classement peut être consulté ici.

Exemple : Claude Mellan au département des Estampes

L’œuvre principal de Claude Mellan se trouve conservé sous la cote Ed-32, représentant plusieurs vols. montés des estampes de cet artiste .

En plus des volumes factices montés, des lots de gravures en feuille que l’on n’a pas jugées bon d’insérer dans les vols., soit parce que redondantes par rapport à ces derniers, soit parce que jugées d’un intérêt mineur, ont été entreposées dans des boîtes ou des portefeuilles.

Pour la série artistique, c’est ce que l’on appelle les SNR (Supplément Non Relié) et la cote AA, par nom d’artiste, graveur ou imprimeur .

Pour la série thématique, c’est ce que l’on appelle la « Matière », par grands thèmes, reprenant le lettrage des séries thématiques. Ces deux séries, que l’on ne songera à consulter qu’en toute fin de recherche, sont actuellement conservées à Tolbiac, pour des raisons logistiques. Deux navettes hebdomadaires permettent néanmoins de faire venir les boîtes ou portefeuilles désirés.

http://www.bnf.fr/documents/com_differee_estampes.pdf

Le chercheur qui souhaiterait connître combien d’épreuves du portrait de Nicolas Fouquet gravé par Claude Mellan (IFF156) se trouve conservé au département des Estampes, devra à la fois songer à regarder à la cote de l’œuvre de l’artiste (Ed-32) et dans la collection des portraits en N2, au nom de Fouquet.

Ce travail de signalement est normalement facilité par l’entreprise des Inventaires du Fonds Français (cf infra) qui recense toutes les épreuves connues de l’oeuvre d’un artiste, comme c’est le cas de Mellan , mais cette entreprise n’étant pas achevée, le chercheur doit penser à se  se reporter aux recueils factices, dont le catalogue fournira la cote, et procéder lui-même à la recherche de l’estampe précise dans le volume.

Le catalogue général informatisé

Pour trouver les cotes des volumes montés, il faut se reporter au catalogue général informatisé accessible en ligne sur le site dela BnF

(http://catalogue.bnf.fr/jsp/recherchemots_simple.jsp?nouvelleRecherche=O&nouveaute=O&host=catalogue)

Sauf entreprise particulière comme les inventaires des graveurs du fonds français dont il sera question plus loin ou opération de numérisation, le contenu des volumes par artiste ou par sujet n’a pas fait l’objet d’une description pièce à pièce.

Chaque recueil est donc signalé à un niveau général et se trouve décrit dans le catalogue en ligne, informatisation de l’ancien catalogue par fiche existant au département, avec un titre caractéristique : [Recueil. Œuvre de xxx.]

Lien vers notice Ed-32

Lien vers notice AA et SNR

Les inventaires d’estampes du département

À partir des années 1930, les conservateurs du département se lancèrent dans une recension pièce à pièce de ce qui représente l’excellence des collections du département, la gravure française.

Se sont donc constitués par siècle des inventaires du fonds français, très vite abrégés IFF, dont le principe est de décrire par ordre alphabétique de graveur toutes les œuvres conservées au département. Une telle méthode de travail permet ainsi de traiter artistes mineurs et importants tour à tour, sans procéder à une sélection qui serait fondée sur la qualité esthétique de l’œuvre et qui serait un contresens complet au regard d’un des modes les plus importants d’entrée des fonds, le Dépôt Légal.

Attention : la prise en compte de l’inventeur ne constitue pas la ligne directrice de la constitution de ces travaux. Il faut donc bien souvent, si l’on travaille sur un artiste qui n’a pas gravé mais qui a été gravé, avoir une idée des graveurs qui ont traduit ses œuvres dans l’estampe afin de retrouver les gravures.

IFF XVIe siècle

Le premier inventaire lancé au début des années trente fut l’Inventaire du Fonds Français du XVIe siècle, en deux volumes, plus un supplément dactylographié, sous la responsabilité de Linzeler puis de Jean Adhémar.

Il décrit sommairement les collections d’estampes françaises du XVIe siècle (les graveurs d’origine italienne comme Fantuzzi ne s’y trouvent donc pas) mais n’est pas exhaustif, l’entreprise ayant été menée rapidement. Il se veut un premier signalement des collections, et bien souvent, les pièces en double ou considérées comme telles dans les séries thématiques n’ont pas été décrites. Il est assorti d’une table de matières, par nom de graveur, d’éditeur, de lieux, de personnages et par grands sujets.

LINZELER (André) et ADHEMAR (Jean), Inventaire du fonds français. Graveurs du XVIe siècle, Paris : Le Garrec, 1932-1939, 2 vols,

–                     tome 1 : Androuet du Cerceau-Leu,

–                     tome 2 : Levert-Woeriot ; Anonymes, supplément et tables.

–                     Supplément dactylographié

Les volumes ont été numérisés et téléchargeables à partir du catalogue général dela BnF.

Tome 1 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54893000

Tome 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488468m

IFF XVIIe siècle

Selon le même principe a été entamé l’Inventaire du Fonds Français du XVIIe siècle, sous la direction de Weigert, puis de Maxime Préaud.

Concernant bien plus de graveurs, il n’est aujourd’hui pas achevé et s’est arrêté aux Lepautre, exception faite du vol. consacré à Claude Mellan réalisé par anticipation par Maxime Préaud à l’occasion de l’exposition Mellan en 1988.

À partir du tome 8, les gravures ont toutes été reproduites.

Ils ne contiennent pas d’index par sujet.

Les volumes I à V inclus ont été numérisés et téléchargeables à partir du catalogue général de la BnF.

Tome 1 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489424r

Tome 2 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488514d

Tome 3 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489228q

Tome 4 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489269n

Tome 5 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489267t

IFF XVIIIe siècle

L’Inventaire du Fonds Français du XVIIIe siècle compte aujourd’hui 15 vols. Il est arrêté à l’artiste Lerouge et n’est actuellement pas continué sous cette forme (catalogage de certains artistes pièces à pièce dans le catalogue général).

Comme pour l’IFF XVIIe, il ne possède pas d’index par sujet.

Les volumes I à XI inclus ont été numérisés et téléchargeables à partir du catalogue général dela BnF

Tome 1 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489289d

Tome 2 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489289d

Tome 3 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489194c

Tome 4 : http://visualiseur.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489575d

Tome 5 : non numérisé

Tome 6: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54967066

Tome 7: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5489525h

Tome 8: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54886081

Tome 9: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488505f

Tome 10: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488784r

Tome 11: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5488590s

Un projet concernant les volumes de l’IFF XVIIIe siècle est en cours, consistant en la conversion des notices de l’inventaire papier en notices informatiques, venant enrichir le catalogue en ligne. Une fois achevée, cette conversion donnera lieu à la numérisation des œuvres ainsi décrites. L’instruction du projet est en cours depuis fin 2011.

Quelques inventaires de séries thématiques

Les séries thématiques n’ont pas fait l’objet d’inventaires particuliers, mais certaines collections conservées en leur sein ont été décrites.

Collection Hennin

La collection Hennin réunit près de 15000 œuvres dont le sujet est l’Histoire de France, de Clovis à 1850.

Inventaire de la collection d’estampes relatives à l’histoire de France, léguée en 1863 à la Bibliothèque nationale par M. Michel Hennin, rédigé par M. Georges Duplessis.Paris : H. Menu : Champion, 1877-1884, 5 vol.

L’édition papier comprend une table des matières.

Les notices des vols. papier ont été versées dans le catalogue général et la collection a été numérisée. Notices et images sont accessibles en ligne, sur le catalogue général et sur Gallica.

Collection De Vinck

La collection De Vinck réunit près de 20000 œuvres dont le sujet est l’Histoire de France, du règne de Louis XVI à la Commune.

Un siècle d’histoire de France par l’estampe, 1770-1871. Collection de Vinck. Inventaire analytique / Bibliothèque nationale. Département des Estampes. – Paris : Impr. nationale, 1909-1938. – 6 vol.

Les notices des vols. papier ont été versées dans le catalogue général et la collection est en cours de numérisation. Notices et images sont accessibles en ligne, sur le catalogue général et sur Gallica.

Collection de portraits (N)

Il existe un fichier de dépouillement  par ordre alphabétique des modèles représentés dans la série des Portraits (cote N), en plusieurs dizaines de milliers de fiches, disponible dans la salle de lecture du département des Estampes et de la Photographie

Les inventaires d’estampes non françaises

Concernant les collections de gravures étrangères, plusieurs inventaires décrivant les collections du département des Estampes sont à connaître

Maîtres des Ecoles du Nord (Allemagne et Pays-Bas), de 1450 à 1550, hors Dürer :

HEBERT (Michèle), Bibliothèque nationale. Département des Estampes. Inventaire des gravures des Ecoles du Nord, 1440-1550, Paris, 1982, 2 vol.

Graveurs italiens du XVe siècle

LAMBERT (Gisèle), Les premières gravures italiennes. Quattrocento-début du cinquecento, Paris : Bibliothèque nationale de France, 1999.

Hollstein Dutch and Flemish / Hollstein German / Illustrated Bartsch

Le Département conserve bien sûr les œuvres de graveurs italiens, flamands et allemands anciens mais n’a pas vocation à les inventorier, car de tels instruments de travail existent. Pour les graveurs flamands et allemands, il faut se référer à la série Hollstein German et Hollstein Dutch and Flemish, travaillant selon la même logique d’ordre alphabétique de graveurs ayant vécu des années 1450 à 1750.

Les premiers volumes ne sont pas forcément exhaustifs, tout comme la couverture photographique des œuvres. C’est pour cette raison que certains artistes majeurs ont fait l’objet d’un autre vol. dans une deuxième série considérée comme un supplément, le New Hollstein. Ces volumes, plus récents, sont beaucoup plus complets et systématiquement assortis de reproductions.

Les volumes du Hollstein et du New Hollstein sont des catalogues raisonnés ayant pour ambition de recenser la totalité de l’œuvre connu d’un artiste à travers le monde. A ce titre, ils indiquent si une pièce est conservée dans telle ou telle institution, mais n’en donne pas forcément la référence exacte. Pour pallier cela, le département des Estampes a fait annoter depuis longtemps les volumes Hollstein en indiquant les cotes sous lesquelles les gravures sont conservées au département des Estampes. Ces volumes sont consultables à la Réserve du département des Estampes et dela Photographie.

La liste complète des Hollstein et New Hollstein Dutch et German est disponible sur le catalogue en ligne dela BnF et pour en savoir plus sur les vols. à paraître, se reporter au site internet des éditions Hollstein : http://www.hollstein.com/books.htm

Pour les graveurs italiens, une entreprise semblable au Hollstein n’existe pas, néanmoins, les volumes illustrés du Bartsch consacrés aux graveurs italiens font office de. De la même manière, le Département des Estampes a également fait annoter les volumes des Illustrated Bartsch, également disponibles àl a Réserve.

La liste complète des illustrated Bartsch est disponible sur le catalogue en ligne dela BnF.

Pour plus d’informations sur l’entreprise des illustrated Bartsch : http://en.wikipedia.org/wiki/The_Illustrated_Bartsch

Pour aller plus loin

  • Laure Beaumont-Maillet, « Les Collectionneurs au Cabinet des Estampes » dans Nouvelles de l’estampe, décembre 1993, n°132, p. 5-27
  • Henri Bouchot, Le Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale : guide du lecteur et du visiteur, catalogue général et raisonné des collections qui y sont conservées, Paris : E. Dentu, [1895]. Disponible en ligne et téléchargeable : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5440074c
  • «Le département des estampes et de la photographie de la Bibliothèquenationale. Numéro spécial, Arts et métiers du livre. Revue internationale de la reliure, de la bibliophilie et de l’estampe, n° 171, janvier-février 1992.
  • Joseph Guibert, Le cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale: histoire des collections suivie d’un guide du chercheur,…. – Paris : Maurice Le Garrec, 1926, 270 p.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *