Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 256 (automne 2016)

Dans le numéro d’automne des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans plusieurs textes :

  • Études

Séverine Lepape (musée du Louvre) et Michel Huynh (musée de Cluny), « De nouveaux témoignages iconographiques des coffrets à estampes » (p. 4-19)

Les coffrets à estampes ont fait l’objet de nouvelles études depuis la vente publique d’un nombre considérable d’entre eux en 2007 par Marie-Thérèse et André Jammes. Le département des Estampes et de la Photographie de la BnF a pu ainsi enrichir une collection qui était la plus importante des institutions publiques. La méthodologie développée par M. Huynh et S. Lepape a été de réunir un corpus le plus large possible et de l’analyser matériellement, en prenant en compte  la boîte et l’image. Leur recherche a abouti à un certain nombre d’hypothèses sur l’usage des coffrets, la relation entre l’objet et l’estampe et leur mode de fabrication.

Après la redécouverte fin 2014 d’un tableau anversois des années 1530 où se trouve figuré un coffret à estampe, la découverte en 2016 d’un deuxième tableau contemporain réalisé dans la même aire géographique, amène à s’interroger sur ce que la représentation de l’objet apporte à sa connaissance.  Faut-il prendre ces deux tableaux pour des témoignages documentaires de leur utilisation ? Les hypothèses émises sur ces objets sont-elles compatibles avec la manière dont les peintres les ont figurés ? Et en quoi la date et le lieu de production de ces deux tableaux nous renseignent-ils sur la diffusion de ces coffrets ?

  • Comptes rendus

Vanessa Selbach (BnF), « Enquête sur de curieux bois lyonnais », [compte rendu de : Pourtraits divers de Jean de Tournes, édition critique et fac-simile du tirage de 1556 par Maud Lejeune, Genève, librairie Droz, 2012 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance, vol. 105). ISBN 978-2-600-01554-7] (p. 68-72).

En 1556 paraît à un étrange petit livre d’images connu sous le titre de Pourtraits divers, recueil in-octavo de soixante-deux vignettes gravées sur bois, une sur chaque recto de page, sans aucun texte. Ces vignettes provenant apparemment toutes de l’atelier de l’imprimeur lyonnais Jean de Tournes (v. 1504-1564), sur des compositions du célèbre peintre lyonnais de la Renaissance Bernard Salomon, présentent des sujets variés : scènes de chasse, de théâtre, des scènes rustiques et galantes, des portraits, des scènes mythologiques, des divinités planétaires, des allégories. On s’est depuis longtemps interrogé sur la destination de ce singulier livre et Maud Lejeune reprend avec rigueur l’enquête, s’attachant aux composantes matérielles de l’ouvrage, essayant de resituer son contexte de publication et de réception, pour comprendre dans quelle intention Jean de Tournes publia cet opuscule unique en son genre…

165-petit-web

Sébastien Bontemps (postdoc), « Graver la « France monumentale » au Grand Siècle. Jean Marot et l’estampe d’architecture », [compte rendu de Kristina Deutsch, Jean Marot. Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV, Berlin/Boston, De Gruyter, 2015, 567 pages. ISBN 978-3110375954.] (p. 74-77).

Publication issue d’une thèse de doctorat soutenue en 2010, le livre de Kristina Deutsch, aujourd’hui chercheur à l’Institut für Kunstgeschichte de l’université de Münster, constitue la première monographie contemporaine sur le graveur et architecte français Jean Marot (vers 1619-1679), auteur de plus de mille gravures. Depuis le catalogue raisonné du collectionneur André Mauban publié en 1944, aucune étude scientifique d’envergure, proposant analyses et mises en perspective, ne reconsidérait l’intérêt de l’œuvre gravé de Jean Marot. Louis Hautecoeur avait rappelé qu’historiens de l’architecture et amateurs du Grand Siècle ont admiré Le Grand Marot et Le Petit Marot, soit pour s’en inspirer, soit pour y puiser de l’information, mais sans ne jamais vraiment s’intéresser au projet de son auteur. D’ailleurs, l’artiste a longtemps été étudié en tant qu’architecte au détriment de ses autres compétences. Kristina Deutsch propose ici de réexaminer l’activité artistique de Marot en prenant compte de la complémentarité de son travail de graveur, d’architecte et d’ornemaniste, et en s’interrogeant principalement sur l’estampe d’architecture au XVIIe siècle…

  • Le numéro comprend également un hommage à Laure Beaumont-Maillet, conservateur général des bibliothèques, ancienne directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (1983-2007), par Sylvie Aubenas, Barthélémy Jobert, Adrien Goetz et Gérard Sourd. Ces textes ont également été recueillis dans un tiré-à-part hors commerce.

Dessins relatifs à l’histoire du théâtre prochainement numérisés

Un lot de 261 pièces relatives au théâtre et conservées à la Réserve du département des Estampes et de la Photographie sera prochainement numérisé. Dernière étape dans la chaîne de mise à disposition de ce fonds, la numérisation a nécessité la création préalable de notices correspondant à cet ensemble, d’ores et déjà accessibles sur le catalogue général de la BnF.

Bien qu’un grand nombre d’œuvres relatives au spectacle, à la danse et au théâtre soit conservé à la Bibliothèque Musée de l’Opéra de Paris, le Département des Estampes possède également des ensembles de pièces autour de ces thèmes. Tel est le cas des Recueil de pièces sur le théâtre. 1600-1840. Collection Destailleur (Réserve Tb-1 + -ft 5), Décors et Machines de Théâtre (Réserve Tb-6 +), Documents sur l’histoire de France. 1614-1794 (Réserve Qb-3), ainsi que du livret du Ballet du Roy aux festes de Bacchus, 1651 (Réserve Pd-74-pet fol) et d’un ensemble de miniatures de Portraits dits « d’acteurs dans leur rôle » (Réserve Tb-27 (A)-pet fol)1.

Acquis à des dates diverses, ces cinq ensembles n’ont jamais été exploités. Si les pièces dessinées ou gravées qu’ils contiennent sont de qualités diverses, c’est leur thème commun, le théâtre, qui a constitué et constitue encore aujourd’hui l’intérêt de ces œuvres. La thématique du théâtre a d’ailleurs motivé le choix de Henri Bouchot, conservateur et directeur de ce qui était encore le Cabinet des Estampes de la BnF (actuel Département des Estampes et de la Photographie) de 1898 à sa mort en 1906, de les réunir dans son ouvrage de référence sur les dessins de théâtre : le Catalogue de dessins relatifs à l’histoire du théâtre conservés au Département des estampes de la Bibliothèque nationale, avec la description d’estampes rares sur le même sujet, récemment acquises de M. Destailleur (1896). Suite à l’acquisition en décembre 1889 d’un ensemble de « pièces dessinées » relatif à l’histoire du théâtre, auprès de M. Danlos, 5 quai Malaquais, issus de la collection de Hippolyte Destailleur2, Henri Bouchot décide de rédiger ce petit livre qui référence les œuvres relevant de cette thématique.

Le Recueil de pièces sur le théâtre. 1600-1840. Collection Destailleur (Réserve Tb-1 +  ft 5) comprend uniquement une partie des pièces issues de la vente Destailleur. Ces 78 dessins et gravures rassemblés dans un grand in-folio forment un recueil factice comprenant des frontispices de livrets de ballet, décors, personnages, ou encore portraits de comédiens du XIXe siècle dont l’étude approfondie reste à faire.

Le recueil factice de Décors et Machines de Théâtre (Réserve Tb-6 +) appartient à un binôme de deux recueils sur cette thématique. Seul celui-ci est conservé à la Réserve du département. Il contient 45 dessins et gravures de décors pour des spectacles du XVIIe au XIXe siècle, dont un grand nombre sont non attribués.

Le Documents sur l’histoire de France. 1614-1794 (Réserve Qb-3) contient  91 pièces, principalement des copies de dessins de Daniel Rabel pour trois ballets donnés pour le roi Louis XIII entre 1625 et 16323. Rassemblés par Charles-Marie Fevret de Fontette, homme de loi, conseiller au parlement de Dijon et bibliophile, puis acquis en 1772 (ou 1774) par le Cabinet du Roi, cet ensemble est d’un intérêt certain pour l’étude de la formation des collections ou des ballets de Louis XIII.

L’ensemble des Portraits dits « d’acteurs dans leur rôle » (Réserve Tb-27 (A)-pet fol) compte 33 miniatures. Présentés dans un cadre doré, ces portraits d’acteur ou d’actrice dans leur rôle en vogue au XIXe siècle offre une vision atypique des comédiens de la Comédie-Française ou Italienne et de leur auto-promotion.

Enfin, petit chef-d’œuvre des fêtes royales du XVIIe siècle, le livret du Ballet du Roy aux festes de Bacchus, 1651 (Réserve Pd-74-pet fol) prend une forme différente : il s’agit du livret imprimé d’un ballet dansé en 1651 par le roi Louis XIII, ses familiers et des professionnels, agrémenté de dessins à l’aquarelle et gouache d’une très belle facture et relié aux armes du commanditaire, Louis Treslon-Cauchon, plus connu comme Louis Hesselin4.

Longtemps demeurés invisibles aux yeux du public, ces pièces témoignant de la richesse du patrimoine gravé ou dessiné relatif au théâtre méritaient d’être dévoilées. C’est maintenant chose faite ! Le travail effectué autour des 3 recueils, du livret de fête et du lot de miniatures qui visait à pallier ce manque permet dorénavant à tous d’avoir accès à ces petites merveilles du dessin ou de la gravure, pour le plaisir des yeux et de l’esprit …

  1. Chaque recueil fera l’objet d’un billet particulier. L’ensemble des dessins peut apparaître sur le catalogue général de la BnF en entrant « dessinstheatre » []
  2. Hippolyte Alexandre Gabriel Walter Destailleur est un architecte, collectionneur, bibliophile et historien de l’art français né le 27 septembre 1822 et mort le 17 novembre 1893. De sa collection sont également issus les plus de 5 000 dessins liés à la topographie parisienne conservés au Département des Estampes et de la Photographie []
  3. Dessins conservés au département des Arts graphiques du musée du Louvre []
  4. Né en 1602 et mort en 1662. Amateur d’art, collectionneur, il était seigneur de Condé, conseiller du roi, maitre de la chambre aux deniers, surintendant des plaisirs de sa majesté et occupait donc une place important au sein du royaume []

Parution : Florilège. Jardin Extraordinaire

Le florilège de Nassau est l’un des chefs d’œuvre conservés au département des Estampes de la BnF. Sa genèse nous ramène au temps de la guerre de Trente-Ans (1618-1648), qui ravage l’Europe. Jean de Nassau reçoit de son père la terre et le château d’Idstein, dans la Hesse actuelle. La guerre et les affaires politiques l’obligent toutefois à l’abandonner et à trouver refuge en France puis à Strasbourg, où il se passionne pour les arts et les sciences, et acquiert le goût de la collection.

Revenu dans son château, il y développe – fait peu étonnant en plein période baroque – un véritable cabinet de curiosité, comprenant à la fois des toiles de maîtres et des curiosités naturelles. En particulier, il crée un des plus beaux jardins du temps, en achetant et échangeant les plantes les plus rares, les fleurs les plus belles. Mais les fleurs se fanent et les plantes meurent, alors que Jean de Nassau veut conserver le souvenir de son extraordinaire jardin.

Aussi fait-il travailler un peintre strasbourgeois, Johann Walter (1604-1676), qui, de 1651 à 1663 puis en 1672 fait huit séjours à Idstein afin de peindre le jardin et son contenu.

514uitg8v8l-_sx355_bo1204203200_

Ce sont ces œuvres qui sont présentées ici. Le département des Estampes possède 54 planches (dont 52 sont signées) du Florilège (au sens propre, son « choix » de « fleurs ») de Jean de Nassau – d’autres étant conservées à Londres – dont les plus belles sont reproduites avec soin dans ce livret. Une introduction permet de remettre la création en contexte et de faire entrer le lecteur dans l’incroyable fascination qu’inspiraient alors fleurs et fruits rares, dans la trace de ce rêve que constitue encore aujourd’hui ce recueil de dessins.

Référence : Florilège. Jardin extraordinaire, préface et choix de Rémi Mathis, Paris, éditions de la BnF (coll. L’œil curieux), 2016, 48 p., illustrations en couleurs. ISBN : 978-2-7177-2707-4.

Cet ouvrage est dédié à la mémoire de Laure Beaumont-Maillet (1947-2016), ancienne directrice du cabinet des Estampes, qui a publié les recherches de référence sur le Florilège de Nassau.