Salon de l’estampe 2015 : portrait de B. Spranger par Gilles Sadeler

Gilles II Sadeler (Anvers vers 1570 – Prague 1629)
Portrait du peintre Bartholomé Spranger et de son épouse

1600
Burin
Etat II/II
Paris, BNF, Estampes, Ec-71 (b)-Fol

Gilles Sadeler, issu d’une famille nombreuse de graveurs flamands qui essaima dans toute l’Europe, voyagea en Italie (Rome, Vérone, Venise), à Münich, puis à Prague, où il s’installa en 1597. Il y grava d’après les peintres maniéristes de la cour de l’empereur Rodolphe II, tel Bartholomeus Spranger, qui se plaisaient à multiplier les figures allégoriques dans leurs compositions, jusque dans leurs portraits, comme on le voit dans ce double portrait mémoriel de Bartholomé Spranger et de son épouse, Christina Muller, récemment décédée.

Gilles Sadeler, Portrait du peintre Bartholomé Spranger et de son épouse
Gilles Sadeler, Portrait du peintre Bartholomé Spranger et de son épouse

Spranger, à gauche, accoudé à un parapet, regarde le spectateur et désigne de la main le monument funéraire, à droite, qui comporte le portrait de son épouse regrettée. Sa femme est pleurée par un putto tenant un crâne, près d’une torche éteinte, et l’allégorie de la Piété et la présence de Minerve rappellent les vertus et talents de la jeune femme. Le peintre est assailli par le Vieillard Temps armé de sa faux et par la Mort squelette le menaçant de sa flèche. Il est cependant entouré des personnifications de la peinture, du dessin et de la sculpture, dont la pratique lui assurera gloire (ange ailé portant trompette) et renommée (putto portant une couronne et une palme).

Cette estampe semble être à l’initiative de Sadeler lui-même. La lettre gravée explique en effet que Gilles Sadeler a tenu par cette gravure à exprimer la douleur intime du peintre, très éprouvé par cette perte, à qui il l’offre en guise d’amitié et de consolation. Dans cette allégorie complexe et très personnelle sur le pouvoir qu’il prête à l’art de transcender la Mort, Sadeler implore ainsi son ami de se tourner vers les arts pour surmonter sa peine.

Nota :  Ce billet constitue le cartel de l’oeuvre présentée sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe de Paris (Grand Palais) en avril 2015. L’image représente l’épreuve conservée en Cc-92-Fol., et non celle exposée au Salon (Ec-71 (b)-Fol).

Salon de l’estampe 2015 : A. Bosse, L’Atelier du peintre

Abraham Bosse (Tours v. 1604 – Paris, 1676)
L’Atelier du peintre (ou Le Noble peintre)
v. 1642
Eau-forte
Paris, BNF, Estampes, Ed-30a-fol. (vol. 4),
G. D. 1385 ; Blum 1076 ; Welsh Reed 7 ; Join-Lambert et Préaud 200

 

Abraham Bosse. L'Atelier du peintre
Abraham Bosse. L’Atelier du peintre

 

L’estampe apparaît comme une mise en abyme : un encadrement de fleur de lys entoure la scène représentée, commentée par un texte qui semble peint sur une pièce de tissu punaisée à la toile. L’ensemble est dominé par les armoiries de l’académie de Saint-Luc, confrérie liée à la communauté des maîtres peintres de Paris (d’azur à trois écus d’argent et à la fleur de lys d’or posée en cœur). Un véritable tableau – pourtant gravé et non peint – prend pour sujet la peinture.

Le peintre représenté respire l’opulence et le succès. Il vient de peindre un portrait du roi Louis XIII – sujet que la lettre, toujours respectueuse du pouvoir royal, déclare le plus haut des sujets donnant forcément lieu à « un chef d’œuvre sans prix ». Un page vient l’interrompre pour lui montrer une estampe (sans doute celle de Nicolas Viennot) d’après un tableau du hollandais Andries Both intitulé Le Peintre raté : sans doute un confrère malheureux vient-il lui demander audience, conseil, voire secours. La proximité des noms (A. Bosse / A. Both) et les figures contradictoires des deux peintres semble créer un couple antinomique qui met en tension la situation du graveur lui-même.

Le personnage debout est en effet en train de parler et la scène tout entière se place sous la digne de la discussion mondaine, voire de cour – bien loin de l’estampe de la même série qui porte sur les graveurs, et montre des artisans affairés. La capacité d’invention du peintre, provenant des livres (à gauche), des autres arts (sculpture à droite) et de la Nature (fenêtre à droite) le place au-dessus du simple artisan, dans la lignée d’Apelle et de Michel-Ange, comme l’indique la lettre, et digne de représenter les dieux, Anne d’Autriche et Richelieu (tableaux présents dans le fond). À travers cet éloge de la peinture, Bosse – artiste « intellectuel » auteur de nombreux écrits, inventeur de ses compositions, et mettant en œuvre dans cette estampe ce qu’il loue chez le peintre – semble paradoxalement revendiquer pour lui-même un statut qui le place au-dessus du graveur ordinaire.

Nota :  Ce billet constitue le cartel de l’oeuvre présentée sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe de Paris (Grand Palais) en avril 2015. L’image représente l’épreuve conservée dans la collection Hennin du département des Estampes (Hennin, 3212), et non celle exposée au Salon (Ed-30a-fol. (vol. 4)).

 

Publication en ligne : Les premières gravures italiennes

Lien vers l’ouvrage, en libre accès

La Bibliothèque nationale de France travaille depuis quelques temps avec OpenEdition Books – structure connue pour le portail de revues académiques en libre accès revues.org et pour les carnets de recherche Hypothèses (où est hébergé le présent blog).

Sont ainsi mis à disposition des chercheurs, sous forme électronique, des ouvrages qui avaient auparavant été publiés sur papier… ou qui sont publiés en électronique natif et imprimés sur papier à la demande, comme le récent inventaire des dessins du XVIIe s. département des Estampes.

Couverture de l'ouvrage (Jacopo de' Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))
Couverture de l’ouvrage (Jacopo de’ Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))

Or, en 1999, Gisèle Lambert, alors conservatrice au département des Estampes, avait publié le catalogue des estampes italiennes du XVe et du début du XVIe siècle, dans un fort volume qui fait encore actuellement référence. Plus de 800 pièces sont décrites, avec des reproductions systématiques de bonne qualité afin de permettre des comparaisons.

L’ouvrage est proposé gratuitement en libre accès. Un système freemium (accès à des services supplémentaires en option) permet aux institutions qui le désirent de proposer à leurs lecteurs des versions téléchargeables en epub et en pdf.