Pour quelques cosses de pois de plus…

L’auteur remercie Peter Fuhring, pour les précieuses informations qu’il a pu lui fournir.

Le classement des séries du département des Estampes est complexe mais correspond à la logique de travail d’hommes des XVIIIe et XIXe siècles qui se sont trouvés devant une masse de plusieurs millions d’images à organiser sans avoir les possibilités matérielles de les décrire une à une. Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs échouent parfois à localiser l’ensemble des pièces qui les intéressent, en oubliant certains recoins… ou tout simplement parce que les bibliothécaires d’antan ont commis une erreur de classement.

La petite (re-)découverte dont nous parlons ici a trait à l’estampe en style « cosse-de-pois » dont il a déjà été question ici. Ce style ornemental – largement parisien – des premières décennies du XVIIe siècle est d’une grande originalité. Les planches réalisées dans ce style proposent des modèles ornementaux destinés aux orfèvres du temps : elles sont souvent très rares, et permettent de comprendre la diffusion d’un goût et de modèles décoratifs dans la France d’Henri IV et de Louis XIII. Peter Fuhring et Michèle Bimbenet ont donné une étude monumentale sur le sujet, répertoriant l’ensemble des planches connues dans les collections publiques du monde entier (Peter Fuhring et Michèle Bimbenet-Privat, « Le style “cosses de pois”. L’orfévrerie et la gravure à Paris sous Louis XIII », Gazette des beaux-arts, janvier 2002, p. 1-224).

Suite de Gédéon Légaré, planche 5
Suite de Gédéon Légaré, planche 5

Gédéon Légaré fait partie de ces graveurs d’estampes en style « cosse-de-pois ». Il figure dans l’inventaire du fonds français (Maxime Préaud, Inventaire du fonds français de la Bibliothèque nationale, Leclercq-Lenfant (t. 10), Paris, BN, 1989, p. 50-51.) du département des Estampes de la BnF. N’y sont toutefois mentionnées que les planches qui se trouvent dans le volume Réserve Le-40-Fol, c’est-à-dire les planches 1, et 3 à 7. Ces informations sont reprises par Fuhring et Bimbenet (ibid., p. 112-113).

Il faut en réalité ajouter à cet inventaire des nouvelles épreuves des planches 2 et 5, qui se trouvaient de manière inattendue dans la « matière », c’est-à-dire le supplément, non relié et mis en boîte, d’une série documentaire – en l’occurrence, celle sur la typographie et les livres (Kb-Mat-4a (2)). Ces planches n’étaient pas dans un excellent état, il y avait des manques dans les deux coins supérieurs (surtout le droit) de la planche 2 et au coin supérieur gauche de la planche 5. Elles ont été restaurées par l’atelier du département en décembre 2013/janvier 2014.

Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625
Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625

Des planches appartenant à une autre suite en cosse-de-pois ont été retrouvées au même endroit : les n° 12, 14, 16 et 17 du catalogue Fuhring-Bimbenet (anonymes, vers 1620-1625, p. 53-54) auparavant connus en seulement deux exemplaires (Amsterdam, coll. Gans ; et Paris, INHA).

Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un autre style que la cosse-de-pois, nous avons également retrouvé plusieurs planches ornementales en noir, qui servaient également de modèle d’orfèvrerie. Ces quatre planches (3 de modèles et la page de titre) sont dues au Monogrammiste AD (signées ADF pour « A.D. fecit ») et datées de 1608. Leur tirage demande une maîtrise technique parfaite, et elles sont elles aussi rarissimes : il n’existe apparemment qu’une seule suite complète à Berlin (Kunstbibliothek OS 774(1), voir Katalog der Ornamentstichsammlung der Staatlichen Kunstbibliothek Berlin, Berlin et Leipzig, 1939, n° 744(1)), et quelques planches isolées à la bibliothèque de l’INHA (coll. Doucet (Foulc 1914, n° 479(19))). Nagler dans ses Monogrammistes (I, n° 402) classe ce maître, sans doute un apprenti orfèvre ou un orfèvre, parmi les Allemands, mais Guilmard (Les maîtres ornemanistes, Paris, Plon, 1880, p. 38), et ensuite la Kunstbibliothek de Berlin, parmi les Français.

Toutes ces planches ont été extraites de la « matière », ont été restaurées puis ont rejoint la suite Vollant (acquise en 2011) dans le recueil Réserve Lz-709-PET-FOL consacré à l’orfèvrerie.

Salon de l’estampe : le boeuf à la mode

En 1797, est édité à Paris un ensemble de caricatures qui moquent les extravagances vestimentaires des élégantes du Directoire, les Merveilleuses : un bœuf y apparaît, vêtu d’un chapeau orné de plumes, couvert de bijoux et de rubans. Certaines versions, où l’animal est affublé à l’avant d’un costume de femme et à l’arrière d’un costume d’Incroyable, associent, dans la moquerie, mode féminine et mode masculine.

Boeuf à la mode

La caricature présentée ici est l’œuvre de Louis-Charles Ruotte le père. C’est en Angleterre auprès de Francesco Bartolozzi (1728-1815) que celui-ci, élève à Paris de Noël Le Mire (1724-1800), se forme, à la technique, très prisée outre-Manche, de la gravure au pointillé, qui tente d’imiter le grain du dessin par des réseaux, plus ou moins denses, de points, obtenus en attaquant la planche avec divers outils. Les états de l’estampe avec la lettre nous apprennent qu’un exemplaire a été déposé, au titre du Dépôt légal, à la Bibliothèque nationale le 8 Floréal an V (27 avril 1797) et que la gravure est éditée chez Depeuille, sans doute François-Jules-Gabriel, spécialisé dans les « caricatures nouvelles ».

La popularité de la caricature est telle qu’elle devient l’enseigne d’un restaurant. Créé en 1792 près du Palais-Royal par deux frères marseillais, le « Bœuf à la mode » connaît un vif succès avant de disparaître en 1936. On peut encore voir au-dessus de la porte du 8, rue de Valois, où était situé l’établissement, la sculpture du bœuf déguisé.

 

Louis-Charles Ruotte (1754-1806 ?) d’après Frans Swagers (1756-1836)
Le bœuf à la mode
« À Paris chez Depeüille, Rue des Mathurins St. Jacques, aux deux Pilastres d’Or, et chez tous les Marchands de Nouveautés »
1797
État avant la lettre et les signatures, titre manuscrit
Gravure au pointillé
28,1 x 36,7 cm (élt d’impr.)

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
TF-18-FOL

Salon de l’estampe : le calmar géant

Pendant longtemps les céphalopodes géants des profondeurs, dont la rencontre avec l’homme était rare, n’existèrent que dans leur imaginaire. Il est vraisemblable qu’ils croisèrent la route des marins vikings, donnant naissance au mythe scandinave du Kraken. Des descriptions en ont été faites depuis l’antiquité (Pline l’ancien) et au Moyen-Âge. Au XVIIe siècle au moins cinq échouages d’encornets ou sèches plus ou moins gigantesques sont enregistrés sur diverses côtes européennes nordiques (Islande, Allemagne, Irlande, Norvège). Ce placard anglais rapporte la découverte d’un spécimen qui s’échoua sur la plage de Dingle-I-cosh dans le comté de Kerry au sud-ouest de l’Irlande, à la suite d’une tempête, en octobre 1673, et dont certains morceaux furent transportés dans la ville de Clonmel puis à Dublin (la bibliothèque de la Royal Society de Dublin conserve d’ailleurs le tract publicitaire paru à Dublin appelant à venir voir le monstre).

Calmar

Contrairement à de nombreux occasionnels anciens rapportant l’existence de créatures monstrueuses celui-ci n’y voit aucun signe de dieu, mais s’efforce de décrire très précisément l’animal, y compris cet étrange bec-trompe rétractile, que l’image présente comme une deuxième tête munie d’yeux. Ce placard fut publié, vraisemblablement quelques mois après la découverte, par Francis Smith, libraire londonien surnommé « l’éléphant » à cause de son enseigne à l’éléphant et au château. Actif de 1659 environ à 1688, il est surtout connu pour avoir publié de la littérature et des pamphlets religieux et politiques qui lui valurent des poursuites.

Peu après notre placard parut également à Londres un livret de huit pages A true and perfect account of the miraculous sea monster…lately taken in Ireland… and since brought to Dublin to be shown publiquely… qui développait la découverte et reprenait fidèlement en gravure sur bois l’illustration du placard. Le texte indique que l’image fut copiée sur une représentation de l’animal peinte sur une toile (« painted cloth ») qui permis de faire connaître jusqu’à Londres le portrait du calamar qu’il était impossible de conserver.

A true relation of a strange Monster… [calamar géant échoué en Irlande]
Publié par Francis Smith, Londres, 1674
Eau-forte
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Qd-1 (1673)

Salon de l’estampe : des souris attachées par la queue

La curiosité des hommes d’alors ne se porte pas seulement sur les animaux rares, de grande taille ou que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir. Les monstres peuvent se trouver au coin de la maison de votre voisin, et des estampes sont d’autant plus facilement réalisées à cette occasion que l’événement se passe plus près des centres de production d’images. Des estampes sont ainsi produites à l’occasion d’événements qui relèvent à la fois du fait divers et de l’étude des phénomènes qui peuvent toucher un corps animal.

Souris par la queue

Ici, l’estampe revient sur une trouvaille surprenante : celle de six rats attachés par la queue dans une cave de Strasbourg en juillet 1683, peu après la conquête française de la ville. Il est rare que ce type de placard lié à l’actualité comprenne une image d’une aussi belle qualité et si originale (aussi bien dans le choix de la composition que dans la réalisation). La feuille est proposée par un imprimeur de Nuremberg, Johann Jonathan Felsecker, qui publie également une planche où ce sont cinq chats qui sont attachés par la queue !

Wunder-würdiger und seltzamer Scheusal eines entsetzlich und ominösen Ratten-Ungeziefers
se trouve chez J. J. Felsecker
Manière noire et typographie
41,5 x 25 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Qb1 (1683) Fol.