Salon de l’estampe : les fables du paravent

Peintre et dessinateur ornemaniste, Pierre-Josse Perrot est l’auteur de nombreux décors de pièces de théâtre et cérémonies royales ainsi que de cartons pour les manufactures de tapisserie des Gobelins et de la Savonnerie.

Perrot

Le paravent dont le projet est exposé ici fut réalisé, à la manufacture de la Savonnerie, en 1740, pour la salle à manger intérieure du roi à Fontainebleau. Le Journal du Garde-Meuble de la Couronne le décrit ainsi : « Six feuilles de paravent d’ouvrage de laine de la Savonnerie, fonds chamois, dessein d’Oudry et de Perrot ». Perrot reprend en effet des études du peintre Jean-Baptiste Oudry sur le sujet de la fable et les insère dans des cartouches, au milieu d’un décor de rinceaux, arabesques, berceaux, motifs floraux et grotesques.

De gauche à droite, on reconnaît les fables suivantes : Le Corbeau et le renard, Le Cerf et la vigne, Le Coq et la perle, Le Renard et les raisins, Le Coq et le renard, Le Renard et la cigogne.

 

Pierre-Josse Perrot (1678 ?-1750)
Six feuilles de paravent sur les Fables d’Esope
1739
Crayon et encre brune, lavis de couleurs, gouache
40 x 64,3 cm
Prov. : fonds Robert de Cotte (Robert de Cotte, 2256a), acquisition 1811
Bibliographie : Peter Fuhring,
Designing the Décor, French drawings from the eighteenth century, catalogue de l’exposition, Lisbonne, octobre 2005-janvier 2006, Lisbonne, 2005
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
HA-18 (A, 1)-FT 4

Salon de l’estampe : un cachalot annonciateur de malheurs

Les animaux rares, de grande taille ou que l’on a rarement l’occasion de contempler peuvent devenir de véritables spectacles. C’est le cas des cétacés – importants dans la culture des Néerlandais, qui vont les chasser dans les mers arctiques – quand ils viennent à s’échouer sur les plages.
Le 19 décembre 1601, un cachalot mâle s’échoue sur la plage de Beverwijk, non loin d’Amsterdam et de Harleem, ville où travaille le graveur Jan Saenredam. Cet événement attire des foules de curieux de toutes les classes sociales : l’estampe montre la visite d’Ernst-Casimir, comte de Nassau-Dietz, cousin germain du prince d’Orange. Le jeune homme de 29 ans porte un mouchoir à son nez en raison de la puanteur de l’animal. L’artiste s’est lui-même représenté en train de dessiner le cachalot afin de montrer qu’il a été présent sur les lieux et que sa représentation est donc exacte, ce qui est de nouveau rappelé dans le cartouche, où sont données les mesures de ce « monstre ».

RP-P-OB-4635

On ne saurait toutefois réduire une image de cette époque à une représentation naturaliste. Le cachalot s’échoue alors que fait rage depuis déjà vingt ans la guerre entre les provinces qui ont signé l’union d’Utrecht (futures Provinces-Unies puis Pays-Bas) et l’Espagne. Or, le 24 décembre 1601, c’est-à-dire une semaine plus tard, une éclipse de Soleil touche le Nord de l’Europe. Ces mauvais présages (éclipses de Soleil et de Lune, tremblement de terre…) sont rappelés dans l’encadrement, où figure également une allégorie du Temps et une citation de Cicéron qui rappelle la nécessité de regarder vers le passé. Dans un état plus tardif, la Mort tire directement des flèches sur la figure d’Amsterdam. L’image a une portée à la fois morale et politique.

Cette estampe rappelle donc qu’au XVIIe siècle encore, les animaux ne sont pas regardés de l’œil froid du scientifique, mais sont parfois appréhendés en fonction d’un contexte et d’une symbolique, qui peut être fort ancienne. À l’inverse, le graveur Jacob Matham, qui avait déjà gravé le cachalot échoué en 1598, donne une représentation de la même scène et en fait une simple scène de genre jouant du contraste entre le « phénomène » et les foules populaires qui l’entourent.

 

Jan Saenredam (1565-1607)
Cachalot échoué près de Beverwijk en 1601
1602
Burin
40,7 x 59,6 cm
Bartsch 11, Hollstein 121
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Ec-37e-Fol

Salon de l’estampe : le loyal barbet

La gravure sur bois de ce placard populaire donne une représentation assez réaliste d’un barbet, chien de chasse au gibier d’eau, aux poils bouclés, réputé intelligent et fidèle. Cette race nouvelle au XVIe siècle fut mise à la mode par le chancelier René de Birague ; on peut voir d’ailleurs un barbet sculpté « faict au plus près du naturel »  blotti fidèlement aux côtés de l’effigie funéraire de son épouse, Valentine Balbiani, conservée au Louvre.

Barbet Loyal

Léonard Odet, actif à Lyon, rue Mercière dans le quartier des libraires, au moins entre 1578 et 1610, fut graveur sur bois (« tailleur d’histoires »), marchand d’estampes et éditeur de petits livres (modèles de broderie, plusieurs œuvres satiriques ou moralisatrices du poète du Bugey Claude Mermet, à qui peut-être Odet aurait pu demander de composer les vers de cette feuille ?). Odet paraît s’être spécialisé dans ces grands placards illustrant des thèmes de l’actualité politique (Pourtaict de la Ligue infernalle, vers 1593) ou des thèmes populaires traditionnels, mettant volontiers en scène des animaux, comme La grande et merveilleuse bataille d’entre les chats et les rats (1610) ou ce loyal barbet, symbole de fidélité active, thème qui semble avoir connu un certain succès puisqu’on en connaît une autre version du XVIIe siècle, avec image et texte en français gravés sur bois, dans les collections du British Museum.

Léonard Odet
Je suis loyal Barbet veillant
Lyon, vers 1600
Gravure sur bois
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Hennin, n° 1633

Exposition des dessins d’Etienne Martellange

En passant par la Bourgogne…

Dessins d’Etienne Martellange, un architecte itinérant au temps de Henri IV et de Louis XIII

Dijon, musée Magnin, 16 octobre 2013 – 19 janvier 2014

Etienne Martellange, Eglise Saint-Michel de Dijon

Le musée Magnin, en partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, expose une sélection de cinquante-trois dessins d’Etienne Martellange du département des Estampes et de la photographie de la BnF.

Le département conserve en effet un ensemble exceptionnel de deux cents cinquante et un dessins du jésuite , dont cent soixante seize vues de villes, de monuments et de chantiers en rapport avec son activité d’architecte sur les maisons de l’Ordre et son rôle de visiteur de l’Ordre qui l’entrainait à superviser, non seulement les maisons dont il avait la charge mais aussi celle dont il n’était pas l’architecte. Il déploie durant la première moitié du XVIIe siècle une activité intense qui le fait voyager à travers toute la France et ses grands dessins rehaussés de lavis gris, beige et bleu, tout à fait indépendants des plans et documents propres à son activité d’architecte, constituent un « portrait » inégalé de la France sous les règnes de Henri IV et de Louis XIII.

Ces grandes vues dessinées sont toujours restées célèbres et les dessins de la BnF, passés chez les ducs de Chaulnes au XVIIIe siècle, ont été acquis par la bibliothèque en 1840 auprès de Michel Hennin, collectionneur féru d’estampes et d’histoire.

Fils de peintre, né à Lyon le 22 décembre 1569, Martellange, après un noviciat à Avignon, avait prononcé ses vœux de frère coadjuteur temporel en 1603, et sa carrière débute avec  les plans du collège de Chambéry dont il supervise les travaux entre 1603 et 1605, travaillant ensuite principalement pour les collèges de la province de Lyon. A partir de 1611 son champ d’intervention s’élargit aux provinces de Champagne et de France et l’artiste parcourt le pays jusque vers 1630, se retirant par la suite à Paris où il meurt le 3 octobre 1641.

Etienne Martellange, deux vues de la ville de Dijon

L’exposition et le catalogue qui l’accompagne sont organisés en trois parties : les profils et vues de ville (un genre qui a eu grand succès durant tout le Grand Siècle), les vues de Dijon et de ses environs qui permettront aux Dijonnais et aux visiteurs du musée Magnin de découvrir la capitale de Bourgogne dans les années 1610 – 1620 et enfin les monuments des provinces de Champagne et de Lyon qui montrent l’intérêt de l’architecte jésuite pour les édifices antiques, romans ou gothiques.

Le catalogue d’exposition, publié chez Gourcuff Gradenigo, présente les cinquante-trois dessins, tous reproduits, avec des notices d’Adriana Sénard, qui rédige une thèse de doctorat sur Martellange sous la direction des professeurs Pascal Julien et Claude Mignot.

Les notices sont précédées d’une préface de Rémi Cariel, conservateur en chef au musée Magnin, et de plusieurs essais :

  •  Les vues de villes en France au XVIIe siècle par Séverine Lepape, conservateur responsable du service de l’estampe ancienne et de la réserve au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France
  • L’architecture des églises jésuites en France  par Claude Mignot, professeur émérite à l’université de Paris Sorbonne
  • Un architecte « né pour peindre » et Les dessins d’Etienne Martellange : carnets d’un architecte itinérant, par Adriana Sénard
  • La provenance des dessins de Martellange conservés à la Réserve du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France par Barbara Brejon de Lavergnée, bibliothécaire au département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France.

Salon de l’estampe : le grand cheval de Dürer

Le cheval est un thème récurrent dans l’œuvre de  Dürer. Ce Grand Cheval, pendant d’un autre burin gravé la même année et appelé Le Petit Cheval en est un excellent exemple. Dürer choisit ici de le représenter selon un angle très particulier. L’animal est figuré de trois-quarts, croupe tournée vers le spectateur, légèrement surélevée. Le graveur a insisté sur la musculature de la bête grâce à son art consommé du burin fait de tailles courbes qu’il croise pour donner plus de volume. Une impression de force inquiétante se dégage de cet animal puissant, renforcée par l’espace fermé de la composition que le cheval barre de tout son corps, au point de ne plus laisser voir son gardien, un hallebardier vêtu selon la mode du temps.

Cheval Durer

L’estampe a été interprétée diversement. Selon un mode allégorique, lecture toujours possible dans l’œuvre de Dürer, Le Grand Cheval représenterait la sensualité bridée par le soldat symbolisant par le dauphin sur son heaume l’intellect. En raison de la colonne à gauche portant une statue, peut-être une idole antique, certains historiens ont interprété le soldat comme Hercule venant voler les chevaux de Diomède.  L’estampe connut un grand succès comme l’indiquent les copies d’Antonio da Brescia, de Benedetto Montagne ou de Jan Wierix et influença Caravage qui reprit près d’un siècle plus tard la position singulière du cheval dans la Conversion de saint Paul, tableau qu’il peignit pour Santa Maria de Popolo de Rome en 1601.

Albrecht Dürer (1471-1528)
Le Grand Cheval
1505
Burin
16,5 x 12  cm
Bartsch 97 / Schoch, Mende, Scherbaum, I, n°43
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Réserve Ca-4 (+; 5)-Boite écu