Salon de l’estampe : la chasse de Rubens

« Si jamais Rubens a fait connoistre l’étendue et la vivacité de son génie, c’est assurément dans les tableaux de chasse qui sont sortis de ses mains » considérait le grand amateur Pierre-Jean Mariette au XVIIIe siècle. Il est vrai que dans la série de tableaux de chasse commandée par l’électeur Maximilien Ier de Bavière la prédilection de l’artiste pour l’action dramatique, l’effort héroïque, le mouvement fougueux et les expressions exacerbées a pu se déployer dans toute sa mesure. Rubens a insufflé une vie nouvelle à la peinture de chasse, genre délaissé depuis la Renaissance. Il se réfère aux scènes de chasse antiques, aux gravures de chasse conçues par Stradanus et Tempesta qui leur avaient redonné leurs lettres de noblesse par l’estampe dès la fin du XVIe siècle. Il leur donne plus de piquant en les situant dans des contrées orientales, coiffant les chasseurs de turbans, comme on le voit dans cette chasse qui reproduit un tableau conservé à la Alte Pinakothek de Münich.

P1470934

Rubens est soucieux du réalisme des animaux exotiques qu’il peint et cherche à les étudier de ses propres yeux. Son hippopotame est la première représentation réaliste depuis l’antiquité, il put sans doute en voir à Rome lors d’une exposition d’hippopotames empaillés en 1601, qui causa un certain émoi car ces animaux ne correspondaient pas à la description qu’en avaient donnée Aristote et Hérodote. La lettre de l’estampe reprend cependant un topos de la littérature antique et médiévale selon lequel l’hippopotame est l’ennemi mortel du crocodile et lorsqu’il se bat avec lui oublie toute prudence et se retrouve à la merci de l’homme.

C’est au graveur harlémois Pieter Soutman (1580-1657) que nous devons les gravures les plus impressionnantes d’après les chasses de Rubens, qui fascinèrent Delacroix : chasse au lion, chasse à l’ours, chasse au sanglier, chasse au loup et la chasse à l’hippopotame et au crocodile. Soutman travailla dans l’atelier de Rubens de 1615 à 1620, et participa certainement à l’exécution de ces grandes scènes de chasse peintes, d’après lesquelles il put aussi réaliser des dessins. Les estampes semblent cependant ne pas avoir été réalisées du vivant de Rubens et sous sa supervision, mais plus vraisemblablement après sa mort en 1640 (la chasse à l’ours est datée de 1642). Les gravures de Soutman sont en effet essentiellement à l’eau forte, ce qui est rare dans les estampes supervisées par Rubens. Si la lettre mentionne Rubens comme créateur (pinxit = a peint) Soutman est dit être inventeur, graveur et éditeur (Invenit effigiavit et excudit), revendication auctoriale que Rubens, jaloux de son génie d’invention, n’aurait sûrement pas toléré. On conserve le dessin préparatoire inachevé au British Museum, ayant servi au transfert sur le cuivre ou sur un autre dessin, qui montre quelques légères différences avec le tableau, reflet de la courte liberté que s’est laissée Soutman.

 

Pieter Soutman (1593/1601-1657) d’après Pieter Paul Rubens (1577-1640)
La chasse au crocodile et à l’hippopotame
Eau-forte
1642-1657
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Cc-34 (i)-format 4

Salon de l’estampe : le paon, mauvais conseiller

Cette grande feuille représentant l’emblème du paon donneur de mauvais conseils devait appartenir à un ensemble plus important sur le thème de la sagesse et de la folie, symbolisé par des oiseaux. Le département des Estampes conserve en effet deux autres grandes gravures sur bois composées des mêmes bordures décoratives et d’un disque où sont figurés un passereau et un coq, qui, lui, est de bon conseil. Le paon recommande de se conduire en tyran, négligeant le peuple et professant l’égoïsme.

Paon mauvais conseil

La production de l’estampe a été rapprochée de la vogue pour les emblèmes mis au goût du jour grâce à la parution de l’Emblematum Liber d’Alciat en France en 1534. La feuille a sans doute été employée comme papier peint, à en juger par le format, la technique mais aussi le verso de la feuille en très mauvais état. Elle témoigne de la diffusion large du livre d’Alciat. Si les graveurs sur bois de la première moitié du seizième siècle sont mal connus, la gravure des lettres de la légende et certains termes se retrouvent dans une xylographie coloriée et collée dans un coffret, due à Jean Bézart. Ce graveur ou éditeur, dont on ne sait rien hormis que sa famille est connue à Paris à partir de 1530 pour exercer le métier de libraire puis plus tard, d’imagier, pourrait être un des possibles auteurs de l’estampe.

 

Le Paon mauvais conseil
Vers 1535-1540
Gravure sur bois coloriée au pochoir
40,1 x 28,9 cm
Expo. : Gravure française de la Renaissance, 1994, n° 9

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Réserve Ea-17 (3)-Fol