Exposition de Joël-Peter Witkin à la BnF : photographies et estampes

L’univers de Joel-Peter Witkin, photographe américain fort célèbre ne laisse pas indifférent. Ses photographies composées de nombreux montages d’images révèlent un monde étrange où le corps mutilé, torturé, hors-norme, les êtres hermaphrodites ou simplement monstrueux sont rois. Œuvres de l’écart, elles s’enracinent aussi dans un large champ artistique, puisant aux sources des grands maîtres.

L’exposition ainsi présentée à la Bibliothèque nationale de France réunit plus de 80 photographies provenant de la collection de Witkin, de son galeriste Baudoin Lebon et de différentes institutions françaises en les faisant dialoguer avec une quarantaine d’estampes du fonds de la BnF. C’est la une confrontation originale, inédite, d’où jaillissent d’heureuses et inattendues rencontres.

Les estampes choisies selon une chronologie étendue (XV-XXe siècles), sonnent comme des échos ou s’offrent comme des reflets, jamais comme des modèles entendus stricto sensu. Elles confrontent les thèmes de prédilection de l’artiste, les vanités, le corps dénudé, le squelette, la crucifixion avec les styles d’artistes aussi divers que Dürer, Goltzius, Rembrandt, Goya, Rops ou Picasso.

Le corps est un véritable jalon, fil conducteur de toute l’exposition. Il sert d’invitation à la réflexion que le spectateur d’une telle exposition se fera en regardant dialoguer les muscles vibrants des compagnons de Cadmus dévorés par le dragon de Goltzius, l’allongement maniérée du corps de Cléopâtre se donnant la mort de Jean Mignon d’après Luca Penni ou le corps simple et sans apprêts de la Femme à la flèche de Rembrandt avec par exemple, le Portrait de Nan, Courbet in Rejlander’s Pool ou Paris Triad : the Reader.

Rembrandt. Femme à la flèche. Eau-forte, burin et pointe sèche. Ca-13a (22)-Boîte écu
Rembrandt (1606-1669). Femme à la flèche. Eau-forte, burin et pointe sèche. Ca-13a (22)-Boîte écu
Joel-Peter Witkin. The Paris Triad: the Reader, 2011. Paris, BNF, département des Estampes Copyright Witkin
Joel-Peter Witkin. The Paris Triad: the Reader, 2011. Tirage aux sels d’argent, colorié. Paris, BNF, département des Estampes et de la Photographie. Copyright Witkin. Cliché Bertrand Huet
Jean Mignon d'après Luca Penni. Mort de Cléopâtre. Eau-forte. BA-11-Fol

La violence des photographies sublimée par les tirages très travaillés de Witkin fait écho à celles d’œuvres passées désormais dans le répertoire classique de l’histoire de l’art, telle Judith et Holopherne gravées d’après Rubens par Cornelis Galle Ier ou La Chimère de Jean-Louis Desprez .Ces dernières permettent au visiteur de prendre du champ par rapport à l’intensité de certaines photographies, de saisir l’audace de certaines œuvres d’art ancien et de s’interroger, peut-être, sur ce qui suscite l’émotion, voire le dégoût chez les unes et l’intérêt distancé chez les autres.

Cornelis Galle I (1576-1650). Judith et Holopherne d'après Rubens. vers 1630. Eau-forte et burin. CC-27 (1)-Fol
Cornelis Galle I (1576-1650). Judith et Holopherne d'après Rubens. vers 1630. Eau-forte et burin. CC-27 (1)-Fol

 

Joel-Peter Witkin. Portrait of Nan, 1984. Tirage aux sels d’argent. Paris, BNF, département des Estampes. Copyright Witkin
Joel-Peter Witkin. Portrait of Nan, 1984. Tirage aux sels d’argent. Paris, BNF, département des Estampes et de la Photographie. Copyright Witkin. Cliché Michel Urtado
Jean-Louis Desprez. (1742-1804) La Chimère de Mr Desprez. Eau-forte. Ha-52-Fol
Jean-Louis Desprez. (1742-1804) La Chimère de Mr Desprez. Eau-forte. Ha-52-Fol

Witkin travaille le tirage de ses œuvres lui-même, grattant, collant, retouchant, découpant. La mise en scène et la prise de vue ne sont qu’un début, le véritable travail se faisant en chambre obscure. Un peu à la manière du graveur qui sait que pour avoir un bon tirage, encrage et impression sont essentielles à la naissance de l’estampe.

 

Exposition Joel-Peter Witkin: Enfer ou Ciel

Commissariat: Anne Biroleau-Lemagny

27 mars-1er juillet 2012

Bibliothèque nationale de France, Site Richelieu,

Entrée 5 rue Vivienne, Galerie Mansart

Pour en savoir plus :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/anx_expositions/f.jp_witkin.html