La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari à l’exposition Cima da Conegliano

Le département des Estampes et de la Photographie a consenti un prêt exceptionnel d’une œuvre à la virtuosité technique et aux dimensions extraordinaires, La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari pour l’exposition Cima da Conegliano (1459/1460-1517/1518) au Musée du Luxembourg.

Artiste d’origine vénitienne, Jacopo de’ Barbari (ca 1470- ca1516) est un peintre, dessinateur et graveur, maniant avec une belle aisance le burin. Il est aussi à l’origine de cette ambitieuse composition gravée en six planches de bois, représentant en vue cavalière la ville de Venise en 1500. L’entreprise très coûteuse prit trois ans pour être menée à bien. La gravure fut financée et imprimée par Anton Kolb, éditeur originaire de Nuremberg et installé à Venise, qui obtint le privilège auprès de la Sérénissime de la commercialiser au prix relativement élevé de trois florins. Barbari fournit les dessins et dut très vraisemblablement veiller de très près à sa traduction dans le bois par des graveurs professionnels.

Cette vue de Venise existe en deux états, le premier daté de 1500, montre le campanile de la Piazza San Marco avec son toit plat temporaire après qu’un feu l’eut détruit en 1489. Dans le 2e état, le bois a été corrigé pour prendre en compte la restauration faite du toit en 1511-1514 et la date  (MD) a été ôtée. C’est le premier état qui est ici montré. Les détails observables sont d’une grande précision. Jacopo de’ Barbari a su rendre grâce aux lois de la perspective qu’il a étudié avec soin, l’agencement d’un quartier, d’un complexe de palais et de leurs façades pour former cette immense vue aérienne de Venise et de ses proches îles.

Assemblées, les six planches gravées forment un ensemble de plus d’un mètre de haut sur près de trois mètres de long. Une petite dizaine d’exemplaires est aujourd’hui conservée. Celui du département des Estampes est sans doute l’un des plus beaux et la trace du foulage du bois au verso est d’une incroyable fraîcheur. Les matrices en bois ont été, chose rarissime, conservées et actuellement exposées au Musée Correr à Venise.

Visible au tout début de l’exposition, la vue consiste en  une ouverture magistrale de ce que pouvait être la Sérénissime du temps de Cima da Conegliano, qui y passe une grande partie de sa carrière et y exécute nombre de tableaux d’autels aujourd’hui rassemblés pour la première fois à l’occasion de cette exposition. Cima da Conegliano et Jacopo de’ Barbari se sont sans doute connus et ont assurément fréquenté les mêmes cercles d’humanistes, avant que Jacopo ne quitte définitivement Venise pour s’installer d’abord à la cour de Maximilien Ier, puis à Wittenberg et enfin à Malines, où il est pensionné comme peintre de Marguerite d’Autriche.

La vue  de Venise est astucieusement servie par une scénographie qui montre sur le mur opposé, sous la forme de détails reproduits, les différents lieux de commande des tableaux de Cima, ainsi que sa maison. Elle forme un pendant fort intelligent avec la dernière œuvre présentée lors de l’exposition, un grand tableau personnifiant la ville de Venise sous les traits du lion de saint Marc, gigantesque, entre saint Jean-Baptiste, saint Jean-l’évangéliste, sainte Marie-Madeleine et saint Jérôme (1506-1508), réalisé pour la Messetaria du Palazzo  dei Camerlenghi.

Exposition Cima da Conegliano, Musée du Sénat, 5 avril-15 juillet 2012, commissaire Giovanni C. F. Villa.