Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 259 (été 2017)

Dans le numéro d’été des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans un texte de Maxime Préaud.
Voici le résumé de l’article et de courts extraits des autres textes :

  • Études

Maxime Préaud (BnF honoraire), « La Grande Chasse de Jacques Callot et le Cavalier déperruqué » (p. 4-22)

Comment une estampe majeure d’un maître graveur, la Grande Chasse de Jacques Callot, traverse clandestinement les décennies en changeant de sens, de dimensions et de manière : Nicolas II de Larmessin en donne une nouvelle version, de composition presque identique, mais en ajoutant des personnages ou en modifiant leur représentation, comme celui qui a chu de son cheval… qui en perd sa perruque. Cette nouvelle version, effectuée à une période où Callot est bien oubliée, a servi de modèle à un plat en faïence en 1758.

  • Comptes rendus

Rémi Mathis (BnF, Estampes), « Le papier dominoté, de la couverture des brochures aux cartons des collectionneurs », [compte rendu de : Valérie Hubert, Les Papiers dominotés, une collection particulière, Paris, chez l’auteur, 2017, 80 pages. ISBN 9791069900080.] (p. 66-67).

[…] Valérie Hubert propose un texte destiné au grand public : il n’est pas question pour elle de renouveler la connaissance sur le sujet, ni même d’analyser particulièrement les papiers en question. Seulement de donner les clefs qui permettent de comprendre le monde du papier dominoté, de fournir les connaissances de base qui mettent en capacité d’admirer et de remettre en contexte. […] Le livre constituera donc une approche idéale pour des amateurs désireux de découvrir le monde du papier dominoté, pour le bibliophile qui est souvent tombé sur ces papiers utilisés comme couverture d’ouvrages brochés et désire en savoir plus ; un livre qui peut constituer un cadeau à offrir, afin de faire
découvrir la diversité de la production ancienne sur papier, et des usages de l’estampe dans la France d’Ancien Régime.
On ne peut en revanche s’empêcher de penser qu’il serait bon de développer un jour un répertoire en ligne aisément interrogeable de tous ces papiers, qui commencent à être visuellement bien connus – ceci sera utile pour enfin rédiger cette histoire des dominotiers, et des papiers dominotés en France, qui manque encore. C’est la seule limite que l’on peut poser à cet exercice : des synthèses telles que celles des éditions des Cendres ou celles-ci sont plus que bienvenues… mais on manque encore singulièrement de recherches de fonds sur le sujet (citons celles de Thierry Depaulis), et donc de connaissances à synthétiser ! […]

 

Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 258 (printemps 2017)

Dans le numéro de printemps des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans plusieurs textes.
Voici le résumé de l’article et de courts extraits des autres textes :

  • Études

Philippe Cornuaille (université Paris-Sorbonne), « L’Écran de La Devineresse, ou Le Miroir déformant de l’affaire des poisons » (p. 4-22)

En 1679, l’affaire des poisons exposait nombre de personnalités compromises avec des empoisonneuses de profession, lorsque Donneau de Visé mit à l’affiche de l’hôtel Guénégaud sa comédie La Devineresse, avatar de la Voisin. On retrace ici la campagne de presse adroitement orchestrée par le fondateur du Mercure galant à travers son périodique et son illustration, mais aussi par le biais de produits dérivés de la pièce, tels l’édition d’un almanach et de deux écrans de feu à mains. Présentée comme une comédie à effets, La Devineresse, décalée par rapport à son contexte socio-politique sordide, remporta un très vif succès.

Les Subtilitez de la Voisin
Les Subtilitez de la Voisin

In English: La Devineresse fire screen: a distorted image of the Affair of the Poisons

In 1679, several important figures were embroiled in the Affair of the Poisons, and their links to professional poisoners exposed. One of these was chiromancer and poison seller Catherine Monvoisin, known as ‘la Voisin’, on whom Donneau de Visé based his play La Devineresse (the fortune teller) at the Hôtel Guénégaud. In this article we study the hype carefully orchestrated by the founder of the Mercure Galant through his journal and its illustration, but also with tie-in merchandise in the form of an almanach and two hand held fire screens. The play, presented as a comedy with special effects, was far removed from the
sordid socio-economic context of the Affair and was a resounding success.

 

  • Comptes rendus

Rémi Mathis (BnF, Estampes), « La bible de l’amateur d’estampes anciennes », [compte rendu de : Anthony Griffiths, The Print before Photography. An Introduction to European Printmaking, 1550-1820, Londres, British Museum Press, 2016, 560 pages. ISBN 9780714126951] (p. 60-63).

C’est une somme exceptionnelle qui nous est proposée ici, reposant sur le travail d’une vie. La parution de cet ouvrage vient combler un manque certain dans le paysage éditorial : The Print Before Photography est la meilleure – à vrai dire l’unique – synthèse sur l’estampe considérée en tant que phénomène culturel européen, des origines au milieu du xixe siècle. Elle résume en quelques cinq cents pages ce qu’il faut savoir pour comprendre ce qu’est une image imprimée. […] Pourtant, il faut souligner combien notre connaissance de ce médium a progressé depuis cinquante ans. Pendant cette période sont parus la presque intégralité des Inventaires du fonds français (France) et des séries Hollstein Dutch and Flemish (Pays-Bas, Flandre) et German (pays germaniques), nous donnant des catalogues raisonnés, ou au moins des listes d’œuvres pour de très nombreux graveurs ; les Nouvelles de l’estampe (1963) puis Print Quarterly (1984) ont été fondés et ont publié des centaines d’articles de recherche ; des ouvrages fondateurs sont parus (pour la France, Le Commerce de l’estampe à Paris au xviie siècle, de Marianne Grivel, par exemple). Nous commençons donc à avoir une bonne vision du fonctionnement du monde de l’estampe, même si nous sommes encore très loin de notre compréhension d’autres arts, qui concentrent les recherches et les études.
Antony Griffiths se trouve être la personne parfaite pour effectuer pareil travail de synthèse, tant il s’est trouvé au centre de la recherche sur l’estampe depuis des décennies. Ce grand spécialiste a été jusqu’en 2011 le directeur du département des Arts graphiques du British Museum (Keeper of the British Museum department of Prints and Drawings), où il travaillait comme conservateur depuis 1976. Il a été élu membre de la British Academy en 2000. Après son départ en retraite, il a occupé en 2015 la prestigieuse « chaire Slade » de l’université d’Oxford, ce qui a été l’occasion pour lui de mettre au point la synthèse dont ce livre est le résultat…

 

Malcolm Walsby (université Rennes 2), « Du livre à l’estampe », [compte rendu de : Greta Kaucher, Les Jombert. Une famille de libraires parisiens dans l’Europe des lumières (1680-1824), Genève, Droz, 2015, 1592 pages. ISBN 9782600018425] (p. 64-67).

Cet imposant volume est dédié à l’analyse d’une dynastie de libraires commençant avec leur entrée dans le monde du livre au cours des dernières décennies du XVIIe siècle et allant jusqu’à la décision d’abandonner ce commerce à la fin de l’Ancien Régime. Pour réussir dans un domaine très concurrentiel, cette famille a cherché très tôt à se rapprocher de l’Académie des sciences et devenir un des éditeurs principaux dans le domaine du livre technique, scientifique et militaire […] En somme, cette riche étude d’une des familles de libraires parisiens les plus associées à l’estampe au XVIIIe siècle fournira bien des renseignements utiles et des documents intéressants. Elle ouvre ainsi la voie à de possibles recherches plus poussées dans le domaine plus particulier de l’illustration.

 

Annie Duprat (université Saint-Quentin-en-Yvelines), « Révolution dans l’estampe » [compte rendu de : Claire trévien, Satire, prints and theatricality in the French Revolution, Oxford, Voltaire Foundation, Oxford University, 2016, 254 pages. ISSN 0435-2866] (p. 68-72).

Claire Trévien […] montre dans ce livre comment l’observation de l’activité théâtrale (sujets, textes et métaphores) permet de cerner la nature de ces bouleversements tant la Révolution française a influencé la culture de l’écrit, des satires gravées et des chansons. Elle étudie ici une cinquantaine d’oeuvres qu’elle décrit et analyse comme un tout en s’attachant d’abord au style, au vocabulaire et aux métaphores employés. Claire Trévien montre bien le rôle des gravures comme outil de communication des messages politiques des différents
partis issus de tout le spectre politique dans une étude extrêmement riche de sources tant visuelles que textuelles sur l’imaginaire de la Révolution et le renouvellement de la culture politique…

  • Chroniques

Rémi Mathis (BnF, Estampes), « Louis-Jean-François Lagrenée a-t-il jamais gravé ? » (p. 74-75)

Louis-Jean-François Lagrenée (1824-1805) est un peintre majeur du XVIIIe siècle, qui fit également une belle carrière administrative (directeur de l’Académie de France à Rome…). Différents ouvrages le présentent comme graveur, y compris et surtout l’Inventaire du fonds français (1973), qui lui attribue une estampe en manière de crayon conservée à la BnF. L’auteur montre que la pièce a été mal identifiée et qu’il n’y a aucune raison de penser que Louis-Jean-François Lagrenée ait jamais gravé.

Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 257 (hiver 2016-2017)

Dans le numéro d’hiver des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans plusieurs textes :

  • Études

Peter Fuhring (Fondation Custodia), « Le maître HS ou Hugues Sambin, graveur à l’eau-forte d’architecture et d’ornement des années 1550 » (p. 4-28)

Le début de la carrière de Hugues Sambin (vers 1520 – 1601) est mal connu. Cet article se propose de lui attribuer une série d’eaux-fortes des années 1550, signées des initiales HS. Certaines de ces planches étaient connues mais leur attribution était discutée depuis le XVIIIe siècle – l’auteur en ajoute ici six au corpus : il les analyse et en donne le premier catalogue complet.

Hugues Sambin, Mascaron, 1556, eau-forte, 19,5 x 15 cm. Saint-Pétersbourg, musée d’État de l’Ermitage
Hugues Sambin, Mascaron, 1556, eau-forte, 19,5 x 15 cm. Saint-Pétersbourg, musée d’État de
l’Ermitage.

 

Rémi Mathis (BnF), Jacques Gapaillard (université de Nantes), Colette Le Lay (centre Viète), « Quand un graveur veut se faire savant. Le Nouveau Système du monde de Sébastien Leclerc » (p. 29-41)

Sébastien Leclerc (1637-1714), célèbre pour son oeuvre de plus de 3000 eaux-fortes, a toujours été passionné par les sciences, et a participé à certaines des grandes avancées de son temps dans le domaine de la zoologie ou de l’astronomie. On sait peu qu’il publie, sur la fin de sa vie, un livre intitulé Nouveau système du monde, conforme à l’écriture sainte, où il se propose d’expliquer le mouvement des astres. Notre article vise à remettre ses idées en contexte et en déterminer la pertinence, afin de réévaluer la place de Sébastien Leclerc – graveur présenté comme savant – dans l’histoire des idées et des sciences.

Sébastien Leclerc, Nouveau système du monde..., 1706, eau-forte, ill. face p. 11.
Sébastien Leclerc, Nouveau système du monde…, 1706, eau-forte, ill. face p. 11.
  • Comptes rendus

Christian Rümelin (musée d’art et d’histoire de Genève), « Splendeurs de l’estampe française », [compte rendu de : Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano, Peter Fuhring, Images du Grand Siècle, Paris, éditions de
la BnF, 2015, 330 pages. ISBN 978-2717726633 (cat. expo. Getty 2015 / BnF 2015-2016)] (p. 58-60).

Il y a des sujets qui sont rarement exposés, même s’ils occupent une place centrale dans l’histoire de la gravure. D’autres rencontrent beaucoup plus souvent une grande attention, mais les estampes françaises du xviie siècle restent décidément, depuis des décennies, un sujet mal exploité […]

Heureusement, les commissaires ne sont pas contentés de se limiter aux estampes bien connues ou aux impressions magnifiques – même si une telle qualité d’impression est difficile à voir hors de la BnF – mais ont ouvert le champ et vraiment voulu présenter toute la gamme de la production d’estampes. C’est une réussite : à côté des planches bien connues se trouvent quantité d’autres rarement exposées, publiées ou commentées. Feuilleter le catalogue et s’immerger dans la recherche pointue qu’a demandée la rédaction de ces notices reste un immense plaisir, une grande stimulation et souvent aussi une découverte. Il est rare que cela arrive, surtout sur des sujets si vastes, mais c’est bien le cas ici ! […]

L’exposition et le catalogues ont le mérite de synthétiser les connaissances sur un chapitre central de l’histoire de la gravure, de rappeler à l’attention des historiens et historiens de l’art que des sujets passionnants restent à traiter afin d’encore approfondir le sujet selon les pistes qui ont émergé de cet événement…

images_grand_siecle-720x340

 

Gennaro Toscano (BnF), « Graver et diffuser les manuscrits à peintures », [Anna Delle Foglie, Francesca Manzari, Riscoperta e riproduzione della miniatura in Francia nel Settecento. L’abbé Rive e l’essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits, Rome, Gangemi editore, 2016,
240 pages. ISBN 978-88-492-3223-3.] (p. 61-64).

Bibliothécaire de 1768 à 1780 du duc de La Vallière, l’un des plus grands bibliophiles de son temps, l’abbé Rive publie de 1783 à 1785 un recueil intitulé Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits.

La genèse et l’histoire éditoriale de cet essai ont été magistralement étudiées dans une monographie par Anna Delle Foglie, docteur en histoire de l’art de la Sapienza – université de Rome, et Francesca Manzari, chercheur en histoire de l’art médiévale dans la même université. Selon les intentions de l’abbé, son Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits aurait dû comprendre un texte explicatif accompagné d’une série de planches gravées et peintes d’après les manuscrits les plus célèbres de la collection du duc. Son but était d’aider les amateurs à étudier, évaluer et reconnaître les manuscrits enluminés de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

Conçu dès 1776, il n’en résulta que le Prospectus, publié en 1782 pour attirer les souscripteurs, et les vingt-six planches gravées d’après vingt et un manuscrits de la bibliothèque du duc, tirées en deux lots après la souscription en 1783 et 1784-1785.  La fidélité de la copie est au cœur de la méthode suivie par l’abbé Rive et documente l’importance accordée à l’étude d’après les originaux. Par ailleurs, le manuscrit enluminé est considéré non seulement comme un document précieux pour l’histoire mais aussi comme une véritable œuvre d’art ; l’analyse de l’iconographie des miniatures en témoigne et place ainsi l’Essai au rang des premières études consacrées à l’histoire de l’enluminure suivant une approche historique et artistique, s’appuyant pour cela sur la gravure – moyen de diffuser des richesses historiques inaccessibles.

Paris, BnF, Estampes, AA-2 (Rive, Jean-Joseph), f. 77r. Gravure peinte d’après la vignette représentant La Prise et le sac de Jérusalem par le roi Antiochos, contenue dans le Livre de Bouquechardière de Jean de Courcy, enluminé par le Maître de l’Échevinage vers 1460 (Paris, BnF, Mss, Fr. 210124, f. 331r), modèle pour la planche n. 2 de l’Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures peintes dans des manuscrits… de l’abbé Rive
Paris, BnF, Estampes, AA-2 (Rive, Jean-Joseph), f. 77r. Gravure peinte d’après la vignette représentant La Prise et le
sac de Jérusalem par le roi Antiochos, contenue dans le Livre de Bouquechardière de Jean de Courcy, enluminé par le Maître de
l’Échevinage vers 1460 (Paris, BnF, Mss, Fr. 210124, f. 331r), modèle pour la planche n. 2 de l’Essai sur l’art de vérifier l’âge des
miniatures peintes dans des manuscrits… de l’abbé Rive
  • Le numéro comprend également un hommage à W. McAllister Johnson (1939-2016), professeur d’histoire de l’art à l’université de Toronto, grand spécialiste de l’estampe française du XVIIIe siècle, par Stéphane Roy et Maxime Préaud.

Parution : catalogue des estampes de la rue Montorgueil par S. Lepape (papier et en ligne)

À partir des années 1550, des familles d’éditeurs d’estampes s’installèrent à Paris, rue Montorgueil, près des Halles, et proposèrent au public une production de gravures inédite en Europe jusqu’à la fin des années 1640. Très mal connue, leur activité est pourtant un témoignage capital, permettant de mieux saisir l’importance de l’estampe française à cette époque.

Ils produisirent des gravures sur bois de fil, principalement à thématique religieuse, accompagnées de texte, parfois colorées au pochoir, souvent de même taille (environ 40 x 50 cm).

 

S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016
S. Lepape, Gravures de la rue Montorgueil, Paris, BnF, 2016

Pour cet ouvrage de référence, Séverine Lepape va au-delà des habitudes de l’Inventaire du fonds français du département des Estampes de la BnF : elle propose un véritable catalogue raisonné qui prend en compte l’ensemble des collections de la BnF – département des Estampes, mais aussi département des Cartes et Plans, bibliothèque de l’Arsenal et Réserve des livres rares – ainsi que plusieurs collections françaises (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, musée Carnavalet, MUCEM) et étrangères (British Museum, Rijksmuseum et Metropolitan Museum notamment) et quelques collections privées. Un important travail de recherche en archives, joint à un dépouillement des outils existants, a permis de proposer pour chaque imagier une notice biographique fournie et de mettre en exergue les liens matrimoniaux entre les différentes familles. Chaque notice d’œuvre présente une description iconographique soignée, qui assure une meilleure approche et compréhension de l’image.

L’auteure s’intéresse également à la question de l’usage de ces images et souligne combien l’émancipation de l’estampe par rapport au texte est ici perceptible. Sans doute ces images colorées de la rue de Montorgeuil étaient-elles utilisées comme de « petites tapisseries », accrochées au mur.

L’ouvrage présente également la très grande qualité de replacer cette production d’estampes dans le contexte plus large de la création artistique contemporaine. À chaque fois que cela est possible, l’auteure remonte la trace du modèle dessiné à partir duquel les graveurs ont travaillé, souvent par l’intermédiaire d’un second dessin, de même dimension que la matrice de bois. L’ouvrage permet ainsi de bien mettre en évidence les liens entre l’activité des imagiers de la rue Montorgueil et Baptiste Pellerin, artiste parisien de la Renaissance redécouvert récemment et qui a ainsi bénéficié de plusieurs attributions nouvelles, entraînant pour d’autres, au premier rang desquels le graveur Étienne Deleaune, plusieurs désattributions. Les grands noms de la peinture du XVIe siècle comme Antoine Caron et Jean Cousin sont eux aussi liés à ces estampes.

Séverine Lepape, conservateur chargé des collections des 15e et 16e siècles au département des Estampes jusqu’en 2014 (désormais conservateur de la collection d’estampes Edmond de Rothschild au musée du Louvre).

L’ouvrage est publié sur papier et en ligne (avec différentes options premium) sur OpenEditionsBooks.

Un compte rendu de cet ouvrage est paru dans le n° 254 des Nouvelles de l’estampe, rédigé par Caroline Vrand.

Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 256 (automne 2016)

Dans le numéro d’automne des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans plusieurs textes :

  • Études

Séverine Lepape (musée du Louvre) et Michel Huynh (musée de Cluny), « De nouveaux témoignages iconographiques des coffrets à estampes » (p. 4-19)

Les coffrets à estampes ont fait l’objet de nouvelles études depuis la vente publique d’un nombre considérable d’entre eux en 2007 par Marie-Thérèse et André Jammes. Le département des Estampes et de la Photographie de la BnF a pu ainsi enrichir une collection qui était la plus importante des institutions publiques. La méthodologie développée par M. Huynh et S. Lepape a été de réunir un corpus le plus large possible et de l’analyser matériellement, en prenant en compte  la boîte et l’image. Leur recherche a abouti à un certain nombre d’hypothèses sur l’usage des coffrets, la relation entre l’objet et l’estampe et leur mode de fabrication.

Après la redécouverte fin 2014 d’un tableau anversois des années 1530 où se trouve figuré un coffret à estampe, la découverte en 2016 d’un deuxième tableau contemporain réalisé dans la même aire géographique, amène à s’interroger sur ce que la représentation de l’objet apporte à sa connaissance.  Faut-il prendre ces deux tableaux pour des témoignages documentaires de leur utilisation ? Les hypothèses émises sur ces objets sont-elles compatibles avec la manière dont les peintres les ont figurés ? Et en quoi la date et le lieu de production de ces deux tableaux nous renseignent-ils sur la diffusion de ces coffrets ?

  • Comptes rendus

Vanessa Selbach (BnF), « Enquête sur de curieux bois lyonnais », [compte rendu de : Pourtraits divers de Jean de Tournes, édition critique et fac-simile du tirage de 1556 par Maud Lejeune, Genève, librairie Droz, 2012 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance, vol. 105). ISBN 978-2-600-01554-7] (p. 68-72).

En 1556 paraît à un étrange petit livre d’images connu sous le titre de Pourtraits divers, recueil in-octavo de soixante-deux vignettes gravées sur bois, une sur chaque recto de page, sans aucun texte. Ces vignettes provenant apparemment toutes de l’atelier de l’imprimeur lyonnais Jean de Tournes (v. 1504-1564), sur des compositions du célèbre peintre lyonnais de la Renaissance Bernard Salomon, présentent des sujets variés : scènes de chasse, de théâtre, des scènes rustiques et galantes, des portraits, des scènes mythologiques, des divinités planétaires, des allégories. On s’est depuis longtemps interrogé sur la destination de ce singulier livre et Maud Lejeune reprend avec rigueur l’enquête, s’attachant aux composantes matérielles de l’ouvrage, essayant de resituer son contexte de publication et de réception, pour comprendre dans quelle intention Jean de Tournes publia cet opuscule unique en son genre…

165-petit-web

Sébastien Bontemps (postdoc), « Graver la « France monumentale » au Grand Siècle. Jean Marot et l’estampe d’architecture », [compte rendu de Kristina Deutsch, Jean Marot. Un graveur d’architecture à l’époque de Louis XIV, Berlin/Boston, De Gruyter, 2015, 567 pages. ISBN 978-3110375954.] (p. 74-77).

Publication issue d’une thèse de doctorat soutenue en 2010, le livre de Kristina Deutsch, aujourd’hui chercheur à l’Institut für Kunstgeschichte de l’université de Münster, constitue la première monographie contemporaine sur le graveur et architecte français Jean Marot (vers 1619-1679), auteur de plus de mille gravures. Depuis le catalogue raisonné du collectionneur André Mauban publié en 1944, aucune étude scientifique d’envergure, proposant analyses et mises en perspective, ne reconsidérait l’intérêt de l’œuvre gravé de Jean Marot. Louis Hautecoeur avait rappelé qu’historiens de l’architecture et amateurs du Grand Siècle ont admiré Le Grand Marot et Le Petit Marot, soit pour s’en inspirer, soit pour y puiser de l’information, mais sans ne jamais vraiment s’intéresser au projet de son auteur. D’ailleurs, l’artiste a longtemps été étudié en tant qu’architecte au détriment de ses autres compétences. Kristina Deutsch propose ici de réexaminer l’activité artistique de Marot en prenant compte de la complémentarité de son travail de graveur, d’architecte et d’ornemaniste, et en s’interrogeant principalement sur l’estampe d’architecture au XVIIe siècle…

  • Le numéro comprend également un hommage à Laure Beaumont-Maillet, conservateur général des bibliothèques, ancienne directrice du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (1983-2007), par Sylvie Aubenas, Barthélémy Jobert, Adrien Goetz et Gérard Sourd. Ces textes ont également été recueillis dans un tiré-à-part hors commerce.

Parution : Florilège. Jardin Extraordinaire

Le florilège de Nassau est l’un des chefs d’œuvre conservés au département des Estampes de la BnF. Sa genèse nous ramène au temps de la guerre de Trente-Ans (1618-1648), qui ravage l’Europe. Jean de Nassau reçoit de son père la terre et le château d’Idstein, dans la Hesse actuelle. La guerre et les affaires politiques l’obligent toutefois à l’abandonner et à trouver refuge en France puis à Strasbourg, où il se passionne pour les arts et les sciences, et acquiert le goût de la collection.

Revenu dans son château, il y développe – fait peu étonnant en plein période baroque – un véritable cabinet de curiosité, comprenant à la fois des toiles de maîtres et des curiosités naturelles. En particulier, il crée un des plus beaux jardins du temps, en achetant et échangeant les plantes les plus rares, les fleurs les plus belles. Mais les fleurs se fanent et les plantes meurent, alors que Jean de Nassau veut conserver le souvenir de son extraordinaire jardin.

Aussi fait-il travailler un peintre strasbourgeois, Johann Walter (1604-1676), qui, de 1651 à 1663 puis en 1672 fait huit séjours à Idstein afin de peindre le jardin et son contenu.

514uitg8v8l-_sx355_bo1204203200_

Ce sont ces œuvres qui sont présentées ici. Le département des Estampes possède 54 planches (dont 52 sont signées) du Florilège (au sens propre, son « choix » de « fleurs ») de Jean de Nassau – d’autres étant conservées à Londres – dont les plus belles sont reproduites avec soin dans ce livret. Une introduction permet de remettre la création en contexte et de faire entrer le lecteur dans l’incroyable fascination qu’inspiraient alors fleurs et fruits rares, dans la trace de ce rêve que constitue encore aujourd’hui ce recueil de dessins.

Référence : Florilège. Jardin extraordinaire, préface et choix de Rémi Mathis, Paris, éditions de la BnF (coll. L’œil curieux), 2016, 48 p., illustrations en couleurs. ISBN : 978-2-7177-2707-4.

Cet ouvrage est dédié à la mémoire de Laure Beaumont-Maillet (1947-2016), ancienne directrice du cabinet des Estampes, qui a publié les recherches de référence sur le Florilège de Nassau.

Parution : Poèmes et Maximes de Nanteuil

Le Comité national de l’estampe, qui fait notamment paraître la revue de référence sur l’estampe ancienne, moderne et contemporaine – les Nouvelles de l’estampe – a lancé une nouvelle collection de petits livres qui permettent un accès aisé et agréable à des textes anciens sur la gravure.

R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l'estampe, 2016
R. Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016

Vient de paraître dans cette collection « après la lettre » les poèmes et maximes de Robert Nanteuil (v. 1623-1678). L’un des plus célèbres portraitistes de son temps, Nanteuil est un homme affable et un bel esprit, qui n’a cessé toute sa vie d’écrire pour le plaisir et de composer des vers. Certains ont été imprimés car ils ont servi à faire la cour aux hauts personnages (le roi, Anne d’Autriche, Marie-Thérèse…) qui posaient – insigne privilège – pour Nanteuil. D’autres sont restés manuscrits et ont été recopiés par les proches de Nanteuil. Il en est de même de ses maximes : suite de courtes pensées qui dessinent tout un art poétique original et une pensée sur l’art et la gravure sous Louis XIV. Ces textes recueillis par Tempesti, élève de Nanteuil, se trouvent dans un manuscrit conservé à Venise, que nous avons pu consulter.

Les textes ne sont pas inconnus : ils ont été périodiquement édités en annexe de tel ou tel catalogue ou dans des revues savantes à partir de la moitié du XIXe siècle. C’est toutefois la première fois qu’ils paraissent pour eux-mêmes. S’il ne s’agit pas d’édition scientifique (l’apparat critique est réduit au minimum afin d’être accessible à tous et de donner toute sa place au texte lui-même), un retour aux documents originaux est toujours intéressants puisque j’ai pu corriger de nombreuses fautes de lectures commises par les éditeurs antérieurs. Ces poèmes et maximes se lisent donc pour la première fois dans la pureté de l’écriture de Nanteuil.

L’ouvrage est tiré à 500 exemplaires numérotés. Il se vend 8 euros et peut se trouver aux bureaux des Nouvelles de l’estampe (département des Estampes de la BnF).

Référence : Robert Nanteuil, Poèmes et Maximes, éd. R. Mathis, Paris, Comité national de l’estampe, 2016, 24 p., illustrations en couleurs. ISBN : 979-10-96279-01-2.

Publication en ligne : Les premières gravures italiennes

Lien vers l’ouvrage, en libre accès

La Bibliothèque nationale de France travaille depuis quelques temps avec OpenEdition Books – structure connue pour le portail de revues académiques en libre accès revues.org et pour les carnets de recherche Hypothèses (où est hébergé le présent blog).

Sont ainsi mis à disposition des chercheurs, sous forme électronique, des ouvrages qui avaient auparavant été publiés sur papier… ou qui sont publiés en électronique natif et imprimés sur papier à la demande, comme le récent inventaire des dessins du XVIIe s. département des Estampes.

Couverture de l'ouvrage (Jacopo de' Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))
Couverture de l’ouvrage (Jacopo de’ Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))

Or, en 1999, Gisèle Lambert, alors conservatrice au département des Estampes, avait publié le catalogue des estampes italiennes du XVe et du début du XVIe siècle, dans un fort volume qui fait encore actuellement référence. Plus de 800 pièces sont décrites, avec des reproductions systématiques de bonne qualité afin de permettre des comparaisons.

L’ouvrage est proposé gratuitement en libre accès. Un système freemium (accès à des services supplémentaires en option) permet aux institutions qui le désirent de proposer à leurs lecteurs des versions téléchargeables en epub et en pdf.

L’animal, au centre de l’estampe

Chaque année, le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est invité à présenter une sélection de ses fonds au salon international de l’estampe du Grand Palais, sur un thème déterminé par les organisateurs.

En 2013, la thème était « Les animaux », en lien avec la bibliothèque invitée, celle du Muséum national d’histoire naturelle. Ce blog s’en est largement fait l’écho, en publiant certaines notices rédigées pour l’occasion. L’ensemble des conservateurs chargés de collection avait sélectionné une trentaine de pièces qui avaient ébloui les visiteurs par leur intérêt à la fois artistique et historique.

À tel point que nous avons désiré en faire un livre, qui approfondisse le sujet en analysant une centaine de pièces du département des Estampes, représentatives du regard sur les animaux des origines à nos jours.

Couverture de l’ouvrage

 

Une brillante préface de Michel Pastoureau ouvre le volume : le célèbre historien de l’animal vient remettre l’ouvrage dans le contexte d’une historiographie très récente. Il rappelle combien il semblait saugrenu de travailler sur le sujet quand il était étudiant… avant qu’il ne montre lui-même au fil de ses ouvrages toute la puissance symbolique de l’animal dans la civilisation occidentale.

Les directeurs d’ouvrages introduisent ensuite le sujet avec un texte qui revient sur la gravure, les techniques employées et leur importance pour la diffusion des images d’une part, et sur le département des Estampes, son histoire de la fondation en 1667 à nos jours,  et ses collections, d’autre part.

Ils traitent ensuite de neuf thèmes, qui permettent de problématiser la question de la représentation de l’animal dans le contexte de la production des images : les bêtes sauvages et exotiques, les animaux domestiques, l’anthropomorphisme, les allégories et symboles, les chiens et chats, les monstres et chimères, les animaux dans l’ornement, l’approche scientifique de la représentation, et les scènes de chasse. Ces thèmes sont bien sûr pour partie liés aux époques de production : la symbolique joue un très grand rôle dans les estampes de la Renaissance alors que ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’on assiste à une approche plus scientifique et naturaliste.

Le corps de l’ouvrage est constitué des cent une notices, classées par ordre chronologique, rédigées par les agents du département. Ces estampes ont été choisis selon plusieurs critères. Artistiques, puisque l’estampe est un art majeur représenté par les créations des plus grands, de Dürer et Rembrandt à Matisse et Picasso en passant par Goya ou Grandville. Représentatives d’une époque : on ne peut se passer de montrer les estampes qui accompagnent les travaux de Buffon, la célèbre Girafe qui mit la France en émoi en 1827 ou la bête du Gévaudan. Liées à des anecdotes, qui révèlent quelque chose de la société d’alors : les chats et les rats qui symbolisent Français et Espagnols en guerre pour la Flandre au XVIIe siècle, des hiboux qui permettent de se moquer sans prendre de risque d’un gouverneur honnis, les animaux de la Ménagerie du tout neuf château de Versailles… Et au-delà, tout simplement prendre acte de l’émerveillement des Européens devant ces nouvelles espèces découvertes dans les pays lointains, du besoin de se raconter des histoires sur des animaux fabuleux, de décorer leur environnement avec des compagnons de papier, de leur soif de savoir et de diffuser cette connaissance par l’image : cinq siècles d’aventure humaine auprès des animaux avec tout le sérieux, l’art, la curiosité, la fantaisie, l’humour dont les hommes sont capables.

Double page du livre
Double page du livre

 

 

  • Références :
    • Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel (dir.), Animal, Paris : éditions de la Bibliothèque nationale de France, 192 pages, 38 euros. ISBN 978-2717726152. Préf. de Michel Pastoureau.

     

  • Contributeurs :
    • Céline Chicha-Castex, conservateur chargé des collections du XXe siècle
    • Lise Fauchereau, gestionnaire des collections modernes et contemporaines
    • Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur à la bibliothèque de l’université Pierre-et-Marie-Curie
    • Corinne Le Bitouzé, archiviste paléographe, directrice adjointe du département, conservateur chargé des collections du XVIIIe siècle
    • Séverine Lepape, archiviste paléographe, ancien conservateur chargé des collections des XVe et XVIe siècles, désormais conservateur au musée du Louvre
    • Rémi Mathis, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Monique Moulène, bibliothécaire, gestionnaire des collections du XIXe siècle
    • Michel Pastoureau, archiviste paléographe, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études
    • Cécile Pocheau-Lesteven, conservateur chargé des collections contemporaines
    • Vanessa Selbach, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Valérie Sueur-Hermel, conservateur chargé des collections du XIXe siècle
    • Jude Talbot, bibliothécaire, chargé de la numérisation

 

 

 

 

 

 

 

 

Parution de l’inventaire des dessins du département des Estampes

Mêlé aux gravures dès la fondation du département des Estampes, enrichi régulièrement d’acquisitions et de dons, renforcé au XIXe siècle par un versement important de feuilles provenant de la bibliothèque Sainte-Geneviève et de la bibliothèque de l’Arsenal, le fonds de dessins du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France constitue une des collections publiques les plus riches en ce domaine.

Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco- espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,  Réserve B 11 a boîte format 4
Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco-
espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,
Réserve B 11 a boîte format 4

 

L’inventaire recense cinq cent soixante feuilles de l’école française du XVIIe siècle conservées à la Réserve du département. Formant le cœur de la collection de dessins de maîtres pour cette période, l’ensemble, d’une profonde originalité, renferme, à côté de feuilles de maîtres connus, de nombreux dessins en rapport avec des estampes. Couvrant les vastes champs de création de la gravure, il révèle des artistes oubliés ou trop souvent assimilés par l’histoire de l’art à un seul genre.

Fruit de recherches approfondies qui ont permis de proposer ou de renforcer des attributions et de préciser l’appareil bibliographique de chaque pièce, ce travail s’inscrit dans un cadre chronologique qui va de la génération des artistes nés vers 1590 (celle de Simon Vouet, Jacques Callot ou Pierre Brebiette) jusqu’à celle, née vers 1650, de Robert Nanteuil , portraitiste de Louis XIV, et des Bonnart, grands diffuseurs des gravures de mode.

 

Références

Barbara Brejon de Lavergnée (vec la collaboration de Damien Chantrenne, Pascale Cugy et Maxime Préaud), Dessins français du XVIIe siècle. Inventaire de la collection de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie (cotes B 6, B 7, B 11, B 14), Paris, BnF éditions, 2014, 21 X 29,7 cm, 320 pages (560 dessins reproduits et un cahier couleurs de 16 planches)

ISBN POD : 978-2-7177-2618-3
ISBN PDF : 978-2-7177-2619-0
ISBN HTML :978-2-7177-2550-6
Diffusion numérique : OpenEdition Books
Diffusion POD : BnF
Prix :
POD : 180 euros (disponible)
PDF : 88,99 euros
Versions PDF et HTLM : disponibles en octobre 2014

 

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage

Les auteurs

  • Barbara Brejon de Lavergnée, bibliothécaire chargée des collections de dessins anciens au département des Estampes et de la Photographie
  • Damien Chantrenne, docteur en histoire de l’art, attaché de conservation au musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône
  • Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art, chargée de mission à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, Paris
  • Maxime Préaud, conservateur général honoraire des bibliothèques