Exposition Luca Penni au Musée du Louvre

Luca Penni : Un disciple de Raphaël à Fontainebleau.

Musée du Louvre, 11 octobre-14 janvier 2013

L’exposition Luca Penni qui s’est ouverte au Louvre mercredi 10 octobre mérite plus qu’un détour sur le chemin raphaëlesque que le musée propose cet automne à ses visiteurs. Elle est la première exposition consacrée au « troisième homme » du chantier de Fontainebleau et grâce au talent de Dominique Cordellier, commissaire de l’exposition, elle associe avec beaucoup d’intelligence peintures, dessins et gravures de l’artiste.

Le département des Estampes et de la Photographie a en effet consenti à un prêt important de 34 oeuvres, qui trouvent au milieu de celles du département des Arts Graphiques du Louvre une mise en perspective nouvelle et essentielle pour mieux comprendre l’artiste et son importance dans l’estampe bellifontaine et parisienne des années 1540-1560.

Imprégné de l’art de Raphaël soit directement, encore qu’aucune source ne l’atteste, soit indirectement grâce à son frère Gianfranco Penni ou à son beau-frère Perino del Vaga, tous deux disciples de Raphaël, Penni est documenté à Fontainebleau aux côtés de Rosso dès 1538-1540, où il est aussi bien payé que Primatice.

Luca Penni, Enée et le rameau d’or, dessin. BnF, Réserve B-5-Boîte Fol

Les deux dessins liminaires de l’exposition, réalisés d’après l’Enéïde de Virgile, Enée et le Rameau d’or (Département des estampes) et Les Préparatifs des funérailles de Misènos (Louvre) traduisent l’art du romain,  plein de la manière de Rosso à laquelle Penni se frotte et qu’il rend avec beaucoup de brio.

 

Le chantier de François Ier  est le lieu d’une collaboration inédite entre peintres et graveurs et l’intérêt de Penni pour l’estampe trouve un milieu favorable pour s’épanouir. Mais à l’évidence, en faisant travailler deux graveurs qui transcrivent ses dessins, Jean Mignon et Léon Davent, Penni ne fait pas figure de nouveauté. Il  s’inscrit dans la tradition de Raphaël qui avait compris très tôt l’intérêt de l’estampe et avait ainsi établi un véritable commerce de l’image multiple autour de ses compositions, en donnant des dessins à traduire dans la gravure par Raimondi et ses élèves, Marco Dente et Agostino Veneziano.

L’exposition le suggère en filigrane, mais le catalogue s’y attarde davantage avec le dossier des Saintes Familles gravées dès 1544, qui s’inspirent de la Grande Sainte Famille de François Ier, tableau de Raphaël auquel Giulio Romano avait collaboré en 1518. Près de trente ans plus tard, Penni, comme Cousin d’ailleurs, travaillent avec ce modèle en tête pour des estampes et contribuent ainsi à diffuser les compositions du maître d’Urbino en France et à Fontainebleau.

Luca Penni est un « faiseur d’images », pour reprendre le terme très pertinent de D. Cordellier.  Son inventaire après décès (1557 n. st), dont l’essentiel est résumé à la fin du catalogue dans une chronologie aussi détaillée qu’utile, révèle une présence très importante de l’estampe dans ses biens : plus de 2200 gravures, certaines de l’invention de Penni, comme la suite des Péchés capitaux, mais également et très vraisemblablement d’autres graveurs. Leur estimation est d’ailleurs faite par René Boyvin et Pierre Milan, deux burinistes parisiens importants pour la diffusion des compositions de Fontainebleau et pour celle de Penni. Associées à de véritables best-sellers de suites d’estampes éditées sous la forme de livres, tels La Vie de la Vierge de Dürer et Les Simulachres de la mort de Holbein, ces gravures devaient représenter un fonds iconographique où Penni venait chercher inspiration et modèles. Le mot de faiseur d’images prend ici  tout son sens. D. Cordellier fait cependant remarquer que Vasari assigne à l’artiste un rôle plus précis, celui d’éditeur d’estampes. Le terme doit être ici discuté car cette fonction pour la période qui nous intéresse correspond normalement à une réalité précise, consistant à avoir la propriété et jouissance des matrices, à en assurer la commercialisation et à rémunérer inventeurs et graveurs. Or, aucun cuivre ni bois ne se trouve décrit dans l’inventaire après décès de Penni. A lire Vasari, D. Cordellier se demande avec raison s’il ne faut peut-être comprendre le terme d’éditeur selon un autre sens, celui d’un « transposeur », dessinant d’après son invention mais mettant aussi au net pour l’estampe l’invention d’autres artistes, au premier chef desquels Primatice.

Les graveurs qui ont travaillé d’après Penni sont nombreux. L’exposition met en valeur sa collaboration fructueuse et numériquement importante avec Jean Mignon, dont l’eau-forte par certains endroits pointilliste excelle à rendre le style de l’italien. Les six dessins ayant pour thème La Guerre de Troie  pour lesquels des gravures de Jean Mignon sont connues (mêmes dimensions et en sens inverse) sont réunis au sein de l’exposition avec l’estampe de L’Enlèvement d’Hélène, appartenant à l’ensemble mais pour laquelle aucun dessin n’a été retrouvé. Ici apparaissent les modalités de travail entre un dessinateur et un graveur : Mignon, comme Raimondi d’ailleurs, prend la liberté d’introduire des éléments absents des dessins de Penni, dans le paysage notamment. Si l’on comprend que la présence des estampes d’après les dessins  a été estimée superflue par le commissaire au sein de l’exposition, il est peut-être dommage de ne pas les retrouver reproduites dans le catalogue.

Léon Davent d’après Luca Penni, La Justice, eau-forte. BnF, Réserve Ed-8b (2)-Fol

Autre graveur important pour l’italien, Léon Davent qui se met à son service à Fontainebleau et très certainement ensuite à Paris quand Penni  s’y installe dans les années 1550. La suite des Péchés capitaux et l’estampe de La Justice, en partie gravées par Léon Davent témoignent de l’association des deux artistes.

 

 

D. Cordellier met également en valeur dans le catalogue une collaboration restée jusqu’à présent inédite,  pour l’ouvrage de Nicolas de Nicolay, Les Quatre premiers livres des navigations et pérégrinations orientales. On savait que Léon Davent avait été le graveur  des illustrations de l’ouvrage, mais D. Cordellier considère qu’il faut voir le style de Luca Penni dans le dessin des figures, l’italien mettant au net les croquis et souvenirs de Nicolas de Nicolay pour qu’ils soient propres à être gravés par un de ses graveurs favoris.

Mais la liste des graveurs reprenant des sujets de Penni ne s’arrête pas là : les burinistes parisiens, flamands ou italiens, comme René Boyvin, plus tardivement Étienne Delaune, Nicolas Béatrizet, Martino Rota ou Giorgio Ghisi, mentionnent l’invenit de Penni dans leurs oeuvres. Des artistes flamands comme les Wierix, Dirk Volkertsz. Coornhert ou Cornelis Bos gravent du vivant de l’artiste ses compositions. Par la présence de cet invenit, l’estampe apporte parfois des jalons essentiels pour la connaissance de l’œuvre de Penni, confortant des attributions établies sur la base de rapprochements stylistiques.

D’après Luca Penni, Sainte Famille avec le petit saint Jean, gravure en bois en couleurs. BnF, Réserve Ea-26a-Fol

 

Aspect sans doute moins connu, encore que Vasari le mentionne,  la gravure en bois pour laquelle Penni a très vraisemblablement donné des dessins: une Sainte Famille avec le petit saint Jean gravée en trois planches,  magnifique épreuve d’après un dessin de Penni l’illustre avec beaucoup de brio. La gravure en bois en couleur, invention allemande puis reprise et portée à un degré de raffinement inégalé par les italiens était aussi pratiquée à Fontainebleau.

 

 

 

Le visiteur trouvera bien d’autres portes d’entrée à cette exposition, au-delà de ce compte rendu centré sur la gravure. Les trois tableaux exposés, dont Auguste et la sibylle de Tibur, acquisition récente du département des Peintures du Louvre à laquelle Cécile Scaillériez consacre un chapitre dans le catalogue, rendent compte de l’art de Penni peintre. Le Pseudo-Jugement d’Othon attend d’ailleurs toujours une identification iconographique convaincante. Les Vénus et autres femmes alanguies, trahies, complices et exposées permettront de saisir combien l’érotisme réinventé de l’antiquité constituait un trait fondamental de l’art auquel Penni s’était formé et qu’il contribuait à édifier à sa manière. Il pourra aussi comprendre comment le style de Penni connut des transpositions aussi variées qu’intéressantes, dans le livre, la médaille, les plats émaillés ou des objets plus insolites, telle cette poire à poudre reprenant l’estampe de Ghisi d’après Penni, Vénus piquée par un buisson de roses, autant d’exemples de diffusion de l’art de cet artiste qui méritait cette présentation intelligente et bien menée.

Trésor du mois exposé à Tolbiac : un cuivre gravé par Thomas de Leu (1611)

Thomas de Leu

Portrait de Pierre Jeannin

Cuivre gravé au burin, 1611. 230 x152 mm

réserve du département des estampes et de la photographie, musée, planche 391.

Cette toute récente acquisition est exposée dans l’espace « Découverte » du site Tolbiac – François Mitterrand, hall Est, du dimanche 16 septembre (Journées du Patrimoine) au dimanche 21 octobre 2012.

Matrice de cuivre gravée par Thomas de Leu, BnF, département des estampes et de la photographie, pl. 391.
L’estampe imprimée à partir de la matrice, BnF, département des estampes et de la photographie, réserve Ed-11(c)-folio

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le monde de l’estampe parisienne change de visage vers 1600. Dominé par la gravure sur bois pendant la majeure partie du XVIe siècle, il se convertit en quelques décennies à la gravure sur cuivre ou gravure « en taille-douce », dont la technique, qui permet des finesses inégalées, est apportée par des graveurs flamands. Thomas de Leu (vers 1558-1612) en est l’un des plus prolifiques représentants, gravant d’un burin aux tailles serrées et précises plusieurs centaines de gravures de dévotion, petits portraits et illustrations de livres pour les imprimeurs parisiens.

La destination de cette plaque de cuivre de forme curieusement pentagonale, datée de 1611, reste un peu énigmatique. Si l’on en croit la dédicace, elle est apparemment commanditée par Vincent de la Faye, avocat au parlement de Bourgogne, sur lequel on possède peu d’informations. Elle est dédiée à Pierre Jeannin (1540-1623), dont on voit le portrait à la partie supérieure, agrémenté d’anagrammes en français, latin et grec, offerts en hommage par l’avocat. Pierre Jeannin, premier président du parlement de Bourgogne, fut un serviteur fidèle et apprécié d’Henri IV, auquel il se rallia malgré son passé ligueur. Ambassadeur de France en Hollande, conseiller du roi, il est en 1611 en charge du contrôle des finances dans le conseil de la régente Marie de Médicis qui lui garde toute la faveur octroyée par le défunt roi. Le portrait très finement gravé par Thomas de Leu semble avoir pour modèle un dessin attribué au portraitiste François Quesnel conservé au département des estampes et de la photographie (Rés Na-22 (14) – boîte écu).

Portrait de Pierre Jeannin dessiné par François Quesnel, BnF, département des estampes et de la photographie, Réserve Na 22 (14) boîte écu

Il est étrange de constater que les anagrammes célébrant le nom de Jeannin se déploient assez maladroitement, nous semble-t-il, dans un médaillon central qui paraît peu commode pour accueillir tout ce texte. Ce médaillon est entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du Saint-Esprit, et surmonté d’une couronne royale, comme on en voit normalement entourer les armes royales, ici remplacées par un angelot portant des cornes d’abondance et entouré des fleurs de lys royales, alors que paradoxalement Jeannin, de très humble extraction, n’était pas chevalier des ordres du roi. Peut-être Vincent de La Faye s’est-il servi pour faire hommage à ce confrère influent, d’une plaque conçue à l’origine pour une autre destination, commandée soit par un autre client de Thomas de Leu, soit par Vincent de La Faye lui-même, mais qu’il aurait fait réaliser d’abord pour un autre usage ?

Cet avocat paraît avoir eu l’intention de publier lui-même des ouvrages, puisqu’en 1605 il obtient de la ville de Dijon, qui ne possédait alors qu’un seul imprimeur, l’usage d’une partie des bâtiments inoccupés du vieux collège, pour 6 ans, afin d’y installer une seconde imprimerie. Il ne semble pas pourtant qu’il y ait imprimé aucun ouvrage. En 1611 cependant, il fait paraître à Paris chez Pierre Le Mur le seul livre imprimé connu sous son nom : un opuscule pédagogique, Brevis ratio syntaxeos in favorem tornodorae juventutis edita, bref manuel de 16 pages destiné à l’apprentissage du latin et du français pour les élèves du collège de sa ville de Tonnerre dans l’Yonne. Il semble peu probable que Vincent de La Faye ait commandé une belle plaque gravée à Thomas de Leu comme frontispice d’un si humble ouvrage (l’exemplaire numérisé de la bibliothèque de Tours n’en comporte d’ailleurs pas).

Mais en 1611 également il offre à la régente un recueil de poèmes didactiques sur le bon gouvernement, dédié au tout nouveau roi Louis XIII, « Sonnets, sizains, quatrains, contenant les préceptes d’Isocrate touchant le bon gouvernement d’un royaume… » (BnF, département des manuscrits, NAF 1772). Peut-être avait-il espéré faire imprimer cet ouvrage dédié au jeune roi, et l’on pourrait imaginer que cette plaque à la symbolique royale affirmée (avec peut-être en projet le portrait du jeune souverain à la place de celui du président Jeannin ?) aurait pu avoir été conçue dans son premier état comme le frontispice de cette œuvre restée à l’état manuscrit…

 

« A Table! » Estampes anciennes de la BnF exposées au Salon international de l’estampe de Paris

Le Salon International de l’Estampe est devenu pour le département des Estampes de la BnF un rendez-vous incontournable et attendu. C’est aussi une occasion unique de pouvoir exposer et mettre en valeur en une trentaine de pièces la diversité des collections autour d’un thème qui réunit l’expertise des différents conservateurs responsables des fonds. Le temps du salon, le public amateur et éclairé peut ainsi avoir accès à des œuvres souvent peu exposées. Il peut également s’informer sur le département qui accueille toute l’année dans ses salles de lecture étudiants et chercheurs travaillant sur le médium. Associé au Salon du livre ancien, le Salon International de l’Estampe bénéficie de la fréquentation des amateurs de livres rares et des bibliophiles.

Le département des Estampes est invité par la Chambre syndicale de l’estampe à exposer sur 36 m2 une sélection d’œuvres qui, cette année, porte sur les Arts de la table. Si l’ensemble des estampes et dessins ne porteront pas seulement sur l’époque ancienne, quelques pièces de choix datant des XVI-XVIIIe siècles seront exposées.

Abraham Bosse, Festin de l'ordre du Saint-Esprit, 1633

L’iconographie du festin est ainsi abordée à la fois dans un contexte religieux et profane. Par l’intermédiaire d’œuvres rares comme une estampe monumentale de Pierre Lepautre pour un Almanach royal de l’année 1688, le caractère officiel du banquet de cour est mis en avant, en écho avec la gravure d’Abraham Bosse représentant Le Festin donné aux Chevaliers de l’Ordre-du-Saint-Esprit, datée de 1633, où l’artiste souligne comment le repas honorifique constitue un élément de rituel et de cohésion de ce groupe.

Nicolas de Launay, Cuillère, fourchette, Couteau avec les armes de France, pour le service en or de Louis XV, 1726-1727

Dans ce domaine également, l’estampe revêt aujourd’hui un rôle documentaire inestimable pour qui souhaiterait mieux comprendre l’art de la table aux périodes anciennes. La Parabole de Lazare et du Mauvais Riche gravée par Jacob Matham en 1606 donne à voir dans un décor de commedia dell’arte la vaisselle et les serviteurs s’affairant autour d’une grande tablée. La gravure et le dessin peuvent également intervenir comme premiers projets pour la réalisation d’ustensiles et de service de table. Cet aspect se trouve évoqué par différentes œuvres, comme le Projet de sculpture en argent d’un grand surtout de table et les deux terrines gravé par Huquier d’après Meissonnier, un Projet dessiné de couverts pour un service en or destiné à Louis XV vers 1726-1727, attribué à Nicolas de Launay, orfèvre du roi, ou plus ancien encore, des  projets de tables gravés à l’eau-forte par Jacques Androuet du Cerceau.

Frans van den Wyngaerde (1614-1679), d’après Rubens. Le Satyre enivré ou le rêve de Silène . Ca 1670

La représentation de la table est rarement anodine : nombreux niveaux de lecture s’y entremêlent. A la célébration évidente d’un moment agréable peut parfois s’ajouter une dimension allégorique ou une dénonciation féroce des us et abus du repas comme dans le curieux Banquet des Moines et des Jésuites daté de 1688, portant une fausse signature pour protéger le graveur de son audacieuse critique de l’Église.  Elle peut aussi être l’occasion d’un tour de force technique, avec une très rare estampe d’après Rubens par Frans van den Wyngaerde, élève de Paul Pontius, Le Satyre enivré ou le rêve de Silène. Ce burin est l’un des premiers essais de taille-douce en couleurs, avec un encrage à la poupée pour chaque couleur, requérant beaucoup de dextérité.

Nous vous donnons donc rendez-vous sous la Nef du Grand Palais, du vendredi 27 avril au dimanche 29 avril.

Informations pratiques

Salon international de l’estampe et du livre ancien

Nef du Grand Palais

27 au 29 avril, 11h-20h

Vernissage sur invitation le 26 avril, 17h-22h

Stand de la BnF : I01

 

Présentation de dessins anciens de la BnF à l’occasion du Salon du dessin 2012

Comme chaque année le département des Estampes et de la Photographie s’associe au Salon du dessin , qui se tiendra à la Bourse du 28 mars au 2 avril 2012 en organisant une présentation de dessins de ses collections à la Réserve du département le samedi 31 mars 2012. 

Nicolas Larmessin (1632 - 1694) Figure pour L'Habit de médecin, H. 25,5 x L. 18,4 cm. Dessin repassé à la pointe. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Réserve B 6 e boîte in-fol.
la gravure en contrepartie publiée A Paris chez N. de L'Armessin Rüe St Jacques à la Pome d'or, Auec Priuil. Du. Roy. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, OA-32-pet.fol

 Le choix des œuvres illustrera le thème choisi pour les journées d’études organisées par le Salon, les VIIes Rencontres internationales du Salon du dessin à la Bourse le mercredi 28 mars à 15H et  le jeudi 29 mars à 14H30 : DESSINER POUR GRAVER, organisées par Dominique Cordellier.

Dessins à graver au XVIIe siècle, BnF, département des Estampes et de la Photographie

Le dessin préparatoire pour une estampe a non seulement constitué un des axes d’acquisition du département mais s’est aussi trouvé inclus de manière naturelle aux recueils d’estampes. Le département est donc particulièrement riche de dessins de graveurs et de dessins qui ne sont pas dus à des graveurs mais sont destinés à être traduits en estampe ; les œuvres choisies couvrent le Grand Siècle et permettent, en sortant des chemins plus connus de la peinture d’histoire, d’avoir une vision plus complète du XVIIe siècle.

Les études rapides et légères des aquafortistes Jacques Callot, Jean de Saint-Igny, Pierre Brebiette, Nicolas Cochin le vieux côtoieront les dessins de peintres, comme celui de Jeanne d’Arc, à la sanguine, par Claude Vignon, gravé avec talent par Gilles Rousselet.

Le département conserve en outre quelques rares exemples de dessins de graveurs qui sont souvent aussi éditeurs ou marchands d’estampes comme Claude Massé qui a œuvré, aux côtés des frères Corneille, au fameux recueil Jabach, Nicolas Regnesson, Le Sacre de Louis XIV, Nicolas Ier Larmessin, Habit de Médecin (voir images ci-dessus), Martin Desmaretz, Une reine, Nicolas Habert, Le prince et la princesse de Conti.

Comme l’estampe le dessin destiné à la gravure touche à tous les registres : les études à la pierre noire du jeune Charles Le Brun pour des gravures célébrant la naissance de Louis XIV, les dessins pour les estampes satiriques où l’Espagnol est moqué (conservées dans la série dédiée à l’histoire, QB-1), les dessins illustrant l’actualité pour des almanachs, ceux de Nicolas Arnoult et de la famille Bonnart spécialisés dans la figure de mode sont autant d’exemples de la variété de la création tout au long du siècle.

Un cas intéressant de dessin préparatoire pour une gravure en rapport avec la cérémonie funèbre du chancelier Pierre Séguier organisée en mai 1672 à l’église des pères de l’Oratoire à Paris posera le problème du partage des tâches entre peintre (Charles Le Brun), dessinateur (François Verdier ?) et graveur (Girard Audran) et de la difficulté d’attribution qui en découle.

Samedi 31 mars 2012, deux visites au choix (10h-11h et 11h15-12h15). Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, 75002 Paris. Réserve du département des Estampes et de la Photographie, entrée par la Chambre Mazarin.

Inscriptions obligatoires auprès du Salon du dessin 01 45 22 08 77 ou 01 45 22 61 05