Salon de l’estampe 2015 : A. Bosse, L’Atelier du peintre

Abraham Bosse (Tours v. 1604 – Paris, 1676)
L’Atelier du peintre (ou Le Noble peintre)
v. 1642
Eau-forte
Paris, BNF, Estampes, Ed-30a-fol. (vol. 4),
G. D. 1385 ; Blum 1076 ; Welsh Reed 7 ; Join-Lambert et Préaud 200

 

Abraham Bosse. L'Atelier du peintre
Abraham Bosse. L’Atelier du peintre

 

L’estampe apparaît comme une mise en abyme : un encadrement de fleur de lys entoure la scène représentée, commentée par un texte qui semble peint sur une pièce de tissu punaisée à la toile. L’ensemble est dominé par les armoiries de l’académie de Saint-Luc, confrérie liée à la communauté des maîtres peintres de Paris (d’azur à trois écus d’argent et à la fleur de lys d’or posée en cœur). Un véritable tableau – pourtant gravé et non peint – prend pour sujet la peinture.

Le peintre représenté respire l’opulence et le succès. Il vient de peindre un portrait du roi Louis XIII – sujet que la lettre, toujours respectueuse du pouvoir royal, déclare le plus haut des sujets donnant forcément lieu à « un chef d’œuvre sans prix ». Un page vient l’interrompre pour lui montrer une estampe (sans doute celle de Nicolas Viennot) d’après un tableau du hollandais Andries Both intitulé Le Peintre raté : sans doute un confrère malheureux vient-il lui demander audience, conseil, voire secours. La proximité des noms (A. Bosse / A. Both) et les figures contradictoires des deux peintres semble créer un couple antinomique qui met en tension la situation du graveur lui-même.

Le personnage debout est en effet en train de parler et la scène tout entière se place sous la digne de la discussion mondaine, voire de cour – bien loin de l’estampe de la même série qui porte sur les graveurs, et montre des artisans affairés. La capacité d’invention du peintre, provenant des livres (à gauche), des autres arts (sculpture à droite) et de la Nature (fenêtre à droite) le place au-dessus du simple artisan, dans la lignée d’Apelle et de Michel-Ange, comme l’indique la lettre, et digne de représenter les dieux, Anne d’Autriche et Richelieu (tableaux présents dans le fond). À travers cet éloge de la peinture, Bosse – artiste « intellectuel » auteur de nombreux écrits, inventeur de ses compositions, et mettant en œuvre dans cette estampe ce qu’il loue chez le peintre – semble paradoxalement revendiquer pour lui-même un statut qui le place au-dessus du graveur ordinaire.

Nota :  Ce billet constitue le cartel de l’oeuvre présentée sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe de Paris (Grand Palais) en avril 2015. L’image représente l’épreuve conservée dans la collection Hennin du département des Estampes (Hennin, 3212), et non celle exposée au Salon (Ed-30a-fol. (vol. 4)).

 

Publication en ligne : Les premières gravures italiennes

Lien vers l’ouvrage, en libre accès

La Bibliothèque nationale de France travaille depuis quelques temps avec OpenEdition Books – structure connue pour le portail de revues académiques en libre accès revues.org et pour les carnets de recherche Hypothèses (où est hébergé le présent blog).

Sont ainsi mis à disposition des chercheurs, sous forme électronique, des ouvrages qui avaient auparavant été publiés sur papier… ou qui sont publiés en électronique natif et imprimés sur papier à la demande, comme le récent inventaire des dessins du XVIIe s. département des Estampes.

Couverture de l'ouvrage (Jacopo de' Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))
Couverture de l’ouvrage (Jacopo de’ Barbari, Pégase, burin, vers 1509-1516 (voir inv. 622))

Or, en 1999, Gisèle Lambert, alors conservatrice au département des Estampes, avait publié le catalogue des estampes italiennes du XVe et du début du XVIe siècle, dans un fort volume qui fait encore actuellement référence. Plus de 800 pièces sont décrites, avec des reproductions systématiques de bonne qualité afin de permettre des comparaisons.

L’ouvrage est proposé gratuitement en libre accès. Un système freemium (accès à des services supplémentaires en option) permet aux institutions qui le désirent de proposer à leurs lecteurs des versions téléchargeables en epub et en pdf.

Une note de Hugues-Adrien Joly au sujet de la préface de la première édition des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand

Du 9 au 11 avril 2015 a lieu un colloque intitulé Les Médailles de Louis XIV et leur livre, organisé par Yves-Marie Bercé (AIBL), Yvan Louskoutoff (univ. du Havre) et Inès Villela-Petit (BnF, Monnaies et Médailles). Le département des Estampes a prêté à cette occasion, pour exposition au musée des Monnaies et Médailles, un exemplaire exceptionnel de ce très célèbre ouvrage, central pour la diffusion de l’image louis-quatorzienne et de sa légende. Il s’agit des épreuves de l’édition alors en préparation, corrigée et enrichie, de 1723 (BnF, Estampes, Pb-25 (b)-fol.). Une des médailles représentée, en or, est exposée à ses côtés – ainsi qu’une planche d’estampes de Sébastien Leclerc, issue du fonds Jombert du département des Estampes, représentant des médailles (avec des états rarissimes), et comprenant également des dessins préparatoires. Le colloque est également l’occasion pour nous de publier un document inédit, relié dans un des exemplaires que conserve le département des Estampes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand.

Page de titre de la première édition
Page de titre de la première édition

Hugues-Adrien Joly (1718-1800) travaille au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale depuis 1737 et en devient le garde en 17501. Il reste en poste pendant près d’un demi-siècle et joue un rôle proéminent dans l’organisation de ce département. Il recueille de nombreuses collections particulières qu’il intègre à celles du roi (Fevret de Fontette, Lallemand de Betz, Bégon…) et fréquente les plus importants artistes et amateurs d’estampes du temps, comme le comte de Caylus, Charles-Nicolas Cochin le jeune, François-Bernard Lépicié, Jean-Michel Papillon2, etc.

Joly met en œuvre le plan de classement des estampes encore utilisé de nos jours et y intègre les pièces issues des collections qui ont fait le département. Deux volumes des Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand ayant appartenus au grand collectionneur Beringhen sont ainsi classés comme Pb-25-fol et Pb-25 (a)-fol.

Ces deux volumes appartiennent en réalité à deux éditions différentes de ce monument de l’histoire de Louis XIV, toutes deux datées de 1702 et comprenant les médailles jusqu’en 1700. Les textes ont été entièrement recomposés pour la seconde édition – mais curieusement sans corriger les erreurs et coquilles signalées à la fin de l’ouvrage (et même en en ajoutant de nouvelles3)

Or, la première édition comprenait une préface – devenue très rare : seule une quarantaine d’exemplaires sont conservés – supprimée dans la seconde. Son texte appuie en effet beaucoup sur l’organisation du travail et les mérites des divers intervenants, ce qui aurait déplu au roi.

Deux pages de la préface
Deux pages de la préface

Hugues-Adrien Joly, comme cela lui arrive parfois, a laissé une note soulignant la rareté de cette préface. Il en profite pour souligner les règles qui ont présidé à la réalisation de ce monument de la propagande royale que sont les Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, et préciser en particulier les différences avec l’entreprise semblable du P. Ménestrier, ici égratigné pour son manque d’ « urbanité ».

Préface de Joly
Préface de Joly

Texte  de Joly

Cette préface est presque introuvable. Louis XIV la fit supprimer parce qu’il trouva que la louange que cette préface lui donnoit étoit trop forte et en outre qu’elle avoit manqué en ne faisant point mention de tous les membres de l’Académie qui avoient concourus à cette histoire métallique et dont cette préface, quoique très savante d’ailleurs, ne rapportoit la gloire qu’à un très petit nombre d’académiciens. Le roi faisant donc supprimer cette préface satisfaisoit à la fois à sa modestie et à l’amour qu’il portoit à chaque membre de son Académie des inscriptions et belles-lettres.

Peu d’exemplaires sont donc avec cette préface ; on distingue encore cette première édition en ce qu’elle se borne à l’année 1700, c’est à dire à l’avènement du duc d’Anjou à la couronne d’Espagne : elle a été republiée en 1702.

La seconde édition comprend 31 médailles de plus que la première, elle parcourt jusqu’à l’année 1715, époque fatale de la mort de Louis XIV, elle a été publiée en 1723.

C’est dans cette seconde édition que l’Académie changea, augmenta et supprima quelques médailles de la première édition, soit parce qu’elles n’avoient point un rapport direct à la personne du roi, soit que l’Académie suivit en cela cet esprit d’urbanité françoise que le père Menestrier a jugé de franchir dans un ouvrage de même genre qu’il fit paroistre. Voici entr’autres deux médailles dont cette académie a supprimé l’une et rectifié l’autre.

1°. Médaille frappée en Suède en 1679. Le père Menestrier rapporte que la Suède voulant exprimer sa reconnoissance envers le roi pour les places que cette couronne du Nord avoit perdues pendant la guerre et que le roi de France fit rendre, frappa une médaille où l’on voit le cocq perché sur un globe où, sur un cercle, on lit Suecia et ailleurs ces mots pour âme « Gallus protector », à l’exergue Sub umbra alarum. L’Académie considérant cette médaille comme une vérité échappée dans le tems de la bouche du ministre suédois a cru entrer dans la modestie du prince en la supprimant de son livre et a laissé le soin à ce religieux d’en conserver la figure4.

Médaille suédoise sur la protection du roi de France
Médaille suédoise sur la protection du roi de France

2°. La Paix de l’Eglise 1669. Dans la médaille du père Ménestrier on lit à l’exergue Ob restitutam ecclesiae concordiam5. L’Académie corrigea et mit Restituta Ecclesiae Gallicanae concordia.

Médaille sur la Paix de l'Eglise
Médaille sur la Paix de l’Eglise
  1. Laure Beaumont-Maillet, Les Gardes et directeurs du département des Estampes, de 1720 à 2006, Paris, BnF, 2010, p. 5 []
  2. Rémi Mathis, « Pratiques quotidiennes de travail au Cabinet des estampes dans les décennies 1750 et 1760 », Revue de la Bibliothèque nationale de France, n° 47, automne 2014, p. 52-57 []
  3. La médaille 151 sur les Invalides est ainsi mentionnée de manière erronée comme de 1675 dans la seconde édition alors qu’elle est bien indiquée comme de 1676 dans la première []
  4. La médaille figure en effet dans Histoire du roy Louis le Grand par les medailles, emblêmes, devises, jettons, inscriptions, armoiries, et autres monumens publics. Recueillis, et expliquéz par le pere Claude Francois Menestrier de la compagnie de Jesus, Paris, J.-B. Nolin, 1689, p. 28 (médaille du bas) – page qui comprend trois médailles frappées à l’étranger (Rome, Hollande, Suède) à la louange de Louis XIV. On y lit : « La Suede, obligée au roy de la restitution des places qu’elle avoit perdues dans les dernieres guerres, voulut rendre publique sa reconnoissance par cette medaille, où le coq perché sur le globe du monde represente le roy qui le tient SOUS L’OMBRE DE SES AISLES, comme il en est appelé LE PROTECTEUR dans le revers, où la gerbe est le symbole de la Suede ; le sceptre, la couronne et l’espée de l’authorité royale » []
  5. La médaille figure en effet dans ibid, p. 13 (médaille du milieu). Mais elle porte en réalité « OB RESTIT ECCLESIAE CONCORDIAM ») : l’ouvrage porte l’explication suivante : « Le clergé de France ayant esté longtemps divisé sur les matieres de la Grace et des cinq propositions condamnées par les papes Innocent X et Alexandre VII, le roy imposa silence aux deux partis ET RENDIT LA PAIX À L’EGLISE en faisant signer un formulaire dressé par l’assemblée du clergé. L’authorité de l’Eglise est représentée par des clefs, la royale par le sceptre et la main de justice, la Doctrine par le livre, l’Eglise par l’autel, et les mots disent que LA GRACE ET LA PAIX VIENNENT DE DIEU» []

L’animal, au centre de l’estampe

Chaque année, le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France est invité à présenter une sélection de ses fonds au salon international de l’estampe du Grand Palais, sur un thème déterminé par les organisateurs.

En 2013, la thème était « Les animaux », en lien avec la bibliothèque invitée, celle du Muséum national d’histoire naturelle. Ce blog s’en est largement fait l’écho, en publiant certaines notices rédigées pour l’occasion. L’ensemble des conservateurs chargés de collection avait sélectionné une trentaine de pièces qui avaient ébloui les visiteurs par leur intérêt à la fois artistique et historique.

À tel point que nous avons désiré en faire un livre, qui approfondisse le sujet en analysant une centaine de pièces du département des Estampes, représentatives du regard sur les animaux des origines à nos jours.

Couverture de l’ouvrage

 

Une brillante préface de Michel Pastoureau ouvre le volume : le célèbre historien de l’animal vient remettre l’ouvrage dans le contexte d’une historiographie très récente. Il rappelle combien il semblait saugrenu de travailler sur le sujet quand il était étudiant… avant qu’il ne montre lui-même au fil de ses ouvrages toute la puissance symbolique de l’animal dans la civilisation occidentale.

Les directeurs d’ouvrages introduisent ensuite le sujet avec un texte qui revient sur la gravure, les techniques employées et leur importance pour la diffusion des images d’une part, et sur le département des Estampes, son histoire de la fondation en 1667 à nos jours,  et ses collections, d’autre part.

Ils traitent ensuite de neuf thèmes, qui permettent de problématiser la question de la représentation de l’animal dans le contexte de la production des images : les bêtes sauvages et exotiques, les animaux domestiques, l’anthropomorphisme, les allégories et symboles, les chiens et chats, les monstres et chimères, les animaux dans l’ornement, l’approche scientifique de la représentation, et les scènes de chasse. Ces thèmes sont bien sûr pour partie liés aux époques de production : la symbolique joue un très grand rôle dans les estampes de la Renaissance alors que ce n’est qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles qu’on assiste à une approche plus scientifique et naturaliste.

Le corps de l’ouvrage est constitué des cent une notices, classées par ordre chronologique, rédigées par les agents du département. Ces estampes ont été choisis selon plusieurs critères. Artistiques, puisque l’estampe est un art majeur représenté par les créations des plus grands, de Dürer et Rembrandt à Matisse et Picasso en passant par Goya ou Grandville. Représentatives d’une époque : on ne peut se passer de montrer les estampes qui accompagnent les travaux de Buffon, la célèbre Girafe qui mit la France en émoi en 1827 ou la bête du Gévaudan. Liées à des anecdotes, qui révèlent quelque chose de la société d’alors : les chats et les rats qui symbolisent Français et Espagnols en guerre pour la Flandre au XVIIe siècle, des hiboux qui permettent de se moquer sans prendre de risque d’un gouverneur honnis, les animaux de la Ménagerie du tout neuf château de Versailles… Et au-delà, tout simplement prendre acte de l’émerveillement des Européens devant ces nouvelles espèces découvertes dans les pays lointains, du besoin de se raconter des histoires sur des animaux fabuleux, de décorer leur environnement avec des compagnons de papier, de leur soif de savoir et de diffuser cette connaissance par l’image : cinq siècles d’aventure humaine auprès des animaux avec tout le sérieux, l’art, la curiosité, la fantaisie, l’humour dont les hommes sont capables.

Double page du livre
Double page du livre

 

 

  • Références :
    • Rémi Mathis et Valérie Sueur-Hermel (dir.), Animal, Paris : éditions de la Bibliothèque nationale de France, 192 pages, 38 euros. ISBN 978-2717726152. Préf. de Michel Pastoureau.

     

  • Contributeurs :
    • Céline Chicha-Castex, conservateur chargé des collections du XXe siècle
    • Lise Fauchereau, gestionnaire des collections modernes et contemporaines
    • Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur à la bibliothèque de l’université Pierre-et-Marie-Curie
    • Corinne Le Bitouzé, archiviste paléographe, directrice adjointe du département, conservateur chargé des collections du XVIIIe siècle
    • Séverine Lepape, archiviste paléographe, ancien conservateur chargé des collections des XVe et XVIe siècles, désormais conservateur au musée du Louvre
    • Rémi Mathis, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Monique Moulène, bibliothécaire, gestionnaire des collections du XIXe siècle
    • Michel Pastoureau, archiviste paléographe, directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études
    • Cécile Pocheau-Lesteven, conservateur chargé des collections contemporaines
    • Vanessa Selbach, archiviste paléographe, conservateur chargé des collections du XVIIe siècle
    • Valérie Sueur-Hermel, conservateur chargé des collections du XIXe siècle
    • Jude Talbot, bibliothécaire, chargé de la numérisation

 

 

 

 

 

 

 

 

« Ex bibliotheca MSS Coisliniana, olim Seguieriana » Des recueils du chancelier Séguier au département des Estampes de la BnF

Pierre Séguier demeure l’un des plus importants hommes de robe du XVIIe siècle. Chancelier de France de 1635 à sa mort en 1672, il participe pleinement au développement de l’État sous Richelieu, Mazarin et Louis XIV.

Comme de nombreux serviteurs du roi, il s’agit d’un homme lettré : protecteur de la jeune Académie française à la mort de Richelieu, il reçoit directement chez lui les Immortels. Son action pour les arts est telle que quand il meurt en 1672, les membres de l’Académie de peinture et sculpture tiennent à lui offrir une cérémonie grandiose avec des décors de Le Brun, dont s’extasie Madame de Sévigné1 .

Te-21 1re page

Il n’est donc pas surprenant qu’il s’agisse d’un grand bibliophile : on dit que le seul moyen de le corrompre est de lui offrir des livres, en particulier ces manuscrits anciens qu’il fait rechercher à son réseau de correspondants.

À sa mort en 1672, deux inventaires de la bibliothèque sont dressés par Thévenot et Hardy à partir des catalogues existants. Quand les héritiers de Séguier décident finalement de tout vendre en 1686, ils n’ont qu’à recopier et imprimer ces inventaires pour proposer deux catalogues : l’un pour les livres imprimés et l’autre pour les manuscrits. Or, si la vente des imprimés à bien lieu au mois de mai de cette année-là, dispersant à tout jamais l’admirable collection, ce n’est pas le cas des manuscrits.

Ces derniers échoient alors à César du Cambout, marquis de Coislin, époux d’une des filles du chancelier, puis à ses descendants les ducs de Coislin jusqu’au dernier, Henri-Charles, par ailleurs évêque de Metz. Ce prélat les dépose à l’abbaye Saint-Germain-des-Prés en 1720 puis les lui lègue à son décès (testament du 1er mai 1731, décès le 28 novembre 1732). Ils se voient alors coller une étiquette : « Ex bibliotheca MSS. Coisliniana, olim Seguieriana, quam illustr. Henricus Du Cambout, dux de Coislin, par Franciae, espiscopus metensis etc. monasterio S. Germani à Pratis legavit. An. MDCCXXXII »

BnF, Estampes, Te-21-4. Reliure
BnF, Estampes, Te-21-4. Reliure

Comme les autres manuscrits de l’abbaye, ceux du fonds Séguier sont mis sous séquestre à la Révolution française et attribués à la Bibliothèque nationale où ils entrent en 1795. Yannick Nexon, qui a étudié cette bibliothèque et en a donné une excellente étude 2 les dit « répartis entre les différents fonds du département des Manuscrits » (à l’exception du fonds grec, resté indépendant).

Or, le fonds Séguier, versé au département des Manuscrits, a finalement été partagé : en avril-mai 1864, plusieurs volumes ont été versés au cabinet des Estampes car on a alors pensé que certains documents figurés seraient d’un intérêt certain pour compléter ses collections.

Nous avons déjà pu retrouver la fameuse étiquette d’ex dono sur deux volumes du département des Estampes de la BnF. D’autres pourront être ajoutés ici au fur et à mesure des trouvailles qui ne manqueront pas d’arriver car il n’y a nul moyen de les retrouver de manière systématique.

BnF, Estampes, Te-21-4. Double page
BnF, Estampes, Te-21-4. Double page

Le premier de ces volumes porte la cote Te-21-4. Il s’agit d’un recueil de dessins à la mine de métal sur un carton épais. Il comporte 26 feuillets illustrés recto-verso. Les dessins, anonymes, sont copiés sur des estampes du graveur Enea Vico (1523-1567), qui interprète lui-même des dessins de Giuseppe Porta (dit Salviati le jeune ou Salviatino, 1520-1575). Jacques Androuet du Cerceau a copié ces mêmes estampes. Sont copiées dans l’ordre les estampes citées ci-dessous en note, issues d’une série d’emblèmes et d’une série sur les philosophes grecs3 , de manière extrêmement fidèle4, comme le fait également Androuet Du Cerceau.)).

On trouve également une copie de l’Adam et Ève de Hans Sebald Beham (1500-1550), légèrement modifiée pour ajouter des bœufs en arrière-plan ; le Laocoon de Hans Brosamer (1538) ; Mars et Vénus avec deux amours (uniquement le personnage, sans le décor), estampe d’Étienne Delaume d’après Luca Penni ; ainsi qu’un grand dessin héraldique qui ouvre le volume.

La reliure, très abîmée, a été restaurée il y a quelques années. Les plats, très frottés, ont été conservés. Ils présentent un décor d’encadrements à froid et de fleurons dorés, avec, au centre, les initiales NS. On peut penser à un possesseur appelé N[icolas ?] Séguier mais la généalogie du chancelier ne nous donne pas de piste évidente, et rien ne prouve que l’ouvrage ait été conservé dans la famille Séguier avant le chancelier. Fabienne Le Bars, conservatrice à la Réserve des livres rares de la BnF et spécialiste de la reliure, la date des années 1550, tout au plus du tout début des années 15605  – ce qui signifie que les estampes d’Enea Vico ont été copiées très rapidement après leur diffusion. Avant Séguier, le volume a appartenu  à Théodecte Tabourot… prénom hélas partagé par le frère et le fils du poète Étienne Tabourot Des Accords6 : on peine à lire à la dernière page, écrit au crayon « C’est A Moy / Theodecte Tabourot ».

Nous pouvons sans doute l’identifier dans le catalogue des manuscrits de Séguier comme « Tablettes dessignées avec crayon ou mine de plomb, 4°, veau noir »7 . Le volume est numérisé et disponible sur Gallica.

Le second volume (Jb-22-Pet. fol.) est un bestiaire comprenant 154 dessins d’animaux domestiques ou exotiques (voire imaginaires). Il portait la cote Saint-Germain français 114, ainsi qu’une mention manuscrite sur la page de garde « P. Blaise 27 l. » – indication, certainement, qu’il fut acheté à Pierre Blaise, le propre bibliothécaire du chancelier.

BnF, Estampes, Jb-22-Pet. Fol.
BnF, Estampes, Jb-22-Pet. Fol.

Ce recueil mérite une étude à lui tout seul afin de déterminer les modèles – apparemment très divers – de chaque représentation, ce qui permettrait de mieux préciser la date de sa réalisation – certainement le début du XVIIe siècle.  Sa reliure d’époque n’a hélas pas été conservée. On le retrouve dans le catalogue de vente, certainement sous le titre « Livre de toutes sortes d’animaux en miniature, folio, veau noir8  ». Il est disponible sur Gallica.

Mise à jour de janvier 2016 : Un travail de l’équipe, en particulier l’arrivée de Pauline Chougnet, nouvelle conservatrice chargée des dessins à la réserve du département des Estampes et de la Photographie, en septembre 2015, a permis de largement enrichir le corpus. Nous avons également numérisé le corpus afin de le rendre accessible. Il s’agit de

Recueil de dessins d'architecture de Montano. BnF, Estampes, Hb-22-4.
Recueil de dessins d’architecture de Montano. BnF, Estampes, Hb-22-4. 
  • 97 dessins à la gouaches représentant des plantes. Il apparaît dans le catalogue de la vente Séguier (1686), Inventaire des miniatures, p. 19 (livre des fleurs en minaiture, fol, parchemin) et a été re-relié. Il porte la cote Saint-Germain 111, et désormais BnF, Estampes, Réserve Jd-32 (A)-fol. (sur Gallica)
    Dessins de fleurs. BnF, Estampes, Jd-32 (a)-fol.
    Dessins de fleurs. BnF, Estampes, Jd-32 (a)-fol.

     

  • 46 dessins de grottes et de fontaines attribués à Alessandro Francini. Il apparaît dans le catalogue de la vente Séguier (1686), Inventaire des miniatures, p. 19 (desseins de grottes, bassins et jets d’eau, fol, parchemin) et a conservé sa reliure de parchemin. Il porte la cote Saint-Germain 160, et désormais BnF, Estampes, Réserve Hd-100 (A)-pet. fol. (sur Gallica)
    Dessins de grottes et bassins. BnF, Estampes, Réserve Hd-100 (A)-pet. fol.
    Dessins de grottes et bassins. BnF, Estampes, Réserve Hd-100 (A)-pet. fol.

     

  • Les Métamorphoses d’Ovide par Goltzius (1590) : 40 estampes au burin mises en couleur, conservées sous la cote Réserve Sb-8-4 (Gallica) et jadis St. Germain 1651. Le recueil a conservé sa splendide reliure aux armes de Séguier par Le Gascon.

    Goltzius, Métamorhposes d'Ovide. BnF, Estampes, Réserve Sb-8-4.
    Goltzius, Métamorhposes d’Ovide. BnF, Estampes, Réserve Sb-8-4.

    btv1b10534945n

  1. Madame de Sévigné, Correspondance, éd. Duchêne, Paris, Gallimard, 1972,lettre 170, à Mme de Grignan, Paris, 6 mai 1672, p. 502-505. []
  2. Yannick Nexon, « La Bibliothèque du chancelier Séguier », Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2 (Les bibliothèques sous l’Ancien Régime (1530-1789), Paris, éditions du Cercle de la librairie, p. 181-193. []
  3. Illustrated Bartsch, vol. 30 (Enea Vico), p. 70-84: Ce sont les numéros 81 (314), 92 (316), 69 (311), 93 (316), 99 (318), 95 (317), 98 (317), 97 (317), 94 (317), 96 (317), 66 (310), 62 (310), 67 (310), 87 (315), 68 (310), 72 (311), 59 (309), 51 (307), 52 (307), 89 (315), 85 (314), 90 (315), 76 (312), 57 (308), 58 (308), 53 (307), 55 (308), 73 (312), 65 (310), 64 (310), 78 (313), 82 (314), 80 (314), 70 (311), 50 (307), 83 (314), 63 (310), 79 (313), 75 (312), 54 (308), 71 (311), 86 (314), 77 (312), 74 (312), 56 (308), 61 (309). []
  4. L’artiste se permet en revanche de corriger les textes, par exemple le « calamita » d’Enea Vico est corrigé en « calamitas » (74 (312 []
  5. Communication écrite de Fabienne Le Bars, que je remercie. []
  6. Georges Choptrayanovitch, Étienne Tabourot Des Accords (1549-1590). Sa vie et son oeuvre littéraire, Dijon, 1935 []
  7. Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de défunt Monsieur le chancelier Séguier, Paris, François le Cointe et Daniel Horthemels, Miniatures, p. 11. []
  8. Ibid., p. 19. []

La fête de l’estampe à la BnF

Le lundi 26 mai a lieu la seconde édition de la Fête de l’estampe. Celle-ci a été créée en 2013 à l’initiative de Manifestampe, association visant à fédérer les structures du monde de l’estampe et à promouvoir ce medium. La date du 26 mai a été choisie en souvenir de l’édit de Saint-Jean-de-Luz qui proclame en 1660 la liberté du métier de graveur.

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France, héritier du cabinet des Estampes des rois de France, s’associe à cet événement de plusieurs manières.

Sébastien Leclerc, Représentation des machines qui ont servi à eslever les deux grandes pierres qui couvrent le fronton de la principale entrée du Louvre. BnF, Estampes, Hennin 4940.

Le matin à 10h, le service de l’estampe ancienne recevra en chambre de Mazarin un groupe de quatorze personnes. Une présentation d’oeuvres sera assurée par Rémi Mathis, conservateur des estampes du XVIIe siècle, et Barbara Brejon de Lavergnée, en charge des dessins du XVIIe siècle, sur le thème « Estampes du XVIIe siècle, acquisitions remarquables de Sébatien Leclerc ».

Sera notamment mise à l’honneur une acquisition récente exceptionnelle du département des Estampes : l’oeuvre gravé d’une des meilleurs artistes du Grand Siècle, Sébastien Leclerc, tel que recueilli par l’auteur de son premier catalogue raisonné, Charles-Antoine Jombert. Nous aborderons plus largement à cette occasion l’oeuvre de Leclerc – dont le catalogue raisonné faisant aujourd’hui référence a été publié en 1980 par la BnF dans l’Inventaire du fonds français du département des Estampes, et dont nous fêtons cette année le trois centième anniversaire de la mort – l’estampe française du Grand Siècle, et les collections du département des Estampes.

Réservation au 01 53 79 49 49 ou sur visites@bnf.fr. Après inscription (obligatoire), rendez-vous à l’entrée du site Richelieu (5, rue Vivienne 75002 Paris) le lundi 26 mai à 10h.

L’après-midi, une des commissaires de l’exposition De Picasso à Jasper Johns. L’Atelier d’Aldo Crommelynck, Céline Chicha-Castex, conservateur des estampes du XXe siècle au département des Estampes, proposera deux visites (14h30 et 16h30, vingt personnes maximum par visite).

Pour quelques cosses de pois de plus…

L’auteur remercie Peter Fuhring, pour les précieuses informations qu’il a pu lui fournir.

Le classement des séries du département des Estampes est complexe mais correspond à la logique de travail d’hommes des XVIIIe et XIXe siècles qui se sont trouvés devant une masse de plusieurs millions d’images à organiser sans avoir les possibilités matérielles de les décrire une à une. Il n’est donc pas étonnant que les chercheurs échouent parfois à localiser l’ensemble des pièces qui les intéressent, en oubliant certains recoins… ou tout simplement parce que les bibliothécaires d’antan ont commis une erreur de classement.

La petite (re-)découverte dont nous parlons ici a trait à l’estampe en style « cosse-de-pois » dont il a déjà été question ici. Ce style ornemental – largement parisien – des premières décennies du XVIIe siècle est d’une grande originalité. Les planches réalisées dans ce style proposent des modèles ornementaux destinés aux orfèvres du temps : elles sont souvent très rares, et permettent de comprendre la diffusion d’un goût et de modèles décoratifs dans la France d’Henri IV et de Louis XIII. Peter Fuhring et Michèle Bimbenet ont donné une étude monumentale sur le sujet, répertoriant l’ensemble des planches connues dans les collections publiques du monde entier (Peter Fuhring et Michèle Bimbenet-Privat, « Le style “cosses de pois”. L’orfévrerie et la gravure à Paris sous Louis XIII », Gazette des beaux-arts, janvier 2002, p. 1-224).

Suite de Gédéon Légaré, planche 5
Suite de Gédéon Légaré, planche 5

Gédéon Légaré fait partie de ces graveurs d’estampes en style « cosse-de-pois ». Il figure dans l’inventaire du fonds français (Maxime Préaud, Inventaire du fonds français de la Bibliothèque nationale, Leclercq-Lenfant (t. 10), Paris, BN, 1989, p. 50-51.) du département des Estampes de la BnF. N’y sont toutefois mentionnées que les planches qui se trouvent dans le volume Réserve Le-40-Fol, c’est-à-dire les planches 1, et 3 à 7. Ces informations sont reprises par Fuhring et Bimbenet (ibid., p. 112-113).

Il faut en réalité ajouter à cet inventaire des nouvelles épreuves des planches 2 et 5, qui se trouvaient de manière inattendue dans la « matière », c’est-à-dire le supplément, non relié et mis en boîte, d’une série documentaire – en l’occurrence, celle sur la typographie et les livres (Kb-Mat-4a (2)). Ces planches n’étaient pas dans un excellent état, il y avait des manques dans les deux coins supérieurs (surtout le droit) de la planche 2 et au coin supérieur gauche de la planche 5. Elles ont été restaurées par l’atelier du département en décembre 2013/janvier 2014.

Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625
Cosse-de-pois anonyme (Bimbenet-Fuhring, 17). Vers 1620-1625

Des planches appartenant à une autre suite en cosse-de-pois ont été retrouvées au même endroit : les n° 12, 14, 16 et 17 du catalogue Fuhring-Bimbenet (anonymes, vers 1620-1625, p. 53-54) auparavant connus en seulement deux exemplaires (Amsterdam, coll. Gans ; et Paris, INHA).

Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d'orfèvrerie, 1608
Monogrammiste AD, suite de modèles d’orfèvrerie, 1608

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un autre style que la cosse-de-pois, nous avons également retrouvé plusieurs planches ornementales en noir, qui servaient également de modèle d’orfèvrerie. Ces quatre planches (3 de modèles et la page de titre) sont dues au Monogrammiste AD (signées ADF pour « A.D. fecit ») et datées de 1608. Leur tirage demande une maîtrise technique parfaite, et elles sont elles aussi rarissimes : il n’existe apparemment qu’une seule suite complète à Berlin (Kunstbibliothek OS 774(1), voir Katalog der Ornamentstichsammlung der Staatlichen Kunstbibliothek Berlin, Berlin et Leipzig, 1939, n° 744(1)), et quelques planches isolées à la bibliothèque de l’INHA (coll. Doucet (Foulc 1914, n° 479(19))). Nagler dans ses Monogrammistes (I, n° 402) classe ce maître, sans doute un apprenti orfèvre ou un orfèvre, parmi les Allemands, mais Guilmard (Les maîtres ornemanistes, Paris, Plon, 1880, p. 38), et ensuite la Kunstbibliothek de Berlin, parmi les Français.

Toutes ces planches ont été extraites de la « matière », ont été restaurées puis ont rejoint la suite Vollant (acquise en 2011) dans le recueil Réserve Lz-709-PET-FOL consacré à l’orfèvrerie.

Salon de l’estampe : des souris attachées par la queue

La curiosité des hommes d’alors ne se porte pas seulement sur les animaux rares, de grande taille ou que l’on n’a pas souvent l’occasion de voir. Les monstres peuvent se trouver au coin de la maison de votre voisin, et des estampes sont d’autant plus facilement réalisées à cette occasion que l’événement se passe plus près des centres de production d’images. Des estampes sont ainsi produites à l’occasion d’événements qui relèvent à la fois du fait divers et de l’étude des phénomènes qui peuvent toucher un corps animal.

Souris par la queue

Ici, l’estampe revient sur une trouvaille surprenante : celle de six rats attachés par la queue dans une cave de Strasbourg en juillet 1683, peu après la conquête française de la ville. Il est rare que ce type de placard lié à l’actualité comprenne une image d’une aussi belle qualité et si originale (aussi bien dans le choix de la composition que dans la réalisation). La feuille est proposée par un imprimeur de Nuremberg, Johann Jonathan Felsecker, qui publie également une planche où ce sont cinq chats qui sont attachés par la queue !

Wunder-würdiger und seltzamer Scheusal eines entsetzlich und ominösen Ratten-Ungeziefers
se trouve chez J. J. Felsecker
Manière noire et typographie
41,5 x 25 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Qb1 (1683) Fol.

Salon de l’estampe : un cachalot annonciateur de malheurs

Les animaux rares, de grande taille ou que l’on a rarement l’occasion de contempler peuvent devenir de véritables spectacles. C’est le cas des cétacés – importants dans la culture des Néerlandais, qui vont les chasser dans les mers arctiques – quand ils viennent à s’échouer sur les plages.
Le 19 décembre 1601, un cachalot mâle s’échoue sur la plage de Beverwijk, non loin d’Amsterdam et de Harleem, ville où travaille le graveur Jan Saenredam. Cet événement attire des foules de curieux de toutes les classes sociales : l’estampe montre la visite d’Ernst-Casimir, comte de Nassau-Dietz, cousin germain du prince d’Orange. Le jeune homme de 29 ans porte un mouchoir à son nez en raison de la puanteur de l’animal. L’artiste s’est lui-même représenté en train de dessiner le cachalot afin de montrer qu’il a été présent sur les lieux et que sa représentation est donc exacte, ce qui est de nouveau rappelé dans le cartouche, où sont données les mesures de ce « monstre ».

RP-P-OB-4635

On ne saurait toutefois réduire une image de cette époque à une représentation naturaliste. Le cachalot s’échoue alors que fait rage depuis déjà vingt ans la guerre entre les provinces qui ont signé l’union d’Utrecht (futures Provinces-Unies puis Pays-Bas) et l’Espagne. Or, le 24 décembre 1601, c’est-à-dire une semaine plus tard, une éclipse de Soleil touche le Nord de l’Europe. Ces mauvais présages (éclipses de Soleil et de Lune, tremblement de terre…) sont rappelés dans l’encadrement, où figure également une allégorie du Temps et une citation de Cicéron qui rappelle la nécessité de regarder vers le passé. Dans un état plus tardif, la Mort tire directement des flèches sur la figure d’Amsterdam. L’image a une portée à la fois morale et politique.

Cette estampe rappelle donc qu’au XVIIe siècle encore, les animaux ne sont pas regardés de l’œil froid du scientifique, mais sont parfois appréhendés en fonction d’un contexte et d’une symbolique, qui peut être fort ancienne. À l’inverse, le graveur Jacob Matham, qui avait déjà gravé le cachalot échoué en 1598, donne une représentation de la même scène et en fait une simple scène de genre jouant du contraste entre le « phénomène » et les foules populaires qui l’entourent.

 

Jan Saenredam (1565-1607)
Cachalot échoué près de Beverwijk en 1601
1602
Burin
40,7 x 59,6 cm
Bartsch 11, Hollstein 121
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Ec-37e-Fol

Journées d’études : 50 ans des Nouvelles de l’estampe

L’estampe. Sujet d’étude et production

Journées d’études à l’occasion des
50 ans des Nouvelles de l’estampe (1963-2013)

INHA, 21 et 22 octobre 2013
Auditorium de la galerie Colbert

Entrée libre

Crées en 1963 par Jean Adhémar, alors conservateur en chef du cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale, les Nouvelles de l’estampe sont aujourd’hui encore l’unique revue académique française sur l’estampe et la gravure. La feuille d’information des premières années a cédé la place, avec Michel Melot, à une revue qui publie des articles de fond et contribue de manière prééminente à la recherche française sur l’image imprimée. Publiée aujourd’hui de manière trimestrielle, cette revue est le lieu de rencontre des historiens de l’estampe et des praticiens actuels. Elle tente à la fois de publier les meilleures recherches sur un art multiséculaire et de donner la parole à ceux qui le font vivre aujourd’hui.

Le Comité national de l’estampe a voulu que ces journées d’études soient à l’image de la revue. Il s’agit donc de faire le point sur les pratiques (artistiques, de production, commerciales, de conservation etc.) et l’état du savoir sur l’estampe en 2013, en réunissant en un même lieu artistes, éditeurs, imprimeurs, galeristes, chercheurs, enseignants ou conservateurs.

Comité scientifique : Céline Chicha-Castex, Peter Fuhring, Séverine Lepape, Rémi Mathis, Michel Melot, Philippe Sénéchal

Lundi 21 octobre

9h
Ouverture par
Jacqueline Sanson (directrice générale de la BnF)
Antoinette Le Normand-Romain (directeur général de l’INHA)
Michel Melot (président du CNE)

(Matin)

La recherche sur l’estampe : où en est-on ?
État des lieux de notre connaissance de l’estampe et des enjeux actuels de la recherche

9h40-10h15
Conférence inaugurale
Ger Luijten (directeur de la Fondation Custodia)

10h30-12h
Table ronde « Enseigner l’histoire de l’estampe »
Modérateur : Gennaro Toscano (INP)
Estelle Leutrat (université de Rennes 2)
Christian Michel (université de Lausanne)
Valérie Sueur (BnF)

12h-12h45
Table ronde « Enseigner l’estampe en arts plastiques et dans les écoles d’art »
Modérateur : Emmanuel Pernoud (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Élisabeth Amblard (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Pierre Collin (École supérieure d’art de Lorient)

(Après-midi)

La recherche

14h-15h
Modérateur : Maxime Préaud (BnF)
Véronique Meyer (université de Poitiers)
Pierre Wachenheim (université de Lorraine)
Séverine Lepape (BnF)

L’estampe dans les institutions
Inventaire, numérisation, exposition

15h30-17h
Modérateur : Rémi Mathis (BnF)
Corinne Le Bitouzé (BnF)
Paul Ripoche (Gravelines ; Association des conservateurs de musées du Nord)
Pascal Torres (Louvre)
Claudio Galleri (Bibliothèque municipale de Lyon)
Fabienne Queyroux (INHA)

Mardi 22 octobre

(Matin)

Être graveur aujourd’hui : état de la création actuelle dans le domaine de l’estampe
Quelques entretiens…

9h45-10h15
Entretien avec
Pierre Buraglio
par Sébastien Gokalp (musée d’art moderne de la Ville de Paris)

Produire et diffuser l’estampe
Imprimeurs et éditeurs aujourd’hui

10h30-11h30
Modérateur : Céline Chicha (BnF)
Franck Bordas
Cyrille Noirjean (URDLA, Lyon)
Michael Woolworth

11h30-12h
Entretien avec
Françoise Petrovitch
Par Cécile Pocheau-Lesteven (BnF)

(Après-midi)

Le commerce de l’estampe ancienne

14h-15h
Modérateur : Loren Laz (consultante)
Éric Gillis (EG Fine Art)
Sylvie Collignon (expert)
Annie Martinez-Prouté (galerie d’art Paul Prouté)
Xavier Seydoux (galerie Seydoux)
Jacques Bocquentin (amateur d’estampes)

15h-15h30
Entretien avec
Damien Deroubaix
Par Lise Fauchereau

Le commerce de l’estampe moderne et contemporaine

15h45-16h45
Modérateur : Marie-Cécile Miessner (BnF)
Mireille Romand (galerie Documents 15)
Éléonore Chatin (galerie Putman)
Patrice Cotensin (galerie Lelong)

16h45-17h30
Conférence de clôture
Antony Griffiths (British Museum)

Salon de l’estampe : un chien vice-roi de Norvège !

À force de vivre dans la compagnie des hommes, certains animaux en viennent à jouer des rôles habituellement réservés aux humains. Ce chien est censé être vice-roi de Norvège, placé sur ce trône par un roi légendaire des premiers siècles de la Suède, Gunnar : « après s’estre rendu maistre de la Norvege et avoir mis garnison dans toutes les places, sur le point de s’en retourner, par un mepris plus cruel que toutes les hostilitez qu’il avoit exercées, [Gunnar] laisse un chien pour vice-roy, avec commandement de luy porter autant d’honneurs qu’à luy-mesme, sur peine d’avoir bras et jambes coupez. De sorte que tout un royaume se vit obligé de faire la cour à ce vice-roy monstrueux, qui ne recevoit les hommages et les respects qu’on luy rendoit qu’en grondant et en abboyant ».

Le véritable portrait du Chien de Gunnar
Le véritable portrait du Chien de Gunnar

La parution d’ouvrages historiques permet de trouver des idées de sujets originaux et pittoresques pour réaliser de nouvelles estampes (souvent dans une approche moralisante), de qualité médiocre et donc de prix relativement bas. En 1680 paraît un petit livre, les Parallèles historiques (Paris, Denis Thierry ; la citation ci-dessus en est tirée), qui rapproche des épisodes de l’histoire antique ou moderne aux caractéristiques communes. Ici, l’histoire d’Incitatus, le cheval que Caligula nomma consul, est comparée à celle de ce chien. Ce sujet original est donc choisi pour une estampe publiée chez François Guérard, elle-même rapidement copiée dans une qualité supérieure, mais toujours de manière anonyme. La lettre originale fait figurer l’origine du motif, ce qui est rare. La seconde estampe la reprend sans préciser sa source, et y ajoute quelques vers, selon les habitudes du temps.

Portrait du chien de Gunnar
Portrait du chien de Gunnar

 

Fig. 1.
chez François Guérard
Vers 1680
Burin
19,5 x 30,5 cm
IFF17, Guérard, 75 (vol. 5, p. 62)
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Hennin 5059.

Fig. 2.
vers 1690-1700 (?)
Burin
21,3 x 33,3 cm
Paris, BnF, département des Estampes et de la Photographie
Hennin 5060

Salon de l’estampe : la bête du Gévaudan

Ces oeuvres ont été présentées sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe du Grand-Palais, en avril 2013. Nous en publierons les notices une à une durant l’été.

Notice de Rémi Gaillard, archiviste paléographe, conservateur stagiaire des bibliothèques, stagiaire au département des Estampes et de la Photographie de la BnF (avril 2013)

À partir du printemps 1764 et jusqu’en 1767,  le Gévaudan est le théâtre d’attaques animales inexpliquées : des dizaines de femmes et d’enfants sont massacrés par ce que l’on croit d’abord être des loups, puis une « Bête » unique, monstrueuse et toujours affamée de chair humaine. Les gazettes s’emparent de l’affaire, et la « Bête du Gévaudan » acquiert rapidement une renommée nationale et européenne.

Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan en 1764
Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan en 1764

L’image imprimée, dans ce contexte, est tout à la fois le vecteur et l’illustration du phénomène. L’enjeu est de dresser « le vrai portrait » (fig. 1) de l’animal, témoignages à l’appui, et dans cet effort de véracité l’image emprunte parfois sa forme à la planche d’un recueil d’histoire naturelle (fig. 2). La diversité des représentations atteste en tout cas des oscillations de l’opinion autour de l’identité de la « Bête ».

Hyenne
Hyenne

Le bois gravé (fig. 3) se prête à la figuration, archaïque et presque médiévale, d’un animal fantastique effrayant. Qu’elle ait été assimilée à une hyène (fig. 2) ou à un monstre hybride (fig. 1), la Bête du Gévaudan a alimenté la production d’estampes naïves, souvent sommaires, qui témoignent du rôle joué par l’image dans la naissance de mythes populaires.

Figure de la bête farouche
Figure de la bête farouche

Bête féroce qui a ravagé le Gévaudan
Burin
16,5 x 23 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Hennin, 9189

Hyenne
Burin
23,5 x 44,5 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Hennin, 9190

Figure de la bête farouche
Aux Associés, chez F.-G. Deschamps
Gravure sur bois et typographie
17,8 x 34,3 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Qb1 (1764)

Salon international de l’estampe de Paris 2013

Cette année encore, la Bibliothèque nationale de France est présente au salon international de l’estampe de Paris du 26 au 28 avril 2013, où elle présentera des pièces originales représentatives de l’histoire de l’estampe et du dessin des origines à nos jours, sur le thème du salon : « Histoires naturelles ».

Nous avons décidé d’aborder l’iconographie de l’animal à travers quatre grands thèmes. Des animaux, nous en côtoyons chaque jour : le chien est la figure type de l’animal domestique, représenté à l’âge classique comme aux XIXe et XXe siècle (Azor, d’Henri Guérard ; Marc Chagall), qu’un roi de Suède alla jusqu’à nommer, dit-on, vice-roi de Norvège !

Le véritable portrait du chien de Gunnar..., vers 1690-1700 (?), burin
Le véritable portrait du chien de Gunnar…, vers 1690-1700 (?), burin
21,3 x 33,3 cm, BnF, Estampes, Hennin 5060

Le cheval est l’autre compagnon de l’homme à travers les âges (Baldung  Grien, Dürer…). Bien connus, à la physionomie familière, les animaux domestiques, deviennent aisément le support de l’ironie des artistes contemporains, comme sur la planche de Marcel Broodthaers.

Il n’en est pas de même des animaux exotiques, qui ont autant excité la curiosité des artistes que celle des hommes. Le rhinocéros de Dürer (ici, la version posthume en clair-obscur) en est un exemple évident, qui servit de modèle pendant des siècles, mais on sait moins qu’un autre rhinocéros fut l’objet de toutes les attentions à la foire Saint-Germain de Paris, au début du XVIIIe siècle.

Albrecht Dürer (1471-1528), Le Rhinocéros, 1515, gravure sur bois (planche de couleurs ajoutée après 1620), 21,2 x 30 cm. Bartsch 136 / Schoch, Mende, Scherbaum, II, n°241. BnF, Estampes, Réserve Ca-4 (B)-Fol.
Albrecht Dürer (1471-1528), Le Rhinocéros, 1515, gravure sur bois (planche de couleurs ajoutée après 1620), 21,2 x 30 cm. Bartsch 136 / Schoch, Mende, Scherbaum, II, n°241. BnF, Estampes, Réserve Ca-4 (B)-Fol.

On cherche à en savoir plus sur ces animaux : les descriptions s’affinent, les informations se croisent, les noms se stabilisent, les représentations deviennent plus fidèles que symboliques. En s’ouvrant aux autres continents, les Européens découvrent les chasses et la faune africaines (Rubens, Delacroix), viennent les découvrir au Jardin des plantes (affiches, image d’Épinal)… mais projettent aussi leurs idées et une symbolique complexe sur ces animaux étranges : on apprendra ainsi que le paon est considéré comme de mauvais conseil ! (XVIe siècle).

Au-delà des animaux venus de pays lointains se pose la question des phénomènes qui étonnent : ce calmar d’une taille monstrueuse, ces souris attachées par la queue, cette baleine échouée. L’émerveillement le cède à la peur voire à la panique quand le monstre devient dangereux, comme le montre cette série d’estampes populaires sur la bête du Gévaudan (1764).

Anonyme, Hyenne, burin, 23,5 x 44,5 cm, BnF, Estampes, Hennin, 9190
Anonyme, Hyenne, burin, 23,5 x 44,5 cm, BnF, Estampes, Hennin, 9190

On ne saurait croire toutefois que le règne animal – même par le prisme de l’estampe – se limite aux mammifères ou aux animaux que les enfants aimeraient serrer dans leurs bras : « J’aime l’araignée et j’aime l’ortie / Parce qu’on les hait  », écrivait déjà Victor Hugo. Gloire donc à ces araignées haïes et oubliées… mais, heureusement pour nous, pas d’Odilon Redon, de Granville, d’Hokusai ou de l’artiste contemporain Cécile Reims !

Hokusai (1760-1849), Ami ni hedataru Fuji (Le Mont Fuji vu à travers une toile d'araignée), tiré de Fugaku hyakkei (Cent vues du mont Fuji ), ukiyo-e, 1835-1847, 22,7 x 14,3 cm, BnF, Estampes, Dd-3144a (boîte 3)
Hokusai (1760-1849), Ami ni hedataru Fuji (Le Mont Fuji vu à travers une toile d’araignée), tiré de Fugaku hyakkei (Cent vues du mont Fuji ), ukiyo-e, 1835-1847, 22,7 x 14,3 cm, BnF, Estampes, Dd-3144a (boîte 3)

 

Nous espérons vous voir nombreux sur le stand, où une trentaine d’oeuvre en tout seront présentées et où vous trouverez également toutes les informations sur l’actualité et le fonctionnement de la Bibliothèque nationale de France et de son département des Estampes. La revue Nouvelles de l’estampe sera également présente sur le salon.

Le janséniste et la mode. Un portrait « inconnu » de l’abbé Arnauld

Texte de Pascale Cugy et Rémi Mathis.

La plupart des membres de la famille Arnauld sont liés de près ou de loin au jansénisme, à tel point qu’on les appelle parfois plaisamment les « Arnauld de Port-Royal ».

Les polémiques qui courent autour de cette abbaye pendant près d’un siècle, et les nombreux livres les ayant nourries, ont rendu certains d’entre eux célèbres. Bien que des travaux restent à mener afin de déterminer leurs modèles et leurs filiations respectives, on connaît bien des portraits d’Antoine Arnauld, des grandes abbesses Angélique et Agnès, etc. Le Dictionnaire de Port-Royal répertorie d’ailleurs les principaux portraits, qu’ils soient peints ou gravés.

Il est toutefois des personnes dont on ne connaît pas de représentation figurée – bien que leur rôle n’ait pas été sans importance. C’est notamment le cas d’Antoine Arnauld – généralement désigné comme l’abbé Arnauld (1616-1698). Fils aîné du très mondain solitaire Arnauld d’Andilly, il décide, plus ou moins poussé par son père, de quitter le monde en 1643, sans pour autant rejoindre Port-Royal. Réfugié auprès de son oncle Henri Arnauld, il accompagne ce dernier dans ses missions diplomatiques à Rome, et finit par s’installer à ses côtés quand il est nommé évêque d’Angers (1649).

L’abbé Arnauld est finalement nommé abbé de Chaumes grâce à l’entremise de son frère Simon Arnauld de Pomponne, devenu secrétaire d’État des Affaires étrangères. Il meurt en 1698 et laisse des Mémoires importants pour l’histoire de la période et récemment réédités[1].

Le Dictionnaire de Port-Royal ne donne donc pas d’iconographie pour lui, et les chercheurs qui ont eu l’occasion d’aborder la vie de ce personnage n’en signalent aucun portrait.

"Mre Antoine Arnauld de Pomponne", dit l'abbé Arnauld
« Mre Antoine Arnauld de Pomponne », dit l’abbé Arnauld

Or il en existe en réalité bien un portrait. Il est dû à Bonnart. Nicolas Bonnart fait partie d’une importante famille de graveurs, éditeurs et marchands d’estampes parisiens. Né en 1637, il grave à partir des années 1660, avant de s’établir à l’enseigne de L’Aigle, rue Saint-Jacques, où il publie un grand nombre d’estampes. Il meurt en 1718, date à laquelle sa veuve reprend son fonds. Au sein de sa production, les planches les plus célèbres sont les images dites de « mode », auxquelles se rattache le portrait d’Antoine Arnauld, dont la lettre indique qu’il est « Abbé Commandataire de l’Abbaie S.t Pierre, de Chaumes ».

D’un format similaire, présentant un personnage en pied à la mise élégante, les « modes » de la rue Saint-Jacques constituent un vaste ensemble, décliné par de nombreux éditeurs parisiens, parmi lesquels Nicolas Bonnart et son frère Henri II (1642-1711), installé lui aussi rue Saint-Jacques, à l’enseigne du Coq. Partant du modèle de la figure de mode élaboré par Jean Dieu de Saint-Jean (1654-1695) et Jean Lepautre (1618-1682) dans les années 1670 (un mannequin en pied, jeune et fin, à l’avant d’un fond stéréotypé), ils exploitent sa formule avec succès tout en menant une entreprise de diversification qui les conduit à faire basculer dans le genre des « modes » plusieurs catégories traditionnelles de l’estampe. Les frères Bonnart rhabillent ainsi allégories (Les Miséricordes, Les Mois), figures mythologiques (Pâris et les trois déesses, les Amazones) et historiques (Cléopâtre, Porcie), qui arborent sur leurs cuivres les différents accessoires en vogue durant le règne de Louis XIV, comme la perruque in-folio ou la coiffure à la fontange. Nicolas et Henri II Bonnart sont également les initiateurs du « portrait en mode », dans lequel les modèles – des célébrités de la cour – prennent l’apparence et l’attitude des mannequins anonymes des images de mode. Leur visage lisse et souvent inexpressif, leur finesse, leur apparence de jeunesse et de beauté, rendent le terme « portrait » bien peu approprié à ces images où, à part la lettre, rien ne permet la plupart du temps d’identifier la personnalité représentée.

En apparence, rien de plus éloigné de la mode qu’un janséniste. La présence d’Antoine Arnauld dans la catégorie des « modes » n’est cependant pas étonnante puisque les Bonnart y ont progressivement inclus toutes les composantes de la société – de la Marchande de maquereaux frais à Madame de Maintenon –, en donnant une large place aux cercles proches du pouvoir et aux différents membres des grandes familles de la cour. Un même aspect formel est ainsi mis en avant pour figurer le roi et les courtisans, dans des « portraits » qui permettaient notamment à leurs acheteurs de constituer des recueils homogènes de personnalités, dont la BnF possède plusieurs exemples. Ces estampes sont également un moyen de diffuser une image de ceux dont parlent les gazettes et dont les visages comme les exploits, faits et gestes, peuvent être évoqués avec profit par les graveurs. Les maîtresses royales et jeunes ducs constituent évidemment un sujet de choix dans cette optique, mais les militaires et les ecclésiastiques ont aussi leur place dans les « modes ». Ils conservent alors généralement les attributs qui caractérisent leur fonction mais adoptent une attitude voire des accessoires vestimentaires qui les apparentent à cette catégorie d’images. Les principaux évêques (Monseigneur l’évêque de Meaux, Monseigneur l’archevêque de Cambrai) ont ainsi été représentés par Nicolas et Henri II Bonnart dans des estampes qui peuvent être qualifiées de « modes », la plupart du temps assis dans un intérieur muni d’une bibliothèque. L’aspect de l’abbé Arnauld ne le rattache pas vraiment à cette série, dans laquelle son oncle Antoine Arnauld avait été inclus peu après sa mort (Antoine Arnauld, docteur de Sorbonne). Figuré debout et en mouvement, légèrement souriant dans un cadre qui peut être rapproché de celui de Madame la marquise de La Vallière, Antoine Arnauld revêt un aspect plus mondain que les autres ecclésiastiques malgré le petit livre qu’il tient de sa main gauche. Sa jambe droite se dessine sous sa soutane et de délicates broderies apparaissent au niveau de ses poignets. Ses cheveux semblent apprêtés avec soin et un véritable souci d’élégance se dégage de sa figure ; les vêtements ecclésiastiques sont d’ailleurs proches des représentations de ceux de jeunes abbés galants (Abbé, Abbé de qualité en soutanelle, Abbé en soutane…).

Si la posture générale d’Antoine Arnauld, les gestes élégants de ses mains, rappellent indubitablement les « modes », son visage est néanmoins bien plus individualisé que celui de la plupart des figures qui rentrent dans cette catégorie – ce qui le rend particulièrement intéressant. Rien n’indique que Nicolas Bonnart ait rencontré son modèle ; la gravure a probablement été réalisée, comme c’est le cas pour beaucoup de « portraits en mode », d’après un tableau peint. Malgré l’absence de signature, il n’est pas impossible que la composition, de belle qualité, ait été dessinée par Robert Bonnart (1652-1733) et la gravure réalisée par Nicolas ; les deux frères collaboraient en effet souvent et la tonalité de ce « portrait » rappelle plusieurs exemples de leur production, et notamment une estampe comme La grande sultane. L’impression que le modèle avance sur un théâtre, sa prestance et l’élégance des plis de ses vêtements, montrent que la « mode » réside finalement moins dans la modernité ou la nouveauté des habits que dans un certain « air du monde », étroitement associé à la noblesse et à la proximité avec le pouvoir.

Ce portrait est bien présent dans l’Inventaire du fonds français (vol. 1, p. 434) mais la description est laconique : « « Mre Antoine Arnault de Pomponne », 3 épr. Ed. 113 (t. 2, p. 8), N2, Oa. 65 (p. 158),  ». Il n’a jamais été retrouvé par les chercheurs sur la famille Arnauld car, dans la série des portraits du département des Estampes de la BnF (série N2), il est classé à Pomponne (nom qu’il n’a en réalité jamais vraiment porté) et non à Arnauld (ni même à Andilly, Arnauld d’) comme on aurait pu s’y attendre.

On trouve dans la même série des portraits de Nicolas-Simon Arnauld de Pomponne, fils du secrétaire d’État des Affaires étrangères Simon Arnauld de Pomponne (et donc neveu de l’abbé Arnauld) et de son épouse – dont on n’avait jamais non plus signalé de portrait. La diffusion de leur silhouette sous forme d’estampes par les Bonnart témoigne de la renommée de leur nom.

Constance de Harville, 2e marquise de Pomponne
Constance de Harville, 2e marquise de Pomponne
Nicolas-Simon, 2e marquis de Pomponne
Nicolas-Simon, 2e marquis de Pomponne

 


[1] Édition de Régine Pouzet, Honoré Champion, 2008.

Le recueil Jabach

Evrard Jabach (1618-1695) est un des plus célèbres collectionneurs du XVIIe siècle. Banquier originaire de Cologne, où il mène toujours des affaires, il possède un hôtel particulier rue Saint-Merry, où il conserve ses tableaux, sculptures, objets d’art et dessins anciens. On appelle « Recueil Jabach » une suite de 286 estampes réalisées à la fin de la décennie 1660, que Jabach a commandées auprès de cinq graveurs et qui reproduisent avec une plus ou moins grande exactitude des dessins italiens et français de sa collection. Nous ne sommes pas encore à l’époque où les amateurs cherchent à diffuser de manière systématique leur collection, mais Jabach n’est toutefois pas le premier à vouloir faire graver sa collection de dessins. C’est déjà le cas du comte d’Arundel, par exemple, grâce au talent de Wenceslas Hollar. Jabach lui-même avait déjà fait travailler François Chauveau ou Michel Lasne pour réaliser des estampes à partir de certains de ses tableaux.

Afin de se rapprocher le plus possible des dessins originaux, ces estampes sont réalisées à l’eau-forte « à la manière italienne, c’est-à-dire peu terminées et proprement rien que le trait » (selon la description qu’en fait Daniel Cronström à Nicodème Tessin, 10/20 septembre 1696). On trouve en fait parfois quelques coups de burin sur des parties sombres de la composition. La plupart des estampes représentent des paysages – certains prenant pour prétexte la fuite en Égypte, un ermite en pleine prière ou une scène mythologique. Tout juste trouve-t-on également quelques Vierges à l’enfant ou sujets religieux.

Paysage de Pene, d'après Titien (15B)
Paysage de Pene, d’après Titien (15B)

185 sont attribuées à Annibal Carrache ; 8 à son cousin Lodovico ; 25 à Campagnola ; 26 à Titien ; 2 à Andrea Del Sarto ; 7 à Giovanni Francesco Grimaldi (il Bolognese), 4 Pietro Paolo Bonzi (il Gobbo, sous le nom de Gobbe), 4 Paul Brill, 3 Poussin et un des dessinateurs suivants : Le Parmesan, Perino Del Vaga, Jules Romain, Muziano (Mulianus), Le Guerchin, Pierre de Cortone, Corrège… et 14 anonymes (comptes effectués sur l’exemplaire de la BnF, comportant 285 estampes).

Les cinq graveurs ayant, selon la lettre, participé à l’élaboration du recueil ont eu des destinées diverses. Les plus connus sont sans doute les frères Corneille, Michel le jeune (1642-1708) et Jean-Baptiste (1649-1695). Ils sont tous deux fils de Michel Corneille l’Ancien et se forment en Italie. Michel le Jeune travaille avec Mignard (Val-de-Grâce), Le Brun (Versailles), Hardouin-Mansart (Invalides). Jean-Baptiste travaille également sur des chantiers royaux et devient, tout comme son frère, membre puis professeur de l’Académie royale de peinture. Jean Pesne (1623-1700) est un graveur originaire de Rouen, connu pour ses œuvres d’interprétation, notamment d’après Poussin. Claude Massé (1631-1670), après avoir fait le voyage d’Italie, est reçu à l’Académie royale de peinture et sculpture en 1663, mais meurt prématurément. Jacques Rousseau (1630-1693) est un peintre de paysage, beau-frère de Herman van Swanevelt. Ayant également étudié en Italie, il a travaillé avec Le Brun à l’hôtel Lambert dans les années 1650. Jean-Baptiste Corneille grave 45 planches, Michel Corneille 62 (deux planches sont attribuées à Corneille, sans prénom), Massé 98, Pène 54, Rousseau 11 – 13 ne portent pas de sculpsit.

Massé, d'après Titien (12C)
Massé, d’après Titien (12C)

Les spécialistes de l’estampe ont depuis longtemps abandonné le terme d’ « estampe de reproduction » pour celui d’« estampe d’interprétation ». Les œuvres du recueil Jabach illustrent à merveille ce glissement. Bien sûr, rendre par la gravure (en noir et blanc) un dessin réalisé grâce à une autre technique relève forcément d’un travail personnel bien loin de n’être qu’une reproduction mécanique. Mais nous allons ici encore plus loin, les graveurs se contentant parfois de s’inspirer du style d’un artiste pour recomposer des œuvres à partir d’éléments empruntés à plusieurs dessins. Il arrive à plusieurs reprises que le format d’un dessin soit modifié, ce qui nécessite d’inventer la partie manquante, ou que plusieurs dessins soient condensés dans une seule estampe.

On pense que le recueil était déjà bien avancé en 1671 (Massé étant déjà mort), quand Jabach vend une partie de sa collection. Louis XIV acquiert alors des oeuvres qui constituent le noyau du futur département des Arts graphiques du musée du Louvre. Jabach lui propose en outre d’acquérir 212 planches pour la très importante somme de 15300 livres, ce que refuse Louis XIV. À la mort de Jabach en 1695, on trouve 286 planches de cuivre, alors estimées 5043 livres.

Par Rousseau, d'après Il Bolognese (38B)
Par Rousseau, d’après Il Bolognese (38B)

En réalité, le terme de « recueil » est légèrement impropre dans la mesure où il n’est jamais paru en tant que tel à l’époque de Jabach. Selon Carl Heinrich von Heinecken, quelques épreuves sont alors distribuées – sans lettre et sans numérotation. Nous n’en connaissons cependant aucune [Mise à jour du 11 décembre 2012 : Vanessa Selbach me fait remarquer que l’épreuve qui se trouve dans un recueil de pièces religieuses (Ra3-fol) semble bien avant la lettre (bien que les marges soient petites). Nous ignorons encore à qui appartenait ce beau recueil, visiblement constitué au début du XVIIIe siècle, et qui passa ensuite dans les collections du comte de Provence]. Les planches gravées restent après la mort de Jabach propriété de ses héritiers, qui ne les vendent que bien plus tard à François Joullain (1697-1778). C’est ce dernier qui commande la lettre et en propose une édition en 1754. Nous ignorons cependant de quels renseignements il disposait et donc si la lettre est toujours pertinente. La lettre attribue à chaque estampe un chiffre (correspondant à la livraison, de 1 à 47) et une lettre (A à F, sauf la livraison 43, de A à K)

Le département des Estampes de la Bibliothèque nationale de France possède un exemplaire du recueil, à la cote Aa 17.

Dans l’inventaire du fonds français de la BnF, les inventaires des frères Corneille ont déjà été réalisés par Roger-Armand Weigert en 1954. Celui de Claude Massé a été rédigé pour un volume à paraître prochainement.

Pène, d'après Campagnola (40F)
Pène, d’après Campagnola (40F)

Bibliographie

*Stephen Michael Bailey, Carracci Landscape Studies: the Drawings Related to the Recueil de 283 estampes de Jabach, PhD Dissertation, University of California, 1993.
*Christine Raimbault, « Le cas du recueil Jabach : un projet inachevé d’entreprise éditorial », dans Cordélia Hattori, Estelle Leutrat, Véronique Meyer, Laura De Fuccia (dir.), À l’origine du livre d’art : les recueils d’estampes comme entreprise éditoriale en Europe, XVIe-XVIIIe siècle, Milano, 2010, p. 49-63.
*Paolo Bellini, « L’album della raccolta Jabach » dans Rassegna di Studi e di Notizie, vol. XXXIV, 2011, p. 13-34. [sur l’exemplaire de Milan, biblioteca Bertarelli]
*Roger-Armand Weigert, Les relations artistiques entre la France et la Suède (1693-1718), Stockholm, 1964 [pour la citation]