Salon de l’estampe : le boeuf à la mode

En 1797, est édité à Paris un ensemble de caricatures qui moquent les extravagances vestimentaires des élégantes du Directoire, les Merveilleuses : un bœuf y apparaît, vêtu d’un chapeau orné de plumes, couvert de bijoux et de rubans. Certaines versions, où l’animal est affublé à l’avant d’un costume de femme et à l’arrière d’un costume d’Incroyable, associent, dans la moquerie, mode féminine et mode masculine.

Boeuf à la mode

La caricature présentée ici est l’œuvre de Louis-Charles Ruotte le père. C’est en Angleterre auprès de Francesco Bartolozzi (1728-1815) que celui-ci, élève à Paris de Noël Le Mire (1724-1800), se forme, à la technique, très prisée outre-Manche, de la gravure au pointillé, qui tente d’imiter le grain du dessin par des réseaux, plus ou moins denses, de points, obtenus en attaquant la planche avec divers outils. Les états de l’estampe avec la lettre nous apprennent qu’un exemplaire a été déposé, au titre du Dépôt légal, à la Bibliothèque nationale le 8 Floréal an V (27 avril 1797) et que la gravure est éditée chez Depeuille, sans doute François-Jules-Gabriel, spécialisé dans les « caricatures nouvelles ».

La popularité de la caricature est telle qu’elle devient l’enseigne d’un restaurant. Créé en 1792 près du Palais-Royal par deux frères marseillais, le « Bœuf à la mode » connaît un vif succès avant de disparaître en 1936. On peut encore voir au-dessus de la porte du 8, rue de Valois, où était situé l’établissement, la sculpture du bœuf déguisé.

 

Louis-Charles Ruotte (1754-1806 ?) d’après Frans Swagers (1756-1836)
Le bœuf à la mode
« À Paris chez Depeüille, Rue des Mathurins St. Jacques, aux deux Pilastres d’Or, et chez tous les Marchands de Nouveautés »
1797
État avant la lettre et les signatures, titre manuscrit
Gravure au pointillé
28,1 x 36,7 cm (élt d’impr.)

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
TF-18-FOL

Salon de l’estampe : les fables du paravent

Peintre et dessinateur ornemaniste, Pierre-Josse Perrot est l’auteur de nombreux décors de pièces de théâtre et cérémonies royales ainsi que de cartons pour les manufactures de tapisserie des Gobelins et de la Savonnerie.

Perrot

Le paravent dont le projet est exposé ici fut réalisé, à la manufacture de la Savonnerie, en 1740, pour la salle à manger intérieure du roi à Fontainebleau. Le Journal du Garde-Meuble de la Couronne le décrit ainsi : « Six feuilles de paravent d’ouvrage de laine de la Savonnerie, fonds chamois, dessein d’Oudry et de Perrot ». Perrot reprend en effet des études du peintre Jean-Baptiste Oudry sur le sujet de la fable et les insère dans des cartouches, au milieu d’un décor de rinceaux, arabesques, berceaux, motifs floraux et grotesques.

De gauche à droite, on reconnaît les fables suivantes : Le Corbeau et le renard, Le Cerf et la vigne, Le Coq et la perle, Le Renard et les raisins, Le Coq et le renard, Le Renard et la cigogne.

 

Pierre-Josse Perrot (1678 ?-1750)
Six feuilles de paravent sur les Fables d’Esope
1739
Crayon et encre brune, lavis de couleurs, gouache
40 x 64,3 cm
Prov. : fonds Robert de Cotte (Robert de Cotte, 2256a), acquisition 1811
Bibliographie : Peter Fuhring,
Designing the Décor, French drawings from the eighteenth century, catalogue de l’exposition, Lisbonne, octobre 2005-janvier 2006, Lisbonne, 2005
Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
HA-18 (A, 1)-FT 4