Parution de l’inventaire des dessins du département des Estampes

Mêlé aux gravures dès la fondation du département des Estampes, enrichi régulièrement d’acquisitions et de dons, renforcé au XIXe siècle par un versement important de feuilles provenant de la bibliothèque Sainte-Geneviève et de la bibliothèque de l’Arsenal, le fonds de dessins du département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France constitue une des collections publiques les plus riches en ce domaine.

Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco- espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,  Réserve B 11 a boîte format 4
Adam Pérelle (Paris, 1640-Paris, 1695), Vue de l’île aux Faisans avec le bâtiment construit pour les échanges diplomatiques franco-
espagnols, sanguine, H. 42,5 x 52,4 cm, trait d’encadrement à l’encre brune (composition : H. 41 x L. 50,3 cm), Bnf, Estampes,
Réserve B 11 a boîte format 4

 

L’inventaire recense cinq cent soixante feuilles de l’école française du XVIIe siècle conservées à la Réserve du département. Formant le cœur de la collection de dessins de maîtres pour cette période, l’ensemble, d’une profonde originalité, renferme, à côté de feuilles de maîtres connus, de nombreux dessins en rapport avec des estampes. Couvrant les vastes champs de création de la gravure, il révèle des artistes oubliés ou trop souvent assimilés par l’histoire de l’art à un seul genre.

Fruit de recherches approfondies qui ont permis de proposer ou de renforcer des attributions et de préciser l’appareil bibliographique de chaque pièce, ce travail s’inscrit dans un cadre chronologique qui va de la génération des artistes nés vers 1590 (celle de Simon Vouet, Jacques Callot ou Pierre Brebiette) jusqu’à celle, née vers 1650, de Robert Nanteuil , portraitiste de Louis XIV, et des Bonnart, grands diffuseurs des gravures de mode.

 

Références

Barbara Brejon de Lavergnée (vec la collaboration de Damien Chantrenne, Pascale Cugy et Maxime Préaud), Dessins français du XVIIe siècle. Inventaire de la collection de la Réserve du département des Estampes et de la Photographie (cotes B 6, B 7, B 11, B 14), Paris, BnF éditions, 2014, 21 X 29,7 cm, 320 pages (560 dessins reproduits et un cahier couleurs de 16 planches)

ISBN POD : 978-2-7177-2618-3
ISBN PDF : 978-2-7177-2619-0
ISBN HTML :978-2-7177-2550-6
Diffusion numérique : OpenEdition Books
Diffusion POD : BnF
Prix :
POD : 180 euros (disponible)
PDF : 88,99 euros
Versions PDF et HTLM : disponibles en octobre 2014

 

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l’ouvrage

Les auteurs

  • Barbara Brejon de Lavergnée, bibliothécaire chargée des collections de dessins anciens au département des Estampes et de la Photographie
  • Damien Chantrenne, docteur en histoire de l’art, attaché de conservation au musée Paul-Dini de Villefranche-sur-Saône
  • Pascale Cugy, docteur en histoire de l’art, chargée de mission à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts, Paris
  • Maxime Préaud, conservateur général honoraire des bibliothèques

Exposition des dessins français du XVIIe siècle conservés au département des Estampes et de la Photographie

Dessins français du XVIIe siècle

Collections du département des Estampes et de la photographie

Bibliothèque nationale de France, Galerie Mansart, 18 mars –  15 juin 2014

Commissariat : Barbara Brejon de Lavergnée

 

François Chauveau. Projet d'écran avec des scènes illustrant l'histoire de Renaud et Armide sanguine diam. 29,2 cm BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e  boîte in-fol.
François Chauveau. Projet d’écran avec des scènes illustrant l’histoire de Renaud et Armide
sanguine
diam. 29,2 cm
BNF, département des estampes et de la Photographie ,Réserve B 6 e boîte in-fol.

L’exposition, qui présente cent dessins français du XVIIe siècle du département des Estampes et de la Photographie, ainsi qu’une cinquantaine d’estampes qui s’y rapportent, évoque l’œuvre de nombreux artistes qui couvrent tout le siècle, du règne d’Henri IV jusqu’à la mort de Louis XIV : de Martin Fréminet à Simon Vouet, de Michel Ier Corneille à Charles Le Brun, Jean Jouvenet ou Charles de La Fosse, de Jacques Bellange, Jacques Callot à  Pierre Brebiette, Israël Silvestre, Jean Lepautre, Sébastien Leclerc et Robert Nanteuil.

 

 

 

Mêlé aux estampes dès l’acquisition pour le Roi en 1667 de la collection de Michel de Marolles – acte fondateur du département des Estampes- enrichi encore de nos jours d’acquisitions et de dons, le fonds de dessins a été renforcé au XIXe siècle par un versement très important de feuilles provenant de la Bibliothèque Sainte-Geneviève et de la Bibliothèque de l’Arsenal, en application  d’un décret ministériel de novembre 1860 visant à réorganiser les fonds patrimoniaux des bibliothèques parisiennes.

L’ensemble se signale par une profonde originalité car, à côté d’études de peintres connus et bien représentés dans les collections publiques françaises, il renferme de nombreux dessins préparatoires pour des estampes, qu’il s’agisse de projets conçus par les graveurs eux-mêmes ou de compositions confiées par les artistes à des praticiens expérimentés pour être traduites en taille-douce.

Il offre l’occasion de découvrir des artistes qui sont sortis de l’oubli récemment comme Louis Richer, Marin Desmarestz, ou dont l’oeuvre dessiné est extrêmement restreint comme Daniel Rabel, Louis Testelin, Jean Dubois, Foucher, Claude Spierre ou Jacques Rousseau.  Organisée selon un  parcours chronologique, l’exposition permet de confronter les dessins aux estampes et d’évoquer les domaines les plus divers qui, pour certains d’entre eux, font l’objet d’une section thématique : compositions funéraires, projets architecturaux, entrées triomphales, illustration d’almanachs, images satiriques ou encore ces figures de « mode » qui remportèrent tant de succès sous le règne de Louis XIV avec Nicolas Ier Larmessin et la famille des Bonnart.

C’est aussi l’occasion de montrer que les artistes ne s’enferment pas dans un seul répertoire et qu’un peintre d’histoire peut fournir un dessin destiné à la gravure sans rapport avec sa peinture. Couvrant des champs de création multiples dans le cadre de la vie quotidienne, l’estampe constitue une source de revenus non négligeables pour un artiste, tout en permettant la diffusion de son œuvre : les débuts du jeune Charles Le Brun se placent ainsi sous le sceau de la gravure ; illustrés par plusieurs dessins dans l’exposition, ils révèlent de manière étonnante le cheminement artistique du futur premier peintre du Roi.

Souvent inédites et pour la plupart jamais exposées, les œuvres ont  bénéficié de nouvelles attributions et donnent une image renouvelée de la richesse de la scène artistique à Paris au cours du Grand Siècle et du foisonnement constant de son expression.

 

Catalogue d’exposition édité par la Bibliothèque nationale de France (200 pages, 150 reproductions, 39 euros), sous la direction de Barbara Brejon de Lavergnée. Préface par Pierre Rosenberg, de l’Académie française. Essai par Bénédicte Gady. Notices par Audray Adamczak, Ronan Bouttier, Barbara Brejon de Lavergnée, Damien Chantrenne, Dominique Cordellier, Pascale Cugy, Alexandre Gady, Jérôme de La Gorce, Maxime Préaud et Vanessa Selbach

Cette exposition fait partie des événements organisés dans le cadre de la semaine du salon du dessin 2014.

Présentation de dessins anciens de la BnF à l’occasion du Salon du dessin 2012

Comme chaque année le département des Estampes et de la Photographie s’associe au Salon du dessin , qui se tiendra à la Bourse du 28 mars au 2 avril 2012 en organisant une présentation de dessins de ses collections à la Réserve du département le samedi 31 mars 2012. 

Nicolas Larmessin (1632 - 1694) Figure pour L'Habit de médecin, H. 25,5 x L. 18,4 cm. Dessin repassé à la pointe. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, Réserve B 6 e boîte in-fol.
la gravure en contrepartie publiée A Paris chez N. de L'Armessin Rüe St Jacques à la Pome d'or, Auec Priuil. Du. Roy. Bibliothèque nationale de France, département des Estampes, OA-32-pet.fol

 Le choix des œuvres illustrera le thème choisi pour les journées d’études organisées par le Salon, les VIIes Rencontres internationales du Salon du dessin à la Bourse le mercredi 28 mars à 15H et  le jeudi 29 mars à 14H30 : DESSINER POUR GRAVER, organisées par Dominique Cordellier.

Dessins à graver au XVIIe siècle, BnF, département des Estampes et de la Photographie

Le dessin préparatoire pour une estampe a non seulement constitué un des axes d’acquisition du département mais s’est aussi trouvé inclus de manière naturelle aux recueils d’estampes. Le département est donc particulièrement riche de dessins de graveurs et de dessins qui ne sont pas dus à des graveurs mais sont destinés à être traduits en estampe ; les œuvres choisies couvrent le Grand Siècle et permettent, en sortant des chemins plus connus de la peinture d’histoire, d’avoir une vision plus complète du XVIIe siècle.

Les études rapides et légères des aquafortistes Jacques Callot, Jean de Saint-Igny, Pierre Brebiette, Nicolas Cochin le vieux côtoieront les dessins de peintres, comme celui de Jeanne d’Arc, à la sanguine, par Claude Vignon, gravé avec talent par Gilles Rousselet.

Le département conserve en outre quelques rares exemples de dessins de graveurs qui sont souvent aussi éditeurs ou marchands d’estampes comme Claude Massé qui a œuvré, aux côtés des frères Corneille, au fameux recueil Jabach, Nicolas Regnesson, Le Sacre de Louis XIV, Nicolas Ier Larmessin, Habit de Médecin (voir images ci-dessus), Martin Desmaretz, Une reine, Nicolas Habert, Le prince et la princesse de Conti.

Comme l’estampe le dessin destiné à la gravure touche à tous les registres : les études à la pierre noire du jeune Charles Le Brun pour des gravures célébrant la naissance de Louis XIV, les dessins pour les estampes satiriques où l’Espagnol est moqué (conservées dans la série dédiée à l’histoire, QB-1), les dessins illustrant l’actualité pour des almanachs, ceux de Nicolas Arnoult et de la famille Bonnart spécialisés dans la figure de mode sont autant d’exemples de la variété de la création tout au long du siècle.

Un cas intéressant de dessin préparatoire pour une gravure en rapport avec la cérémonie funèbre du chancelier Pierre Séguier organisée en mai 1672 à l’église des pères de l’Oratoire à Paris posera le problème du partage des tâches entre peintre (Charles Le Brun), dessinateur (François Verdier ?) et graveur (Girard Audran) et de la difficulté d’attribution qui en découle.

Samedi 31 mars 2012, deux visites au choix (10h-11h et 11h15-12h15). Bibliothèque nationale de France, 5 rue Vivienne, 75002 Paris. Réserve du département des Estampes et de la Photographie, entrée par la Chambre Mazarin.

Inscriptions obligatoires auprès du Salon du dessin 01 45 22 08 77 ou 01 45 22 61 05

Acquisition : un dessin de Sevin préparatoire à un almanach

Pierre-Paul SEVIN
Tournon, vers 1645 – Tournon, 1710
Instruction aux plaideurs
Plume et encre brune, lavis gris et brun
H. 23 x L. 15 cm
Historique : ancienne collection Fryzsman, sa marque à sec en bas à droite. Collection de dessins de Monsieur S., sa vente, Paris, Hôtel Drouot, chez Maître Millon, mercredi 30 novembre 2011, n°110 reproduit au catalogue ; acquis par la BnF, Réserve B 6 a boîte écu

Comme nous l’ont précisé Maxime Préaud, puis Damien Chantrenne qui rédige en ce moment une thèse universitaire sur l’artiste, le dessin constitue un projet d’ensemble de petit format pour l’Almanach des plaideurs paru chez Pierre Landry en 1689 (Inventaire du Fonds français. Graveurs du XVIIe s., n° 386), dont le seul exemplaire connu est conservé au département des Estampes sous la cote QB5-1689 (H. 88,5 x L. 55,5 cm). L’agencement général de la composition dessinée sera respecté et seuls changeront certains détails pour les figures. Le dessin, avertissement à ceux qui, voulant porter leurs différents devant la justice, vont tout y perdre, présente la figure de la Justice sous un dais qui porte l’inscription « Instruction aux Plaideurs ». Elle est entourée par deux plaideurs suivis chacun par un homme de justice qui promet la victoire. Le sens de la scène est explicité par les textes disposés sur l’ensemble de la feuille et la différence majeure entre le dessin et la gravure concerne précisément ces textes qui seront tous modifiés. Par exemple les légendes qui, dans le dessin, accompagnent chacune des deux scènes rectangulaires encadrant la roue de la fortune, une scène avec une femme élégante qui se dirige, entraînée par un avocat, vers un terme surmonté d’un buste de fou et une scène de distribution de vivres sur le porche d’un hôpital, « L’opiniatre a pour terme la folie », et « Lhospital est la retraite des obstinés », seront remplacées, dans la gravure, par les légendes suivantes : Belle Maison batie de la folie des Plaideurs et L’hopital est la fin des Plaideurs ostinez (sic). Le passage du dessin de petit format à la gravure de grand format a sans doute nécessité une étape intermédiaire pour le changement d’échelle ; il est probable qu’il y ait eu un dessin de la main du graveur pour son grand format et que le texte ait fait alors l’objet d’un travail approfondi.
Le département des Estampes conserve non seulement un fonds exceptionnel d’almanachs gravés du XVIIe siècle (voir Maxime Préaud, catalogue d’exposition Les Effets du soleil. Almanachs du règne de Louis XIV, Paris, musée du Louvre, 1995), mais aussi un ensemble important de dessins en rapport avec ceux-ci ; l’acquisition permet de compléter cette collection et d’avoir une vision plus complète du travail de Pierre-Paul Sevin, peintre et dessinateur originaire de Tournon et actif à Paris et à Lyon.
Dans la collection Hennin conservée au département des Estampes (entièrement numérisée sur le site Gallica), se trouve un petit dessin d’ensemble de Sevin proche de style de celui qui se rapporte à l’Almanach des Plaideurs ; intitulé La Danse française, il semble correspondre à une première pensée pour le Bal à la française, almanach de Pierre Landry pour 1682 (Préaud, op. cit., 1995, p.74, n°21 repr. et n°21A repr.).

Nouvelle acquisition: un dessin d’Antoine Dieu pour un frontispice

Antoine DIEU
Paris, vers 1662 – Paris, 1727
Projet de frontispice : Histoire de Gênes
Sanguine, plume et encre grise, plume et encre brune, lavis gris
Passé à la pointe
Trait d’encadrement à l’encre grise
H. 12,5 x L. 8 cm
Annotation à l’encre brune sur le drapé : HISTOIRE / DE /GENES.
Annotation ancienne à l’encre grise sur le pilier : Ant. Dieu inv. et en bas du dessin : Ant. Dieu inv
Historique : collection de Monsieur S. (marque à sec sur le montage), sa vente, Paris, Hôtel Drouot, chez Maître Millon, 30 novembre, n° 144 reproduit au catalogue ; acquis par la BnF, Réserve B 6 a boîte écu

Le dessin est un projet abouti, resté inédit, pour le frontispice de l’Histoire de Gênes, gravé en sens inverse par Jean Audran (1667-1756) (Inventaire du Fonds français. Graveurs du XVIIe s., n°100); l’ouvrage a été publié en 1696 à Paris chez Denis Du Puis. Jean Audran a gravé plusieurs compositions d’Antoine Dieu qui a été un dessinateur fécond. La gravure présente un format un peu plus petit que celui du dessin et si la figure féminine, appuyée sur un gouvernail et portant la coiffe des doges de Gênes, a été traduite avec fidélité, l’évocation du port à l’arrière-plan n’est plus la même, le fameux phare « la Lanterna » remplace les bastions et les bateaux ont été modifiés. De légers traits à la sanguine laissent apercevoir le travail de préparation de la composition que l’artiste met ensuite au point avec précision en utilisant l’encre, un des ses matériaux de prédilection.
Pierre- Jean Mariette, qui avait connu l’artiste chez son père, a précisé que ce dernier s’était « souvent servi de lui ». Tout en lui reconnaissant du talent, il lui reproche sa facilité. Antoine Dieu, reçu à l’Académie en 1722 avec une Bataille du lac Trasimène (Paris, musée du Louvre), y devint professeur en 1724.
Le département des Estampes conserve un autre dessin de l’artiste, une Assomption de la Vierge, exécutée à la sanguine et au lavis gris, provenant de la collection de Michel Bégon, intendant de La Rochelle, acquise par le roi en 1770. Le dessin, publié par Pierre Rosenberg (« Dieu as a Draughstman », Master Drawings, vol. XVII, été 1979, p. 168) n’a pu être rapproché ni d’une gravure ni d’un tableau connu de l’artiste.

Nouvelle acquisition: Simpol pour Mariette

Claude Simpol
Clamecy, 1666 – Paris, 1716
Décembre : La Veillée
Pierre noire, plume et encre brune, plume et encre noire, rehauts de gouache blanche
Repassé à la pointe
H. 22,5 x L. 30,5 cm
Historique : fonds Mariette. Acquis sur le marché de l’art en 2011 ; Réserve B 6 a boîte écu
Bibliographie : Pierre Rosenberg en collaboration avec Laure Barthélémy- Labeeuw, Les dessins de la collection Mariette, Ecole française, t. II, Milan, 2011, p. 1367, F 4650 repr.

Le dessin a été gravé pour une suite consacrée aux mois de l’année, éditée chez Jean Mariette (1660-1742), père du fameux amateur de dessins (BnF, Est., Ed-82 in-fol.). Cet ensemble est complété par une autre série, également éditée chez Jean Mariette d’après des dessins de Simpol, illustrant les quatre Saisons. Plusieurs dessins préparatoires pour des compositions de ces deux suites ont longtemps porté une attribution à Jacques Stella, auteur d’une suite fameuse de Pastorales qui a entraîné des confusions avec celles inventées par Simpol. Si l’inspiration en est parfois proche – les distractions des paysans, les scènes d’intérieur où se mêlent réalisme et pittoresque, le goût pour les contrastes lumineux – le style en est bien différent. C’est Jamie Mulherron (« Claude Simpol’s Divertissemens for Jean Mariette », Print Quarterly, march 2008, vol. XXV, n° 1, p. 23-36) qui a rendu aux gravures des Mois et des Saisons leur juste paternité, en s’appuyant sur les Notes manuscrites de Pierre-Jean Mariette conservées à la Réserve du département des Estampes. Elles sont tout à fait explicites et établissent que Jean Mariette, éditeur des planches, a participé directement à la gravure de l’ensemble: « Les Divertissemens & les occupations de la Campagne pendant les quatre Saisons & les douze mois de l’année représentés en une Suite de seize pièces gravées au burin sous la direction de Jean Mariette qui y a travaillé dans plusieurs endroits & surtous dans les testes, d’après des dessins de Simpol ».