Le Roi-Soleil se fait incendier par des gravures séditieuses

Ce billet a été rédigé dans le cadre de la mise en valeur de l’exposition A Kingdom of Images. French Prints in the Age of Louis XIV, 1660-1715 qui se tient actuellement au Getty (Los Angeles), et dont Rémi Mathis et Vanessa Selbach, conservateurs au département des Estampes de la BnF, sont co-commissaires avec Peter Fuhring et Louis Marchesano. Il a d’abord été publié en anglais sur Iris, magazine en ligne du Getty, sous le titre « Roasting the Sun King« .

La même exposition, dans un encore plus ample dispositif, ouvrira le 3 novembre à la Bibliothèque nationale de France (site François-Mitterrand), sous le titre Images du Grand Siècle.

Louis XIV, bien conseillé par ses ministres, a très tôt compris l’importance de l’estampe pour mettre en valeur ses actions, sa Cour, son règne. Il créée en 1667 le Cabinet au roi qui, au sein de la Bibliothèque royale, où se développe une véritable collection, imprime et distribue à de grands personnages les estampes commandées par le pouvoir royal aux meilleurs graveurs du temps. Parallèlement, de nombreux éditeurs privés, se font les hérauts de la gloire de leur roi – de manière consciente et volontaire ou non.

Ses opposants et ses ennemis ne sont toutefois pas en reste, et l’on voit au cours du règne les estampes se répondre, et reprendre – parfois en les tordant plaisamment – les mêmes thèmes et les mêmes symboles.

Anonyme, The Admiral of France / De France Admiraal, 1702, eau-forte, 29.6 × 19.3 cm. Rijksmuseum, RP-P-OB-83.095
Anonyme, The Admiral of France / De France Admiraal, 1702, eau-forte, 29.6 × 19.3 cm. Rijksmuseum, RP-P-OB-83.095

Le plus célèbre est celui du Soleil, que le Louis XIV n’invente pas mais utilise de manière extensive. Les adversaires du Roi-Soleil ne se privent donc pas de choisir dans les textes anciens des épisodes qui permettent de retourner la comparaison : sont mis à contribution Josué, Icare, ou Phaéton, ce fils du Soleil tué par Zeus alors qu’il manquait d’embraser le monde aux rênes du char de son père. La contre-propagande solaire peut se montrer pleine d’esprit et établir des parallèles très riches, comme cette estampe de 1692, qui moque la destruction par les Anglo-Hollandais du navire Soleil-Royal – qu’il fallait donc détruire avant qu’il ne mette le monde à feu et à sang, et montrant du doigt « ce tyran furieux dont l’insolence extrême / s’est bien osé choisir le soleil pour emblème ».

Ces images anti-françaises ne visent pas uniquement à réagir à la propagande de Louis XIV : des initiatives éditoriales cherchent plus généralement à moquer la Cour française et dénoncer la politique qu’elle mène. C’est par exemple le cas d’un célèbre ouvrage paru en 1691 à Amsterdam – Les Héros de la Ligue – qui montre seize caricatures des acteurs de la répression contre les protestants en France. On y reconnaît le roi, son ministre de la Guerre Louvois, l’archevêque de Paris ou l’évêque de Meaux, célèbre comme homme de lettres, Bossuet. Tous sont représentés comme des ivrognes et des débauchés qui n’agissent que pour des motifs de basse politique qui n’ont rien à voir avec la religion. Ces images en manière noire sont anonymes mais elles sont attribués à certains des meilleurs graveurs du temps : Cornelis Dusart, Jacob Gole… Leur succès leur a valu d’être copiées au burin, comme en témoigne ce très rare tirage conservé au GRI.

Page de Les Héros de la Ligue, copie au burin de la publication originelle, tirée des Monumens de l’histoire de France, par Soulavie, vol 68. The Getty Research Institute, 900247
Page de Les Héros de la Ligue, copie au burin de la publication originelle, tirée des Monumens de l’histoire de France, par Soulavie, vol 68. The Getty Research Institute, 900247

 

Cornelis Dusart (?) ou Jacob Gole (?), L'Archevêque de Paris (Fr. Harlay de Champvallon), manière noire, 1691, dans Les Héros de la Ligue…, Paris (i.e. Amsterdam). Bibliothèque nationale de France, Qe-41-4
Cornelis Dusart (?) ou Jacob Gole (?), L’Archevêque de Paris (Fr. Harlay de Champvallon), manière noire, 1691, dans Les Héros de la Ligue…, Paris (i.e. Amsterdam). Bibliothèque nationale de France, Estampes, Qe-41-4

Les professionnels ne sont enfin pas les seuls à produire de telles pièces, et il ne faut pas imaginer une propagande bien organisée, dotée d’une stratégie univoque : de nombreux acteurs interviennent, jusqu’aux plus humbles. Ainsi, quand Louis XIV interdit la religion protestante en 1685 et fait détruire le temple fréquenté par les Parisiens, des paroissiens produisent une estampe identifiant le Roi Soleil au diable, dans une tentative désespérée de faire connaître leur situation et de rallier le monde à leur cause.

Anonyme, Les Supost de Satan [destruction du temple de Charenton], burin, 19.5 x 14.8 cm, BnF, Estampes, Qb-1 (1685) [cat. 70]
Anonyme, Les Supost de Satan [destruction du temple de Charenton], burin, 19.5 x 14.8 cm, BnF, Estampes, Qb-1 (1685) [cat. 70]
Cette image plus qu’imparfaite et naïve, nous fait toucher au plus près la force des sentiments de simples particuliers en but à ce qu’ils vivaient comme une injustice.

Quelle que soit la qualité de cette production touchant à la religion et la politique, elle montre la force d’images à la symbolique plus ou moins complexe, capables de toucher un large public. Si la notion d’opinion publique est à peine naissante, on dispose déjà des outils capables de la faire rire, de l’émouvoir, de la toucher… et peut-être de la convaincre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *