Salon de l’estampe 2015 : A. Bosse, L’Atelier du peintre

Abraham Bosse (Tours v. 1604 – Paris, 1676)
L’Atelier du peintre (ou Le Noble peintre)
v. 1642
Eau-forte
Paris, BNF, Estampes, Ed-30a-fol. (vol. 4),
G. D. 1385 ; Blum 1076 ; Welsh Reed 7 ; Join-Lambert et Préaud 200

 

Abraham Bosse. L'Atelier du peintre
Abraham Bosse. L’Atelier du peintre

 

L’estampe apparaît comme une mise en abyme : un encadrement de fleur de lys entoure la scène représentée, commentée par un texte qui semble peint sur une pièce de tissu punaisée à la toile. L’ensemble est dominé par les armoiries de l’académie de Saint-Luc, confrérie liée à la communauté des maîtres peintres de Paris (d’azur à trois écus d’argent et à la fleur de lys d’or posée en cœur). Un véritable tableau – pourtant gravé et non peint – prend pour sujet la peinture.

Le peintre représenté respire l’opulence et le succès. Il vient de peindre un portrait du roi Louis XIII – sujet que la lettre, toujours respectueuse du pouvoir royal, déclare le plus haut des sujets donnant forcément lieu à « un chef d’œuvre sans prix ». Un page vient l’interrompre pour lui montrer une estampe (sans doute celle de Nicolas Viennot) d’après un tableau du hollandais Andries Both intitulé Le Peintre raté : sans doute un confrère malheureux vient-il lui demander audience, conseil, voire secours. La proximité des noms (A. Bosse / A. Both) et les figures contradictoires des deux peintres semble créer un couple antinomique qui met en tension la situation du graveur lui-même.

Le personnage debout est en effet en train de parler et la scène tout entière se place sous la digne de la discussion mondaine, voire de cour – bien loin de l’estampe de la même série qui porte sur les graveurs, et montre des artisans affairés. La capacité d’invention du peintre, provenant des livres (à gauche), des autres arts (sculpture à droite) et de la Nature (fenêtre à droite) le place au-dessus du simple artisan, dans la lignée d’Apelle et de Michel-Ange, comme l’indique la lettre, et digne de représenter les dieux, Anne d’Autriche et Richelieu (tableaux présents dans le fond). À travers cet éloge de la peinture, Bosse – artiste « intellectuel » auteur de nombreux écrits, inventeur de ses compositions, et mettant en œuvre dans cette estampe ce qu’il loue chez le peintre – semble paradoxalement revendiquer pour lui-même un statut qui le place au-dessus du graveur ordinaire.

Nota :  Ce billet constitue le cartel de l’oeuvre présentée sur le stand de la BnF au Salon international de l’estampe de Paris (Grand Palais) en avril 2015. L’image représente l’épreuve conservée dans la collection Hennin du département des Estampes (Hennin, 3212), et non celle exposée au Salon (Ed-30a-fol. (vol. 4)).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *