Salon de l’estampe : le paon, mauvais conseiller

Cette grande feuille représentant l’emblème du paon donneur de mauvais conseils devait appartenir à un ensemble plus important sur le thème de la sagesse et de la folie, symbolisé par des oiseaux. Le département des Estampes conserve en effet deux autres grandes gravures sur bois composées des mêmes bordures décoratives et d’un disque où sont figurés un passereau et un coq, qui, lui, est de bon conseil. Le paon recommande de se conduire en tyran, négligeant le peuple et professant l’égoïsme.

Paon mauvais conseil

La production de l’estampe a été rapprochée de la vogue pour les emblèmes mis au goût du jour grâce à la parution de l’Emblematum Liber d’Alciat en France en 1534. La feuille a sans doute été employée comme papier peint, à en juger par le format, la technique mais aussi le verso de la feuille en très mauvais état. Elle témoigne de la diffusion large du livre d’Alciat. Si les graveurs sur bois de la première moitié du seizième siècle sont mal connus, la gravure des lettres de la légende et certains termes se retrouvent dans une xylographie coloriée et collée dans un coffret, due à Jean Bézart. Ce graveur ou éditeur, dont on ne sait rien hormis que sa famille est connue à Paris à partir de 1530 pour exercer le métier de libraire puis plus tard, d’imagier, pourrait être un des possibles auteurs de l’estampe.

 

Le Paon mauvais conseil
Vers 1535-1540
Gravure sur bois coloriée au pochoir
40,1 x 28,9 cm
Expo. : Gravure française de la Renaissance, 1994, n° 9

Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la Photographie
Réserve Ea-17 (3)-Fol


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *