Parution : Nouvelles de l’estampe, n° 257 (hiver 2016-2017)

Dans le numéro d’hiver des Nouvelles de l’estampe, il est question d’estampe ancienne dans plusieurs textes :

  • Études

Peter Fuhring (Fondation Custodia), « Le maître HS ou Hugues Sambin, graveur à l’eau-forte d’architecture et d’ornement des années 1550 » (p. 4-28)

Le début de la carrière de Hugues Sambin (vers 1520 – 1601) est mal connu. Cet article se propose de lui attribuer une série d’eaux-fortes des années 1550, signées des initiales HS. Certaines de ces planches étaient connues mais leur attribution était discutée depuis le XVIIIe siècle – l’auteur en ajoute ici six au corpus : il les analyse et en donne le premier catalogue complet.

Hugues Sambin, Mascaron, 1556, eau-forte, 19,5 x 15 cm. Saint-Pétersbourg, musée d’État de l’Ermitage
Hugues Sambin, Mascaron, 1556, eau-forte, 19,5 x 15 cm. Saint-Pétersbourg, musée d’État de
l’Ermitage.

 

Rémi Mathis (BnF), Jacques Gapaillard (université de Nantes), Colette Le Lay (centre Viète), « Quand un graveur veut se faire savant. Le Nouveau Système du monde de Sébastien Leclerc » (p. 29-41)

Sébastien Leclerc (1637-1714), célèbre pour son oeuvre de plus de 3000 eaux-fortes, a toujours été passionné par les sciences, et a participé à certaines des grandes avancées de son temps dans le domaine de la zoologie ou de l’astronomie. On sait peu qu’il publie, sur la fin de sa vie, un livre intitulé Nouveau système du monde, conforme à l’écriture sainte, où il se propose d’expliquer le mouvement des astres. Notre article vise à remettre ses idées en contexte et en déterminer la pertinence, afin de réévaluer la place de Sébastien Leclerc – graveur présenté comme savant – dans l’histoire des idées et des sciences.

Sébastien Leclerc, Nouveau système du monde..., 1706, eau-forte, ill. face p. 11.
Sébastien Leclerc, Nouveau système du monde…, 1706, eau-forte, ill. face p. 11.
  • Comptes rendus

Christian Rümelin (musée d’art et d’histoire de Genève), « Splendeurs de l’estampe française », [compte rendu de : Rémi Mathis, Vanessa Selbach, Louis Marchesano, Peter Fuhring, Images du Grand Siècle, Paris, éditions de
la BnF, 2015, 330 pages. ISBN 978-2717726633 (cat. expo. Getty 2015 / BnF 2015-2016)] (p. 58-60).

Il y a des sujets qui sont rarement exposés, même s’ils occupent une place centrale dans l’histoire de la gravure. D’autres rencontrent beaucoup plus souvent une grande attention, mais les estampes françaises du xviie siècle restent décidément, depuis des décennies, un sujet mal exploité […]

Heureusement, les commissaires ne sont pas contentés de se limiter aux estampes bien connues ou aux impressions magnifiques – même si une telle qualité d’impression est difficile à voir hors de la BnF – mais ont ouvert le champ et vraiment voulu présenter toute la gamme de la production d’estampes. C’est une réussite : à côté des planches bien connues se trouvent quantité d’autres rarement exposées, publiées ou commentées. Feuilleter le catalogue et s’immerger dans la recherche pointue qu’a demandée la rédaction de ces notices reste un immense plaisir, une grande stimulation et souvent aussi une découverte. Il est rare que cela arrive, surtout sur des sujets si vastes, mais c’est bien le cas ici ! […]

L’exposition et le catalogues ont le mérite de synthétiser les connaissances sur un chapitre central de l’histoire de la gravure, de rappeler à l’attention des historiens et historiens de l’art que des sujets passionnants restent à traiter afin d’encore approfondir le sujet selon les pistes qui ont émergé de cet événement…

images_grand_siecle-720x340

 

Gennaro Toscano (BnF), « Graver et diffuser les manuscrits à peintures », [Anna Delle Foglie, Francesca Manzari, Riscoperta e riproduzione della miniatura in Francia nel Settecento. L’abbé Rive e l’essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits, Rome, Gangemi editore, 2016,
240 pages. ISBN 978-88-492-3223-3.] (p. 61-64).

Bibliothécaire de 1768 à 1780 du duc de La Vallière, l’un des plus grands bibliophiles de son temps, l’abbé Rive publie de 1783 à 1785 un recueil intitulé Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits.

La genèse et l’histoire éditoriale de cet essai ont été magistralement étudiées dans une monographie par Anna Delle Foglie, docteur en histoire de l’art de la Sapienza – université de Rome, et Francesca Manzari, chercheur en histoire de l’art médiévale dans la même université. Selon les intentions de l’abbé, son Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures des manuscrits aurait dû comprendre un texte explicatif accompagné d’une série de planches gravées et peintes d’après les manuscrits les plus célèbres de la collection du duc. Son but était d’aider les amateurs à étudier, évaluer et reconnaître les manuscrits enluminés de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance.

Conçu dès 1776, il n’en résulta que le Prospectus, publié en 1782 pour attirer les souscripteurs, et les vingt-six planches gravées d’après vingt et un manuscrits de la bibliothèque du duc, tirées en deux lots après la souscription en 1783 et 1784-1785.  La fidélité de la copie est au cœur de la méthode suivie par l’abbé Rive et documente l’importance accordée à l’étude d’après les originaux. Par ailleurs, le manuscrit enluminé est considéré non seulement comme un document précieux pour l’histoire mais aussi comme une véritable œuvre d’art ; l’analyse de l’iconographie des miniatures en témoigne et place ainsi l’Essai au rang des premières études consacrées à l’histoire de l’enluminure suivant une approche historique et artistique, s’appuyant pour cela sur la gravure – moyen de diffuser des richesses historiques inaccessibles.

Paris, BnF, Estampes, AA-2 (Rive, Jean-Joseph), f. 77r. Gravure peinte d’après la vignette représentant La Prise et le sac de Jérusalem par le roi Antiochos, contenue dans le Livre de Bouquechardière de Jean de Courcy, enluminé par le Maître de l’Échevinage vers 1460 (Paris, BnF, Mss, Fr. 210124, f. 331r), modèle pour la planche n. 2 de l’Essai sur l’art de vérifier l’âge des miniatures peintes dans des manuscrits… de l’abbé Rive
Paris, BnF, Estampes, AA-2 (Rive, Jean-Joseph), f. 77r. Gravure peinte d’après la vignette représentant La Prise et le
sac de Jérusalem par le roi Antiochos, contenue dans le Livre de Bouquechardière de Jean de Courcy, enluminé par le Maître de
l’Échevinage vers 1460 (Paris, BnF, Mss, Fr. 210124, f. 331r), modèle pour la planche n. 2 de l’Essai sur l’art de vérifier l’âge des
miniatures peintes dans des manuscrits… de l’abbé Rive
  • Le numéro comprend également un hommage à W. McAllister Johnson (1939-2016), professeur d’histoire de l’art à l’université de Toronto, grand spécialiste de l’estampe française du XVIIIe siècle, par Stéphane Roy et Maxime Préaud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *